Elections législatives de 1958

 Documents Tirés des archives de Jean-René Chauvin (consultables au CHS, Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle, 9, rue Mahler 75020 Paris)

1) Candidature Craipeau, élections législatives de 1958 :                                                        Le fonds Chauvin contient beaucoup de lettres et textes d’Yvan Craipeau, dont il fut toujours proche politiquement, sur une très longue période. Affiche Craipeau UGS élections 1958 recto

Elections législatives des 23 et 30 novembre 1958 14ème Circonscription (XIIIo : Croulebarbe, Maison-Blanche) SOUTENU PAR L’U.F.D. : BOURDET, MENDES-FRANCE, DEPREUX, MITTERAND Le candidat du parti d’Union de la Gauche Socialiste est                                                     LE CANDIDAT DE L’ESPOIR                                   ELECTRICES, ELECTEURS,                                                                   Les prix continuent de monter ; le chômage menace. La SNECMA, PANHARD, et des dizaines d’entreprises de l’arrondissement ont réduit leurs horaires de travail. La crise du logement s’aggrave : il faudrait rien que dans le 13e, 20.000 logements nouveaux pour loger les jeunes ménages, et pour éviter que, comme rue VANDREZANNE, 5 enfants vivent avec leurs parents dans un garage sans fenêtre, où rôdent les rats. Les écoles sont surchargées (soixante gosses par classe rue de l’ESPERANCE !). La Ville de Paris a dû demander l’utilisation d’une école désaffectée par la municipalité de KREMLIN-BICETRE. Les crèches manquent, mais il n’y a pas de crédits, paraît-il, pour en bâtir.

POURQUOI CELA ?                                                                                                                                                                    Parce qu’on ne peut pas tout faire à la fois : la guerre et des logements, des tanks et des écoles. Après comme avant le 13 mai, la politique de guerre en ALGERIE, entraîne la misère et le chômage. Ce n’est pas cela que vous vouliez.

  • Vous vouliez la Paix en Algérie :                                                                                                                                     Mais, alliés à « la droite la plus bête du monde », MOLLET, LACOSTE et GAILLARD, ont mobilisé nos jeunes, intensifié la guerre, et refusé la discussion avec ceux qui combattent.
  • Vous vouliez le progrès social :                                                                                                                                       Les partis au pouvoir ont au contraire laissé monter les prix, et créé de nouveaux impôts, pour financer cette guerre qui coûte près de 1.000 milliards par an : six fois le prix des H.L.M. construits en France cette année !). Par leur faute, les augmentations de salaires et de retraite ont été annulées par la hausse des prix.
  • Vous vouliez une démocratie plus fraternelle :                                                                                                            Mais, sous prétexte de lutte contre les « suspects », les gouvernements ont saisi les hebdomadaires d’opposition, et laissé les patrons chasser des usines des délégués ouvriers, cependant que les tortures se multipliaient en Algérie, et faisaient leur apparition en France.                                VOUS AVEZ ETE DEÇUS :                                                                                                           —    par la trahison de la S.F.I.O. et des radicaux ;                                                                             —    par l’impuissance du parti communiste que son approbation des massacres de Hongrie a isolé un peu plus du peuple français…                                                                                                           ET MAINTENANT…

Affiche Yvan Craipeau UGS  1958  verso

MAINTENANT… Vous voulez du neuf et du propre Mais pas n’importe quoi. Peut-être, devant le danger du pouvoir personnel, avez-vous dit NON à la Constitution ; dans ce cas, les choses sont claires : Vous ne voterez pas le 23 novembre pour les hommes du « nouveau système ». Mais peut-être, avez-vous dit OUI à de Gaulle, parce que vous aviez confiance en lui pour faire la paix en Algérie, et apporter la justice sociale. Alors, vous devez être bien inquiets : car, de Soustelle à Mollet, de Pinay à Gaillard, se pressent en foule, sous la bannière gaulliste, les profiteurs et les naufrageurs de la IVe, alliés aux hommes du 13 mai, plus patriotes les uns que les autres… Vous qui voulez que « ça change », comment feriez-vous confiance à ce panier de crabes ?                                                A ALLIONE, ce poujadiste devenu subitement gaulliste, ou à CABAT, radical d’extrême droite, ou à GERONIMI, qu’ont abandonné ses camarades eux-mêmes ou à des candidats fantaisistes qui vous feront perdre votre voix.
 JEUNES, qui voulez un logement à des prix abordables,                                                                 TRAVAILLEURS, qui en avez assez d’être menacés de chômage, et exploités,                             MÉNAGÈRES, qui voulez que les prix cessent de monter, qu’on bâtisse plus d’écoles, qu’on augmente les allocations familiales, et que la sécurité sociale rembourse effectivement à 80 % vos dépenses de médecin et de pharmacie,                                                                                                                                                   VIEUX TRAVAILLEURS, qui attendez, à bon droit, une retraite décente, Vous voterez pour L’UNION DE LA GAUCHE SOCIALISTE Voter U.G.S., c’est voter pour une politique vraiment nouvelle :

  • pour des négociations politiques avec toutes les tendances de la résistance algérienne (notamment avec le gouvernement constitué par le F.L.N.)
  • pour la réduction massive des dépenses de guerre, et de la durée du service militaire (12 mois au lieu de 24)
  • pour l’augmentation générale des salaires (les 40 heures étant payées 48), et le salaire annuel garanti
  • pour la défense des libertés et la démocratisation de la radio et de la télévision
  • pour la défense de la laïcité, la réforme de l’enseignement et la construction de milliers d’écoles
  • pour l’indépendance de la France à l’égard des deux grands blocs.

DANS LE XIIIe ARRONDISSEMENT, L’U.G.S. DEMANDE :

  • La réquisition immédiate des appartements vides (près de 1.000),
  • La construction des H.L.M. sur tous les terrains inoccupés, et leur attribution aux familles vraiment prioritaires
  • La cessation des expulsions sans relogement décent
  • La construction d’un groupe scolaire Porte d’Italie ainsi que de plusieurs autres classes et crèches.

Puisque vous êtes d’accord avec ce programme, le 23 novembre, vous voterez

Yvan CRAIPEAU

candidat de l’U.G.S., parti neuf qu’ont rejoint ces derniers mois des milliers de travailleurs appartenant à toutes les centrales syndicales (C.G.T. — C.F.T.C. — F.O. — Autonomes), véritable parti de l’espoir et du renouveau socialiste. Parmi les personnalités du 13e ar. qui vous appellent à voter pour Yvan Craipeau : Pierre VERNAUD et Jean BOUYEUX, Secrétaire et Trésorier de la Section du 13 du Parti Socialiste S.F.I.O. Autonome                                                                                                                                                                         (le plus grand nombre des militants S. F. I.O. du XIIIe a rejoint le P. S. A.)                      Madeleine COLLAS, mère de famille. Michel DEMERSSEMAN, instituteur.                                                                           André DEPARIS, du Groupement des Habitants du XIIIe Pour la Paix en Algérie.                                                           D. FLORENTIN, ancien Directeur du Service des Poudres, membre du Comité de Libération du XIIIe arrdt., Officier de la Légion d’honneur, Médaille de Résistance.                                                                                          Jean-Charles GUILLOTEAU, avocat.                                                                                                                                           Pierre MARCHI, agent E.D.F., syndicaliste C.G.T.                                                                                                        Maïté MATHIEU, mère de famille.                                                                                                                                 Rolland SCHLEICHER, syndiqué C.F.T.C. chez Panhard.                                                                                Geneviève TRIMOUILLE, professeur au lycée Claude-Monet, membre du Comité de Vigilance Universitaire.

P. MENDES-FRANCE, François MITTERAND, Edouard DEPREUX, Claude BOURDET, vous invitent à voter Yvan CRAIPEAU, candidat unique de l’Union des Forces Démocratiques


yvan Craipeau

Yvan Craipeau 1958 professeur (syndiqué F.E.N.) 46 ans ; milite depuis l’âge de 16 ans dans le mouvement ouvrier, en particulier dans le XIIIe. Résistant dès 1940, échappe de justesse à la Gestapo (son épouse est, elle, arrêtée et passe quatre ans dans les camps de concentration). Membre fondateur de la « Nou­velle Gauche », auteur d’un livre sur « les Voies nouvelles du socialisme ». Actuellement, secrétaire régional des cinq fédérations parisiennes de l’Union de la Gauche Socialiste.

SUPPLEANT :                 Nelly CRU

mère de famille, ancienne dirigeante nationale du Mouvement de Libération du Peuple, présidente de l’Association familiale ouvrière du XIIIe

2) Candidature Jean-René Chauvin, , élections législatives de 1958 : 

Elections législatives des 23 et 30 novembre 1958                                                                                               (XV : Javel, Grenelle) -19 e circonscription de la Seine

Affiche Jean-René Chauvin affiche élections 1958 recto

LE PARTI D’UNION DE LA GAUCHE SOCIALISTE

Jean CASSOU écrivain, compagnon de la Libération.

Laurent SCHWARTZ professeur à la Sorbonne.

M° Yves DECHEZELLES ancien secrétaire général ad de la S.F.I.O.

Georges RINO militant syndicaliste.

Daniel HAAS vice-président du Comité de Libération du XVe

Bernard PRETET Ancien d’Algérie

Michel PANSU Jacques MOREAU militants de la 15e section au  Parti socialiste autonome.

présentent à vos suffrages la candidature de

Jean-René chauvin   journaliste — ancien déporté

avec comme suppléant Jean GLACET  technicien du Textile.

Jean-René Chauvin élections 1958

 Fils d’un ancien député du Parti Ouvrier Français, aux côtés de Jules GUESDES et de Paul LAFARGUE, Jean-René CHAUVIN milite depuis l’âge de dix-sept ans dans les rangs du mouvement ouvrier français militant de la « Gauche Révolutionnaire » dirigée par Marceau PIVERT, il est combattant clandestin pendant l’occupation ; arrêté en août 1942, s’échappe, poursuit son activité clandestine ; arrêté de nouveau en février 1943, torturé par la police de Vichy et la Gestapo, il est déporté successivement aux camps de concentration de Mauthausen, d’Auschwitz et de Buchenwald. Depuis la Libération s’est constamment élevé contre les guerres coloniales d’Indochine et d’Algérie. A pris position aux côtés de Jean CASSOU et de Claude BOURDET en faveur des communistes yougoslaves calomniés. Membre fondateur du Parti d’Union de la Gauche Socialiste.

 

UN PROGRAMME D’ACTION SOCIALISTE

Citoyennes, Citoyens,

Vous avez voté le 28 septembre. Peut-être avez vous dit NON à la Constitution autoritaire, NON au pouvoir personnel, NON au coup de force d’Alger. Dans ce cas les choses sont claires : vous ne voterez pas le 23 novembre pour les hommes du pouvoir personnel.

Mais peut-être avez vous dit OUI à de Gaulle dans l’espoir, qu’avant tout, il serait capable d’arrêter la guerre d’Algérie qui chaque jour tue vos fils, vos frères, vos fiancés, vos amis. Guerre qui menace toute politique de progrès social et ruine l’économie française.

Aujourd’hui vous êtes inquiets. Les trafiquants de la IIIe République, les profiteurs de la IVe, alliés aux factieux du 13 mai se pressent en foule sous la bannière du gaullisme, et se prétendent, eux, les hommes du renouveau ! De SOUSTELLE, l’homme des gros colons, à MOLLET-la-Guerre, de PINAY-la-vie-chère, à Paul REYNAUD-la-défaite, la collection est disparate, mais elle est complète. Est-ce avec ces gens-là que vous obtiendrez ce changement que vous voulez profond et pour lequel nous luttons depuis des années ?

Alors que le chef du gouvernement a les pouvoirs les plus étendus qu’aucun homme politique n’a jamais eu depuis soixante-dix ans, les prix montent, les salaires restent bloqués, le chômage menace : licenciements et réductions d’horaires s’accentuent. Vos enfants s’entassent dans les écoles primaires. C’est avec difficulté que vous pouvez les inscrire au lycée et dans les établissements techniques. Des logements ? il y en a pour les riches dans les beaux quartiers. Mais combien de mal logés dans les quartiers du XVe où s’entasse une population laborieuse ?

En vérité, aujourd’hui comme hier, les trusts continuent à dominer la vie politique du pays et font payer les frais de la guerre d’Algérie aux ouvriers, aux fonctionnaires, aux petites gens.

Pour faire contre-poids au pouvoir personnel, pour faire le barrage aux hommes du patronat, aux officiers politi­ciens, aux faux socialistes, aux radicaux réactionnaires, pour exiger avec fermeté une politique de paix et de progrès, il faut une opposition réelle, vigilante, intransigeante, s’appuyant sur l’action des masses populaires.

LE PARTI D’UNION DE LA GAUCHE SOCIALISTE

est le parti de l’opposition active face au pouvoir personnel émanation du grand capital.

  • la paix en Algérie par la négociation sans préalable sur la base du droit à l’auto-détermination,
  • la réduction massive des dépenses militaires qui devront être affectées à l’équipement social et économique du pays,
  • la construction massive de logements locatifs à loyers accessibles à tous, surtout aux salariés à faibles revenus,
  • des écoles et la réforme démocratique de l’enseignement (pré-salaire aux étudiants, abrogation de la loi Barangé),
  • le retour à la semaine de 40 heures payées comme 48 et l’institution du salaire annuel garanti,
  • Remboursement à 80 % des frais médicaux,
  • une réforme fiscale démocratique : impôt sur le capital, relèvement du plafond d’exonération pour les petits revenus, confiscation des bénéfices de guerre,
  • réforme et extension des nationalisations : extension des pouvoirs des représentants des salariés, investissement obligatoire des fonds des banques et assurances dans des dépenses d’intérêt national (logements, centres de vacances, hôpitaux, etc.),
  • réforme de la gestion des entreprises : extension des pouvoirs des Comités d’entreprises,
  • politique de paix et d’indépendance à l’égard des blocs,
  • développement d’une industrie nucléaire pacifique ; arrêt de la préparation de la bombe atomique française,
  • indépendance de la radio-télévision,
  • défense des libertés, notamment liberté de la presse, des libertés syndicales et du droit de grève.

ELECTEUR RADICAL vous avez le choix entre P. Clostermann, aujourd’hui allié de Morice et des hommes du 13 mai, et J.-R. CHAUVIN, le seul candidat soutenu par Pierre MENDES-FRANCE.

ELECTEUR CATHOLIQUE vous avez le choix entre L. Gidel soutenu par Georges Bidault et J.-R. CHAUVIN candidat au seul parti où chrétiens et athées luttent coude à coude contre l’injustice sociale et la guerre.

ELECTEUR SOCIALISTE, tu as le choix entre R. Mennet l’homme de Mollet (qui collabore au gouvernement avec la « droite la plus bête du monde ») et J.-R. CHAUVIN le seul candidat soutenu par Edouard DEPREUX.

ELECTEUR COMMUNISTE, que tu aies voté communiste par opposition à une politique de misère et de guerre ou pour édifier en France une société socialiste, tu ne peux accepter la répression russe en Hongrie, la soumission incon­ditionnelle à la Russie, le manque de démocratie interne du parti communiste. En votant J.-R. CHAUVIN tu affirmeras ta volonté de reconstruire un grand parti ouvrier unitaire, indépendant de toute diplomatie de l’Est ou de l’Ouest.

CITOYENNES, CITOYENS, parce que vous repoussez à la fois le capitalisme rétrograde et la bureaucratie totali­taire, parce que vous souhaitez pour vous-même et pour vos enfants une société socialiste et libre,

VOUS VOTEREZ ET FEREZ VOTER le 23 novembre pour

— Jean-René CHAUVIN —

journaliste — ancien déporté militant du PARTI D’UNION DE LA GAUCHE SOCIALISTE, seul candidat dans la 19e Circonscription,

patronné par l’UNION DES FORCES DEMOCRATIQUES et soutenu par                                                                 Claude bourdet, Ed. Depreux, Daniel Mayer, François Mitterand, P. Mendès-france

Une réflexion au sujet de « Elections législatives de 1958 »

  1. Avec un immense plaisir je retrouve le nom de mon grand père Jean BOUYEUX parmi les personnalités du 13 ème arrondissement qui appellent à voter Y.Craipeau.
    Décédé le 10 novembre 1993 ,son engagement politique fut le sujet de nombreuses discussions familiales et quel serait sa position sur la politique actuelle?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants