L’Insurgé, Lyon, 1942 à 1944

L’Insurgé était une publication clandestine comprenant d’anciens militants du PSOP (de Marceau Pivert).


L’Insurgé – Numéro spécial  9 –  octobre 1942 –                                                              Organe socialiste de libération prolétarienne                                                           « Liberté, égalité, mort aux tyrans » Convention, 1792                                                                       « Vivre en travaillant mourir en combattant » Les Canuts de Lyon

L'insurgé - publication clandestine Lyon - octobre 1942

L'insurgé - publication clandestine Lyon - octobre 1942 verso
L’insurgé – publication clandestine Lyon – octobre 1942 verso

 

 

 

 

 

 

 

(…)

Comité d’usine

(…) Nous devons dans toutes les usines, grandes ou petites, créer des comités où doivent entrer des représentants qualifiés des ouvriers et des mouvements de résistance. Ces comités se coordineront localement, régionalement et nationalement. Ils doivent être la vraie expression de la volonté ouvrière et être prêts à la lutte à outrance. Leur mission sera : vigilance pour n’être pas pris de surprise, déclenchement et direction des grèves et du sabotage ouvrier, coordination de l’action, assistance aux camarades touchés par la répression et toute autre action nécessaire pour l’amélioration de nos conditions d’existence et la libération nationale et sociale.

Aucune allusion ne doit être prononcée contre aucun de ceux qui ont toujours lutté contre les nazis et au contraire aucun crédit ne doit être accordé à ces fonctionnaires syndicaux ou ces politiciens qui ont faibli ou trahi à quelque époque que ce soit. La place des traîtres ou des faibles n’est pas avec les hommes qui veulent lutter dans un combat sans merci contre les exploiteurs nationaux et étrangers.

Les comités d’usine peuvent travailler en commun et en liaison avec les organisations de résistance à tendance nationale, mais celles-ci doivent toujours tenir compte des intérêts ouvriers. Aider les ouvriers dans leur lutte et ne pas s’en servir pour les buts purement politiques. Pour conduire une lutte ouvrière il faut des ouvriers qui pensent et agissent comme eux et pour eux. Autrement il y aura de la méfiance et les actions futures en seront compromises comme dans le passé.  Aux travailleurs la lutte ouvrière ! Ils sont assez émancipés pour savoir se guider et agir. Pour nous les travailleurs le problème social reste toujours présent. Notre mot d’ordre reste : Parla libération nationale, la libération sociale. Et nous les travailleurs de France nous serons toujours en première ligne. 

Qui sommes-Nous? Que voulons-nous ?

Nous sommes des travailleurs, des ouvriers et des paysans et quelques employés. Nous nous sommes réunis les jours qui ont suivi la défaite de notre pays pour continuer la lutte que d’autres avaient abandonnée. Notre foi nous a poussé à la résistance contre l’envahisseur, qui est dans ce moment historique l’ennemi n° 1 de la classe ouvrière et à la résistance aussi contre les tentatives d’instaurer chez nous le fascisme, sous la couverture de Révolution Nationale.

Nous sommes contre Vichy et les nazis français et allemands  Nous souhaitons leur écrasement, leur disparition totale. Mais nous n’oublions pas que nous sommes des travailleurs et qu’il restera un grand problème à résoudre et qui nous concerne : la question sociale. Nous ne nous battons pas pour anéantir les allemands en tant que peuple,  non. Nous luttons pour la disparition du régime qui a asservi les Allemands, les Italiens et des autres peuples et que, aujourd’hui, la réaction française nous a imposé avec l’aide de la défaite et des baïonnettes hitlériennes.

Mais dans ce moment, plus que jamais, nous nous souvenons que dans le passé les travailleurs français ont été exploites comme aujourd’hui, dupés comme toujours et que toute la structure politique sociale dt la IIIe République était dominée par les intérêts capitalistes. La IIIe République est morte parce qu’elle était pourrie, parce que les réactionnaires français ont préféré la domination étrangère aux concessions logiques dues aux travailleurs, parce que ceux-ci même se sont désintéressés d’elle et parce que la pourriture des politiciens se souciait seulement de leurs intérêts particuliers et de ceux de boutique.

Nous ne voulons pas nous battre pour le passé mais pour l’avenir et c’est pour cela que nous poussons à la lutte pour la libération du territoire, pour la disparition de l’oppression nazie et de ses complices, les réactionnaires de Vichy.

Nous luttons pour la construction d’une nouvelle République qui, cette fois, doit être une République sociale, une République des travailleurs : Nous avons le droit de le prétendre parce que l’intérêt national le demande, parce que les travailleurs sont ceux qui souffrent le plus de la situation actuelle et qu’ils sont partout à la pointe du combat dans la lutte contre l’envahisseur.

La nouvelle République française de travailleurs ne s’opposera pas aux autres peuples mais se fédérera avec les autres Républiques socialistes que bâtiront les travailleurs d’autres pays. Elle sera un des piliers de la vraie Europe Nouvelle, d’une Europe socialiste.

Ça bouillonne partout

Dans toute l’Europe les travailleurs sont mécontents. Partout les masses sont lasses de la guerre et de l’oppression fasciste. Partout on aspire à la fin de ce carnage et à la libération des peuples.

Les travailleurs sont en première ligne. Sur le front russe pour défendre leur indépendance et leurs conquêtes sociales; ailleurs pour la libération nationale des pays occupés et leur émancipation.

Le sabotage et la grève sont leur principales armes de lutte qu’ils utilisent souvent au risque de leur vie. Même en Allemagne et en Italie la lutte continue et se fait toujours plus manifeste.

Cette année nous avons assisté à des luttes qui montrent que le jour de la libération est prochaine. En première ligne les travailleurs russes luttent partout, les armes à la main, avec un héroïsme que l’adversaire même doit reconnaître.

Croix gammée Laval 1942
vignette Croix gammée Laval 1942, collée au numéro de l’Insurgé

En France : Grève aux usines de produits chimiques Kuhlmann dans le Nord avec 6.000 grévistes. Grève sur le tas avec les mots d’ordre d’une amélioration du ravitaillement et d’une installation d’abris modernes.                                                                                         Grève des ouvriers de chez Renault à Billancourt avec plusieurs milliers de grévistes. Manifestations de ménagères en plusieurs localités.

En Belgique : Plusieurs grèves dans les mines de charbon et dans la Fabrique nationale de Herstal. Manifestations de ménagères.

En Allemagne : On signale plusieurs grèves perlées et ralentissement volontaire de la production.  Grèves de travailleurs italiens dans une grande fabrique d’aviation allemande.

En Italie : Manifestations de femmes contre la pénurie de ravitaillement et pour la paix.    Fermentation générale et nombreux actes de sabotage.

En Hollande : Condamnation à mort par le tribunal militaire allemand de 8 dirigeants du Parti Socialiste Ouvrier, dont leur chef, le camarade Sneevliet. Ces camarades avaient joué depuis 2 ans un rôle imrportant dans le mouvement de résistance et l’action ouvrière en Hollande.

En Norvège : Manifestations populaires contre les nazistes locaux.

Ces jours-ci cela a été le tour de la région lyonnaise.

Demain ce fera dans toute la France et dans toute l’Eu­rope qu’éclateront des grèves, des émeutes qui prépareront le grand jour de la revanche des opprimés contre leurs oppresseurs.

Camarades, continuons la lutte par tous les moyens. Sabotage ! Résistance ! Grève générale chaque fois qu’elle sera nécessaire. C’est là notre deuxième front ! C’est par cette lutte que nous arriverons à notre émancipation totale.

L'Insurgé octobre 1942 page 3
L’Insurgé octobre 1942 page 3
L'Insurgé octobre 1942 page 4
L’Insurgé octobre 1942 page 4

 

 

 

 

 

 

 

 

Les perspectives de la “relève”

Voyage. – Dans des convois pendant plusieurs jours, avec un peu de soupe et un peu de pain, et sous la garde de la police allemande.

A l’arrivée. – Un camp attend les nouveaux venus où les ouvriers français sont parqués jusqu’à ce que leurs nouveaux maîtres les y viennent chercher comme du bétail qui doit être livré à l’abattoir.

Après. – On dort dans des baraquements, sans commodités hygiéniques, tassés comme des sardines en boîte et l’hiver avec un froid terrible.

Le travail. – 12 heures de travail par jour sans aucun supplément de salaire. Travail à la chaîne et aux pièces.

Le salaire. – Avec des impôts énormes: 30 p. c. du salaire pour les célibataires, 20 à 25 p. c. pour les hommes mariés et des amendes très nombreuses.

Coût de la vie. – Encore plus cher qu’en France. Et en plus des repas il faut ajouter les frais de baraquement. Bien peu reste pour la famille.

Nourriture. – Même les ouvriers italiens habitués à une vie de privation et à une maigre nourriture ne peuvent s’en contenter.

Liberté. – Nulle ! Les patrons peuvent faire emprisonner à leur gré les ouvriers qui ne peuvent effectuer les travaux trop durs ou s’y refusent et aussi ceux qui demandent leur rapatriement.

Séparation de la famille pour de longs mois.

Conclusion : On y est exploité, réduit à la condition de prisonnier et en plus on doit travailler pour soutenir la guerre fasciste. Lorsque l’on travaille en usine, l’on est perpétuellement exposés aux bombes anglaises et russes.

Lorsqu’on est envoyé à l’est il y a aussi le feu de l’artillerie russe et les perpétuels coup de main des groupes francs russes et polonais. Déjà plusieurs milliers de travailleurs sont morts sous les bombes pour la grande Allemagne.

Et pour un prisonnier malade ou incapable de travailler il faut trois spécialistes et bien portants. Drôle de relève !

A M.Laval la classe ouvrière a répondu : NON

Premières heures révolutionnaires

Eh ! bien non, il ne suffit plus de maintenir la classe ouvrière dans un état de misère et d’asservissement sans pareil depuis l’époque du moyen-âge — tout cela doit se dépasser — et les seigneurs de Vichy entourés d’un quarteron de généraux boueux et d’ecclésiastiques malsains, demandent tels Salomé moderne non plus une tête de saint… mais les corps de 150.000 français, qu’ils fussent tués par les balles de la Gestapo ou déchiquetés par les bombes anglo-américaines, qu’importe ceux-là ne relèveraient plus la tête — car remplir les prisons d’honnêtes gens et former d’un ramassis de crapules d’aussi multiples qu’ignobles milices ne peut durer longtemps, très longtemps, le départ pour le bagne allemand, pour la mort, c‘est le coup de dé définitif décapitant les forces les plus vives de la classe ouvrière, assurant un peu plus le règne de la délation  de la trahison, le triomphe des forces de l’ombre et du mal camouflées sous un attirail de feuilles de chêne déshonorées.

Mais dans la nuit du 14 Octobre, les feux s’éteignent sur les locomotives, au matin les métallos débrayent et depuis partout les grèves éclatent… avez-vous vu ce que valent les fameux décrets de nous Philippe Bazaine II, les fameux syndicats fantômes devant la volonté d’un peuple qui est prêt, hommes et femmes, à mourir comme sont morts ses aïeux il y a 150 ans… ce n’est que l’aube d’une révolution ; mais déjà tous les français doivent soutenir leurs frères qui luttent pour la vie.

Aussi pauvre que soit ton foyer, tu dois au français qui fuit l’étreinte des monstres, donner la moitié de ton pain et te serrer pour qu’il puisse dormir une nuit sous ton toit.

Et demain, si la révolution éclate, il faudra te battre à chaque escalier, à chaque étage de ta maison, rien ne peut asservir un peuple décidé à sortir de sa honte et à briser ses chaînes, les chefs, les troupes de notre mouvement se battent à tes côtés, ils vaincront avec toi.

Ouvrières, ouvriers l’assaut commence par la grève.

Les grèves lyonnaises

14 Octobre    La grève éclate aux chantiers de la S.N.C.F. d’Oullins vers la fin de l’après-midi. Le mouvement se déclencha de façon absolument spontanée, sans aucun mot d’ordre d’aucune origine, dès que fut affichée la liste des départs pour l’Allemagne. Les ouvriers se refusèrent à sortir et occupèrent les chantiers.

Vers 20 heures les autorités firent procéder à l’évacuation par d’importants contingents de la garde mobile. Les ouvriers évacués manifestèrent dans les rues d’Oullins aux cris de «n’allez pas en Allemagne» et de «S.O.L. en Allemagne ». La garde mobile n’opposa qu’une résistance très molle aux manifestants qui enfoncèrent plusieurs barrages de police. Il y eut environ 30 arrestations.

Aussitôt connue la nouvelle de la grève d’Oullins des mouvements de solidarité se déclenchèrent à Vaise, la Mouche et Badan.

15 Octobre    Le mouvement de grève qui avait débuté la veille à Oullins, s’étend dans la journée du 15, à d’autres ateliers et dépôts de la S.N.C.F. et aussi à la métallurgie.  Dans certains cas le mouvement se présente uniquement comme une grève de solidarité vis-à-vis des entreprises en grève, dans d’autres cas il répond à l’affichage de listes de départs.

Les dépôts et ateliers d’Oullins, Vaise, la Mouche, Ba­dan, Valence, Saint-Étienne participèrent au mouvement pendant presque toute la journée pour la plus grande partie de leur personnel. Dans plusieurs autres dépôts se produisirent des mouvements de quelques heures (à Ambérieu par exemple).

A Oullins, après reprise partielle le matin, un nouveau mouvement se produisit dans l’après-midi pour réclamer la libération des ouvriers incarcérés eu cours des manifestations de la veille.

Tous les dépôts et ateliers affectés par le mouvement furent toute la journée occupés par d’importantes forces policières qui paraissent avoir reçu comme instructions d’arrêter des principaux protagonistes de la grève, tout en évitant des violences collectives. Voyant l’ampleur du mouvement les autorités craignaient donc de le heurter de front, mais espéraient l’user et le décapiter de ses éléments les plus actifs.

Dans la même journée du 15 la grève s’étend aux prin­cipales usines métallurgiques de la région lyonnaise. A la SIGMA et la SOMUA elle suivait l’affichage des listes de départ. Aux usines Berliet, REP, Maréchal, Bransovia, au matériel MW, chez Delle, aux Cables de Lyon il s’agit de mouvements de solidarité avec les grévistes.

A Berliet, SOMUA et SIGMA il y eut tentative d’occupation suivie d’évacuation effectuée par la garde mobile; la même tactique qu’aux chemins de fer fut mise en œuvre : éviter les violences, mais «épurer». Il y eut en tout une centaine d’arrestations pour la métallurgie dont une trentaine ont été maintenues.

A la SOMUA la police bénéficia du concours du chef du personnel, l’agent nazi MICHAULT qui désigna aux flics les opposants à arrêter.

La grève s’étendit pendant cette journée à des entreprises d’autres régions de zone libre, en particulier aux Acéries du Nord à Marseille.

16 Octobre  Le mouvement décline ou s’arrête complètement aux chemins de fer. Les chantiers d’Oullins reprennent le travail dans la matinée à la nouvelle de la libération de presque tous les ouvriers arrêtés dans les manifestations du 14 octobre.

Chronique syndicale

Contre l’infâme “ relève ” et ses complices, Debout !

Au lendemain de la défaite, un des premiers actes du gouvernement Pétain-Laval fut de dissoudre la C.G.T. L’homme de Pontigny, BELIN, trahissant la confiance que beaucoup de travailleurs mettaient encore en lui, s’empressait de répondre à l’appel de LAVAL. Depuis, les complices et serviteurs de ce régime d’autorité qui ne vit que par la contrainte des baïonnettes nazies, invoquent la nécessité de faire cesser la division ouvrière. La politique hors les syndicats! Tel était le mot de salut. Mais, très juste en soi, il signifia très vite pas d’autre «politique» que celle qui vous sera imposée ! Elle nous le fut, en effet. Ils nous mirent tous d’accord par une répression brutale. La «Charte du Travail» gendarme qui veille sur le nouvel ordre social, selon l’expression même de GUERDAN, l’homme à tout faire de Belin, voyait le jour. Le Corporatisme conduisait le syndicalisme au tombeau.  C’était le fascisme…

Nos salaires ? Bloqués. Notre dignité ? Bafouée. La misère s’est installée à demeure dans nos foyers. Nous attendrons la revalorisation promise jusqu’à ce que nos frères de misère aient été déportés en Allemagne en quantité jugée suffisante. Cela juge Laval et Marion qui, sachant que beaucoup de familles ont un être cher dans quelque stalag, se sont faits les trafiquants du beau sentiment de solidarité prolétarienne des ouvriers français. Voilà ce qu’est la soi-disant «Relève» une monstrueuse escroquerie.

Pas un seul travailleur ne sera dupe. Tous savent que le Führer a besoin de nos bras ; qu’il se saisira de nous — il le pense du moins — par la contrainte, puisque l’écœurante comédie de Laval a échoué. Et on a le culot de nous dire, au lendemain de ce Conseil des ministres qui vient de proclamer, virtuellement, l’état de siège dans chaque usine, que l’effervescence ouvrière n’a été causée que par une fausse interprétation de la loi.

Camarades, ne croyez pas que seuls les affectés spéciaux sont visés. Ne laissez pas briser votre résistance. Dans l’industrie privée une partie des usines en grève la veille reprennent le travail, par contre d’autres usines comme SEGUIN et LUMIÈRE déclenchent des mouvements de solidarité.

Là où il eut reprise ce fut en général, comme à la SNCF à la suite d’une promesse d’ajournement des départs en Allemagne et quelquefois la suggestion que rien dans les dispositions légales jusqu’ici en vigueur ne prévoient de réquisition de main-d’œuvre, c’est-à-dire de départ forcé.

Aux ouvriers désignés il appartient de ne pas se laisser faire.

La grève partie subitement le 14 au soir à la suite du débrayage à Oullins, a donc été absolument SPONTANÉE  Son déclenchement répondit à un réflexe collectif de la classe ouvrière et sa généralisation montrent que le prolétariat lyonnais garde toute sa combativité malgré 3 années de fascisme.

Malgré son caractère local ce mouvement a abouti à une première victoire, il a fait reculer Laval et a empêché pour l’instant, le racolage forcé. Il a donné à la classe ouvrière conscience de sa force. C’est maintenant la tâche des militants ouvriers de créer l’organisation qui répondra à toute tentative de “traite” par une grève nationale coordonnée.

Soyez tous solidaires. La loi du 4 septembre est formelle ; même le sort des pères de famille est en jeu.

Le néo-syndicalisme de BELIN n’est que l’acte de vente du monde ouvrier au fascisme. LAGARDELLE, son successeur, ancien syndicaliste-révolutionnaire, devenu conseiller intime du Duce, puis ministre fasciste en France, est l’auteur responsable de l’intégration de ces mesures de déportation dans la charte du travail. Il a à sa disposition, pour chanter ses louanges, le célèbre BERTIN, directeur de la feuille confidentielle « Au Travail », qui se vante d’être aux gages du gouvernement; les hommes à tout faire du Comité d’informations économiques et sociales et les permanents de quelques organisations, tels PONCHON, faisant un appel révoltant pour la « Relève » qui est un faux, puisqu’il vient d’être limogé du secrétariat de la fédération du Textile, au non de laquelle il prétend parler…

Travailleurs, ces fourbes se sont flattés de vous amener habilement. pieds et poings liés, devant leurs maîtres: Laval, aujourd’hui, Doriot ou Hitler demain ! Les laisserez-vous faire ? Non. Car vous ne voulez par subir le sort de vos frères de Roumanie qui, une fois leur pays pillé et dépecé, furent mis dans l’obligation de verser leur sang pour leurs bourreaux.

Ne marchez pas ! Souvenez-vous bien de ceux qui étaient d’accord pour ne pas vous faire «mourir pour Dantzig» et qui se disputent aujourd’hui, votre peau pour renflouer leur front de l’Est. Par tous les moyens, individuels et collectifs, RÉSISTEZ ! Et, s’il le faut, GRÈVE GÉNÉRALE. Le salut est au bout…

N -B. — Syndicalistes lutte de classe, est-il besoin de dire que, fidèles à nous-mêmes, nous ne luttons pour la victoire d’aucun impérialisme, même britannique ? Notre mot d’ordre est clair : Par la libération nationale, LA LIBÉRATION SOCIALE.


L’INSURGE                                        N°21    Deuxième année

ORGANE SOCIALISTE DE LIBÉRATION DES MASSES LABORIEUSES

«Vivre en travaillant ou mourir en combattant»  Les Canuts de Lyon 1830

L'Insurgé n°21 Lyon Novembre 1943 - recto
L’Insurgé – Lyon – Novembre 1943 – recto
L'Insurgé n°21 Lyon Novembre 1943 - verso
L’Insurgé – Lyon – Novembre 1943 – verso

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                   Ils n’ont pas combattu en vain

Sous le double mot d’ordre du réajustement des salaires et de l’augmentation des rations alimentaires, des grèves ont éclaté en de nombreux endroits au cours de cet automne.

Grèves de la région parisienne (Brikson Bloch, etc.), grève générale de Romans, grèves du Nord (40.000 mineurs), grève toute récente des mineurs du bassin de Saint-Etienne.

Des succès partiels ont été obtenus. Bien souvent, cependant, la répression s’est abattue dure et cruelle. Des centaines d’ouvriers ont été arrêtés ou déportés en Allemagne.

Mais voici que dans une conférence de presse parisienne  les autorités allemandes annoncent qu’elles ont donné des instructions pour que les salaires soient augmentés dans certaines branches économiques : textile (augmentation prévue de 15 à 20 % et pouvant atteindre 60 à 70 % pour les salaires dits « anormalement bas »), sidérurgie, mines de fer, imprimerie, employés de banque et de commerce.

Une brèche, une petite brèche, a été faite dans le front commun des nazis et du patronat. Il s’agit maintenant, de l’élargir.

Les travailleurs déportés n’ont pas combattu en vain.

SUR LE « FRONT » DE FRANCE

SABOTAGE de la MACHINE de GUERRE NAZIE

Dans toute la France, l’action entreprise contre la machine de guerre nazie (industrie travaillant pour l’Allemagne, communications  installations militaires, etc. ) se poursuit Parmi d’innombrables faits nous notons ces actes de sabotage accomplis en zone Sud dans la première quinzaine de novembre :

A Grenoble, plusieurs millions de dégâts sont causés aux Ateliers de Construction mécanique de Mesermann.

A Clermont-Ferrand, des dégâts importants sont provoqués aux Ateliers de réparation de la gare. Les installations de l’usine électrique d’Entraigues, près de Vidauban (Var) sont gravement endommagées. Les deux transformateurs de l’usine de roulements à billes S.R.O. d’Annecy sautent. A Roanne, le transformateur de l’usine de scies à métaux Demarger et Risset saute également.

Deux bombes provoquent un incendie eux Etablissements de construction électrique Wageor à Saint-Etienne. A Limoges, des pylônes soutenant la ligne électrique de l’Ar­senal sont renversés. Résultat : une journée d’interruption de travail à l’Atelier industriel de l’Air.

(page 2) Des bombes endommagent 3 machines au dépôt de la S.N.C.F. de Grenoble.

L’explosion d’une bombe provoque l’éclatement d’une conduite qui aboutit à la centrale Hydro-électrique de l’usine de l’Argentière la Bessée près de Gap.  7 pylônes sont renversés sur le chemin de fer près d’Ax les Thermes. La voie est obstruée. Plusieurs pylônes électriques sont détruits à Montcharbout près de Grenoble. L’éclatement de mines provoque un éboulement de rochers dans la montagne surplombant la voie ferrée Chambéry-Modane. La voie ferrée et la route nationale sont bloquées sur près de 600 mètres.

A Lyon, 19 transformateurs sautent, gênant considérablement la production des usines travaillant pour l’Allemagne.

LES JOURNÉES DE GRENOBLE

Le 11 Novembre une foule nombreuse a manifesté dans les rues de Grenoble, ville admirable de courage, l’une des citadelles de la Résistance.  Près de 500 personnes ont été arrêtées.

Le surlendemain un train les emportait en direction de l’Allemagne. Une nouvelle manifestation s’est déroulée au moment de leur départ. Des femmes se couchèrent sur les voies. Les hitlériens réussirent cependant a briser le mouvement.

Mais ils ne purent fêter en paix leur « succès ». Dans la nuit, en effet, de formidables explosions ébranlaient la ville. Deux gazomètres et le dépôt de munitions de l’armée allemande sautaient.

L’état de siège a été aussitôt proclamé. Depuis, Grenoble vit sous la terreur.

36 villes françaises peuvent demain être bombardées par la R.A.F. et l’U.S.A.A.F. Des vies sont menacées. Exigez des abris et la réquisition des grands appartements ou des villas situ­és en dehors de la zone dangereuse.

LE BEAU TRAVAIL DE LA MILICE

Le manque de place ne nous a pas permis dans le précédent numéro de relater le crime ignoble qui a provoqué l’indignation à Lyon Montchat. Le 22 Octobre, vers minuit, les miliciens de Darnand ont fait irruption chez le Docteur Long. Sans même lui donner le temps de s’habiller ils l’ont entraîné dans leur voiture, le lendemain matin on devait le retrouver tué de deux balles dans la tête.

L’émotion soulevée par cet odieux assassinat a été profonde dans toute la ville, surtout dans le quartier de Montchat, où la victime était très estimée et laisse de nombreux amis. Aussi une foule nombreuse assistait à son enterrement. Il laisse une veuve et deux orphelins.

Est-ce un nouveau « FRONT POPULAIRE » qui s’affirme à Alger ?

Respectueux des consignes que par l’intermédiaire du «Secrétariat à l’information» en zone sud sans intermédiaire en zone nord, leur donnent les services de presse allemands, les journaux mettent chaque jour l’accent sur «LES SUCCÈS DU FRONT POPULAIRE» en Afrique du Nord.

Cette campagne qui a pour but essentiel d’inspirer une sainte frayeur aux innombrables transfuges de la galère collaborationniste a provoqué chez les travailleurs une joie très vive et aussi un peu d’appréhension. Une joie très vive parce que la formule de « Front Populaire » évoque juin 36 et les victoires ouvrières et que cela fait du bien de penser qu’un nouvel espoir se lève après de dures et terribles années. Un peu d’appréhension parce qu’il est impossible de ne pas songer aux défaites que nous avons subies depuis 1936, à la contre-offensive patronale attendue l’arme au pied, à la hausse des prix, à la « non-intervention», à la désagrégation de la coalition «populaire» à la suppression des libertés démocratiques, à la guerre et à l’occupation étrangère enfin.

Mais est-ce bien un nouveau « Front Populaire » qui s’affirme à Alger ? Et ce mouvement pourra-t-il échapper lui, aux causes de décomposition qui ont atteint le rassemblement de 36 ?

Assurément le visage du C.F.L.N. ne rappelle pas exactement celui du gouvernement Léon Blum. Il ne saurait en être autrement. Car si dans une large mesure la lutte contre l’impérialisme hitlérien se présente, sur le plan de la politique française, comme le prolongement du combat antifasciste entrepris au lendemain du 6 février, il est évident que le fait même de la guerre devait apporter de sensibles modifications au rapport des forces en présence

Cependant — et c’est là l’essentiel — en 43 comme en 36 nous nous trouvons en face d’une même formule politique : celle d’un bloc de la classe ouvrière, de la plus grande partie de la paysannerie et des classes moyennes et d’une fraction de la bourgeoisie.

Nous soulignons ces derniers mots à dessein car on ne peut rien comprendre aux défaites des années 1937-39 si l’on ne tient compte de ce fait que le capital financier, que les trusts — les fameuses » 200 familles » — étaient représentées dans l’alliance populaire. Contradiction que cette présence, mais contradiction qui s’explique aisément par une situation où la grande bourgeoisie menacée se trouve dans la nécessité de faire de sérieuses concessions à la marée montante de ses adversaires.

(page 2)  La lutte de classes ne saurait être enfermée dans des cadres sommaires. Un certain «équilibre» peut sans doute être momentanément réalisé, mais ce qu’il importe de voir c’est qu’il ne peut l’être que momentanément.

Au lendemain de la révolution d’Octobre, Lénine notait que «l’économie de la société capitaliste est telle que seul le capital ou le prolétariat qui le renverse peuvent être une force dominante ». Pas un seul événement  pas un seul fait pris dans toute l’histoire des 150 dernières années ne vient démentir cette constatation. Il n’y a pas eu — et il n’y aura jamais — d’état « mi-partie », d’état « social » conciliant les intérêts du capitaliste et du prolétaire, de l’exploiteur et de l’exploité.

Il est vrai que la réaction bourgeoise connaît bien des nuances qui vont de la violence fasciste aux eaux infiniment plus calmes d’un parlementarisme « rénové ». Tout dépend, en définitive, des conditions générales dans lesquelles se développe l’opération.

Or à moins de négliger des facteurs politiques déjà sensibles, d’ignorer délibérément les données économiques les plus évidentes et de s’aveugler sur le jeu véritable des grands impérialismes, il apparaît dès aujourd’hui qu’il n’y aura pas place dans la France d’après-guerre pour une restauration durable de la démocratie bourgeoise .

Les chefs les plus clairvoyants de la réaction le savent si bien qu’après avoir tenté de s’accrocher au pouvoir sous les Darlan et les Giraud, ils ne craignent pas maintenant de prendre un masque «républicain» et battent volontairement en retraite devant le nouveau « Front Populaire » ne cherchant qu’à garder qu’un certain nombre de positions clefs notamment dans l’armée et l’économie. Ils ne veulent pas (et ils ne peuvent pas sans risques) s’opposer à l’immense courant populaire qui s’affirme en France sous le signe du Pain et de la Liberté. Ils se rendent compte que seule une nouvelle banqueroute de la coalition démocratique peut briser cet élan et préparer les voies au régime «autoritaire» et «stable» dont le capitalisme a besoin. Et cette banqueroute qu’ils croient inévitable (qui est effectivement inévitable si la révolution démocratique ne se transforme pas en révolution socialiste , ils feront tout, sachons le bien, pour en hâter la venue  Dans le domaine monétaire notamment où la situation sera périlleuse ils mettront tout en oeuvre pour qu’un gouvernement démocratique endosse la responsabilité d’une catastrophe qui aurait pour premier résultat de dissocier le bloc du prolétariat et de la paysannerie.

Est-ce à dire que le mouvement ouvrier doit poser aujourd’hui le dilemme « réaction bourgeoise ou révolution socialiste » et se désintéresser du reste ? Rien ne serait plus faux et plus absurde.

Plus faux parce qu’une telle attitude, qui ne correspond pas aux problèmes concrets qui se posent actuellement aux masses, isolerait dangereusement l’avant-garde ouvrière.

Plus absurde parce que la révolution démocratique, dont les premiers signes se manifestent déjà, ne peut être arbitrairement séparée de la révolution socialiste, la seconde pouvant seule garantir (et dans certains cas réaliser) les principales conquêtes de la première.

Tous les militants ouvriers, sans exception, doivent se trouver au premier rang de la lutte contre l’impérialisme hitlérien et ses agents français, pour le triomphe des revendications démocratiques et des revendications économiques du peuple et par suite soutenir les mesures progressives éventuellement prises par le comité d’Alger. Mais, à aucun moment, nous, communistes, socialistes et syndicalistes, ne devons perdre de vue qu’il s’agit d’une bataille décisive, d’une bataille ininterrompue, sans vastes « paliers » et sans longues «étapes», d’une bataille qui ne peut se terminer que par notre victoire totale ou notre défaite totale. La bourgeoisie triomphante ferait payer cher au peuple français le moindre Pucheu qu’elle aura été obligée de sacrifier.

Aujourd’hui cependant elle est prête à faire des concessions.  C’est que le vent de la Liberté souffle fort. Et pas seulement en France. Dans toute l’Europe se dresse en face des nazis comme en face des Mikhailovitch des Victor Emmanuel et des Georges de Grèce de nouveaux « Fronts Populaires».

Des possibilités immenses s’offrent à nous. Nos adversaires ont besoin de notre défaite pour vaincre. Une fois de plus l’histoire nous donnera la possibilité de «tirer les premiers ».

Pour tous ceux qui sont tombés, pour tous ceux qui souffrent et qui espèrent, pour le salut de notre pays et pour celui du monde, préparons-nous cette fois-ci à frapper juste et fort.


Le Peuple Syndicaliste 1943Unité d’action Antifasciste

Lisez – aidez –    diffusez    

l’insurgé                    M.

l’Humanité                  O.

le Populaire                 F.

et tous les journaux de la Résistance

Nouvelle série

Le Peuple Syndicaliste

FONDÉ PAR LES SYNDIQUÉS MILITANTS DE LA C.G.T.

Par l’unité Internationale des Travailleurs     Pour le socialisme Ouvrier et Paysan                                       Pour la Paix mondiale Pour la libération des opprimés dans une Europe réorganisée et socialiste

Ce qu’ils appellent…

… Faire la Révolution Nationale

Livrer pieds et poings liés, à l’envahisseur nazi, le prolétariat français. Abolir le régime républicain, supprimer toutes les libertés.

Peupler les prisons et les camps de concentration de travailleurs, d’antifascistes fidèles à la Révolution prolétarienne : communistes  socialistes, syndicalistes, anarchistes, francs maçons, républicains de toutes nuances, qui ont compris la nécessité de s’unir dans la résistance et qui forgent l’unité révolutionnaire de tous les peuples opprimés, pour leur libération.

Faire la chasse à l’homme : au militant ouvrier qui n’a pas plié le genou devant Vichy et a osé dire leur fait à tous les renégats et à tous les paniquards ; replonger dans la sombre nuit du moyen âge en traquant sans pitié de pauvres malheureux de race « non aryenne ».

Prêter main forte à l’infâme Gestapo pour espionner, dénoncer livrer, arrêter, torturer, interner, déporter, fusiller tout français qui a encore le courage de défendre les droits de l’humanité bafouée et de se déclarer solidaire de toutes les victimes du fascisme sanglant et de la valetaille de Vichy.

Installer au pouvoir une camerilla de transfuges — opprobres de tous les Partis — qui ne s’y maintient que par la contrainte des baïonnettes étrangères.

S’adjoindre des « représentants ouvriers» (sic) depuis les Belin, Lefranc, Dumoulin, etc., jusqu’aux Commissaires du Pouvoir qu’un décret a rattaché directement au service de M. Laval.

Dissoudre la C. G. T. avec leur complicité, pour briser toute tentative de coordination dans les syndicats ouvriers.

Et conserver, aux seigneurs de la finance et de l’industrie, par l’entremise des Comités d’organisation, non seulement les principaux leviers de commande de l’économie capitaliste, mais encore leur en donner de nouveaux.

«Néocapitalisme» écrit un malin de l’équipe de « Au Travail » qui se demande s’il n’est pas opportun de « revenir à ce syndicalisme d’antan dont nous nous étions trop éloignés. » (sic).

Peine perdue ! Entre EUX et NOUS, il y a la chaîne de LEURS complicités qui nous sépare. Les ouvriers, les militants — les vrais — et les innombrables victimes ne l’oublierons jamais. Et ils savent que l’heure de la véritable Révolution nationale va bientôt sonner.

Avis à MM. les révolutionnaires« Nationaux ».

Ce qu’ils appellent…

. . . Abolir la Condition Prolétarienne

Bloquer les salaires au taux de septembre 1939 ; décréter une « revalorisation » qui n’atteint pas 30 % alors que le coût de la vie dépasse la hausse de 200 0/o.

Aggraver durement les conditions de travail en donnant au patronat triomphant tous les pouvoirs de contrainte, en ôtant au salariat l’arme la plus efficace de toutes les protestations ouvrières : LA GRÈVE.

Livrer, au pillage éhonté de l’envahisseur nazi, les marchandises de première nécessité que peuvent difficilement se procurer les travailleurs.

Fermer les yeux sur les honteux trafics du marché noir, parce que celui-ci est, d’abord, le fait de la prolongation de la guerre nazie, délibérément voulue par Vichy — Laval n’a t-il pas souhaité la victoire de l’Allemagne ? — ensuite, parce qu’en fait de marché noir, ces Messieurs de Vichy, de la Légion et de la Milice ne redoutent aucune concurrence. Pendant ce temps, les prolos, leurs femmes, leurs gosses se nourrissent tant bien que mal — et plutôt mal que bien !

Déporter, outre Rhin, les jeunes ouvriers français — et même les vieux ! — les prisonniers n’étant plus assez nombreux pour permettre au Maître du III Reich d’éviter l’imminente débâcle. Si M. Laval peut annoncer, maintenant, la relève de la “ Relève » — une autre infamie ! — c’est que le IIIe Reich a fait, pour le moment, son plein de cargaison humaine !

Enfin, sous prétexte de « supprimer la lutte des classes »(!!!), élaborer cette Charte du Travail qui — on s’en est aperçu ! — supprime toute action ouvrière et prétend même extirper jusqu’aux glorieux souvenirs du syndicalisme révolutionnaire.

« L’abolition de la condition prolétarienne » ? C’est, dans le style Pétain-Laval, un nouveau mensonge, après tant d’autres, parmi ceux qui nous font tant de mal.

Sans phrases, les salariés vont faire un succès à la formule en démolissant — mais pas pour rire ! — l’ordre capitaliste.

Pour eux, abolir la condition prolétarienne, supprimer le salariat et le monopole capitaliste.

Voilà qui est dit. Maréchal !

 RENTREZ DANS VOS SYNDICATS…

en exigeant de vos dirigeants un langage sans équivoque : sur les SALAIRES, sur la CHARTE, sur VICHY.

… et revendiquez !

Le Peuple Syndicaliste 1943 verso
Le Peuple Syndicaliste tract 1943 verso

TRAVAILLEURS DU MONDE ENTIER..

HÂTER LA DÉCOMPOSITION DE L’IMPÉRIALISME HITLÉRIEN

Toutes les indications fournies par les observateurs des pays neutres concordent : les premiers symptômes de la crise intérieure allemande sont déjà apparus. Une personnalité suisse qui revient d’Allemagne écrit dans la «Gazette de Lausanne » que «cette crise, tout comme en Italie ces derniers mois, ronge lentement les fondations du régime et il ajoute que partout, le pessimisme et la défiance ont remplacé la confiance illimitée, l’insouciance placide et la foi inébranlable ». De son coté René Payot note dans le «Journal de Genève» que «Les masses ouvrières se détachent de l’Hitlérisme et fraternisent de plus en plus avec les travailleurs étrangers résidant en Allemagne». Même son de cloche dans les journaux suédois.

Ils appartient maintenant au mouvement ouvrier européen et — au premier chef au Mouvement Ouvrier Français — de profiter au maximum des circonstances présentes pour hâter la fin de la guerre en hâtant la décomposition de l’impérialisme Hitlérien.

Les rapports directs avec les soldats allemands ne peuvent encore être entrepris que par des organisations déterminées. Par contre dès maintenant il est nécessaire de faire savoir à ces soldats — à l’aide d’inscriptions sur les murs, de tracts et de papillons rédigés en allemand— qu’il y a une autre issue que celle que leur prépare Hitler.

«Si le peuple allemand rassemble à temps son courage et montre par des actes qu’il mérite d’être un peuple libre, déclarait en juillet dernier le « Comité de l’Allemagne Libre » fondé à Moscou, il acquerra le droit de décider de son sort et les autres peuples compteront avec lui.

Les assassins de la Gestapo, ceux de Paris et de Lyon qui sont aussi ceux de Dachau et d’Auschwitz doivent sentir bientôt le sol leur manquer sous les pieds.

GRÈVES EN ANGLETERRE ET AUX ETATS-UNIS

La Presse « Française » mène grand tapage autour des grèves qui se sont déroulées récemment en Angleterre et aux Etats- Unis

Tout ce bruit semble avoir troublé l’esprit de quelques camarades, ils trouvent que les ouvriers améncains « ne se rendent pas compte » et « exagèrent ».

Il est curieux de voir des militants oublier à ce point l’expérience de leur propre mouvement, celle de la guerre 1914-18 comme celle de la « drôle de guerre » 39-40. Car enfin, dans des pays comme l’Amérique et l’Angleterre ou, grâce au conflit, d’énormes fortunes s’édifient et des bénéfices colossaux sont réalisés (comme d’ailleurs dans l’Allemagne prétendument «communautaire») et ou les prix montent sons cesse, il serait vraiment paradoxal de rejeter la responsabilité des grèves, non sur les patrons mais sur les ouvriers qui cherchent à maintenir leur ancien niveau de vie (niveau de vie qui en Angleterre a déjà sensiblement diminué).

Nous regrettons chaque retard apporté dans la fabrication du matériel de guerre destiné à écraser l’hitlérisme et plus spécialement au matériel réservé aux magnifiques armées soviétiques. Mais nous ne voyons à cela qu’un seul remède : Le rajustement des salaires de nos camarades Américains et Anglais !

Et puis disons-le nettement : nous goûtons médiocrement les intrigues et les «pressions » des Eisenhower, des Murphy et des Millan et nous voyons dans la volonté de lutte des travailleurs d’outre-Manche et d’outre Atlantique le gage de notre libération  de notre véritable libération.

Plus que jamais la solidarité internationale est à l’ordre du jour !

LES ÉVÉNEMENTS DU LIBAN

En dehors du rôle très significatif joué par l’impérialisme britannique (et que les informations publiées à Alger ont mis en lumière), les événements du Liban ont montré la force du mouvement d’émancipation des peuples arabes.

Le prolétariat français doit sentir toute l’importance de ce facteur.

Si nous n’y prenons garde, en effet, si nous ne faisons rien pour les peuples d’Afrique du Nord et de Syrie, si les tentatives de libération de ces peuples sont purement et simplement brisées  si les droits politiques accordés à nouveau à la population juive ne le sont pas à la population arabe, nous retrouverons bientôt en face de nous, comme en Espagne, des milliers de mercenaires indigènes au service de la réaction bourgeoise.

N’oublions jamais « qu’un peuple qui en opprime un autre ne peut être libre».

CRISE A VICHY

Le 13 novembre la radio française annonçait que Pétain prendrait la parole au micro à 19h30.

Une chose avait cependant été oubliée: c’est que le « Maréchal de France chef de l’Etat » ne peut parler sans autorisation. Et cette autorisation lui fut brutalement refusée.

Que voulait-il dire en cette soirée de samedi ?

« J’incarne aujourd’hui la légitimité française» affirmait dans son nouvel appel le personnage sénile et il ajoutait « j’entend la conserver comme un dépôt sacré et qu’elle revienne à mon décès à l’ASSEMBLÉE NATIONALE DE QUI JE L’AI REÇUE si la nouvelle constitution n’était pas ratifiée.

Un décret qui devait paraître le lendemain prévoyait une convocation de la Chambre et du Sénat en cas de disparition du chef de l’Etat.

Nous ne perdrons pas de temps à dénouer le fil des intrigues qui sont à l’origine de ce « tournant» démocratique (nous sommes loin de l’époque des « Dauphins » et des rêves maurassiens). Bornons nous à constater qu’il traduit l’affolement des milieux vichyssois et participe d’une manœuvre générale entreprise depuis des mois par la grande bourgeoisie.

Aux dernières nouvelles Pétain aurait annoncé son intention de démissionner. Cette démission serait-elle acceptée ou, elle aussi « refusée ».

De toute façon ce qui, il y a un an, aurait encore eu une importance réelle n’en a plus guère aujourd’hui. Les petites combines et les bassesses des derniers débris de la fameuse «Révolution Nationale » n’ont pas la moindre chance de tromper le peuple français.

N’oubliez jamais ceux du maquis. Tout, absolument tout, doit être fait pour leur venir en aide.


L'Insurgé janvier 1944 recto
L’Insurgé janvier 1944 recto

 Numéro 22         Deuxième année     Janvier 1944

L’INSURGE          

ORGANE SOCIALISTE DE LIBÉRATION DES MASSES LABORIEUSES

«Vivre en travaillant ou mourir en combattant. » Les Canuts de Lyon 1830

« La France a disparu actuellement et peut-être pour longtemps. » Maréchal Smuts

 

Le Patriotisme Français à la croisée des chemins

II y a plusieurs semaines déjà que M. Smuts a pris la parole devant les représentants de l’Empire britannique. Avec le recul il apparaît que ce discours est venu parfaitement à point:

Depuis longtemps sans doute, le peuple français avait quelques sérieuses raisons de se plaindre des dirigeants anglais et américains. De l’affaire Darlan à l’affaire du Liban, de certains bombardements « dans le tas » aux lenteurs « politiques » apportées dans la conduite des opérations militaires, de la dévaluation du franc au refus d’admettre le C.F.L.N. au sein du comité consultatif européen, de l’emprise économique à l’ingérence politique en Afrique (de Gaulle a rappelé le 12 décembre qu’une partie des territoires africains et de la Corse était soumise a « un régime limitatif de la souveraineté française »), les sujets de « mécontentement » étaient nombreux ; mais jusqu’à maintenant ils se situaient sur le plan du présent ou sur celui du passé.                                                                          Presque jamais sur celui de l’avenir.

L’avenir, pour l’ensemble du peuple français, était dominé par le mythe de la Victoire réparatrice. Ce mythe né dans les pires moments de l’an 1940 aux jours sombres où tout dans l’immédiat nous semblait refusé, ce mythe dans lequel chacun a pu mettre des espoirs et des rêves souvent contradictoires a été pendant toute une période un facteur positif dans la mesure où il traduisait un désir tenace de vivre et de ne pas s’incliner devant l’abjection momentanément triomphante.

Cependant, au fur et à mesure que l’heure de cette victoire approche, que les problèmes qu’elle pose se précisent  cependant que la lutte elle-même prend plus d’ampleur et que ses tâches se concrétisent, un tel mythe ne peut que contribuer à dissimuler des réalités, à maintenir des illusions et à exercer une influence paralysante sur les masses. Depuis quelques mois déjà un nombre de plus en plus considérable de combattants de la résistance — et notamment de combattants ouvriers — prennent conscience de ce fait.

Aussi savent-ils gré à M. Smuts d’avoir, en affirmant que l’avenir de la France était différent de celui imaginé par beaucoup de Français, amené des milliers de leurs compatriotes à se poser un certain nombre de questions sur l’indépendance et la liberté de la France, sur sa grandeur et son rôle de grande puissance dans le monde.

C’est à ces questions qu’il importe aujourd’hui d’apporter des réponses qui soient autre chose que des déclarations grandiloquentes.                                                suite page 2

La nouvelle (est-ce la 10e ou la 12e ?) crise vichyssoise approcherait de sa fin.

Nous avions fait état dans notre dernier numéro de l’interdiction d’un curieux discours sur l’assemblée nationale « héritière de la légitimité française» et signalé à ce propos que l’on faisait courir le bruit de la prochaine démission de Pétain.

Pétain n’a pas démissionné.

Il n’a même pas poursuivi la grève «sur l’état» qu’il avait entreprise en signe de protestation.

Une lettre de Ribentrop et une démarche d’Abetz ont eu raison de sa noble résistance.

Le vénérable ? maréchal n’a cependant pas renoncé à la lutte. Seulement cette fois-ci il s’est fixé des objectifs plus modestes. Désireux, semble-t-il, de se venger du vieux filou de Chateldon i! participe, sous l’œil attentif d’Abetz qu’il cherche à gagner à sa Cause aux intrigues menées à Paris et à Vichy en vue d’un remaniement ministériel.

Il est surtout question de Déat, Henriot et Darnand.

Darnand ! le S.S. Darrand ! Le choix serait significatif. Pour la première fois en effet un département ministériel serait OFFICIELLEMENT confié à un officier d’une formation militaire étrangère dont les membres prêtent un serment de fidélité au chef d’un état étranger et qui est placée directement sous les ordres du ministre de la police de cet état.

Dans l’abjection ils sont encore descendus d’un cran.

DERNIÈRE MINUTE – Les nominations d’Henrriot et de Darnand ont été rendues publiques. Le SS est chargé quant à lui, du « maintien de l’ordre », c’est à dire en bon français, de la sauvegarde du régime de trahison, de pillage et de violence que notre pays subit depuis plus de 3 ans.

On lit dans le 1er numéro de la « Revue Libre» (éditée par Franc Tireur).

« Si l’on remplace les hauts fonctionnaires anciens par de nouveaux fonctionnaires républicains en laissant l’institution en place on fera ce que disait un ancien garde des sceaux à propos de la magistrature : « Prenez un tonneau de vinaigre, tirez en chaque jour un litre et remplacez le par un litre de vin. Vous pouvez continuer comme cela tant que vous voudrez. Vous n’aurez jamais que du vinaigre».

ENTIÈREMENT D’ACCORD   Pour réaliser les revendications démocratiques il faudra commencer par briser le vieil appareil d’état de la bourgeoisie.

L'Insurgé janvier 1944 verso
L’Insurgé janvier 1944 verso

 

Indépendance Juridique et Indépendance réelle

Si l’on excepte l’Alsace-Lorraine brutalement annexée par les impérialistes allemands et qui devra, par un plébiscite éclatant, faire connaître ses véritables sentiments au monde, il n’y a pas aujourd’hui en France de question nationale.

Le pays peut connaître pour un temps l’occupation étrangère (et nous subissons depuis plus de 3 ans la plus dure, la plus pillarde et la plus sanglante de toutes) voire l’administration militaire étrangère. Aucune puissance ne pourra sérieusement contester les droits élémentaires à l’emploi de la langue nationale, à l’organisation administrative propre, à l’existence d’un gouvernement, de forces armées et de fonctionnaires autochtones, bref les droits qui sont à la base de l’indépendance juridique d’une nation. Sur ce point il n’y a pas un problème français comme il y a un problème polonais ou un problème tchèque.

Mais, diront d’aucuns, cette indépendance-là est celle dont disposait Pétain au temps de la  « zone libre » ; dans une large mesure c’est celle dont il bénéficie encore « en principe» aujourd’hui. C’est l’indépendance de l’Egypte, du Venezuela  du Mandchoukouo ou de la Roumanie ! Elle dissimule une véritable main-mise de l’étranger sur la vie politique et économique nationale.

C’est précisément ce que nous voulions mettre en lumière.  A l’époque de l’impérialisme l’indépendance juridique d’un pays ne coïncide pas avec son indépendance réelle. Il n’y a de liberté que par rapport aux grands impérialismes.

Certains pensent cependant que la France peut acquérir cette liberté en retrouvant, par un effort volontaire, « son rang de grande puissance et son ancienne grandeur ».

La France, grande Puissance

Il y a là une confusion inadmissible.

La grandeur n’est pas liée pour l’éternité à une organisation sociale déterminée. L’histoire nous montre une France féodale, une France monarchique, une France révolutionnaire  une France bourgeoise qui connurent toutes la grandeur et qui sont nées des contradictions de leurs devancières.

Or, depuis un demi-siècle, le terme de « grande puissance » (nous écrivons bien «puissance» et non « pays ») ne signifie pas autre chose que « puissance impérialiste ». C’est essentiellement grâce à son caractère impérialiste — grâce aux placements des puissants capitaux de ses classes dirigeantes — que l’état français a pu, au cours des dernières décades, jouer, dans le monde, un rôle aussi important que celui de pays plus vastes et plus peuplés et disposant parfois d’un sous-sol et d’un sol plus riche.

La guerre de 1914-18 avait porté un coup très dure à cette « puissance » française. La guerre actuelle l’a presque entièrement détruite. M. Smuts a raison : elle ne se relèvera pas.

La grande bourgeoisie l’a fort bien compris, elle qui n’abandonne le camp d’un impérialisme que pour se mettre au service d’un autre. Les paquets d’actions qu’elle a cédé aux firmes allemandes passeront le plus simplement du monde aux mains des sociétés américaines.

Est-ce à dire que la France ne peut plus être libre et grande, que sa décadence est inévitable et par voie de conséquence que la lutte héroïque que mène son peuple contre ses agresseurs hitlériens est stérile et vaine ?

Nous pensons tout le contraire.

A la Croisée des Chemins

« L’humanité, a dit Engels, ne se pose jamais que des problèmes qu’elle peut résoudre ».

Sous l’impérialisme — cette « forme suprême du capitalisme » — il est vrai que ce pays ne connaîtra plus désormais que la domination étrangère, le rationnement économique et (après une courte période de liberté) la dictature réactionnaire.

Mais la « solution » capitaliste n’est pas la seule qui existe.

Il est maintenant définitivement prouvé, non dans les livres mais dans la réalité, qu’un système différent du capitalisme peut s’affirmer et grandir. Ce qui, sur le plan matériel, a été possible dans un pays économiquement arriéré et isolé du reste du monde le sera bien davantage dans l’Occident Européen ouvert sur les mers et appuyé à l’immense bloc eurasiatique de l’U.R.S.S.

Pour la France, la constitution des Etats-Unis socialistes d’Europe (constitution qui ne pourra être l’œuvre que du prolétariat avancé du continent et non d’une nation déterminée) sera la question décisive. Dans ce cadre et dans ce cadre seulement, elle sera a même d’éviter le joug étranger et de connaître avec la liberté, un nouvel et magnifique essor.

Certains diront sans doute que nous sommes en janvier 1944 et qu’en janvier 1944 les Etats-Unis d’Europe ne sont pas précisément à l’ordre du jour. C’est parfaitement exact.

Mais en janvier 1944, des millions de Français, appartenant à toutes les classes laborieuses, commencent à se demander si la croyance mystique en les bienfaits de la victoire suffira à assurer leur libération. Le patriotisme français se trouve à la croisée des chemins.

L’HEURE est venue, pour le mouvement ouvrier, de le détourner de la vieille route, celle du chauvinisme étroit et borné, de la “perfide Albion” et du “sale boche” des coups de clairon de Déroulède, de “l’Union Sacrée” et de la “guerre tous les 20 ans”, qui fut peut-être celle de la gloire mais qui n’est plus que celle de la décadence et de l’asservissement.

L’heure est venue de montrer la véritable voie, celle qui s’ouvre aujourd’hui avec la lutte pour la réalisation des revendications économiques et démocratiques, le soutien des populations arabes d’Afrique du Nord les appels aux soldats allemands et qui, si les travailleurs communistes  socialistes et syndicalistes le veulent, pourra s’élargir demain avec la formation d’un comité ouvrier européen, prélude de la reconstitution de l’internationale !

Jitomir et Korostène sont repris. Plus au sud les divisions de Valoutine foncent en direction du Boug. Les nouvelles qui parviennent de l’est sont décidément bonnes.

Au seuil de la nouvelle année, les travailleurs français sont unanimes à saluer avec émotion et fierté leurs héroïques camarades, les combattants de l’armée rouge ouvrière et paysanne.

Italie – Sottens a diffusé le 20 décembre 1943, l’information suivante : Les dirigeants de 5 partis politiques devaient tenir un congrès à Naples le 20 décembre. Ce congrès fut interdit par les Anglo-Américains. Un groupe de protestataires parmi lesquels se trouve le philosophe Benedeto Croce a envoyé un télégramme de protestation à Churchill, Roosevelt et Staline. Ils font remarquer qu’ils ne veulent rien faire pour entraver les projets des Alliés bien au contraire.


Le Peuple syndicaliste 1944

Unité d’action Antifasciste

Lisez – aidez – diffusez

l’Insurgé                 WL

l’Humanité               O.

le Populaire             F.

et tous les journaux de la Résistance

Nouvelle série

Le Peuple Syndicaliste       1944

FONDÉ PAR LES SYNDIQUÉS MILITANTS DE LA C.G.T.

Par l’unité Internationale des Travailleurs   Pour le socialisme Ouvrier et Paysan        Pour la Paix mondiale Pour la libération des opprimés dans une Europe réorganisée et socialiste

Unité syndicale, Démocratie syndicale

Tous les militants considèrent l’unité syndicale, enfin reconstruite, à la fois comme un pas en avant vers l’unité ouvrière, condition indispensable des victoires de demain, et comme le gage des possibilités ouvertes, tout de suite, sur le terrain des revendications immédiates.

Cependant, il faut voir clairement que ce sentiment des militants qu’il s’agit d’un fait très important et très heureux, n’est que médiocrement partagé par la grande masse ouvrière. Que celle-ci accorde aux syndicats confédérés la confiance qu’elle refuse aux syndicats uniques de Vichy, c’est certain ; mais pratiquement elle se désintéresse aussi bien des uns que des autres. Pourquoi ?

Parce que le syndicat n’est pas un organisme académique  non plus qu’un organisme de propagande. Pluralisme syndical ? Autonomie, même ? La grande masse des ouvriers s’en fout. Elle verrait d’un assez bon œil un syndicat unique, et même obligatoire, pourvu que ce soit un syndicat, c’est-à-dire un organisme agissant, rendant possible par son existence l’action directe des salariés pour la défense de leurs intérêts immédiats, tels qu’ils les conçoivent.

C’est la force essentielle du syndicalisme que les questions qui y sont débattues, les perspectives envisagées, les décisions qu’on y prend e les moyens que l’on y choisit pour faire appliquer ces décisions, sont de la compétence de chacun de ses membres. Toutes les critiques que l’on a pu adresser à la démocratie, partiellement valable s’il s’agit de faire décider par un électeur moyen de la politique douanière à l’égard du Chili ou de la législation des barrages hydroélectriques, tombent si bien quand il s’agit de la démocratie syndicale que, dans les mots au moins, Vichy lui-même a du en reconnaître la valeur.

Or, le syndicalisme tel que l’ont fait maigrement subsister depuis quatre ans (au moins) des militants dévoués au maintien d’une organisation indispensable, ne répond guère à ces préoccupations immédiates des masses ; d’où leur apathie. On y a, pendant toute une période  si peu pensé aux intérêts immédiats, tout préoccupés que nous étions par les lourds problèmes de la libération, qu’on a pu donner l’impression que ces problèmes de libération nous détournaient de la défense des conditions de vie.

Certes, jamais un véritable militant n’a envisagé que les alliances occasionnelles avec des éléments bourgeois devaient nous détourner d’exiger d’eux plus de justice envers leurs exploités. Mais bien des ouvriers ont pu le craindre.

Aujourd’hui, la situation est un peu plus nette à cet égard. Mais si la nature des revendications, leur formulation même, fait de moins en moins question, ce n’est pas à l’action des cadres syndicaux, auxquels la clandestinité laisse de moins en moins de contact direct avec la masse réelle, c’est à la pression de ces masses que nous le devons  Et la question qu’elles posent maintenant, ce n’est pas le contenu des revendications, c’est la forme de lutte à employer pour les faire aboutir.

Cette forme, nous autres militants croyons plus ou moins la connaître. Mais elle n’entraînera les masses profondes que si celles-ci ont la conviction qu’elle est possible  que les périls qu’elle comporte sont justifiés par une suffisante probabilité de succès. En définitive, cette forme ne sera choisie de façon heureuse que si elle l’est par les masses, c’est-à-dire que si la démocratie syndicale arrive  d’une façon ou de l’autre, à jouer. Tel est le problème technique actuellement posé aux militants, de la solution duquel dépend, non seulement le succès de cette action nécessaire, mais encore sa possibilité.

Des mots d’ordre venant d’en haut peuvent impulser une troupe de partisans, un cadre de militants. La démocratie  nécessaire et possible, si les formes en sont convenablement adaptées, même dans les conditions présentes,  est le seul moteur de l’action des masses. C’est par elle que sera valorisée l’unité syndicale, dont la reconstitution aurait été plus chaleureusement accueillie si les syndiqués eux même en avait été les artisans ; s’ils en avaient fixé eux-mêmes les buts, non lointains, mais immédiats.

Entrer au syndicat ? Oui, tout de suite. Mais pas comme un troupeau de soldats aveugles, à des fins lointaines. Pour organiser tout de suite une lutte de tous les instants, dont chacun sait bien qu elle ne peut plus attendre, et pour lui donner tout de suite des formes telles que l’on puisse marcher de l’avant, tous ensemble.

Le Peuple syndicaliste 1944 versoLa Lutte du Peuple Français pour sa Libération

LES SALARIES ET LA HAUSSE DU COÛT DE LA VIE

De partout on nous signale des actions entreprises par les travailleurs en vue d’obtenir un premier et urgent réajustement à leur salaires.

A Paris dans la métallurgie des débrayages ont eu lieu sur les trois mots d’ordre : 50 p. cent d’augmentation, 500 grammes de pain par jour, un litre de vin par jour.

La presse gouvernementale s’est empressée de crier à l’échec du mouvement. Les renseignements que nous possédons ne sont pas encore assez complets pour que nous puissions tirer toutes les leçons de cette grève.

Nous y reviendrons dans notre prochain numéro dans lequel nous comptons publier une analyse des différentes actions entreprises au cours des derniers mois par la classe ouvrière.

ON SE BAT DANS LES “MAQUIS”

Depuis deux semaines, le commandement allemand semble vouloir lancer des actions de plus en plus fréquentes contre les jeunes qui tiennent la campagne.

Des opérations ont eu lieu notamment dans les bois de Bernex (région de Thonon) à Grussy et à Alby (région d’Annecy), près de Vic le Comte et de Billon (Puy-de- Dôme), à Levignac de Guyenne (Lot et Garonne).

A Chaveroche en Corrèze, un officier allemand ayant été blessé, 4 paysans pris comme otages ont été fusillés.

Plus que jamais tout doit être mis en œuvre pour aider les partisans.

AU PÉRIL DE LEUR VIE

Au péril de leur vie les hommes des organisations de la Résistance enlèvent des armes (cartoucherie de Bourg-les-Valence, gendarmeries de St-Laurent sur Gorra et de Treignac en Corrèze), des explosifs à (Vacheresse dans la région d’Annecy, au barrage de Castillon près de Digne), de l’essence et du benzol à (Annecy, à Riom et à Lezoux dans le Puy-de-Dôme etc.)

Au péril de leur vie ils font dérailler des trains militaires allemands (près de la gare de l’Etoile entre Livron et Valence, aux Martres de Veyre près de Clermont, à proximité de la gare de Montélimar, près du Petit Nalais sur la voie Avignon-Cavaillon)

Au péril de leur vie ils sabotent les installations industrielles directement ou indirectement utilisées par les hitlériens  C’est ainsi que leurs bombes ont détruit tous les compresseurs, à l’exception d’un seul des aciéries d’Ugine, les transformateurs de la centrale électrique de l’usine d’aluminium Vethon à Alberville, des machines de la manufacture d’armes de Saint-Etienne, les pylônes électriques desservant l’usine de Fond de France (Isère), les transformateurs de l’usine du Giffre (près de Bonne-ville), les installations de l’usine de Rochebut sur le Cher (près de Montluçon( etc. etc. .

A L’UNIVERSITÉ DE STRASBOURG

Le 25 novembre dernier les troupes allemandes ont cerné les bâtiments de l’Université de Clermont où s’est installée depuis la guerre l’Université repliée de Strasbourg.  Professeurs et étudiants furent rassemblés dans la cour principale. Au cours de l’opération un professeur et un étudiant ont été abattus par les hommes de la Gestapo. Après un premier “tri” plusieurs centaines d’arrestations ont été opérées. Près d’une centaine ont été maintenues.

Un rôle important a été joué dans cette affaire par un mouchard “français” nommé Mathieu.

Aux dernières nouvelles malgré la protection que lui assurait la Gestapo, Mathieu a payé de sa vie son infamie.

LES PARTISANS ET LE MARCHÉ NOIR

L’affiche suivante a été apposée en fin novembre dam la région de Saint-Yriex ;

“Considérant qu’il est équitable que propriétaires et commerçants prélèvent une juste rémunération sur leur travail, il ne peut être toléré que les denrées soient vendues à des prix prohibitifs.

Arrêté :

Article 1  — Le prix des pommes de terre ne pourra dépasser 4 frs le kilo.

Article 2 — Le prix de la viande de porc sur pied ne peut dépasser 48 frs le kilo.

Article 3 — Tout contrevenant aux dispositions des 2 articles précédant sera l’objet de représailles exemplaires.

Fait en novembre 1943. Le Préfet du Maquis.

NOS ECHOS

Dans l’Ain :

A Oyonnax et à Nantua de graves événements se sont déroulés à la mi-décembre. A la suite d’une démonstration du Maquis dirigée contre deux personnes coupables de donner les réfractaires, il y eut une intervention des Allemands dans ces deux villes.

Résultats 4 personnes sauvagement tuées, le maire M. Maréchal, l’adjoint, le Dr Mercier et un militant communiste M. Rochet, ce dernier eut d’abord les yeux troués, puis exécuté par des coups de revolver-dans le dos.

D’autre part à Nantua une rafle fut faite parmi la population masculine et notamment parmi les grands Élèves du Collège.

150 hommes furent emmenés, sans doute à Compiègne.

 Il faut que les pièces de monnaie de bronze continuent à servir de monnaie courante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants