Portrait du chef du « Front du travail » Robert Ley, et autres articles du « courrier de l’air »

 Ce tract de la résistance alliée est daté de la mi-juillet 1942 (archivé par Jean-René Chauvin) Tract résistance alliée 1942 RAF Courrier de l'air versoLe Portrait d’un amateur de champagne “ LE fait que l’organisateur du Front du Travail allemand s’est adressé directement aux ouvriers français est psychologiquement d’une importance décisive, car seule la franchise absolue des chefs socialistes établira la confiance. » Ce commentaire allemand du discours invraisemblable prononce par Ley devant le personnel d’une grande usine de la région parisienne a été diffusé le 6 juillet par Transocéan. Or, selon le texte de Havas, Ley avait déclaré notamment: “Non seulement nous avons tenu ce que nous promettions il y a neuf ans, mais le sort du travailleur allemand est bien meilleur qu’il ne l’était autrefois. En Allemagne, il n’y a plus de chômeurs parce que l’exploitation de la masse par le capitalisme a été supprimée. » La seule explication de celle déclaration surprenante réside, sans doute, dans le fait que l’orateur, selon son invariable coutume, était en état d’ébriété quand il prit la parole. Afin de mettre dans sa vraie perspective l’appel de Ley aux ouvriers français, il convient de rappeler quelques unes des caractéristiques du rabateur de Hitler qui vient appuyer un Laval défaillant.

Ley Organisateur du Front du Travail

Quand Hitler prit le pouvoir, il chargea Ley de liquider les syndicats ouvriers allemands. tâchc qu’il a accompli avec une rapidité foudroyante. Il se mit en campagne le 2 mai 1933 à 10 heures, et en moins de quatre jours, il avait absorbe la totalité — soit 169 — des organisations ouvrières allemandes. C’est alors que Hitler le nomma Organisateur du Front du Travail. En passant, notons que Ley n’avait cessé d’invectiver les fonctionnaires des syndicats. Il les accusait de vivre dans l’opulence grâce aux contributions extorquées aux travailleurs. Au moment de la dissolution, il existait quelque 30.000 de ces fonctionnaires. A l’heure actuelle, ils s’élèvent à environ 100.000.

 Cotisations au Front du Travail

Conformément aux diktats nazis, tous les patrons et employés doivent faire partie du front du Travail. Les travailleurs étrangers sont astreints au même régime. Cette adhésion entraîne, bien entendu, une cotisation annuelle, dont le montant global dépasse 400 millions de Reicksmark. Le Front du Travail n’a jamais publié de bilan, et personne n’a jamais mis en question la gestion des fonds. Sans doute une partie a-t-elle été employée à la construction des bateaux, qui, avant guerre, emmenaient les travailleurs en croisière d’agrément.

Dr Rey Front du Travail Nazi
VOLONTAIRES POUR ALLER TRAVAILLER EN ALLEMAGNE
« Combien le tout ? »

Le Dr Ley a par ailleurs la passion de l’automobile. Les ouvriers allemands disaient couramment qu’il avait « motorisé » le Front du Travail, mais avec des voitures de grand luxe. Le Dr Ley a aussi un péché mignon. Il a une prédilection marquée pour le champagne et le kirsch. Et comme il apprécie sa boisson frappée, il a fait installer un réfrigérateur dans son avion particulier. Il a aussi la hantise du bolchevisme. En mars 1935, il proclamait : « la Russie illustre bien comment un peuple peut être asservi par la terreur ». Depuis l’Allemagne a donné au monde une illustration autrement convaincante du traitement réservé à tous ceux qui n’appartiennent pas à la race des seigneurs. Ley n’est pas un article d’exportation. Tout ceci au fond ne concerne que les allemands. Chaque pays a droit au chef  du Front du Travail qu’il mérite. Mais où l’outrecuidance de l’ivrogne ne connait plus de bornes , c’est quand il ose s’adresser à des ouvriers français, les traitant en « camarades », pour tenter de leur faire accepter d’aller travailler pour ceux qui pillent leur pays, affament leurs compatriotes et fusillent les otages. « Nous volons », dit-il aux français, « marcher côte à côte avec vous vers un avenir nouveau, meilleur et plus heureux, où le travail et l’humanité célèbreront les triomphes, vers un avenir de liberté.  Et ceci du même Ley qui a déclaré que le Herrenvolk a droit à une alimentation et à un confort supérieur à ce qui doit être réservé aux races inférieures. Par ailleurs il apparaît que Laval envisage d’augmenter de 10 à 15% les salaires en France, augmentation entièrement justifiée par la cherté de la vie. mais une telle mesure irait manifestement à l’encontre des plans de Hitler. En effet, les employeurs allemands se verraient dans l’obligation d’augmenter proportionnellement les salaires des ouvriers français qu’ils ont embauchés, faute de quoi, la campagne de recrutement serait rendue encore plus impossible. Nouvelles pressions en perspective Horaires BBC TSFA n’en pas douter, il sera exercé incessamment sur les français une nouvelle pression  économique et matérielle – puisqu’une pression physique est impossible – pour tenter de fournir à l’Allemagne les contingents de main d’oeuvre qu’elle réclame de plus en plus impérieusement. Nous connaissons la terrible pression qui pèse déjà sur les travailleurs français. Devant leur misère, nous n’avons aucun mot d’ordre à donner. Nous nous bornerons seulement à répéter que 12.000 travailleurs se rendant en Allemagne, rendent disponibles 12.000 Allemands pour former une division, et que toute division fraîche allemande envoyée au front retrade la victoire, et partant, la libération de la France. 


 

Tract résistance alliée RAF Courrier de l'air 1942 recto
Tract résistance alliée RAF Courrier de l’air 1942 recto
Fonds JR Chauvin – CHS

Apporté par vos amis de la R.A.F.    Le Courrier de l’Air   Distribué par les patriotes français

Les Etats-Unis et Le Comité National Français

Des représentants américains nommés

TOUS LES FRANÇAIS SAURONT UN GRÉ INFINI AU GOUVERNEMENT AMÉRICAIN D’AVOIR RECONNU LA HAUTE VALEUR MORALE DE LA RÉSISTANCE FRANÇAISE.

Il a rendu un émouvant témoignage de son admiration pour l’esprit de sacrifice des soldats, des aviateurs, des marins de Syrie et d’Afrique et pour l’héroïsme des défenseur de Bir Hakeim.

En effet, le Département d’Etat a rendu publique une décision par laquelle le contre amiral Harold Stark. chef des foi ces navales américaines en Europe et le général de brigade Charles Bolte, chef d’Etat-Major du Quartier Général des armées américaines en Europe ont été désignés comme les représentants naval et militaire des Etats-Unis pour toutes les questions relatives à la conduite de la guerre auprès du Comité National Français. Voici le texte du mémorandum américain: 1) Le gouvernement des Etats-Unis subordonne toutes autres questions au but unique et suprême qui consiste à assurer le succès des armes et à mener la guerre à une conclusion victorieuse. Le Comité National Français poursuit le même but et prend des mesures militaires actives afin de conserver les territoires français pour le peuple français. 2) Le gouvernement des Etats-Unis reconnaît la contribution du général de Gaulle et les efforts du Comité National Français afin de maintenir vivant l’esprit traditionnel de la France et de ses insti­tutions. et estime que les buts militaires nécessaires pour poursuivre efficacement la guerre et par conséquent pour déterminer la réalisation de nos buts communs, seront le plus facilement atteints en prêtant toute l’assistance militaire et tout l’appui possible au Comité National Français comme un symbole de la résistance française en général contre les puissances de l’Axe. Le gouvernement des Etats-Unis partage sans réserve les vues du gouvernement britannique — qu’il sait être aussi celles du Comité National Français — que les destinées et l’organisation politique de la France doivent, en dernier lieu, être déterminées par la libre expression de la volonté du peuple français dans des conditions qui lui donneront la liberté d’exprimer ses désirs sans être influencé par aucune mesure de coercition. 3) En poursuivant le but commun de guerre, le gouvernement des Etats-Unis continuera a traiter avec les fonctionnaires Français Libres dans leurs territoires respectifs partout où il sera évident qu’ils exercent effectivement le pouvoir. Conscient de la nécessité de coordonner les efforts communs, le gouvernement des Etats-Unis voit tout avantage a centraliser la discussion des affaires afférentes à la poursuite de la guerre avec le Comité National Français à Londres. L’un des buts principaux de la politique poursuivie par le gouvernement des Etats-Unis dans le domaine de la collaboration est de prêter assistance aux Forces militaires et navales de la France Libre, suivant les termes de la déclaration présidentielle du 11 novembre 1941 qui fait ressortir que la défense des territoires sous le contrôle des Forces Françaises Libres est vitale pour la défense des Etats-Unis. 4) En harmonie avec les observations qui précédent, le gouvernement des Etats- Unis est prêt a nommer des représentants a Londres aux fins de consultation.


Premier Communiqué du Général  Eisenhower Eisenhower

Le communiqué No. I de l’Etat-Major des forces américaines sur le théâtre européen, publié récemment  dit:  » Au cours d’une opération commune avec des bombardiers légers de la R.A.F, des équipages américains ont attaqué des objectifs en territoire occupé par l’Allemagne. Deux avions américains ne sont pas rentrés à leur base. Ces équipages pilotaient des Boston. L’attaque eut lieu de jour, à très basse altitude. »

C’est le 4 juillet, jour anniversaire de l’indépendance des Etats-Unis. que des aviateurs américains ont. pour la première fois, pris part a un raid en Europe. Les douze appareils Boston, dont six pilotés par des Américains et six par des Britanniques ont attaqué les aérodromes de Alkmaar. Valkenberg et Hammstede, en Hollande occupée. Un des pilotes américains, dont l’avion, atteint d’un obus, avait perdu une hélice et une partie du moteur tribord, toucha le sol. mais parvint a reprendre son vol et ramena son appareil à sa base en Grande-Bretagne.


 LA VEILLE DE LA BATAILLE EN EGYPTE

QUOIQUE la situation générale en Egypte soit toujours sérieuse, il se dégage une ambiance meilleure, justifiée par les derniers événements. De part et d’autre, on se prépare pour la bataille qui va se livrer incessamment, et qui nécessairement, aura une influence vitale sur l’issue de la campagne. Les renforts britanniques dont Mr Churchill avait parlé a la Chambre des Communes a l’occasion du débat sur lu Libye, sont arrivés à pied d’oeuvre, sinon <illisible> correspondant de guerre sur place s’accordent à décrire le flot ininterrompu de camions chargés de troupes fraîches, de chars et d’artillerie, qui se dirige sur El Alamein. Les forces combinées de la R.A.F. et de l’Aviations de l’Afrique du Sud et des Etats-Unis harcèlent sans cesse les positions avancées de Rommel, le gros de son armée, ses parcs de chars et de véhicules motorisés, tandis que les bombardiers lourds maintiennent un service de navette pour frapper les longues lignes de communication allemandes, allant de El Alamein jusqu’à Benghazi. Ce port lui-même a été bombardé à plusieurs reprises avec des résultats satisfaisants. Le fait n’en subsiste pas moins que le général Auchinleck a devant lui un adversaire puissant, rompu à la guerre de l’Afrique du Nord, et conduit par un chef dont l’habileté est incontestable. Rommel va donner son maximum en vue de reprendre l’initiative et ainsi poursuivre sa progression vers le canal de Suez. Il ne faut pas perdre de vue que l’invasion de l’Egypte fait partie intégrale du plan grandiose de l’Allemagne pour s’emparer des champs pétrolifères du Moyen Orient et du Caucase. La reprise de la poussée vers Alexandrie et au-delà fait corps avec l’immense effort en Russie pour refouler l’armée rouge du Don, sur le front le plus large possible. La bataille qui se prépare est donc un stade nouveau, qui. à son tour, n’est qu’une phase de la guerre mondiale. Comme nous le disons plus haut, la situation est toujours sérieuse, mais de l’aveu même de la presse et de la radio de l’Axe. le Commandement allemand est devenu plus réservé dans ses déclarations du fait que Rommel. lui aussi, est confronté par une situation compliquée, rendue encore plus difficile par les opérations ininterrompues et concentrées des chasseurs  des chasseurs bombardiers et des bombardiers lourds des Alliés.


OFFENSIVE D’ETE SUR LE SECTEUR CENTRAL DU FRONT RUSSE L’ARMÉE russe a subi dans la région de Voronezh un revers dont l’importance ne doit pas être ignorée. Les Allemands, tout d’abord, avaient annoncé que leur première poussée avait atteint et dépassé Voronezh, mais il est significatif que la chute de cette ville n’a pas été confirmée, et qu’en fait, les communiqués allemands n‘en ont plus fait mention. La raison est sans doute fournie par la tactique coutumière des Russes de lutter âprement avant de céder un pouce de terrain, ce qui semble indiquer que les combats se poursuivent dans la ville et ses alentours. Les Russes s’étant retirés de Stary Oskol, la pointe de la poussée de von Bock a atteint le Don. et maintenant il a tourné son mouve­ment vers le sud dans le but évident d’exercer une pression sur le Front le plus large possible. On sait qu’il jette en ligne ses reserves, y compris celles constituées par les troupes roumaines et hongroises. Pour le moment, il n’est pas question du passage en force du Don. Des détachements allemands ont certainement franchi le fleuve, mais ils ont été repoussés ou anéantis par les Russes qui opposent une résistance acharnée sur la rive est du fleuve, tandis que les Allemands se préoccupent de s’établir solidement le long de la rive ouest avant de tenter massivement le passage. En attendant le moral des troupes russes reste magnifique. L’offensive est déclenchée Il ne fait plus de doute que l’offensive allemande est déclenchée avec toutes les forces disponibles: mais il est aussi évident que le Commandement allemand est encore bien loin de répéter les mouvements de 1941 qui, s’étendant depuis la mer Barents jusqu’aux rives de la Mer Noire, visaient uniquement l’anéantissement complet des armées russes qui. d’ailleurs, avait été annoncé à diverses reprises. Une chose est certaine: les Russes n’ont pas été surpris par cette offensive qui, originairement devait être faite au printemps  mais qui grâce à l’attaque de Timochenko contre Kharkoff et à la défense héroïque de Sébastopol  a été transformée en une offensive d’été. Ce répit de deux mois a permis au Commandement russe de faire ses préparatifs en profondeur et de réunir à l’arrière des dépôts de munitions et de ravitaillement afin de rendre l’armée, dans la plus grande mesure possible, indépendante des communications ferroviaires. Par ailleurs. Timochenko ne dépend pas uniquement des approvisionnements qui lui par­venaient de la région de Moscou. Les centres industriels de l’Oural et de la Sibérie occidentale sont toujours accessibles au moyen des lignes de chemin de fer allant vers l’est en passant par Chelyabinsk et Kuibysheff.


Fin d'un avion italien1LA FIN D’UN AVION ITALIEN Fin d'un avion italien2 Fin d'un avion italien3Un Savoia Marchettl 79 s’est aventuré trop prêt d’un convoi britannique au large de Malte. Ce César tri-moteurs vint, vit et fut conquis par le navire qu’il cherchait à détruire.


AVIS A TOUS LES FRANÇAIS HABITANT LES ZONES CÔTIÈRES INTERDITES DEPUIS LA FRONTIÈRE BELGE JUSQU’AUX PYRÉNÉES. Les régions côtières de la France occupée risquent de devenir de plus en plus le théâtre d’opérations de guerre. Pour des raisons évidentes, il n’est pas possible de préciser d’avance ni le moment, ni le lieux de telles opérations. Elles seront exécutées au moment opportun et partout où elles seront jugées utiles. Elles entraîneront forcément les dangers les plus graves pour les populations civiles. En conséquence, nous engageons tous les français des zones côtières interdites à prendre dès maintenant leurs précautions. La seule précaution efficace , c’est d’évacuer dans le plus bref délai les zones côtières interdites telles qu’elles ont été déterminées par les allemands. Nous ne méconnaissons pas les difficultés d’une telle évacuation, ni les obstacles qui y seront opposés. Si nous vous engageons à les surmonter, c’est qu’il s’agit du succès d’opérations d’une importance capitale dans la lutte pour la libération de la France. Il a été démontré à maintes reprises que la présence de la population civile sur le lieu d’opérations militaires actives gêne d’une façon très grave l’action des troupes et en particulier l’action des troupes amies. N’attendez-pas le dernier moment, il serait trop tard. Eloignez-vous le plus tôt possible. Pour ceux qui n’auraient pas la possibilité de partir,  nous répétons, avec une insistance nouvelle, quelques-unes des instructions contenues dans notre premier avis aux français des régions côtières. Votre rôle pour le moment doit être limité par le souci de votre sécurité. Faites tout pour préserver votre vie : les armées de libération auront besoin de vous. Nous vous donnons l’assurance formelle que lorsque l’heure sera venue de faire appel au concours actif du peuple français dans son ensemble, vous en serez prévenus. FRANÇAIS, ÉLOIGNEZ VOUS DES ZONES CÔTIÈRES INTERDITES, TOUT LE LONG DE LA COTE FRANÇAISE N’oubliez pas les recommandations données par les Chefs de l’Etat-Major Général Impérial à la population habitant les zones côtières interdites de France.


Le contrat avec le démon a expiré

LORS des débats aux Communes, Mr. Churchill, soulignant la rapidité foudroyante avec laquelle la puissance aérienne des Alliés croissait, avait dit:

« Hitler avait passé un contrat avec le démon de l’air, mais le contrat a expiré avant l’achèvement de la besogne, et le démon a pris un engagement avec les concurrents. » La presse allemande est évidemment de la même opinion, à en juger par les Munchner Neues Nachrichten, dont un correspondant spécial vient de faire une tournée d’inspection dans la Ruhr et la Rhénanie.  Il écrit: ” Dans les trains, le seul sujet des conversations est fourni par les attaques aériennes de la R.A.F., et les terribles épreuves auxquelles on est soumis pendant les raids. La population de la Rhénanie et de la Ruhr est obsédée par les horreurs des bombardements. Le Rhin et la Ruhr sont devenues des zones de guerre. »


IL Y A DEUX ANS le 17 juillet 1940 — Diffusion de Brème à Londres :  » Des milliers d’avions semant la mort vont foncer. Londres, cette ville grande et fière  deviendra une fournaise embrasée : des monceaux humains se tordront dans les flammes, et les misérables qui attendaient la venue des nazis ne les verront jamais. Quand les troupes allemandes entreront dans l’ancienne capitale, les débris des rues seront muets. Cette description vous parait sans doute sensationnelle. Les survivants de Varsovie et de Rotter­dam peuvent témoigner de sa véracité. ”


LE COURRIER DE L’AIR

Tract résistance alliée 1942 RAF Courrier de l'air verso
Tract résistance alliée 1942 RAF Courrier de l’air verso

LE PREMIER COMMUNIQUÉ AMÉRICAIN  LE communiqué public par le Quartier Général du général Eisenhower, commandant en Chef les forces américaines du théâtre européen des opérations, fait du 4 juillet, fête nationale américaine, une date doublement historique  En effet, ce bulletin, qui relate une opération de bombardement sur des objectifs militaires en Hollande (voir la page 1) marque le début officiel des opérations militaires des forces américaines sur le Continent européen. Ceux qui connaissent la détermination farouche de la nation américaine, les immenses ressources du pays le plus industrialisé du monde et qui se rappellent de la valeur des troupes américaines de la première guerre mondiale, se rendent compte que ce début, modeste en soi, marque un tournant important dans cette guerre.

 ★ ★ ★

L’Amérique est en guerre depuis le 7 décembre 1941. Des armées américaines importantes se trouvent sur plusieurs points de l’immense théâtre du Pacifique. L’ennemi principal a entretenu l’espoir, qu’aux prises avec le Japon, l’Amérique ne pourrait pas s’occuper du théâtre européen des opérations. Ces espoirs de l’ennemi ont été vains. Surpris à Pearl Harbour et aux Philippines par la traîtrise japonaise, nos Alliés se sont vite ressaissis. La flotte et l’aviation américaines ont déjà porté de terribles coups à l’agresseur asiatique, tandis que des unités américaines débarquaient en Irlande du Nord, et des transports, en nombre croissant, apportaient du matériel de guerre à Mourmansk, en Angleterre et dans les ports du Moyen Orient et de l’Inde.

Les défenseurs héroïques de Malte ont, eux aussi, vu le drapeau étoilé en guerre. En effet, le navire porte-avions Wasp a, à deux reprises, apporté des renforts précieux aux soldats et aux aviateurs qui. sous les ordres du Général Lord Gort, résistent aux attaques furieuses de la Luftwaffe.

 ★ ★ ★

 Dés le début de cette guerre, les Allemands ont été hantes par la participation américaine. En 1940. après leur victoire sur le front occidental, ils avaient espéré que l’Amérique serait prête trop tard, c’est à dire, après la conquête de l’Angleterre. Leurs propagandistes ont hurlé sur toutes les longueurs d’ondes que le compte de l’Angleterre serait réglé bien avant l’arrivée des avions et des tanks américains.  L’ennemi constate aujourd’hui la présence des forces américaines sur les théâtres d’opérations en Europe et dans le Moyen Orient. Il sait que l’importance des effectifs américains ira en croissant. Il en pressent le rythme, car il se souvient de la participation américaine en 1917-18.  Le peuple français, qui n’a jamais accepté la défaite militaire en 1940 comme définitive, trouvera de nouvelles raisons d’espérer en lisant le communiqué américain du 4 juillet 1942.


Croiseur japonais midway

Les Japonais ne font plus tout ce qu’ils veulent

Les Japonais ont subi de lourdes pertes aux mains de la flotte américaine dans la bataille au large de l’île Midway. Ce croiseur, de la classe “Mogami“ en flammes a sombré peu après.  


EN NORVÈGE AUSSI SEULES les industries norvégiennes qui fabriquent des armements, des produits alimentaires et autres nécessités continueront à travailler. Les autres fermeront provisoirement ou seront tout simplement liquidées. Préoccupés par la perspective du deuxième front, les Allemands hâtent l’achèvement d’importants travaux de défense le long de la côte norvégienne et dans ce but ils enrégimentent les ouvriers agricoles et forestiers. Le Stockholms-Tidningen du 12 juin, qui publie ces faits, estime qu’à la fin du mois de Septembre 100.000 ouvriers industriels seront transférés des usines aux travaux agricoles et forestiers. Il ajoute que l’Allemagne a promis de fournir à la Norvège en quantités considérables les marchandises que celle-ci ne pourra plus fabriquer. Nouveau Soporifique LE public afflua un soir au cinéma Logen à Bergen. Un film français était au programme. Lorsque la salle fut comble, un détachement de Hird ferma les portes à clé. Sur ce, un nouveau conseiller municipal s’avança sur la scène du cinéma et commença un discours de propagande pour l’Ordre Nouveau. Mais les gens de Bergen ne se laissent pas facilement berner. Comme il leur était impossible de quitter la salle, le sommeil les gagna tous, et enfoncés dans leurs fauteuils, ils se mirent à ronfler en chœur. Ils ronflèrent si bien que le conseiller municipal fut obligé d’abandonner son discours que personne ne pouvait entendre.


14 juillet 1942 Dimanche 12 juillet à 20h45, heure d’été britannique, la B.B.C. a diffusé dans tous ses programmes un chaleureux hommage à la nation française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants