Henri Berthomé


 

Les années de guerre et la déportation d’Eliane et Henri Berthomé, et de leur camarades trotskistes, sont exposés dans le texte suivant, écrit par un historien et consultable ici.


 Autres documents, Coupures de presse

Article de Rouge (LCR) février 1999

Mémoire – LES NÔTRES –  Henri Berthomé (1923-1999)

Rouge - Henri Berthomé 1923-1999Henri Berthomé vient de mourir à Quimper à l’âge de 75 ans. Il fut l’un des acteurs de l’action des trotskystes finistériens au sein de l’armée allemande d’occupation, exemple hélas trop rare de ce que pouvait être une politique révolutionnaire et internationaliste.

 Henri nous a quittés au terme de soixante années d’engagement dans les combats majeurs pour l’émancipation, dans des conditions parfois dramatiques. A 16 ans, ouvrier aux chantiers navals de Nantes, il adhère aux Jeunesses socialistes, avec son frère Georges. Les carences manifestes de la social-démocratie au début de la guerre les amènent à se tourner vers le trotskysme et ils intègrent le groupe nantais du POI (Parti ouvrier internationaliste) clandestin en 1942.

En mars 1943, 5 camarades de ce groupe nantais, parmi les­quels Henri et Georges, rejoignent Brest où le POI diffuse La Vérité clandestine et Front ouvrier en direction de la population  Travaillant à l’Arsenal, ils fournissent à Londres des plans de défenses allemandes, qui peuvent ainsi être bombardées.

Et surtout, ils s’engagent dans une action audacieuse en direction des soldats allemands, qui souvent étaient des ouvriers ou paysans sous l’uniforme, pour les appeler à lutter ensemble contre le fascisme et pour la révolution socialiste. Ils diffusent Arbeiter und Soldat, puis avec les premiers sympathisants allemands ils rédigent Zeitung fur Soldat und Arbeiter im Westen. Ils organisent ainsi une quinzaine de soldats de la Wehrmacht, gagnés à cette perspective antifasciste et internationaliste.

C’est aussi à cette époque qu’Henri fait la connaissance d’Eliane Ronel, une militante trotskyste quimperoise qui assure une partie des contacts secrets. Ils se marieront en 1947.

Une dénonciation conduira à une répression féroce en octobre 1943. Les soldats allemands sont fusillés. La majeure partie des militants finistériens sera arrêtée et déportée, ainsi que des dirigeants du POI comme Marcel Beaufrè­re.  Robert Cruau. dit Max, du groupe nantais est abattu alors qu’il tentait de s’enfuir.

Eliane est déportée à Ravensbrück puis à Wattensted, Henri et son frère à Büchenwald dans un premier temps, puis Henri à Dora et Georges à Albertstadt : il disparaît, vraisemblablement abattu en tentant de s’évader lors de la débâcle.

Henri, durement éprouvé par la vie concentrationnaire et par la mort de son frère, trouvera la volonté et l’énergie de poursuivre le combat. Son état de santé ne lui permettra pas de participer aux chantiers internationaux en Yougoslavie, qui apparaissait alors comme une alternative au stalinisme. Il prend ses distances avec les organisations trotskystes lorsqu’elles s’engagent dans un long proces­sus de déchirements à partir de 1947-1948.

Son retour à l’action poli­tique passera par l’opposition aux guerres d’Indochine et d’Algérie, le soutien aux luttes d’émancipation dans les colonies  Un groupe très actif s’est constitué sur le secteur de Quimper-Pont l’Abbé, groupe qui ne se reconnaît pas dans les politiques capitulardes ou conciliatrices de la SFIO et du PCF. A partir de 1955 ils formeront la Nouvelle Gauche puis l’Union de la gauche socialiste qui sera l’une des composantes du PSU en I960.

Photo Henri BerthoméMai 1968 sera pour lui un nouvel espoir et c’est avec enthousiasme qu’il est constamment sur la brèche avec la section locale du PSU : soutien aux luttes ouvrières comme Lip ou le Joint français, solidarité internationale avec la résistance au franquisme en Espagne ou contre la dictature militaire de Pinochet au Chili, opposition aux dévoiements totalitaires et aux crimes en URSS, dans les prétendues démocraties populaires ou en Chine. Ces dernières années nous l’avons vu essentiellement préoccupé par le risque d’un retour du fascisme. Alarmé par la montée de l’ex­trême droite en France et en en Europe, par les purifications ethniques qui réveillaient en lui de bien sinistres souvenirs, avec Eliane toujours, il consacre toutes ses forces à la solidarité avec les peuples de l’ex Yougo­slavie, au sein du comité Bosnie, dont il était président, et dans le collectif de solidarité avec le peuple algérien.

Nous conserverons d’Henri le souvenir d’un homme droit, d’une grande rigueur intellec­tuelle, soucieux de comprendre et d’anticiper les évolutions à l’œuvre dans nos sociétés. Le souvenir aussi d’une extrême gentillesse, d’une écoute toujours attentive alliées à une ca­pacité d’indignation intacte face aux injustices et saloperies de toutes sortes.

Il est difficile de trouver les mots pour dire le manque que cause une telle disparition et aussi la persistance dans nos mémoires des actes et des valeurs qui ont jalonné une telle existence. Nous assurons Eliane et leurs deux filles Martine et Michelle de toute notre sympathie.

Jean-Michel Manac’h


Hommage du Comité Bosnie de Quimper           Février 1999                                                                 Henri Berthomé : une vie accomplie

Henri Berthomé nous a quittés le 30 Janvier à l’âge de 75 ans. En cohérence avec ses choix de vie et ceux de sa famille, ses obsèques, le 3 Février au cimetière Saint Marc, n’ont donné lieu à aucune manifestation officielle.

Ceux qui l’ont bien connu, ceux qui ont estimé et aimé en lui l’ancien résistant déporté, l’inlassable militant politique et l’homme de cœur et d’honneur qu’il fut toute sa vie, étaient là pour témoigner de leur fidélité à son souvenir.

Ponctué de deux chants symboliques : « Nuit et Brouillard » et « l’Affiche Rouge », un dernier hommage lui fut rendu par Jaqueline Le Louet, femme de résistant interné, Lanig Le Dilosquer, ancien résistant et membre du comité Bosnie et Yvette Stéphant, représentant le comité Bosnie de Quimper.

En voici quelques extraits.  » Il est des vies d’hommes et de femmes qui contribuent à donner son plein sens à notre humanité. La sienne a témoigné jusqu’au bout d’une fidélité absolue à des valeurs humaines fondamentales. En 1939, c’est la guerre, Henri habite dans la région nantaise. Il a 16 ans, il adhère aux jeunesses socialistes, puis en 1941, à 18ans, à la 4ème internationale où son travail clandestin commence. Début 1943, avec son frère Georges et trois autres camarades qui doivent vivre dans la clandestinité pour échapper au S.T.O., il rejoint à Brest le groupe trotskiste. Des renseignements sur la base allemande sont transmis à Londres. Une action dangereuse commence : travailler par la propagande clandestine, à la désintégration de l’armée allemande. La Gestapo surveille depuis un moment l’organisation, tant à Paris qu’en Bretagne. Octobre 1943 ce sont les arrestations. Henri, son frère Georges, et une quinzaine de camarades sont arrêtés. Des soldats allemands sont fusillés. A Quimper Eliane est arrêtée. A Paris multiples arrestations des responsables dont l’écrivain David Rousset, qui, à son retour des camps, écrira l’un des livres les plus édifiants sur la Déportation : « l’Univers Concentrationnaire ». Henri sera déporté à Dora « l’enfer de l’enfer », son frère à Alberstadt d’où il ne reviendra pas, Eliane à Ravensbrück. Ils survivront durement marqués dans leur chair. Rentrés des camps en 1945, ils reprennent leur activité militante et sont de toutes les luttes importantes de ces 50 dernières années : luttes sociales, luttes antifascistes et internationales, contre le réarmement de l’Allemagne, contre la guerre d’Indochine, puis du Vietnam, contre la guerre menée pendant 8 ans par la France en Algérie, contre toutes les atteintes aux libertés, aux droits de l’homme et des peuples…

Son ultime combat, Henri le mènera jusqu’à son dernier souffle avec le comité Bosnie, et à son cri » Plus jamais ça »! Ces trois mots, écrivait-il récemment à la Fédération des déportés, sont dans les cœurs pour appeler à la vigilance. « 

Dans ce dernier combat, il apporte au Comité toute son expérience, sa sensibilité, sa réflexion, ses analyses politiques, sa volonté, sa ténacité à ne jamais démissionner. Pour lui, nous étions tous responsables, aussi bien nos gouvernants qui avaient laissé revenir la bête immonde que nous citoyens, si nous nous taisions, si nous laissions faire.

Henri n’a jamais cessé d’agir, avec clairvoyance, avec courage, inlassablement, malgré sa fatigue. Il s’est battu avec la simplicité et la force que donne la certitude de l’évidence : il ne faut jamais se taire.

Son militantisme politique allait de pair avec un sens aigu de la solidarité, de l’humanité et une grande tendresse. Avec Eliane, il a largement contribué à ce que le comité Bosnie ne soit pas un simple cercle de militants techniciens, mais un groupe de copains qui savent aussi parler de toutes les choses qui sont le sel de la vie.


« Des gars comme lui nous aident à mieux vivre » Henri Berthomé : « le sens d’une vie »

Henri Berthomé - une vie accomplie2 Henri Berthomé, Quimpérois depuis son retour de déportation  est décédé le 30 jan­vier à l’âge de 75 ans. Ses amis du comité Bosnie ont tenu à lui rendre hommage.

« En cohérence avec ses choix de vie et ceux de son épouse Elia­ne, les obsèques d’Henri Bertho­mé, célébrées au cimetière Saint- Marc le 3 février, n’ont revêtu aucun caractère officiel, explique Lanig Le Dilosquer, ancien résistant et membre du comité Bosnie. Deux chants, « Nuit et Brouillard » et « L’affiche rouge » ont symbolisé ces choix. »

Henri Berthomé a 16 ans quand il adhère aux jeunesses socialistes  18 ans à la 4ème Internationale  « marquant ainsi que, par- delà les frontières, il y avait d’abord la fraternité des hommes. » Pendant la seconde guerre mondiale, il s’engage, avec Eliane, qui deviendra son épou­se, dans une action de résistance très dangereuse. Arrêtés en 1943, ils sont déportés : elle à Ravensbrück, lui à Dora, « l’en­fer de l’enfer ».

Survivants des camps, durement marqués dans leur chair, ils reprendront leurs activités militantes : «luttes sociales, antifascistes et internationalistes, contre les guerres, les totalitarismes, les politiques d’agression… » Henri Berthomé livrera son ultime combat avec le comité Bosnie : « dans sa vigilance sans faille, il restait fidèle à l’esprit de la Résistance et à son cri trop souvent oublié : plus jamais ça ! »»… Quand notre mobilisation lui semblait fléchir, il la relançait avec détermination. * Il ne fallait jamais se taire ; il ne fallait pas qu’on puisse dire qu’on ne savait pas. »

Lanig Le Dilosquer se souvient aussi de la « tendresse » de son ami Henri. « Avec Eliane, il a contribué à ce que le comité Bos­nie ne soit pas un simple cercle de militants techniciens, mais un groupe de copains…. La guerre et l’horreur continuent dans les Balkans… On retrouve les mêmes agresseurs, la même idéologie, les mêmes massacres et… les mêmes reculades des grandes puissances. Comme l’a dit Yvet­te Stéphan, Henri nous a tant apporté. Des gars comme lui nous aident à vivre et à mieux vivre. »


Le Télégramme   13/02/1999

Henri Berthomé le télégrammeDécès d’Henri Berthomé : ses proches témoignent

Son épouse Eliane, et ses amis Lanig Dilosquer et Denise Herlédan, ont voulu qu’un dernier hommage soit rendu hier à Henri Berthomé, décédé fin janvier.

Ancien résistant, déporté à Dora, Henri Berthomé a consacré sa vie militante à la défense des droits de l’homme et des peuples. A 16 ans, il a adhéré aux Jeunesses socialistes, à 18 ans, à la 4e Internationale. Il s’est engagé dans une action de résistance aux côtés de son épouse Eliane. Tous deux connaîtront la déportation, son épouse à Ravensbruck. Survivants, ils reprendront le combat politique et social, et seront de toutes les luttes durant ces cinquante dernières années, contre la guerre d’Indochine, la guerre d’Algérie.

Henri Berthomé a milité dans le comité Bosnie, contre la guerre en Yougoslavie, puis contre la guerre au Kosovo. « Il a renforcé nos raisons de vivre et de lutter. Il faut que ce qu’il a fait puisse servir à quelque chose au-delà de sa mort », nous a dit son ami Lanig Dilosquer.

Eliane, son épouse, a tenu à rappeler qu’« il s’est battu avec la simplicité et la force que donne la certitude de l’évidence, il ne faut jamais se taire. A partir du moment où on ne crie pas, on devient complice ».

Eliane et Henri Berthomé - Comité Bosnie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants