Syndicats et politiques, quelles liaisons ?

  A l’occasion d’un entretien que nous avons réalisé au CHS, 9, rue Mahler 75004 Paris dont le sujet portait sur le dirigeant de la gauche de la SFIO durant l’entre-deux guerres Jean Zyromski, l’historien Eric Nadaud offre un aperçu historique de l’évolution les liaisons entre le syndicalisme, le communisme et le socialisme de 1900 à 1940 (contexte qui permet de mieux comprendre le parcours d’un militant comme Zyromski). Liaisons marquées par le poids du syndicalisme révolutionnaire, puis par la scission consécutive au congrès de Tours, puis par le Front Populaire… 



En résumé :

Dans beaucoup de pays d’Europe, syndicalisme et socialisme ont été longtemps structurellement liés, avec un sens de la liaison variable selon les pays. En France, l’histoire des relations entre Parti et Syndicat a été bien plus difficile… Ces relations propres à la France se construisent dans les années 1900.

La CGT est née en 1895 et s’est dotée d’une structure définitive en 1902, année où elle a intégré la fédération des bourses du travail. La SFIO se crée en 1905, et en 1906 la CGT se donne un Charte, la charte d’Amiens. La SFIO souhaiterait établir des liens d’amitié avec la CGT, qui est une organisation comme elle révolutionnaire, et qui se réclame comme elle de la classe ouvrière (même si sa sociologie est assez composite). Et qui est aussi pacifiste et internationaliste. Mais la CGT refuse toute relation privilégiée avec la SFIO, son idéologie est en effet celle du syndicalisme révolutionnaire, une idéologie inspirée par les anarchistes et incompatible avec le marxisme, qui inspire la SFIO…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants