Jeunesses Laïques combattantes

 ESPOIR                   N°1  (fin 1943)       Bulletin des Jeunesses Laïques combattantes

SOMMAIRE :

Jeunesses Laïques combattantes page 1
Jeunesses Laïques combattantes page 1

Dans ce premier bulletin, nous voulons nous adresser plus particulièrement aux jeunes de tous les mouvements, Jeunes qui pour des raisons diverses se tiennent encore en dehors de la résistance. Beaucoup d’entre vous sont désorientés par les événements actuels nous voulons leur donner les éclaircissements qu’ils réclament. D’autres sont prêts à se rallier à nous, à ceux-là qui suivent avec sympathie tous les efforts de la Résistance, nous souhaitons apporter le coup main qui leur permettra de travailler avec nous. A ceux qui déjà travaillent isolement nous voulons faire sentir la nécessité d’un lien, d’union de toutes les forces combattantes pour augmenter notre puissance et hâter le moment de la libération. Jeunes, c’est aux camarades de notre âge que nous nous adressons sans vouloir créer un fossé entre les adultes, nous pensons que nous avons des tâches plus spéciales. Laïques, ceci n’est pas employé péjorativement de notre part comme une philosophie ou une confession quelconque, mais simplement pour affirmer notre position et prouver que comme nos jeunes camarades catholiques, protestants, juif, nous avons au nom de nos principes ce solides raisons de lutter pour la libération. Tous ne renions rien à nos idées et ne demandons pas aux camarades d’abandonner leur religion, seulement nous savons que tous, au nom de nos principes nous devons réaliser l’union et nous somme heureux de lutter fraternellement côte à côte avec les jeunes catholiques, les jeunes protestants, les jeunes M.U.R. et les jeunes communistes, contre le fascisme hitlérien qui serait, s’il triomphait, le règne de la barbarie contre toutes les idées de justice et de progrès. Combattants, beaucoup d’entre nous le sont depuis que l’hitlérisme menace l’Europe. Anciens ou nouveaux nous savons que nous ne nous permettrons aucun moment de répit tant que sera debout l’armée allemande et ses serviteurs Vichyssois. Nous ne saurions parler de repos tant que ne seront pas réglés les problèmes qui intéressent notre vie. Nous ne voulons pas ici faire le procès de votre Mouvement ni de vos responsables, mais simplement essayer avec vous d’analyser tout ce qui empêche une grande partie d’entre vous de participer activement à nos cotés à la Résistance .                          

 

Jeunesses Laïques combattantes versoPar un souci très méritoire de liberté vous ne voulez vous mêler à aucune lutte politique craignant l’ingérence de tel ou tel parti. Les taches de la Résistance actuelle ne sont pas les tâches d’un seul parti. Chacun y garde ses particularités, son autonomie. Au nom de la Liberté, vous n’avez pas le droit d’ignorer les luttes actuelles car c’est précisément de la défense de la liberté individuelle qu’il s’agit lorsque nous nous opposons par tous les moyens au triomphe de l’armée allemande et des policiers vichyssois. Vous n’avez pas le droit de croire et de prétendre que vous êtes assez malins et assez forts pour vivre libres sous n’importe quel régime. Ou alors vous signez votre arrêt de mort ou vous entrez dans un des ces immenses camps de concentration dont veulent doter l’univers le sinistre Hitler et ses valets avoués ou inavoués : Pétain, Laval, Darnan. Vous en faites déjà la triste expérience lorsqu’un ordre laconique vous enjoint de partir en Allemagne. Au nom de la Liberté, vous ne pouvez rester passif car vous servirez inconsciemment le fascisme allemand qui vit grâce à l’acceptation de tous les indécis.

Vous êtes pacifistes non violents et vous ne faîtes rien pour hâter la fin de la guerre. Croyants d’une nouvelle religion par votre attitude rien dans vos actes n’empêche l’horrible guerre de déferler sur l’Europe. Combien de ces non-violents à tous crins ne sont que des lâches qui expliquent leur attitude par de vagues paroles humanitaires.

La guerre actuelle et l’oppression qui fait couler tant de sang ne seront empêchés que lorsque seront abattus tous ceux qui vivent de la guerre et de l’oppression. Et ce ne sont pas les paroles idéalistes qui peuvent empêcher les canons de broyer l’humanité, ni les mitraillettes de la milice d’abattre les meilleurs défenseurs de la liberté. Autant que vous, nous avons horreur de la guerre, seulement ce dégoût se transforme chez nous en volonté de lutte, et nous savons tout le mal pernicieux qui se cache derrière les théories de Giono, de Huxley, et comme elles exaltent la lâcheté, l’égoïsme et finalement la servitude.

Vous avez cru que de petites communautés résoudraient au mieux les problèmes de la vie actuelle. Vous avez cru que le départ le dimanche vers la nature pourrait vous faire oublier toutes les misères de la société. Lequel d’entre vous peut encore affirmer que les sorties le dimanche vous offrent encore la certitude d’être des hommes heureux, alors que le nombre de ceux qui sortent est de plus en plus réduit; parce que les souliers et le matériel sont rares, le ravitaillement impossible, les voyages hors de prix, parce que partout l’occupation et l’occupant manifestent leur présence. Votre pacifisme, vos communautés, empêchent-elles de nombreux camarades d’être prisonniers (ceux-là ne veulent revenir que dans une France libre, une Europe débarrassée du spectre du nazisme. Pouvez-vous prétendre de bonne foi que vos idées et vos essais soient une arme contre les camps de concentration, contre le régime policier, contre le STO. Tous ceux de vos camarades qui refusent de partir vous répondent. Il faut donner un sens à cette réponse et la rendre efficace ou alors, finalement, vous devrez vous courber et marcher. Vous êtes féru d’éducation, nous ne pouvons oublier tous les autodafés des meilleurs livres allemands. En France, les écrivains les meilleurs sont interdits, les écoles sont supprimées, les programmes expurgés de tout ce qui est vérité, progrès.

Jeunesses Laïques combattantes page 3
Jeunesses Laïques combattantes page 3

Certaine d’entre vous bâtissent des théories révolutionnaires sur tout et vous disent éduquez-vous en oubliant que l’éducation n’est pas seulement livresque. Nous ne sommes pas contre l’éducation au contraire, nous nous proposons dans nos prochains bulletins de vous apporter le maximum de connaissances  mais nous savons que toute méthode qui n’est pas liée à une action, qui n’oblige pas à une action, ne peut se contrôler et est criminelle. Car le moment est grave si c’est de notre vie et de notre mort qu’il s’agit. la lutte actuelle réglera pour très longtemps les possibilités d’éducation, être en dehors de cette lutte, c’est être à côté du vrai problème de l’éducation. Il n’y a pas d’éducation révolutionnaire sans action révolutionnaire  L’Etude peut certes familiariser avec les théories, mais ce n’est qu’à votre expérience de chaque jour que vous pourrez juger de telles tactiques. Pour l’instant l’action des jeunes consiste à organiser de toutes façons les réfractaires au STO, à appuyer le bataille qui se livre en France entre l’armée d’occupation et ses valets Vichyssois et ceux de la résistance  Cela assigne des tâches précises incompatibles avec le bavardage poseur, la dignité humaine que vous voulez redonner a tous vous fera comprendre la voie ce la Résistance.  Hors cette voie pas ce salut. Nous ne voulons pas vous détourner ce vos activités naturelles, seulement nous vous demandons de réfléchir a cette affirmation que vous sentez confusément vous mêmes. Actuellement certains ce vos problèmes ne pourront être résolus qu’à l’issue de la lutte sanglante qui se déroule, certaines de vos activités ne pourront s’épanouir que lorsque la France sera libre et débarrassée ce toute contrainte policière et matérielle. Souvent vous usez la plus grande partie de votre temps à maintenir la vie de vos groupements, ceci vous détourne de la seule tâche qui, achevée  pourrait permettre un accroissement de votre mouvement et verrait refleurir toutes les activités qui tendent à donner une dignité à l’homme. Ne restez pas en dehors de cette tâche qui réclame le meilleur de vous mêmes, au nom même de vos principes rejoignez les rangs ce ceux qui résistent et luttent malgré tout pour la libération et une vie digne d’intérêt valant la peine d’être vécue.

LE PAPIER EST RARE…   NE JETEZ PAS CE BULLETIN  DIFFUSEZ LE AUTOURS DE VOUS


Jeunesses Laïques combattantes page 4
Jeunesses Laïques combattantes page 4

AUX JEUNES DE LA RÉSISTANCE

Nous voulons parler dans ce bulletin à tous les jeunes de la France Combattante, dans le Maquis ou dans la Résistance des villes, pour les aider à comprendre leur temps et leur position dans le monde qui change. Certains d’entre vous résistent à l’envahisseur allemand depuis la défaite, ils continuent la guerre perdue par d’autres moyens, ils n’ont jamais douté un instant de leur devoir de citoyen et d’homme. La plupart d’entre vous n’ont pas participé aux batailles de 39/40. C’est peu à peu sous la pression des faits, sans préparation politique ou militaire, que vous avez découvert le devoir de résister à l’armée ennemie qui occupait le territoire national et qui au gouvernement qui faisait cause commune avec l’ennemi. La plupart d’entre vous n’appartenaient pas à des partis politiques, ni même aux organisations ce jeunesse; Vous faisiez votre travail, vos classes, vos études, sans ignorer. Evidemment les misères communes qui touchent toutes les familles françaises et toutes les classes de la nation, mais sans avoir eu le temps ou les moyens d’étudier systématiquement la situation politique, économique et sociale du monde qui allait soudain vous placer, les uns et les autres devant des alternatives cruelles, devant le choix entre l’exil en Allemagne, au service des hommes qui opprimaient votre patrie et l’exil en France, dans les montagnes au maquis ou dans l’illégalité traquée ces villes; devant le choix entre l’obéissance au gouvernement qui se prétendait légitime et l’unique dépositaire de l’honneur et de la tradition française, alors qu’il vendait cet honneur à l’ennemi et qu’il sacrifiait à son ambition, la tradition nationale d’indépendance et de liberté,- et le refus d’obéissance qui faisait de vous des hors-la-loi, des bandits. ceux qu’on condamne pour menées anti-nationales et pour atteinte à la sûreté de l’Etat, qui vous séparait de vos familles, qui vous jetait dans le danger perpétuel, dans la lutte incessante contre la plus formidable armée et la plus abjecte police que le monde ait jamais connues.

Ce choix qui vous a été imposé, a surpris un grand nombre d’entre vous. Beaucoup, ce n’est pas un déshonneur, ont cru longtemps que le Gouvernement du maréchal était le pouvoir légitime de l’Etat, sincèrement désireux de racheter par des réformes profondes des erreurs et des crimes que les gouvernements précédents avaient commis d’un cœur léger. Beaucoup ont cru que la victoire foudroyante de l’Allemagne sur notre armée créait un fait accompli irrévocable et que votre génération devait s’installer dans cet état de fait pour en tirer les meilleures leçons et le meilleur parti possible. Ils ne sont pas nombreux, dans les rangs des Français qui combattent, ceux qui, dès 1940, avaient compris que la lutte se poursuivait contre un ennemi sans merci et un gouvernement usurpateur, et que notre victoire était certaine. Un jour, la réalité vous a saisie. Le Service Obligatoire vous menaçait et vous avez préféré instinctivement la lutte nationale à l’esclavage dans le déshonneur.  Certains d’entre vous ont cru que les événements politiques ne les concernaient pas et qu’ils pouvaient réaliser leur désir de liberté et de joie dans des organisations et des communautés qui resteraient en dehors de toute lutte, de tout combat. Ceux-là ont réalisé que leur vie était artificielle et que les français n’échappent jamais au destin de leur pays. Tel [illisible] son père, son frère, son ami tomber parmi les otages qui payaient un crime dont ils ignoraient souvent et l’existence et l’auteur. Tel autre a hébergé, sans trop réfléchir, parce que c’était son devoir de Français et d’homme, un aviateur blessé, un juif persécuté, un communiste traqué. Tel a vu la maison de ses Parents réquisitionnée sans indemnité, du jour au lendemain par les troupes d’occupation. Tel autre a vu un prisonnier [illisible].

Jeunesses Laïques combattantes page 5
Jeunesses Laïques combattantes page 5
Jeunesses Laïques combattantes page 6
Jeunesses Laïques combattantes page 6

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeunesses Laïques combattantes page 7
Jeunesses Laïques combattantes page 7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA RÉSISTANCE VICTORIEUSE DE LA CORSE

Jeunesses Laïques combattantes page 8 - Résistance Corse 1943
Jeunesses Laïques combattantes page 8 – Résistance Corse 1943

Un journal algérien publie le récit suivant de la lutte du peuple Corse contre l’envahisseur fasciste :

  • Nous avons entendu l’un des héros de la Libération de la Corse. Nous l’avons entendu raconter une épopée.
  • Vittori organisait depuis des mois la résistance, à la Direction au Front patriotique.
  • Le 8 septembre, il est un des chefs du soulevèrent. C’est lui qui a commandé, pendant les journées de septembre, les partisans en guerre.
  • Il est maintenant, avec Pages et Maillot en mission à Alger, délégué du Front patriotique auprès du Comité Français de la Libération Nationale.
  • Vittori n’en est pas à son premier combat contre le fascisme.  Un officier des Chemises Noires qu’il désarmait il y a quelques jours, lui dit en le fixant dans les yeux:  « Je vous ai déjà rencontré … Je vous reconnais. Nous nous combattions déjà il y a six ans à Guadalajara… »

Vittori, vieux militant, était déjà à l’avant-garde de la lutte contre le fascisme, volontaire de la liberté en Espagne dans la 14ème brigade internationale. Il nous dit aujourd’hui avec tristesse : « Si nous avions vaincu le fascisme au delà des Pyrénées, nous n’aurions pas maintenant à l’écraser dans nos villages, devant la porte de la maison de notre mère. »

En Corse, l’organisation de la résistance a commencé en juin 1942. « Quand nous avons commencé le travail, nous dit Vittori, nous étions sept… Depuis, deux sont morts dans la lutte, un troisième a été condamné à 50 ans de travaux forcés. Les quatre autres sont encore à leur poste ce combat. »

Il  a fallu lutter, dans chaque village, contre les haines de clans, contre l’émiettement [illisible] qui divise. En quelques mois, la haine de l’occupant, la fière volonté d’indépendance des Corses ont permis d’unifier le mouvement national sur les deux points essentiels du programme du Front patriotique :

1)   Chasser l’envahisseur.

2)  Donner à la France la possibilité de choisir librement son gouvernement.

Cette révolte sacrée de la patrie a incendié les âmes corses. Méthodiquement, l’insurrection a été préparée : à la veille du soulèvement, sur [illisible] de l’île, 25 tonnes seulement étaient tombées aux mains des occupants. [illisible] étaient armés.

Ce formidable mouvement national, unifié et armé, était dirigé par un groupe d’hommes traqués qui ont vecu des mois comme des sangliers dans le maquis. Installés à proximité de villages qui les ravitaillaient : les chefs de la Résistance se cachaient dans la montagne, installés tantôt dans des maisonnettes de bergers, tantôt dans des cavernes ou des grottes.

 » Il ya quelques mois, nous raconte vittori, nous étions dans la Casinca, dans une grotte de la montagne, avec notre poste radio et nos papiers. Dans une autre grotte était installée l’imprimerie clandestine commune à nos deux journaux : « Le patriote » et  »Terre Corse ». Un traître, en quittant notre P.C. est allé nous dénoncer à l’ennemi.

1200 Italiens cernent la montagne, certains déjà de saisir les responsables et le matériel. 

Les habitants du village voisin nous donnent l’alerte. Nous nous sommes éloignés de nos grottes pour ne pas faire repérer notre matériel. A la nuit, nous avons nous-mêmes ouvert le feu, Giovonni, moi-même et quelques autres camarades, contre les assaillants et nous avons réussi à franchir leur cercle. Les Italiens n’ont rien pu trouver. La direction était sauvée, et avec elle, notre radio et notre presse clandestine qui tirait à 6.000 exemplaires.

 » Nous ne nous sentions d’ailleurs pas seuls : pendant cette nuit tragique, les jeunes d’alentours étaient accourus en armes pour nous secourir.  Ils ont pénétré dans tous les villages occupés par les Italiens et ne sont repartis que lorsqu’ils ont été sûrs que nous avions échappé à la capture. »

Ces jeunes étaient organisés dans le Front Patriotique de le Jeunesse. Ils assuraient les liaisons, faisaient, la nuit, leurs 40 kilomètres dans le montagne, à travers les postes ennemis, pour retrouver les divers détachements de partisans et leur P.C. Ils ont fait preuve d’une incroyable audace dans les distributions de journaux et de tracts : en plein jour, on les a vus circuler en vélo  dans les rues d’Ajaccio et de Bastia pour rependre les papillons ou des tracts, et s’enfuir a folle allure.

 » Un jour, nous dit Vittori, je dirigeais un détachement qui devait s’emparer d’un dépôt allemand. Je refuse comme trop jeune, un garçon de 15 ans. Je le laisse partir, il prend un autre chemin, rejoint le groupe sur le lieu de l’attaque et, [illisible] Je l’ai vu abattre deux Allemands avec des chevrotines. Après le combat, l’enfant disait : « C’est le fusil de chasse de mon grand-père qui a 82 ans.

 » La terre corse a vu lutter et vaincre une pléiade de nos héros.  Voici, entre mille, un exemple : Le responsable militaire du canton de Porta est un sous-officier, Arrighi, du village de Silvareccio. Pendant l’occupation, pris par les Italiens, alors qu’il participait à un débarquement d’armes d’un sous-marin, enfermé à la caserne Marboeuf, il est torturé et ne dit pas un mot, sauvant ainsi la vie à ses camarades. Après dix sept jours de torture, alors que sa mort était certaine, il réussit à s’évader en [illisible] avec un couteau la porte de sa cellule. Malgré la Gestapo, l’Ovra et la police de Vichy, toute la Corse a connu cette évasion exceptionnelle.

Ces exploits individuels traduisent la volonté indomptable d’un peuple entier, debout et uni dans la lutte sainte de la liberté et de la patrie. Dans la région de la Casinca, c’est le docteur Cianarchi, l’un des rares conseillers généraux ralliés au mouvement, qui organisa, en pleine lutte, avec sept ou huit infirmières, un hôpital plus beau que ceux dont l’armée disposait en 1939.

Ailleurs, un instituteur, officier de réserve, tient le maquis avec [illisible] depuis le mois d’avril pour préparer militairement l’insurrection.

A Barchetta, un dépôt de vivres allemands est enlevé d’assaut : 5000 balles de farines sont saisies. Toutes les mères au village se mobilisent pour faire le pain et, le lendemain, tous les groupes voisins de francs-tireurs et partisans, et tous les villages des environs recevaient gratuitement une distribution de pain.

Partout, les paysans, les montagnards, les bergers ravitaillent les groupes au maquis. La reconquête d’Ajaccio est symbolique : 25.000 personnes se massent devant la préfecture pour maîtriser le préfet pétainiste. Sur la liste des arrestations établie par des patriotes ne figurent que 5 noms. L’unanimité française s’est faite en Corse comme sur le continent contre une poignée de traîtres.

C’est ainsi que nous trouvons dans l’épopée de la libération de la Corse un grand exemple et un grand espoir : à 150 ans de distance, nous voyons renaître l’esprit de Valmy et des volontaires français de la liberté.

DANS LE F.U.J.P. UNISSEZ-VOUS POUR CHASSER L’ENVAHISSEUR

Jeunesses Laïques combattantes - La Résistance Corse 1943-  page 9
Jeunesses Laïques combattantes – La Résistance Corse 1943- page 9
Jeunesses Laïques combattantes page 10 Libération Corse 1943
Jeunesses Laïques combattantes page 10 Libération Corse 1943

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeunesses Laïques combattantes page 12
Jeunesses Laïques combattantes – Conclusion page 12
Jeunesses Laïques combattantes page 13
Jeunesses Laïques combattantes page 13 – Conclusion

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants