Eliane Ronël / Berthomé


 

Les années de guerre et la déportation d’Eliane et Henri Berthomé, et de leur groupe de camarades trotskistes sont exposés dans le texte suivant, écrit par un historien et consultable ici.


Autres documents : Coupures de presse / hommages Eliane Ronël

 Le TELEGRAMME -Quimper  15 février 2013    Le passé courageux d’Éliane Ronël

Fonds Eliane Ronël QuimperIl y a quelques années, la médiathèque recevait 700 livres ayant appartenu à la Quimpéroise Éliane Ronël et son époux. En les feuilletant, l’ancien conservateur du Musée départemental breton, a découvert à quel point le couple s’intéressait à la politique, la Résistance, la guerre. On connaît peu le passé engagé de la modiste installée au numéro 5 de rue du Chapeau-Rouge. Alors qu’elle n’est encore qu’une petite fille (elle est née en 1921), elle écoute son père, libre penseur, lui parler de liberté. Devenue trotskiste convaincue, elle s’engage dans le mouvement des Auberges de jeunesse et se rend en Allemagne à la fin des années 30. Elle effectue, à vélo, un tour de ces lieux d’accueil. Horrifiée par le nazisme, ses fastes et ses drapeaux, elle rentre en France et raconte son voyage. À Paris, elle rencontre Henri Berthomé qui devient son mari. La guerre venue, les époux entrent en résistance. Éliane Ronël est arrêtée le 7 octobre 1943, déportée à Ravensbrück le 17 avril 1944 et transférée au camp de Dora dépendant de Buchenwald. Les armées suédoises de Bernadotte libéreront Dora le 11 avril 1945. Rapatriée en Suède, Éliane Ronël y passera quelque temps avant de regagner Quimper. Son engagement dans la résistance restera secret, mais elle militera à nouveau au sein du PSU. Par ailleurs, elle reprendra son activité de modiste. Erwan Le Bris Du Rest reviendra plus en détail, sur les engagements, la vie si secrète d’Éliane Ronël et de son époux qui fut également déporté. Pratique Éliane Ronël, une femme qui a dit non. Conférence demain, à 15 h, à la médiathèque. Renseignements et réservations : tél. 02.98.98.86.60.

Le TELEGRAMME   Lundi 3 juin 2002 :

Eliane Berthomé 2002 le TélegrameEliane Berthomé : « Elle était de tous les combats »

Eliane Berthomé est décé­dée le 17 mai dernier à l’âge de 81 ans. Résistante et déportée, elle a milité jusqu’au bout, occupant la présidence du comité Bosnie-Kosovo après le décès de son mari, Henri, décédé en février 1999.

Ce week-end ses amis lui ont ren­du hommage. « Je considère comme le devoir de tout citoyen, de toute citoyenne digne de ce nom, de lutter contre l’injustice, contre l’atteinte aux droits de l’homme dans quelque pays que ce soit, dans quelque partie du monde que ce soit », avait écrit récemment Eliane Ber­thomé.

Eliane Ronel, de son nom de jeu­ne fille, était née dans une famille de chapeliers quimpérois. « A 18 ans, elle commence à lutter seule, elle écrit des petits papiers antinazis qu’elle colle sur les murs », dit Denise Herlédan. Fin 1940, elle entre en Résistance aux côtés de Brestois et adhère à la 4e internationale.

Arrêtée en 1943

En mars 1943, le groupe s’étoffe de militants nantais du Parti Ouvrier Internationaliste dont Hen­ri Berthomé qui deviendra son époux.

En octobre de cette même année, une vingtaine d’entre eux sont arrêtés sur dénonciation. Empri­sonnée à Quimper, puis à Rennes, à Romainville, elle sera déportée à Ravensbrück puis évacuée par les nazis vers le camp de Wattenstadt.

En 1945, elle sera libérée par la Croix-Rouge suédoise. Un an plus tard elle revient en France et épou­se Henri. « Je n’ai pas de regret de ma déportation, ce fut une expérience enrichissante qui m’a démontré combien j’avais eu raison de m’engager », a-t-elle écrit.

« Le goût de la lutte ne les quittera pas : opposition à la guerre d’Indochine, d’Algérie, soutien aux luttes anticolonialistes, adhésion à la nouvelle gauche puis au PSU, soutien au LIP, au Joint Français, dénonciation du totalitarisme en URSS, en Chine », note Anne-Claire Dellet.

Ce sera aussi le comité Bosnie-Kosovo à partir de 1992. « Toujours au fait de l’actualité, lectrice insatiable, Eliane relayait les actions d’Amnesty, de MSF, de Greenpeace, s’inquiétait de l’Algérie, de l’Afghanistan, des Tchétchènes, du sort des Palestiniens ».

Eliane BerthoméGénérosité extrême.   Lors de l’élection présidentielle, Eliane Berthomé avait appelé à voter contre l’extrême droite dans un appel de la FNDIRP. Elle avait aussi accepté d’être la présidente d’honneur du comité de soutien à Daniel Le Bigot, candidat aux législatives.

La veille de son décès, elle s’était rendue à Etel rencontrer deux anciennes déportées. « Elle en était revenue heureuse », disent ses amis.   « Elle était d’une générosité extrême  chez elle c’était toujours table ouverte, quand on était un peu las c’est elle qui nous entraînait, elle avait un humour extraordinaire  Jusqu’au bout elle est restée attentive aux désordres du monde ».

J.H.

Ouest-France, 3 juin 2002          « Elle savait mobiliser contre l’injustice dans le monde » Eliane Berthomé 2002 Ouest-FranceÉliane Berthomé : « lutter toujours »

Éliane Berthomé, figure quimpéroise de la lutte contre l’injustice dans le monde, s’est éteinte le 17 mai dernier, à l’âge de 81 ans. Ses amis du comité Bosnie-Kosovo ont tenu à lui rendre un dernier hommage.

« Je considère comme le devoir de tout citoyen, de toute ci­toyenne, digne de ce nom, de lutter contre l’injustice, contre l’atteinte aux droits de l’homme dans quelque pays que ce soit, dans quelque partie du monde que ce soit. » Comme le témoigne cette phrase pleine de sagesse griffonnée sur un carnet au crépuscule de sa vie, Éliane Berthomé a lutté jusqu’au bout pour un monde meilleur, pour un monde sans guerre, pour un monde plus juste. Cette figure quimpéroise s’est éteinte le 17 mai dernier, à l’âge de 81 ans, après une vie bien remplie de résistante.

A 18 ans, elle entame son com­bat seule. Elle écrit puis colle des petits papiers antinazis sur les murs de Quimper. En 1940, elle rencontre des camarades brestois qui luttent contre l’occupant. Elle s’engage alors à leurs côtés. En 1943, le groupe s’étoffe par la venue de camarades nantais du Parti ouvrier internationaliste dont Henri Berthomé qui deviendra quelques années plus tard son époux. Mais la lutte clandestine tourne mal.

En octobre 1943, une vingtaine de membres du groupe est arrêtée sur dénonciation. Henri est déporté à Büchenwald, Éliane est d’abord emprisonnée à Quimper, puis à Rennes avant de partir pour Ravensbrück. Mais la militante ne regrette rien. Sans amertume, elle sort grandie de cette épreuve. « Je n’ai pas de regret de ma déportation, ce fut une expérience enrichissante qui m’a démontré combien j’avais eu raison de m’engager. »

Malgré les conditions de vie atroces au camp de concentration, Éliane et ses camarades ne laissent pas s’éteindre cette flamme qui les anime. Libérée en 1945 par la Croix Rouge suédoise en échange de médicaments  elle revient un an plus tard en France où elle finit par épouser Henri. Ensemble, ils vont continuer le combat. Le goût de la lutte ne les quittera jamais : opposition à la guerre d’Indochine, à la guerre d’Algérie, soutien aux luttes anticolonialistes, dénonciation des totalitarismes en URSS, en Chine.

Mais son dernier grand combat, Éliane le mènera au sein du comité Bosnie-Kosovo à partir de 1992. Elle en deviendra la présidente après le décès de son mari en 1999. Un combat n’occultant pas l’autre, la militante suit jusqu’à la fin l’actualité et s’intéresse à la vie de tous les opprimés. Elle relaie les actions d’Amnesty, de MSF, de Greenpeace. Elle s’inquiète pour l’Algérie, l’Afghanis­tan, les Tchétchènes.

Son dernier acte de militante ? C’est au second tour de l’élection présidentielle, il y a quelques semaines, en appelant à voter contre l’extrême-droite. « C’était une é femme animée d’une rage de vivre exemplaire. Elle était de ces personnes qui nous aident à vivre et à mieux vivre. Elle nous manque c déjà », confient ses amis du comité Bosnie-Kosovo.

Ouest-France, 2 mai 1995   Éliane et Henri ont connu l’enfer

Ouest-France Eliane et Henri BerthoméVoilà cinquante ans qu’Eliane et Henri Berthomé sont revenus de leur voyage au bout de l’enfer. Ravensbruck pour elle, Buchenwald et Dora pour lui. Leur résistance physique, la profondeur de leurs convictions et la volonté de revenir témoigner ont enrayé la machine qui devait les détruire. Dimanche, devant le monument aux morts, le rappel des souvenirs a confirmé leur détermination à sa battre « contre tous les fascismes  d’où qu’ils viennent ». Sans renier les paroles de Louis-Martin Chauffier : « On ne doit pas répondre à la violence par la haine. Mais l’oubli serait démission et le pardon offense à la justice et injure aux victimes. »

Militant à 16 ans, à la section des Jeunesses socialistes animée par Georges, son aîné de trois ans, Henri n’est pas surpris par la déroute de 1940. « La décision de non-intervention en Espagne nous en avait convaincus et annonçait d’autres renoncements. » Ainsi, à l’arrivée des Allemands à  Nantes, la section de Rezé avait déjà gagné la clandestinité. La rencontre d’un responsable de fédération de la Somme allait les confirmer dans leur volonté de se battre. Et après le vote des pouvoirs au maréchal Pétain, c’est logiquement qu’ils adhèrent à la 4ème Internationale. Et participent avec elle à un noyautage de la Wehrmacht et de Todt. « Nous les Invitions à combattre l’impérialisme nazi de l’intérieur. »

Militante trotskiste plus ancienne  Éliane Ronel servait de relais, boite aux lettres et refuge au n° 5 de la rue du Chapeau- Rouge où Henri fit sa connaissance.  Mais une dénonciation démantela  à Brest comme à Paris, le groupe qui organisa également le bombardement de la base sous-marine du Nord-Finistère.

Une quinzaine de ses membres furent arrêtés et déportés, Robert Cruau simula la fuite pour être abattu, Yves Bodénès, André Le- Floc’h, Albert Goavec, Marcel Hic et Georges Berthomé ne revinrent pas. André Calvès put s’échapper, Philippe Fournié et David Rousset retrouvèrent leur pays en 1945.

Nos deux Quimpérois, quant à eux, n’ont pas cessé le combat. Qu’il s’agisse du Rwanda, de la Tchétchénie, de l’ex-Yougoslavie ou de l’Algérie, iis sont toujours en première ligne.

Photo Eliane et Henri Berthomé 1995

 

 

 

 

Hommage à Eliane Berthomé

« Je considère comme le devoir de tout citoyen, de toute citoyenne digne de ce nom, que de lutter contre l’injustice, contre les atteintes aux droits de l’homme, dans quelque pays que ce soit, dans quelque partie du monde que ce soit ».

Voilà ce qu’écrivait Eliane Berthomé, il y a très peu de temps, quand elle faisait un bilan de sa vie. Et elle commençait par « Pas de regret de ma déportation, [ ce fut ] une expérience enrichissante qui m’a démontré combien j’avais eu raison de m’engager ».

S’engager: S’il est un mot qui a bien pris tout son sens, c’est celui-là, tant Eliane s’est engagée dans la lutte et dans la vie.

S’engager. A 18 ans, déjà sensibilisée aux périls qui montaient en Europe par ses parents, Marie-Anne et Louis Ronël ( fascisme italien, montée de l’hitlérisme, guerre d’Espagne ) et aussi au racisme aux Etats-Unis, à l’antisémitisme, elle fait un voyage à bicyclette en Allemagne avec le mouvement des Auberges de Jeunesse. On est en août 1939. Elle a la confirmation, la certitude que le danger est là , tout proche, prêt à bondir : elle a découvert la réalité du nazisme, elle a vu la jeunesse embrigadée, la jeunesse en uniforme, les saluts hitlériens.

A 18 ans, à son retour, elle commence à lutter, SEULE. Elle écrit des « petits papillons » selon sa propre expression, des petites papiers antinazis, qu’elle colle sur les vitrines, sur les murs de la ville… s’engager, agir, même seule…

Assez vite, fin 1940, elle rencontre des camarades brestois qui luttent contre les nazis et résistent à l’occupation. Elle s’engage à leurs côtés:

Et c’est la diffusion, oh ! combien risquée ! du journal « La Vérité clandestine» , dont le premier numéro est paru en août 1940 et qui dénonce autant le gouvernement de Vichy que l’occupant nazi. Et ce sont les réunions clandestines, les diffusions de tracts (1941 ), une manifestation à Brest en 1942 !

C’est l’adhésion à la IV ème internationale. En mars 1943, le groupe s’étoffe par la venue de camarades nantais du Parti Ouvrier Internationaliste, dont Henri Berthomé et son frère Jo. Les risques sont énormes, ils sont jeunes, ils continuent à lutter, font du renseignement pour Londres, cachent des réfractaires au S.T.O., fabriquent des faux papiers, continuent à distribuer « La Vérité », contactent des soldats allemands qu’ils appellent à déserter. Ils distribuent au péril de leur vie le journal «Arbeiter und Soldat » édité à Paris. Et c’est Eliane qui assure aussi, comme agent de liaison, les contacts avec Paris, pour ramener du matériel d’imprimerie, et la presse clandestine.

C’est en octobre 1943 qu’une vingtaine d’entre eux sera arrêtée, sur dénonciation. Treize seront déportés. Douze soldats allemands seront arrêtés et fusillés. Pour Eliane, ce sera la prison à Quimper, les interrogatoires, puis Rennes, Romainville d’où elle sera déportée vers Ravensbrück le 17 avril 1944. Henri et Jo seront déportés à Buchenwald, puis Dora pour Henri, et Albertstadt pour Jo qui y mourra.

Ravensbrück 1944. Malgré les conditions atroces de la vie concentrationnaire, ce temps odieux du mépris de l’homme et du déni de l’humanité, Eliane et ses camarades ne laissent pas s’éteindre cette flamme qui les anime.

Résistance : dans les usines d’armement elles travaillent le plus lentement possible, laissent passer les obus défectueux, sabotent.

Solidarité, Vie : elles aident les malades, échangent des recettes de cuisine, des poèmes, et s’émerveillent encore devant un lever de soleil.

Il faut tenir. Il faut vivre.                                                                                                                   Il y avait aussi des coquelicots à Ravensbrück

1945. C’est la libération des camps. Eliane qui a déjà été évacuée par les nazis vers le camp de Wattenstedt, sera libérée par la Croix Rouge suédoise en Avril. Elle reviendra un mois plus tard en France.

1947. Eliane et Henri se sont retrouvés. J’ai à l’esprit une photographie d’eux, prise dans les Alpes lors de leur voyage de noce. Un décor de haute montagne, ils sont jeunes, extrêmement beaux. Ils ont l’air heureux : nulle trace de la guerre. Ce sont deux jeunes gens. Ils pourraient être insouciants, aller vers une vie tranquille, protégée, après ce qu’ils ont vécu.

Non. Ils continuent leur combat, c’est « un devoir pour eux ». La guerre les a marqués dans leur chair et dans leur âme, pourtant ils ne baissent pas les bras. Le goût de la lutte, le goût de la vie ne les a pas quittés.

Et c’est l’opposition à la guerre d’Indochine, à la guerre d’Algérie, le soutien aux luttes anticolonialistes, l’adhésion à la Nouvelle gauche puis au Psu. Les Lip, le Joint français, la dénonciation des totalitarismes en URSS, en Chine….. C’est la vigilance, la lutte incessante contre l’exploitation, l’oppression, l’agression de l’homme.

Eliane est présente dans tous ces combats pour les droits de l’homme, les droits des femmes.

Et c’est aussi, et il ne faut pas l’oublier, car c’est ce qui nourrissait leurs luttes, cet amour de la vie, car pourquoi lutter si on n’est pas passionné , « amoureux de vivre à en mourir ». C’est aussi les voyages, la découverte d’autres pays , d’autres gens , d’autres cultures. (Afrique, Algérie, Yougoslavie ) l’émerveillement devant les beautés du monde.

Il y avait des coquelicots à Ravensbrück, il y avait toujours la vie, le jardin, leurs filles Michèle et Martine, les chiens, ah! L’amour d’Eliane pour ses chiens, les nichoirs pour les mésanges, les sorties en mer en bateau, le jazz, les lectures et la rumeur du monde.

Ne jamais abandonner.

Et c’est aussi Le Comité Bosnie-Kosovo en 1992 dont Henri, puis Eliane ont été les présidents bien plus: des moteurs, des animateurs : manifestations, pétitions, organisation d’un voyage à Gorazde, accueil des réfugiés, rencontres d’élus… Eliane était sur tous les fronts, exigeante, obstinée, nous aiguillonnant, nous stimulant, nous galvanisant, même si parfois nous n’étions pas à la hauteur de son énergie phénoménale.

Ne pas baisser les bras, ne pas abandonner. Et surtout ne pas se taire.

Etre vigilant, s’informer, dire, lutter: déjà en 1993, elle parlait de la création d’un comité contre la montée de l’extrême -droite en Europe, était- ce prémonitoire ?

Et un combat n’occultait pas pour elle les autres luttes: toujours au fait de l’actualité, lectrice insatiable, elle relayait les actions d’Amnesty, de MSF, de Greeenpace, s’inquiétait encore de l’Algérie, de l’Afghanistan, des Tchétchènes , du sort des Palestiniens.

Jusqu’au bout elle a lutté, jusqu’au bout elle est restée attentive aux désordres du monde, appelant au nom de la F.N.D.I.R.P.à voter contre l’extrême droite au 2ème tour des élections présidentielles.

Jusqu’au bout. La veille de sa mort, elle est allée à Etel, en taxi rencontrer Germaine Tillion et Anise Postel-Vinay, anciennes déportées elles aussi. C’était un projet qui lui tenait à cœur et malgré sa fatigue, elle y est allée. Elle en est revenue heureuse… et elle a beaucoup parlé de la beauté du lieu.

Car Eliane, c’était aussi et peut-être surtout une « rage de vivre », un bonheur énorme de vivre, un plaisir de tout qui motivait ses engagements…

C’était une femme douée d’une énergie et d’une force de vie peu communes, impressionnantes. Elle aimait tant vivre, s’émerveillant de la beauté d’un oiseau, d’une fleur, de la fragilité d’un escargot qui traversait sa pelouse et qu’il fallait éviter. Elle était curieuse de tout, des gens , de leur vie, de leurs expériences. Elle était vraiment insatiable : et ce qu’elle ne pouvait pas ou plus faire, il fallait le faire quand même : ceux qui ont fait des voyages avec elle s’en souviennent .. Ou alors il fallait lui raconter et chez elle , c’était table ouverte aux copains, c’était aussi la générosité, la tolérance, la délicatesse.

Elle avait la tendresse, elle aimait la beauté .

Quimper, le mercredi 22 mai 2002.  

Yvette Stéphant


Article du « Patriote résistant », mai 2013

La bibliothèque emblématique d’Eliane et Henri Berthomé

Patriote Résistant, Biblio E & H Berthomé 001Mes parents, Eliane et Henri Berthomé, résistants, ont été tous deux déportés. Un des frères de mon père, Georges, lui aussi résistant et déporté à Buchenwald, Dora puis Halberstadt ne revint pas des camps de la mort.

Je suis donc très attachée à la transmission en direction des jeunes générations  de la mémoire de leur combat contre le nazisme, à la dénonciation de l’horreur concentrationnaire, et convaincue de la nécessité de poursuivre aujourd’hui la lutte contre toute résurgence de fascisme, pour la démocratie et les droits humains, tout comme le Patriote Résistant et la FNDIRP.

C’est pourquoi je tiens à vous informer de l’initiative de la médiathèque de Quimper qui, dans le cadre de nombreuses animations sur le thème « Ceux qui ont osé dire NON », a organisé le 16 février 2013 une conférence retraçant l’engagement de mes parents contre l’occupation et le système nazi, ainsi qu’une exposition  à leur mémoire, présentant la partie « politique » de leur bibliothèque. (…)

J’espère que le Patriote Résistant, fidèle à ses engagements, se fera l’écho de cette initiative de la médiathèque de Quimper. (…)

Martine Berthomé, Guérande. Loire-Atlantique

Eliane et Henri Berthomé ont combattu le nazisme au sein de la IVe Internationale, en Bretagne. Déportés l’une à Ravensbrück et Watenstedt, l’autre à Buchenwald et Dora, ils ont, au retour, repris ensemble leur vie militante.  Après leur disparition, leurs filles ont fait don à la Ville de Quimper de la riche bibliothèque familiale constituée par leurs parents. Une partie des ouvrages traite de la guerre, de la Résistance, des camps de concentration, du fascisme, du communisme et du trotskisme, du colonialisme,  du féminisme… C’est cette collection de 200 livres qui a fait l’objet de l’exposition originale présentée à la médiathèque de Quimper en février dernier. « Sous son apparence anecdotique, expliquent les organisateurs, la bibliothèque des Berthomé est emblématique d’un courant intellectuel du XXe siècle : celui de l’engagement et de la lutte pour les droits de l’Homme ».

3 réflexions au sujet de « Eliane Ronël / Berthomé »

  1. J’ai le souvenir d’Eliane Ronel, en 1946, j’avais 11 ans. Il était difficile de se loger à Quimper et elle nous avait donné la priorité, à ma mère et moi, pour un petit logement (je crois que c’était rue Pen ar Steir) car mon père, Robert Alba, était décédé au camp de Neuengamme en avril 1945. Par la suite, elle en eut besoin mais nous a aidées à retrouver autre chose. Ma mère lui a toujours été très reconnaissante de sa gentillesse et moi j’avais de l’admiration pour elle, car je savais que, comme mon père, elle avait été résistante et déportée. Elle m’impressionnait un peu.
    Je suis contente d’avoir trouvé ce site qui me l’a remise en mémoire, car je n’ai jamais oublié sa générosité.

  2. Henri Georges.. votre soeur Noëlle va vous rejoindre…. elle est en fin de vie mais n’a jamais cesser de penser à vous et d’inculquer à ses enfants votre morale et vos conviction…. Votre neveu. Claude….

  3. Tous ce qui est dit est vrai. C’était quelqu’un d’une vitalité fantastique ne parlant pas de sa bonté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants