Expériences concentrationnaires de déportés politiques

 Les documents relatifs à l’univers concentrationnaire proposés sur ce site comprennent des retours d’expérience de militants politiques rescapés des camps nazis,  quelques parcours de ces rescapé-e-s (fonds Chauvin), et des thématiques liées aux solidarités militantes vis à vis des déportés. Des pages seront rajoutées au fil du temps dans ce carnet Hypothèse

Camp du Loibl Pass unSS hivers 1942-1943 - Fonds Chauvin-CHS

Photos du Loibl Pass

 

 

 

Camp du Loibl Pass  - Fonds Chauvin-CHS


La solidarité des slovènes à l’égard des déportés

 

 

 

livre Tisler Tessier

 

Résistance communiste au Loibl-Pass, kommando de Mauthausen

 

 

Baufrère

 

Témoignage de Marcel Baufrère (Buchenwald)

 

 

 

Eliane Berthomé

 

Portraits de deux femmes déportées : Francine Johnston et Eliane Rönel-Berthomé

 

 

steiner_

 

Treblinka, de JF Steiner – La Quinzaine Littéraire

 

 

Rappelons par ailleurs que le témoignage de Jean-René Chauvin, déporté successivement à Mauthausen (Autriche), au Loibl-Pass (Autriche-Slovénie), à Auschwitz (mines de Jawischovitch, Pologne), à Buchenwald (Allemagne), et à Leitmeritz (aujourd’hui en Tchécoslovaquie) est amplement retracé sur ce site ( 2 films vidéos ).

Chauvin, soldat

 

Mauthausen, Loibl Pass

 

 

Au retour des camps

 

Auschwitz, Buchenwald, Marches de la mort, Leitmeritz

 

 


 Dans la lettre suivante, datée de juin 1975 et tirée de ses archives, Jean-René Chauvin apporte quelques éléments que l’on retrouve dans son livre, concernant son expérience des camps de concentration et l’approche trotskiste du nazisme durant la guerre. Il s’agit de l’extrait d’un courrier qu’il adressait à Rouge (le journal de son organisation politique d’alors) où il critiquait un dossier consacré aux camps de concentration paru dans ce journal. 

Lettre 1975 Jean-René dossier camps de concentration 1(…) il faut reconnaître qu’il était difficile de rendre compte en trois ou quatre pages d’une réalité extrêmement complexe.  Mais l’on était cependant en droit de s’attendre de la part d’un journal trotskiste à une analyse de la société concentrationnaire. Ceci n’est que superficiellement esquissé.

Pendant la première période de leur histoire, c’est à dire entre les premiers mois de l’avènement de Hitler et le déclenchement de la guerre, les camps ont essentiellement servi à exterminer les anti-nazis, et précisons, pas seulement les »communistes ». Les sévices et les toitures subies par les antinazis allemands entre 1933 et 1939 ont été bien plus sadiques que ceux subis par les déportés étrangers, qui pourtant n’ont pas été épargnés. Il était d’autant plus nécessaire de mettre cela en relief qu’au lendemain de la guerre, la presse bourgeoise comme la presse stalinienne ont développé la théorie de la culpabilité collective du peuple allemand et qu’elles ont fait le silence sur la lutte clandestine des antinazis allemands. Seuls les trotskistes n’ont pas sombré dans cette vague de chauvinisme et de racisme anti-allemand. Nous avons toujours distingué les travailleurs allemands de leurs bourreaux.

Il eut été également nécessaire d’analyser plus en détail les stratifications sociales des détenus. Il existait toute une série de couches sociales du Lagerältester au  détenu ordinaire. Il est même abusif de mettre dans le même sac tous les détenus qui avaient une responsabilité ou une planque, et d’autre part de considérer tous les autres comme une pègre dégénérée. Cette simplification justifie un peu trop bien l’idée que la « résistance » ne pouvait être que le fait de l’encadrement du camp. Cette idée est celle d’un stalinien que fait parler David ROUSSET. David Rousset affirme « La stratégie politique dans une telle société ne peut être que d’appareil et de sommet ». Il faut savoir que ceci a été écrit pendant la courte période au cours de laquelle David ROUSSET était lui même subjugué par l’efficacité de la bureaucratie stalinienne, et où il lui trouvait un rôle positif. En le citant sans commentaire l’auteur du dossier semble l’approuver. Ce n’est pas non plus une opinion trotskiste.

Lettre 1975 Jean-René dossier camps de concentration 2Le terme même de « résistance » employé par l’auteur du dossier entretient la confusion. La Résistance est un terme qui correspond à une politique précise, celle définie par De Gaulle et qui consistait à « unir tous les français pour libérer le territoire national? C’était fondamentalement une politique de collaboration de classe. Les thèses sur la question nationale élaborées par le P.O.I. n’avaient rien de commun avec la collaboration de classe acceptée par les staliniens à l’époque. Or dans les camps les staliniens avaient la même politique qu’à l’extérieur : ils avaient une politique d’appareil qui les conduisait à certains compromis avec la bureaucratie des détenus.Cette politique était dans le droit fil de celle du « Front national » pratiquée à l’extérieur des camps. Ces compromis étaient-ils indispensables pour sauver des camarades ? Ne se faisait-on pas en même temps complices d’assassinats comme l’encadrement de droit commun ? On ne peut évidemment répondre à une telle question en quelques lignes, ni par des généralités. Il faut se plonger dans l’histoire des camps et examiner comment les problèmes se sont posés en telle ou telle cir­constance précise. On peut cependant affirmer que l’essentiel de la lutte clandestine a été le fait de militants antifascistes qui pour la plupart n’avaient pas de responsabilités, tout au plus une planque,et qu’ils ont dû lutter contre la haute hiérarchie détenue, politique ou droit commun.

Enfin l’ambiance d’un camp était assez atroce pour avoir besoin d’en rajouter. Il est par exemple inexact de dire que les déportés travaillaient sous la menace de la chambre à gaz. Cela n’était vrai que dans les grands camps d’extermination qui disposaient d’installations perfectionnées. Dans les camps ordinaires, dans les succursales des grandes métropoles, les coups suffisaient.


Un trotskiste dans l'enfer Nazi - LivreLe livre de Jean-René Chauvin, écrit encore 30 ans plus tard, publié en 2006 chez Syllepse, outre le récit de son expérience dans quatre camps de concentration, et une analyse faisant le parallèle avec le Goulag, fournit aussi un récit frappant de la brutalité féroce avec laquelle les détenus communistes, socialistes ou antifascistes ont été détruits par les nazis entre 1933 et 1939.

 

Un trotskiste dans l'enfer Nazi verso

 


 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants