Tracts Printemps 1968

 Les tracts proposés sur cette page sont tirés des archives du fonds Jean-René Chauvin


1) Tract du Mouvement du 22 mars 1968

VOTRE LUTTE EST LA NOTRE !

Nous occupons les facultés, vous occupez les usines. Les uns et les autres, nous bat­tons-nous pour la même chose ?

Il y 10 % de fils d’ouvriers dans l’enseignement supérieur. Est-ce que nous luttons pour qu’il y en ait davantage, pour une réforme démocratique de l’université ? Ce serait mieux, mais ce n’est pas le plus important. Ces fils d’ouvriers deviendront des étudiants comme les autres.

tract 22 mars recto

Qu’un fils d’ouvrier puisse devenir directeur, ça n’est pas notre programme.  Nous voulons supprimer la séparation entre travailleurs et ouvriers dirigeants. Il y a des étudiants qui, à la sortie de l’université, ne trouvent pas d’emploi. Est-ce que nous combattons pour qu’ils en trouvent ? pour une bonne politique de l’emploi des diplômés ? Ce serait mieux, mais ce n’est pas l’essentiel. Ces diplômés de psychologie ou sociologie deviendront les sélectionneurs, les psychotechniciens, les orientateurs qui essaieront d’aménager vos conditions de travail; les diplômés de mathématiques deviendront les ingénieurs qui mettront au point des machines plus productives et plus insupportables pour vous. Pourquoi nous, étudiants issus de la bourgeoisie, critiquons-nous la société capitaliste ? Pour un fils d’ouvrier, devenir étudiant c’est partir de sa classe. Pour un fils de bourgeois, ça peut être l’occasion de connaître la vraie nature de sa classe, de s’interroger sur la fonction sociale à laquelle on le destine, sur l’organisation de la société, sur la place que vous y occupez. Nous refusons d’être des érudits coupés de la réalité sociale. Nous refusons d’être utilisés au profit de la classe dirigeante. Nous voulons supprimer la séparation entre travail d’exécution et travail de réflexion et d’organisation. Nous voulons construire une société sans classes, le sens de votre lutte est le même. Vous revendiquez le salaire minimum de 1 000 F dans la région parisienne, la retraite à 60 ans, la semaine de 40 heures payée 43. Ce sont des revendications justes et anciennes. Elles paraissent pourtant sans rapport avec nos objectifs. Mais en fait vous occupez les usines, vous prenez les patrons comme otages, vous faites la grève sans préavis. Ces formes de luttes ont été rendues possibles par de longues actions menées avec persévérance dans les entreprises et aussi grâce au récent combat des étudiants. Ces luttes sont plus radicales que nos légitimes revendications parce qu’elles ne cherchent pas seulement une amélioration du sort des travailleurs dans le système capitaliste, elles impliquent la destruction de ce système. Elles sont politiques au vrai sens du mot : vous ne luttez pas pour que le Premier Ministre soit changé mais pour que le patron n’ait plus le pouvoir dans l’entreprise ni dans la société. La forme de votre lutte nous offre, à nous étudiants, le modèle de l’activité réellement socialiste : l’appropriation des moyens de production et du pouvoir de décision par les travailleurs. Votre lutte et notre lutte sont convergentes. Il faut détruire tout ce qui isole les uns des autres (l’habitude, les journaux, etc.). Il faut faire la jonction entre les entreprises et les facultés occupées. Vive l’unification de nos luttes ! Tous aux quatre meetings et à la manifestation à la Gare de Lyon, ce jour, vendredi 24 mai 1968, à 19 heures. Mouvement du 22 mars 1968

CH-Bernard – Paris 18e a 1


2) Mouvement du 22 mars – Distribué lors des manifestations après la première semaine de mai 68 :

CONTRE LES GAZ

1 Mesures préventives :

  • lunettetract 22 mars contre les gaz rectos de plongée sous-marine, de moto, de ski etc. (hermétique)
  • tenir dans la bouche une moitié de citron (pour la respiration)
  • linge autour du nez et de la bouche
  • ne pas rester dans une nappe de gaz -verser de l’eau, ouvrir les bouches à eau
  • ne pas respirer les gaz des grenades offensives (celles qui font un gros bruit en explosant)
  • sur l’épidermes couche de fond de teint ou crème grasse
  • pour les yeux : collyre à l’hydrocortisone

2 Si quelqu’un est atteint   A/

  1. Tous les médecins ne connaissent pas toutes les mesures à prendre :
  2. A amener le malade sans qu’il fasse d’effort dans une pièce chauffée et bien aérée
  3. le moins de mouvement possible
  4. gouttes d’éther sulfurique dans les narines (pour certaines grenades)
  5. saignée: 500 milligrammes de sang minimum(pour certaines grenades)

B/ Oxygéner le malade et le laisser se reposer

C/ Ne lui faire absorber ni nourriture ni eau

  • les cas graves risquent des lésions sèches pulmonaires (bronchites, crachats roses) ou, par saturation, la mort par lésion pulmonaire
  • grenades au chlore (dans des cylindres en plastique transparent)   corrosives, attaquent les muqueuses externes et internes.

CONTRE LES PROJECTILES, MATRAQUAGES etc…

  • Aucun vêtement en nylon (qui brûle), ni rembourrage de papier
  • casques de moto ou de chantier
  • Si une grenade tombe à coté de vous, ne la ramassez pas, éloignez vous, elle peut exploser
  • pour les donneurs de sang : CENTRE DE TRANSFUSION SANGUINE DES HOPITAUX DE PARIS, 53 Bd Diderot, PARIS XII   ou les centres de quartiers

MOUVEMENT DU 22 MARS NANTERRE


3) APPEL A LA MANIFESTATION DU 13 MAI 1968

Appel manif 13 mai

POUR LES LIBERTÉS
HALTE A LA RÉPRESSION !
LE SANG DES ETUDIANTS A COULE A PARIS.
CETTE VIOLENCE VOLONTAIRE, AUSSI BRUTALE QU’INJUSTE, DU POUVOIR, QUI A POUR BUT D’ÉCRASER LES REVENDICATIONS, EXIGE UNE RIPOSTE IMMÉDIATE.
 
DANS L’UNITÉ,
 
TOUTES les organisations syndicales  
APPELLENT A LA GRÈVE GÉNÉRALE
 
  • POUR LA LIBÉRATION DES ETUDIANTS EMPRISONNES, ET L’AMNISTIE;
  •  POUR L’ÉVACUATION DES FORCES DE POLICE DU QUARTIER LATIN; 
  •  POUR LA RÉOUVERTURE DES FACULTÉS;
  • CONTRE LA RÉGRESSION SOCIALE;
  •  POUR LES REVENDICATIONS DES TRAVAILLEURS,
RASSEMBLEMENT
 
LUNDI 13 MAI 1968, AU CHAMP DE MARS, A 16 HEURES
 
Signé : A.G.E.R. – U.N.E.F. – C.G.T. – C.F.D.T. – F.O. – F.E.N. S.N.I. – S.N.E.S. – S.N.E.Sup. – S.G.E.N
POUR LES LIBERTES

4) JUIN 1968

Tract JCR mai 68 recto

J’AI DÉJÀ VOTÉ POUR LE SOCIALISME SUR LES BARRICADES

et lors de la GRÈVE GÉNÉRALE

JCR  Jeunesse Communiste Révolutionnaire

 

Tract JCR mai 68 verso

Pendant les journées de Mai 1968 la bourgeoisie a eu peur. Les élections de Juin la rassurent.

1)           Parce qu’elles ramènent l’affrontement de classe sur le terrain de la légalité bourgeoise. En Mai, à travers les comités de grève et les comités d’action on a vu s’ébaucher un nouveau pouvoir, le pouvoir des travailleurs dressé face au pouvoir de la bourgeoisie. En plusieurs points les grévistes, bien que freinés par leurs directions étaient prêts à transformer la grève, de grève paralysante en grève active. Ils étaient prêts à remettre en marche la production sous leur contrôle. Les patrons ont tremblé, le retour aux urnes les apaise.

2)           Parce qu’elles constituent une supercherie et un escamotage de la grève. Pour les gaullistes il s’agit d’en appeler à la majorité de la nation. Mais quelle majorité ? quelle nation ? Par la magie du bulletin de vote et du découpage des circonscriptions une poignée de magistrats, de flics et de curés pèsent autant et peut-être plus que 10 millions de grévistes. Ceux qui sont « dissous », ceux qui n’ont pas 21 ans mais qui étaient les premiers dans la lutte, les travailleurs étrangers surexploités, tous ceux-là ne seront pas consultés…

3)           Parce qu’aujourd’hui le pouvoir n’est plus dans un Parlement de vains bavards, mais dans les coulisses  dans les commissions, dans toutes les formes de « pouvoirs spéciaux ». Ceux qui aujourd’hui convoitent le parlement ne convoitent que l’ombre du pouvoir. Ces élections ne sont pas ordinaires. Elles ont pour but précis de briser le mouvement de lutte. Elles ont donc un caractère foncièrement réactionnaire. Elles constituent une trahison et un escamotage de nos luttes.

  • Sur les barricades, dans la rue et par la grève nous avons déjà voté, pour le renversement du capitalisme et de son gouvernement d’assassins.
  • Sur le front de la lutte des classes nous continuons le combat pour la révolution socialiste.

5) Tract juillet 1968

 LIBEREZ Alain KRIVINE et les Emprisonnés politiques

Libérez Alain Krivine

Le 12 juin 1968, le Conseil des Ministres dissolvait les groupements révolutionnaires d’extrême- gauche, invoquant la « constitution de « ligues armées ».

Depuis, sous prétexte de « reconstitution de ligue dissoute » les arrestations se multiplient. Alain Krivine ainsi que 13 autres militants ont été emprisonnés : on les accuse d’avoir reconstitué la J.C.R.

Profitant des vacances, le pouvoir a l’intention d’expédier leur procès en plein mois d’août.

Pourquoi cette répression ?

Ainsi, ce que certains appelaient dédaigneusement «groupuscules» et « pseudo-révolutionnaires » est devenu l’unique objet de la répression gaulliste. Alors que le pouvoir n’inquiète nullement les grandes organisations ouvrières, il s’acharne sur les minorités révolutionnaires. C’est que la bourgeoisie prépare « sa » rentrée.

La classe ouvrière s’est réveillée

La révolution a surpris la bourgeoisie, elle s’est trouvée pendant plusieurs semaines désemparée. La classe ouvrière qu’elle croyait à jamais assagie s’est réveillée. Aux inoffensifs défilés des partis et des syndicats, faisaient place les barricades et l’occupation des usines.

La classe ouvrière qu’on avait cru « intégrer » en lui offrant quelques augmentations, s’est brusquement révélée capable de renverser le régime bourgeois. Le spectre de la révolution a resurgi. Les rues se sont tues, mais « ce n’est qu’un début, le combat continue » résonne encore aux oreilles des classes possédantes.

SA TACTIQUE EST CLAIRE : DIVISER ET FRAPPER

Diviser

Libérez Krivine verso
Tract juin 1968 Libérez Krivine verso

Le Pouvoir sait que les élections qu’il a jetées en pâture au mouvement ouvrier n’ont rien résolu. Tandis qu’il laisse pérorer sa Chambre inconditionnelle, il prépare plus sérieusement la rentrée.

Le Pouvoir a compris que le plus grand danger du mouvement de Mai était son unité. Il sait qu’à la rentrée, les hausses de prix, le chômage, la répression, vont relancer la lutte. Aussi cherche-t-il un combat en ordre dispersé.

  • A l’Université : le projet d’Edgar Faure est de faire une série de concessions temporaires et dé­magogiques, pour tenter de faire « participer » la masse des « bons étudiants » qui « critiquent, mais ne veulent pas la révolution ».
  • Dans les Usines : les concessions ont été très différentes selon les branches. Les secteurs les plus combatifs ont été frustrés ; là aussi, le but est d’isoler les travailleurs dans des actions par sec­teurs où ils seraient les uns après les autres battus.

Frapper

en menant une répression systématique contre ceux qui n’acceptent pas les « négociations » et la « participation » et veulent renverser le Gaullisme par la lutte.

Là aussi, le Pouvoir a tiré le bilan de Mai. Il a compris que la faiblesse du mouvement avait été l’absence d’une direction bénéficiant d’assez de prestige dans les entreprises pour mener la classe ouvrière à la victoire. La spontanéité a pu mettre le régime en danger, elle n’a pu le renverser. Mais aujourd’hui, dans les entreprises et les facultés, le prestige des militants d’avant-garde n’a cessé de croître.

Les militants ouvriers, écœurés par la politique des directions traditionnelles, se trouvent avec ceux qui poursuivent le combat. Les révolutionnaires se regroupent. Incapable de remédier aux causes de la crise de Mai, le Gaullisme tente de se sauver en s’attaquant à l’avant-garde.

LE PROCÈS DES MILITANTS EMPRISONNES EST LE PROCÈS DU MOUVEMENT DE MAI ET DE SON AVANT-GARDE

Le procès qui va s’ouvrir n’est pas celui d’Alain Krivine et de ses camarades. C’est le procès de tous ceux qui sont montés sur les barricades et qui ont fait grève pour renverser le Gaullisme.

C’est le procès de ceux qui veulent en finir avec la domination d’une infime minorité sur les richesses de la société. C’est le procès de tous ceux qui veulent s’organiser pour continuer le combat. C’est le procès de l’avant-garde révolutionnaire.

La bourgeoisie veut que le procès ait lieu en plein mois d’août, car elle ne veut pas que les véritables juges, les étudiants et les ouvriers, donnent leur verdict par dizaines de milliers dans les rues de Paris. Elle ne veut pas que le procès ne devienne celui du Gaullisme.

Le Pouvoir n’a même pas cherché à donner réalité à son accusation de « constitution de groupes armés ». Jamais les accusés n’ont même été interrogés sur ce fait, l’interdiction touche non pas les ligues armées (qui se trouvent plutôt à l’extrême-droite), mais le droit de développer les idées révolution­naires, et d’organiser des militants autour de ces idées.

Tolérer que la « justice » gaulliste frappe les militants emprisonnés, c’est accepter l’«ordre» que veut rétablir le régime. C’est faire un premier pas vers la capitulation.

  • Libération des emprisonnés politiques !
  • A Bas l’Etat Policier !
  • Poursuivons la lutte d’Alain Krivine et de ses camarades en nous organisant pour préparer la rentrée.

Comité de lutte contre la Répression.


L’Internationale Situationniste –

de l’Histoire au mythe

Le film proposé sur cette page concerne l’Internationale situationniste (sans lien avec les tracts mis en ligne ci-dessus). Parce qu’un film sur les situationnistes concerne 1968, et l’image qui en est gardée.

2 réflexions sur « Tracts Printemps 1968 »

  1. Bonjour !

    Vos exemples de tracts sont très intéressants. Serait-il possible de connaître l’emplacement des diverses archives d’où ils proviennent ?

    Merci d’avance pour votre réponse.

    1. Bonjour,
      Ces tracts sont tirés du fonds d’archives Jean-rené Chauvin, dont l’inventaire est accessible en ligne sur calames :
      http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=FileId-1264

      Cette page indique également les coordonnées du CHS (Centre d’Histoire d’Sociale) où ce fonds est conservé (à Paris, donc) et les personnes à contacter si vous souhaitez consulter ces archives sur place

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants