Congrès de FO 1964

Le fonds d’archive Jean-René Chauvin est consultable au centre d’histoire sociale du XXe siècle  , 9 rue Mahler 75004 Paris.

Cet article est issu d’autres archives, celles d’André Calvès, il s’agit d’un article de 1964, écrit par Jean-René Chauvin, pour Le Militant (Bulletin du CRLS au sein du PSU), au sujet du congrès de FO de 1964

Réflexion-sur-le-congrès-FO-1964
Article de Jean-René Chauvin, 1964, Le Militant (Bulletin du CRLS au sein du PSU

REFLEXIONS SUR LE DERNIER CONGRES FO

Immobilisme et confusion, telles sont les impressions dominantes qui se dégagent du dernier congrès national de la C.G.T – F0.

Apres la grève des mineurs, après le congrès de la CGT qui avait à nouveau mais toujours formellement posé le problème de l’unité , après le congrès de la CFTC où le problème de la déconfessionnalisation de cette centrale avait été posé mais aussi ajourné, le congrès Force Ouvrière était attendu comme devant revêtir une particulière importance.

Par sa position même, FO pouvait jouer et peut encore jouer un rôle déterminant dans la voie de la réunification syndicale, rôle qu’il est impossible de remplir par la CGT comme par la CFTC.

Malheureusement cet espoir ne s’est pas confirmé. Pourtant,  jamais un congrès P.O. n’avait connu une telle affluence (1354 délégués) en raison des événements et aussi, du départ annoncé de Robert Bothereau.

Disons tout de suite qu’une fois de plus, la presse bourgeoise, des Echos à France-observateur a brouillé les cartes et influencé les débats d’une façon néfaste en étiquetant les courants qui s’affrontaient, de « syndicalisme moderne » et de « syndicalisme de Papa ».

En fait, trois courants principaux se sont manifestés. D’une part, la majorité réformiste animée et bien tenue en main par l’appareil de Bothereau : Son orientation se caractérise par son pragmatisme, sa prudence excessive à l’égard du pouvoir, sa politique de présence dans les organismes officiels (Conseil économique, Conseil supérieur du plan, Commission des revenus), son anti-communisme viscéral qui la conduit à repousser a priori toute unité d’action avec la CGT. Tout cela conduit à l’immobilisme dont se targue Bothereau lui-même.

De l’autre côté, deux courants minoritaires, l’un qualifié de moderniste par la presse , est conduit par Sidro (employés), Co tavs (cadres), Labi (produits chimiques ), Laval (métallurgie). Il pose ouvertement le problème, à terme et sous certaines conditions, de la réunification syndicale en même temps qu’il demande (d’une manière assez confuse à notre avis) la participation du syndicalisme à la gestion de l’économie.

Cette participation aux responsabilité s économiques et politique doit-elle s’effectuer dans le cadre du régime gaulliste, d ‘ une démocratie rénovée ou d’un régime socialiste ? ( ‘est ce que ces camarades ne précisent pas, et c’est ce qui a provoqué les critiques du second courant minoritaire fermement opposé a toute collaboration de classe, condamnant la participation des représentants syndicaux aux organismes officiels.

Ce courant qui est conduit par la majorité de l ‘Union départementale de la Seine, Lubin (fonctionnaires), Hébert (U.D. de Loire Atlantique), Renard (métaux), Pallordet (cheminots). Ida Boireau (employés) a réclamé la retrait des représentants syndicaux de tous les organismes officiels, s’est opposé à toute intégration du syndicalisme à l’Etat, à tous les niveaux, et a vivement reproché à la majorité ses carences, tant au moment des grandes manifestations populaires qui ont précédé la fin de la guerre d’Algérie qu’au moment de la grève des mineurs.

Mais la confusion est venue du fait que ces minoritaires se sont eux-mêmes, divisés sur le vote du rapport moral    …suite au verso,…,/

Réflexion-sur-le-congrès-FO-1964-verso
Réflexion sur le congrès FO (1964) verso

Les uns, malgré leurs critiques de la politique du Bureau Confédéral, ont voté Pour. D’autres se sont abstenus. Un tout petit nombre a été conséquent en votant Contre. Le résultat du vote ne reflète donc pas le réel rapport des forces. Si la minorité avait été unifiée et cohérente, elle aurait, comme au congrès précédent, rassemblé prés du tiers des mandats.

Le Congrès se solde donc par un coup de frein au courant d’unité qui s’était manifesté à la base dans l’ensemble du mouvement ouvrier.

Mais les problèmes demeurent, et la direction F.0., pas plus que celle des autres centrales, ne pourra les éluder éternellement.

Comme le soulignait Rino (U.D. de la Seine) beaucoup de délégués qui votent contre l’unité d’action au cours du congrès, la pratiquent parce qu’ ils y sont contraints par les événements et la volonté de l’ensemble des salariés. Ceux-ci d’ailleurs ne rejoignent aucune centrale syndicale,parce qu’ils n’arrivent pas à admettre qu’en face d’un patronat uni, les dirigeants syndicaux restent divisés. Il ne faudrait pas en conclure que les inorganisés sont indifférents et totalement dénués de conscience syndicale. Les conflits sociaux de ces dernières années ont prouvé qu’ils avaient leur tactique à eux, peut-être simpliste, mais pas si bête. Ils se lancent dans une grève lorsque les trois centrales en donnent la consigne, et refusent de se laisser entraîner dans des luttes de compétition entre les directions syndicales.

Face au régime qui ne cache pas ses intentions de domestiquer le mouvement ouvrier, les leaders syndicaux seront contraints de s’opposer à la politique d’intégration sous peine, comme le reconnaissait Bothereau lui-même, de devenir des fantômes sans base.

L’unité d’action s’impose donc de plus en plus, la réunification n’est qu!ajournée. Pour sortir de cette situation statique, il n’y à pas de remède miracle. Lés militants syndicaux devront tenir compte des aspirations des inorganisés,c’est à dire de la majorité des salaries. Ils ne les entraîneront qu’en leur faisant participer démocratiquement aux décisions elles-mêmes. Il leur faut, en outre, au sein de leurs organisations syndicales respectives, expliquer patiemment que les directions syndicales doivent conclure entre elles un véritable pacte d’unité d’action.

Mais un tel accord, ou un tel contrat, parce qu’il multipliera les mouvements de grève, posera le problème de l’Etat et du gouvernement. Aussi, un tel accord doit-il associer, selon des formes à discuter publiquement, les organisations politiques ouvrières, et exige la mise sur pieds d’un programme commun. Ou le mouvement ouvrier laisse l’initiative au pouvoir gaulliste, ou dès aujourdhui , il prépare les conditions d’une offensive généralisée des travailleurs.

J.R. Chauvin. (Syndiqué F.O.)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants