Contre la guerre d’Indochine

 La Vérité, Mai 1947

mai 1947 Indochine grève Renault - La véritéDES DIRIGEANTS DU P.C.I. INCULPÉS      pour la campagne contre la guerre d’Indochine. Nous relaterons dans notre numéro du 2 mai, comment les secrétaires du Parti Communiste Internationaliste ont été appelés, le 28 avril, devant la Brigade criminelle, sur commission rogatoire d’un juge d’instruction, pour s’entendre inculper «d’atteinte au moral de l’armée ou de la nation » à propos d’une affiche de notre parti « A bas la guerre d’Indochine ! » Les colonialistes se défendent contre ceux qui luttent pour la libération des peuples coloniaux, et le citoyen Depreux met à leur disposition son armée de flics. Les Joanovici et autres collaborateurs courent toujours, mais on poursuit les dirigeants révolutionnaires ! CAMARADES, « LA VÉRITÉ » PARAIT TOUS LES VENDREDIS DANS LES KIOSQUES, SUR QUATRE PAGES GRAND FORMAT. LISEZ DANS NOTRE PROCHAIN NUMÉRO (PARAISSANT EXCEPTIONNELLEMENT SAMEDI PROCHAIN, A CAUSE DU 1er MAI) LE COMPTE RENDU DÉTAILLÉ DE LA GRÈVE RENAULT ET TOUTES NOS INFORMATIONS SUR LES LUTTES OUVRIÈRES.


Franc-Tireur, 10 avril 1948

Franc-Tireur 10 avril 1948POUR UNE AFFICHE CONDAMNANT LA GUERRE D’INDOCHINE HUIT MILITANTS ONT COMPARU EN CORRECTIONNELLE
Janvier 1947.  Une affiche du Parti communiste internationaliste annonçait un meeting de protestation contre la guerre d’Indochine, dénonçant les massacres auxquels elle donnait lieu de part et d’autre. Le meeting fut interdit. Mais les signataires de l’affiche et ceux qui la diffusèrent et l’appliquèrent sur les murs de Paris et de province étaient poursuivis en correctionnelle pour avoir «directement provoqué des Français à participer à une entreprise de démoralisation ayant pour but de nuire à la défense nationale ».
C’est bien gros pour la chose. Et puis, les faits étant antérieurs au 16 janvier 1947, doivent être amnistiés. On en discute comme on discute de l’intention délictueuse. Ils étaient huit, hier, devant leurs juges, de très jeunes gens, d’autres qui n’étaient pas bien vieux non plus, et une Jeune femme. Etudiant d’une Ecole normale, instituteurs, institutrice, ouvriers… De braves gens, et mieux encore, puisque Demazière, le seul qui ait subi une condamnation antérieure, peut la revendiquer fièrement : travaux forcés à perpétuité prononcés par les fameuses sections spéciales de Pétain. De braves gens, et mieux encore, puisque Roland Filiâtre, qui fût déporté, nous est présenté par David Rousset, son compagnon de captivité. Filiâtre : une espèce de saint homme qui s’oubliait lui même et méprisait ses propres souffrances pour se pencher sur celles des autres captifs. Il était l’homme qui, au camp, se dépouillait de ses chaussures parce qu’un de ses camarades n’en avait point… Il était celui qui se privait d’une couverture pour qu’un compagnon ait plus chaud. Il était celui qui consentait à avoir froid, à avoir faim, pour que les autres aient moins froid et moins faim.
Ce sont ces gens-là, qui se réclament peut-être de leurs souvenirs et de toutes les souffrances nées de la guerre pour revendiquer le droit de prêcher la paix, que le tribunal avait à juger. Il a demandé quinze jours pour réfléchir sur la manière de présenter un acquittement qui s’impose.

Madeleine JACOB


La jeune garde - Décembre-janvier 1947
La jeune garde – Décembre-janvier 1947

 La jeune garde – Décembre-janvier 1947       Jeunesses communistes Internationalistes (IVe Internationale)

PAS UN VOLONTAIRE POUR L’INDOCHINE !

De « séduisantes » affiches appellent les jeunes travailleurs à s’engager dans les troupes coloniales. Chaque jour, des tanks, des lance-flammes, des avions sont envoyés à d’Argenlieu afin qu’on ne manque de rien pour écraser la liberté du peuple viet-namien. De plus, il demande des hommes. Mais il n’y aura pas un seul jeune travailleur qui acceptera de se livrer à cette besogne d’assassin ! Le prolétariat français tout entier se dressera  et refusera de fabriquer, de <illisible>, de charger le matériel à d’Argenlieu-le-moine-sanglant.

La jeunesse travailleuse fera un barrage à la propagande chauvine et pas un jeune n’acceptera de partir. Jeune ouvrier, jeune paysan, on tente de te saouler de boniments. Dans la presse, à la radio, à la caserne, on t’assourdit avec la « mission civilisatrice de la mère patrie », la « non maturité de la race Appel engagement Indochine 1947jaune ». On vent te faire avaler sous une autre forme les théories racistes de Hitler sur la race des seigneurs et les races inférieures. On ne te dit pas la vérité.

On ne te dit pas que tu auras en face de toi des paysans, des coolies, des ouvriers encore plus misérables que toi. Un peuple qui depuis 80 ans connait la dictature policière, la torture, les camps de la mort de Poulo-Condor, l’exploitation sauvage à la mine, à l’usine et aux champs. Un peuple que les colonialistes ont essayé d’abrutir, pour mieux l’opprimer, avec l’alcool, l’opium, la famine et la trique. Tu n’aurais pas en face de toi des rebelles, mais des hommes et des femmes qui luttent et qui meurent pour leur liberté et leur indépendance. On te dit que tu vas combattre pour la grandeur de la France. Sache que la grandeur de la France, c’est celle de la Banque d’Indochine et des trusts du caoutchouc.

Accepteras-tu d’Oradouriser des villages viet-namiens pour que les capitalistes puissent engranger l’or récolté sur la sueur et la sang d’hommes, de femmes et d’enfants qui veulent vivre libres ? Tu es prêt à souffrir et à te sacrifier, s’il le faut. Mais pour ta classe, pour le socialisme! Pas pour les dividendes des 200 familles ! N’oublie pas que tu es un travailleur, même lorsque tu es sous l’uniforme. Et si tu acceptais aujourd’hui de tirer sur tes frères, les travailleurs viet-namiens, les mêmes officiers, les  d’Argenlieu, t’ordonneront demain de tirer sur tes frères, les travailleurs français an grève et en révolte. Article de la Jeune GardeLes chaînes des travailleurs français et celles des peuples colonisés  sont tenues par la même main : celle du capitalisme français. Renforcer les 200 familles en Asie, c’est aussi les renforcer en France. River les chaines du peuple viet-namien, c’est forger celles du prolétariat français ! Une grande partie de l’armée française d’Indochine — peut- être la plus grande partie — est composée de S.S. de La légion étrangère qui ont été revêtus d ‘un nouvel uniforme, mais qui continuent leur métier d’assassins. Accepteras-tu d’être à leurs côtés ? Tu sauveras l’honneur du prolétariat français, malgré la trahison des chefs ouvriers qui ont voté les crédits nécessaires à d’Argenlieu. Tu montreras à tes maîtres de l’usine et de la caserne que la solidarité internationale des travailleurs n’est pas non vain mot.

(suite page 4)


Front laïque à l’action !!!

Le comité central de la J.C.I. a adressé au Bureau National des Jeunes Socialistes et au front Laïque de la jeunesse antifasciste, les propositions suivantes d’action commune :

CAMPAGNE POUR LA DÉFENSE DES JEUNES ASTREINTS A LA F.P.M.O.

  1. Plein salaire pendant les jours de présence au camp
  2. Equipement gratuit
  3. Election des délégués
  4. Service militaire à court terme

CAMPAGNE CONTRE LA GUERRE D’INDOCHINE

  1. Meetings et manifestations pour la cessation immédiate des hostilités
  2. Création d’une caisse de solidarité à la jeunesse viet-namienne

Nous publierons ces lettres et les réponses (s’il y en a) dans notre prochain numéro.


A bas la F.P.M.O

N.B. :   F.P.M.O. = Formation prémilitaire obligatoire :  Depuis la fin 1944, avant d’effectuer leur service militaire, les jeunes étaient tenus à une préparation militaire obligatoire, et ce, pendant trois ans. Après le congrès de la formation prémilitaire de décembre 1945, les deux premières années de la préparation dépendaient de l’Éducation nationale et la troisième année, dite de service prémilitaire, restait l’apanage de l’armée.

A bas la F.P.M.O

Organisez-vous pour imposer la suppression de la F.P.M.O. et des six semaines de pénalisation

Malgré les pressions de toutes sortes, la propagande et les sanctions, les jeunes n’acceptent pas la F.P.M.O. 25% à peine s’y plient.

Ce courant des jeunes travailleurs contre la F.P.M.O. est si puissant que toutes les organisations qui s’adressent à elle sont obligées d’en tenir le plus grand compte.

La J.O.C., d’une façon démagogique, comme d’habitude. Elle crie très fort contre la F.P.M.O., mais lorsqu’on y regarde de plus près, on s’aperçoit que c’est pour la transformer dans le sens le plus réactionnaire. Ce n’est que contre les deux premières années qu’elle s’élève, parce q’elles ne sont pas placées sous le contrôle direct du Ministère des armées mais « seulement » sous celui du ministère de l’Education Nationale. La J.O.C. n’est pas contre la militarisation des jeunes. C’est parce que la F.P.M.O. ne les militarise pas assez, qu’elle mène campagne contre elle. Les Jeunesses Socialistes n’arrivent pas à nous  dire clairement si elles sont contre ou pour la F.P.M.O. Leur position est si équivoque que « l’Avant garde » a beau jeu de leur fourrer le nez dans leur contradiction.

Quand à l’U.J.R.F., elle a commencé par être la propagandiste la plus véhémente de la F.P.M.O. Était hitlérien quiconque émettait un doute. Mais cette propagande s’est heurté à la résistance et à l’hostilité des jeunes même de l’U.J.R.F. Et le ton de « l’Avant garde » a dû changer jusqu’à ne plus se contenter que de la publication d’une lettre en 1ère page dans son numéro de noël.

La volonté des jeunes travailleurs est sans équivoque ! ils ne veulent pas du plan Michelet de militarisation de la jeunesse au profit de la bourgeoisie.

Pas de débrouillage individuel.Organisez-vous pour vaincre !

Jusqu’à maintenant cette volonté ne s’exprime que par un refus individuel de se rendre dans les centres. Cela ne peut suffire ! Isolés les uns des autres, les jeunes ne pourront réellement imposer la suppression de la F.P.M.O.

L’Etat-Major, aidé par les organisations réactionnaires, réclamera le contrôle des trois années de F.P.M.O. arguant de la faillite actuelle. les moyens de pression et de répression traditionnels seront utilisés. Les gendarmes interviendront. Ce ne sera plus seulement de six semaines de rab dont on menacera.

Seule une action d’ensemble de tous les jeunes travailleurs peut faire supprimer la F.P.M.O. et empêcher une aggravation de celle-ci. Dans les centres, dans les clubs sportifs, dans les usines, votez des motions réclamant la suppression de la F.P.M.O. et des six semaines de rab. Faites circuler des pétitions dans les quartiers. Faites les signer par tous les travailleurs.

Dans les centres, élisez vos délégués, dressez vos cahier de revendications demandant le plein salaire, les cours pendant les heures de travail, un équipement gratuit, la suppression de la F.P.M.O.

Frappons ensemble !

 Ce n’est pas par peur des armes ou par lâcheté que les jeunes repoussent la F.P.M.O. Qu’on leur donne la possibilité d’apprendre le métier des armes et l’art militaire dans leurs propres organisations, sous leur propre contrôle et celui de la CGT, qu’on leur permette réellement d’apprendre à se servir des armes modernes et non plus d’écouter  <illisible> cours d’instruction civique et moral, et ils iront en foule s’instruire pour leur classe, pour les travailleurs.

Voilà les revendications pour lesquelles J.S., U.J.R.F., J.C.I. peuvent combattre en commun. De même, nous proposons aux J.S. et à l’U.J.R.F de mener une campagne en commun pour des revendications que le « Drapeau rouge », l »Avant-garde » et la « Jeune Garde » ont défendu séparément : élections des délégués dans les usines, plein salaire pendant l’instruction, équipements gratuits.

 PIC_0022

 

 

 


Le Groupe trotskiste vietnamien

Quelques documents du Fonds d’archives JR Chauvin seront rajoutés progressivement à cette page concernant le groupe trotskiste vietnamien qui joua un rôle important dans le mouvement indépendantiste en France. Ce rôle est mentionné par exemple sur le carnet Hypothèse dédié à l’Histoire des Mémoires d’Indochine, où une page est aussi consacrée au livre de Ngo Van « Au pays de la cloche fêlée »

Trotskistes vietnamiens - en 1981, avec JR Chauvin et Jenny Plocki
Des trotskistes vietnamiens – en 1981, avec JR Chauvin et Jenny Plocki

 

 

 

 

 

 

 

Trotskistes vietnamiens  en 1981, avec JR Chauvin et Jenny Plocki
Des trotskistes vietnamiens – en 1981, avec JR Chauvin et Jenny Plocki

2 réflexions sur « Contre la guerre d’Indochine »

  1. Bonjour, mon grand – père, Charles Pagnon, journaliste a été jugé pour « provocation de militaire à la désobéissance et complicité sur plainte du ministre de la défense » avec le directeur de publication de France d’Abord, Robert Pénillault pour son article du 14 Juillet 1949, « En Indochine, des nazis déshonorent notre armée. » J’ai trouvé des informations dans le livre « Punir les opposants: PCF et procès politiques (1947-1962) »
    de Vanessa Codaccioni et je suis à la recherche de davantage d’information. Merci.
    Lien: http://www.congresafsp2009.fr/sectionsthematiques/st10/st10codaccioni.pdf

    1. Bonjour,
      et merci de votre message et des éléments qu’ils contiennent. Je ne pense pas que ce fonds d’archives contienne beaucoup d’autres informations concernant la répression des opposants à la guerre d’Indochine, mais il faut pour cela consulter le fonds JR Chauvin (et sans doute les fonds de militants PCF) au Centre d’histoire sociale, à Paris. L’inventaire du fonds Chauvin concernant la période est ici :
      http://www.calames.abes.fr/pub/#details?id=Calames-201111231911223684

      Les inventaires et coordonnées/heures d’ouverture du CHS/Archives sont ici :
      http://chs.univ-paris1.fr/spip.php?rubrique33

      En espérant que vous trouverez des éléments pour votre recherche. Si ultérieurement vous publiez vos résultats en ligne, ce serait avec plaisir que je ferais apparaître le lien sur cette page, si vous envoyez l’url…
      Cordialement,
      J. Menjoulet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants