Quelques articles d’archives sur la Yougoslavie (1949-1952)

Belgrade, 1956, Tito (Jean-René Chauvin au centre de la photo), Chauvin Fonds

Coupure de presse, fonds Jean-René Chauvin, Franc-tireur, 01/11/1949

Comment l’existence des deux blocs préserve le régime Tito

Les « mesures plus efficaces » dont le Kominform menaça Tito lorsqu’il l’excommuniait,  le monde entier les a d’abord redoutées.

Les mois ont passé et la You­goslavie hérétique, maintenue au centre de Vattention internatio­nale par l’implacable hostilité so­viétique. a démontré sa solidité. Toutes les « mesures  » de l’U.R.S.S. et de ses satellites, jusqu’au procès Rajk, jusqu’à la dénonciation des traités d’amitié et d’assistance mutuelle, jusqu’aux brutales explosions de diplomates, se sont révélées bien peu efficaces.

Tentatives d’intimidation, tout au plus, et qui n’empêchent pas le spectre du titisme de rôder allègrement dans les « démocraties populaires » et d’apparaître, à la longue, autrement plus efficace que la résolution du Komin­form et ses suites.

FT 1949 TitoMais les armes menaçaient sans doute de se rouiller. Voilà qu’une nuit, sur la frontière entre la Croatie et la Hongrie, les mitrailleuses, les mortiers, les canons antichars, les grenades à main, les fusils-mitrailleurs, huit heures durant, ont fait retentir leur vacarme. Simple rappel : les « mesures efficaces »  sont là. toutes prêtes, à porter, de ta main.

Regardez la carte. Sur plus des trois quarts de frontière terrestre  la Yougoslavie fait face aux troupes russes. Hongrie, Roumanie,  Bulgarie, Albanie : ces pays sont en fait occupés. Légalement  pour les deux premiers, car on a beau dire « républiques sœurs », les traités n’en jouent pas moins. L’armée russe a le droit d’y passer et — pour autant que cela est nécessaire à la protection de ses communications — d’y stationner. Et cela aussi longtemps que dure l’occupation russe en Autriche. Aussi, rien d’étonnant que les négociations sur le traité de paix autrichien soient interminables.

Avec ou sans raisons, les troupes russes sont là. Et, depuis une année, les frontières prennent de plus en plus l’aspect redoutable d’un front organisé. Des ouvrages fortifiés émergent des prairies, s’accrochent au flanc des ravins et des vallées. On bétonne, Ou prend position. On organise le terrain. C’est la nouvelle ligne Staline.

Un pont aérien

Les estimations des experts sont les suivantes : trois divisions en Hongrie, de cinq à six en Roumanie, en Bulgarie au moins deux avec le renfort d’au moins 10.000 hommes de l’armée grecque de partisans.

Pour l’Albanie, les choses sont plus délicates. Elle n’a pas de frontière commune avec le reste du monde russe. Aussi un pont aérien (qui n’est quand même qu’une réduction de celui de Ber­lin) sert-il au transport des troupes, du matériel, du ravitaillement.

Dans toute la zone de cet encerclement militaire le même scénario se déroule : arrivée des troupes russes, réquisition d’une partie (ou de la totalité dans certains cas) des logements, arrestations et déportation des habitants considérés comme suspects, réquisition de main-d’œuvre pour les travaux militaires. La police de sécurité soviétique exerce un contrôle souverain sur toute l’ac­tivité de ces régions. Pour les ouvrages les plus importants (ou secrets , une main-d’œuvre de déportés est amenée à pied d’œuvre.

Tels sont tes préparatifs soviétiques le long des frontières de Tito.

La précaution macédonienne

Bien entendu, les Yougoslaves se tiennent sur le qui-vive.

Les grandes manœuvres d’automne de l’armée de Tito ont revêtu, cette année, une ampleur exceptionnelle. Outre les jeunes recrues, des réservistes sont appelés ; d’autres qui devaient être libérés ce mois-ci ont vu la durée de leur période de rappel prolongée.

Aux précautions militaires — dérisoires si l’on considère la disproportion des forces entre l’U.R.S.S. et la Yougoslavie — s’ajoutent les précautions d’ordre national, social, politique. La Macédoine yougoslave est au centre des préoccupations du gouvernement  Il s’agit de lui donner un grand essor culturel — qui est déjà fort avancé — social, national (dans le cadre d’un fédéralisme yougoslave très positif) et, mais c’est là le plus difficile, économique. Il s’agit de prouver à tous les Macédoniens que Tito seul a permis au grand rêve de la « nation macédonienne » (qui périt avec Pyrrhus) de prendre corps dans le monde moderne. Il s’agit de désarmer à l’avance toute utilisation possible des Ma­cédoniens bulgares et roumains contre la Yougoslavie.

Le salut dans la rivalité des deux

Mais en fin de compte, c’est seulement à la guerre froide entre les deux géants que la Yougoslavie doit d’avoir échappé jusqu’ici aux mesures efficaces.

S’il s’était trouvé seul en face de l’U.R.S.S., un incident de frontière comme celui de Donji-Miholats aurait rapidement ramené Tito et ses partisans dans les montagnes. Il n’aurait pu espérer de meilleur sort que de reprendre contre Staline la guérilla qu’il terminait victorieusement, trois ans plus tôt, contre Hitler.

Tito l'huma provocateurs trotskystes

l’Humanité du 7 septembre 1949

Coupure de presse furieusement  anti-titiste tiré du fonds d’archives de Jean-René Chauvin 

Digne désormais des dollars de Truman

TITO prend la relève

des provocateurs trotskystes

Les agences de presse anglo-américaines confirment tous les jours la sollicitude des impérialistes envers la clique Tito. L’Export-Import Bank va donner une réponse favorable à la demande yougo­slave d’un prêt de 25 millions de dollars. La Banque Internationale se propose d’accorder au dictateur de Belgrade l’argent sollicité par lui. Enfin, on déclare, dans les milieux anglais bien informés, que la conclusion du traité commercial anglo-yougoslave de cinq ans n’est plus qu’une question de jours. 

Chacun sait aujourd’hui ce que signifie une pareille orientation économique. Cela veut, dire livrer son pays A la colonisation impérialiste, permettre aux Anglo-Américains de s’immiscer dans les affaires intérieures de la Yougoslavie.  D’assez clairs exemples de « marshallisation » ont été fournis par la France et l’Italie pour qu’il puisse échapper. que le chemin suivi par Tito est, à cet égard, le même qu’empruntèrent les gouvernants français et italiens lorsqu’ils livrèrent l’économie et partant  l’indépendance de leur pays aux maîtres de Washington. Tito est maintenant un rouage du système américain. Et d’ « obligé » de Wall Street, on est tout naturellement appelé à être un agent de l’impérialisme.

Pourtant, la clique Tito n’a à la bouche que le mot de « socialisme ». Son idéologue officiel, Mosse Pija-de, prétend « expliquer  » et « appliquer  » Lénine et insulte à longueur d’articles et de discours l’Union Soviétique, pays du socialisme vivant.

Mais qu’est-ce que ce « socialisme » titiste qui est prêt à soutenir tous les impérialistes et réactionnaires du monde, les plus brutaux, comme Tsaldaris, les plus puissants, tels les banquiers de Washington, les plus intelligente des limiers de l’«Intelligence Service », les plus « à droite > des sociaux-démocrates de droite, comme Saragat ? Est-ce au « socialisme » de Tito que va l’admiration d’un journal comme «l’Aurore» qui parle de son  » ascendant extraordinaire « , dans une série de reportages favorables consacrés à la vie actuelle en Yougoslavie ?
Trotsky aussi fut jugé « remarquablement intelligent » par la presse bourgeoise de tous les pays capitalistes, et les louanges de cette même presse ne manquèrent plus à Doriot dés qu’il trahit le peuple’ et, renégat de la cause ouvrière. s engagea dans la voie qui le mena au fascisme et à la Légion antibolchevique.

En vérité, Tito s’emploie à prendre la relève du trotskysme. Celui-ci a été à tel point discrédité, quand se sont révélées au grand jour ses liaisons avec les agents hitlériens, que l’Intelligence Service et les services secrets américains lui cherchaient un remplaçant,ils ont trouvé un groupe d’aventuriers
qui acceptait de jouer ce rôle de provocateur antisoviétique à phraséologie « socialiste « .. : c’est la clique de Tito.

Pour ce faire, Tito a dû d’abord éliminer le Parti Communiste en tant que force dirigeante de la classe ouvrière yougoslave.  » Liquidateur « , comme Trotsky, Tito a procédé en plusieurs étapes.

L’organe du Bureau d’information des Partis Communistes et Ouvriers nous en explique le processus :

«Après la guerre, la clique de Tito à ouvert toutes grandes les portes du Parti Communiste à divers éléments de la petite et moyenne bourgeoisie des villes, aux koulaks et autres masses exploiteuses. On a admis au Parti des spéculateurs et des arrivistes qui ont utilisé leur appartenance’ au Parti Communiste pour s’assurer une position élevée dans l’appareil d’État. C’est surtout en 1947 et dans la première moitié de 1948. avant la publication de la résolution du Bureau d’information, qu’on a largement recruté ces éléments. A cette époque, la clique Tito a mené, dans le dos de i’Union Soviétique, des pourparlers secrets avec la clique militaire réactionnaire des Anglo-Américains et s’est préparée à passer ouvertement dans le camp de l’impérialisme, (…) ouvrière s emparent de plus en plus des positions dirigeantes. Ainsi, elle a complètement préparé les conditions nécessaires pour faire du parti un instrument de l’appareil policier. »

« A la veille et au lendemain de l’adoption de la résolution du Bu­reau d’information, la bande fas­ciste de Tito a commencé à exercer contre les communistes yougoslaves une terreur féroce, à rendre jaloux les policiers de la Gestapo.  Tous les communistes qui s’étaient prononcés contre la politique traîtresse de la clique de Tito, pour l’amitié avec l’Union Soviétique et les pays de démocratie populaire, ont été exclus du Parti et jetés dans les prisons et les camps de concentration. Des dizaines de milliers de communistes et de sans-partis, amis de l’Union Sovié­tique, ont été arrêtés. On a créé des camps spéciaux comme ceux de Zabela (Serbie), Lona (Croatie), Vrchatz (Voïvodine), etc., où ont été jetés des dizaines de milliers des meilleurs fils et filles de la Yougoslavie. »

La terreur sévit dans le pays. Des combattants notoires de la guerre de libération, tels que le général Jovanovitch, Ilja Boulatovitch, ont été assassinés. Des dirigeants du Parti Communiste, comme Joujovitch, Plebrang Lumovitch et d’autres, ont été jetés en prison et torturés.

C’est ainsi que la clique Tito a brisé le noyau internationaliste du Parti Communiste de Yougoslavie.

Pourtant, la terreur policière de Kankovitch n’a pas réussi à détruire les forces saines du Parti Communiste Yougoslave. Grâce aux expériences de la lutte clandestine contre l’occupation allemande  ces forces résistent au régime de Tito. Ces forces ont pour tâche de reconstituer le Parti Communiste Yougoslave, de créer une organisation nouvelle, avec un nouvel organe central.

Tout l’appui des prolétaires et des amis de la paix dans le monde est acquis dans cette lutte aux communistes yougoslaves restés fidèles à la classe ouvrière et à l’amitié avec l’U.R.S.S.. les démocraties populaires et les travailleurs de tous les pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants