Le PSU et France-Observateur

Vous trouverez sur cette page quelques documents du fonds Chauvin relatifs au PSU et à France-Observateur. Les documents ont été scannés avec OCR (reconnaissance optique des caractères) de façon à pouvoir être intégrés dans le corps de la page. Rappelons que Jean-René Chauvin a rejoint le courant SR du PSU en 1963, et qu’il y restera jusqu’en 1969.

1) lettre de J.R. Chauvin à André Calvès

Mon cher Calvès,

Encore un dernier mot avant de boucler le sac et de partir.  Il faut veiller au grain du côté du « Conseil de France-Observateur ».   Je t’ai déjà dit dans mon mot gribouillé ce matin qu’il faut y envoyer un copain sûr et peu connu, mais qu’il faut aussi faire une démarche, auprès de certaines personnalités qui sont utilisées sans le savoir dans la lutte intérieure au PSU.

Je propose une lettre qui pourrait être signée de Verdier, D. Mayer, de Poperen, de Bourdet, et de certains de chez nous, peut être Nadeau et Cassou. À une seconde étape cette lettre pourrait être rendue publique. L’objectif et de court-circuiter l’organisation parallèle qu’ils sont en train de monter et de montrer clairement à l’opinion qu’il s’agit de l’amorce d’un regroupement de la gauche non-communiste .

Voici un modèle de lettre. Vous pouvez le modifier si vous adoptez ce projet. Communiqué en un exemplaire à Bleibtreu et à Lequenne.

Cher ami,

Nous avons appris par la presse que vous faisiez partie du Conseil de France-Observateur. En temps normal nous n’aurions rien à redire à une telle initiative que nous aurions souhaitée venir beaucoup plus tôt. Elle survient en effet au moment où le PSU et France- observateur connaissent les même difficultés, et cela nous invite à nous interroger sur l’effet de la constitution d’un tel conseil au sein du PSU.

Il est de fait que France-Observateur a pris ouvertement position pour une des tendances du PSU au point d’éliminer un peu brutalement notre camarade Claude Bourdet. En même temps ce comité de rédaction s’allie, par votre conseil à des personnalités extérieures au PSU. Quoi qu’on en dise l’on ne peut se défendre d’y voir-une sorte de pression extérieure pour tenter d’infléchir le PSU vers une orientation qui coïncide avec la conception d’un regroupement de la gauche non-communiste. La composition du Conseil de F. Ob. est d’ailleurs très significative puisqu’elle constitue une espèce de microcosme de ce regroupement auquel la majorité du PSU est actuellement hostile et lui préfére une union sans exclusive de toute la gauche socialiste.Aussi pensons nous que loin de ressouder les liens entre les différents du PSU d’abord et de la gauche socialiste ensuite cette initiative tend au contraire à accentuer le clivage en lui donnant une forme organique.

Pourquoi tous les courants du P.S.U. ne sont ils pas représentés à ce Conseil ?

Peut on dire que ce comité rassemble tous les courants de la gauche socialiste alors que certaines personnalités en sont exclues ? Citons Breton, Nadeau, Sartre, Francis Jeanson, Dresch, et au sein du PSU, Verdier, D. Mayer, Poerren, Craipeau, Bleibtreu… 

Lettre de Chauvin à Calvès PSU France Observateur recto Lettre de Chauvin à Calvès PSU France Observateur verso

Ceci pose le vieux problème des rapports d’un parti ouvrier avec un organe de presse extérieur au parti.

Nous avons connu dans le passé une expérience malheureuse qui aurait dû nous instruire. Celle du R.D.R.  A l’époque le quotidien Franc-Tireur sans en être l’organe officiel avait lancé et soutenu ouvertement le RDR. Mais rapidement le comité de rédaction de ce journal a pris une position de plus en plus pro-atlantique et pro SFIO, tandis que la base militante du RDR restait attachée à l’indépendance à l’égard des blocs comme du réformisme et du stalinisme. Le résultat ne s’est pas fait attendre le RDR a disparu.Cependant sa base militante s’est retrouvée peu après dans les différentes formations qui du CAGI au FSU en passant par la nouvelle gauche et l’UGS ont exprimé ce Courant .

Le PSU est aujourd’hui bien plus fort que le RDR et il est peu probable que France Observateur, moins solide financièrement que Franc-Tireur puisse délibérément tourner le dos à ce courant, ou seulement espérer l’infléchir.

Les militants du PSU n’ont que leurs cotisations et leur main d’oeuvre bénévole pour faire vivre leur parti et ses modestes publications. Ils ne peuvent que se réjouir quand un organe de presse à grande diffusion les appuie. Mais lorsque cet organe de presse prend des positions différentes de celle de la majorité du parti, et que celle-ci y est même attaquée sans pouvoir répondre, vous comprendrez qu’ils s’inquiètent d’une initiative qui prend l’allure de pression qui porte atteinte à l’indépendance du parti et à sa démocratie intérieure.

Nous estimons donc nécessaire d’attirer votre attention sur le danger de clivage que fait peser sur le PSU l’initiative à laquelle vous avez adhéré, membre ou non du PSU vous ne devez pas en ignorer toutes les implications. Il est possible que certaines personnalités sympathisantes du PSU mais extérieures à lui et donc peu au courant de la crise actuelle aient donné leurs signature sans connaître toutes les conséquences qu’entraîne la constitution d’un tel conseil embryon d’un rassemblement de la gauche non communiste.

Nous pensons qu’une discussion loyale et ouverte ne peut que profiter à l’éclaircissement de ces idées et de la stratégie nécessaire.  C ‘est dans c’est esprit que nous vous proposons un dialogue et si possible une rencontre .

Nous espérons que vous aurez à coeur de nous répondre

Fraternelles salutations socialistes.

Cette lettre n’est qu’un projet. Je l’ai rédigée à toute vitesse, mais je pense que l’essentiel et le ton y sont. Fais le nécessaire A mon retour.

Jean René

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants