La résistance dans le camp organisée par les communistes, camp du Ljubelj (Loibl Pass), annexe de Mauthausen

  Il existait une résistance dans le camp du Ljubelj (Loibl Pass, annexe de Mauthausen), résistance organisée par les communistes.

Cette résistance est présentée dans le texte qui suit, par Christian Tessier :

Dans tous les camps de concentration du Reich, des mouvements de résistance internes avaient été mis au point par les communistes.

Une fois arrivés au camp du Ljubelj, les communistes se regroupèrent  et essayèrent  d’unir leurs forces dans l’intérêt commun. Une fois structurés, ils essayèrent d’entrer en contact avec les partisans du Maréchal Tito qui se trouvaient dans les montagnes environnantes, par l’intermédiaire du slovène Janko Tisler.

Grâce à ce dernier, les partisans étaient avisés des tentatives d’évasions et se chargeaient de récupérer rapidement les déportés afin qu’ils ne retombent dans les griffes des nazis.

Les textes de cette page sont extraits du livre de Christian Tessier, « De Mauthausen au Ljubelj » coécrit avec Janko Tisler. Nous le remercions de son accord pour la mise en ligne de ces passages, qui permettent aussi une vision du camps sous l’angle de la résistance communiste, y compris après le départ de Jean-René Chauvin vers Auschwitz.

… L’activité politique au camp débuta dès 1943 parmi les déportés français qui étaient les plus nombreux. Les communistes furent de loin les plus actifs. Parmi les déportés français, 30% avaient été arrêtés de manière arbitraire sans raison particulière, dans le cadre de rafles massives ou pour un quelconque délit. Les autres étaient des déportés politiques, qui avaient été arrêtés en raison de leur activité dans la résistance, ou parce qu’ils étaient réfractaires au STO. Outre leurs activités politiques, ils faisaient partie de la « Solidarité », une organisation qui venait en aide aux plus faibles, aux malades et aux jeunes en leur donnant de la nourriture et des cigarettes, et en les protégeant, dans la mesure du possible, de l’attitude inhumaine des Kapos, des chefs de baraquements et des gardes.

Grâce aux contacts avec les ouvriers civils, la direction du mouvement clandestin était continuellement renseignée de l’évolution de la guerre en Europe et transmettait ensuite ces informations aux déportés, leur redonnant ainsi le courage et la confiance en soi, les confortant aussi dans l’idée qu’il y aurait bientôt une fin à leurs souffrances. Avec l’arrivée de nouveaux déportés, en particulier début 1944, l’organisation se renforça dans les deux camps, mais principalement côté nord. Il y avait sur les deux camps des déportés politiques ayant des responsabilités au sein de la résistance et de l’organisation « Solidarité »… L’organisation côté nord ne fut opérationnelle que vers la fin avril 1944 avec le soutien des camarades du camp sud. Mais la solidarité que ces derniers pouvaient leur apporter était plutôt restreinte et les contacts avec les ouvriers civils toujours rares. Après l’arrivée de cent un déportés le 18 avril 1944, le mouvement de résistance put se mettre au travail et ce fut le plus actif dans le cadre de l’entraide…
…L’organisation des deux camps demanda aux fumeurs, de ne pas fumer toutes leurs cigarettes de la semaine et d’en donner une ou deux à la « Solidarité ». Grâce à cela, l’organisation put maîtriser une bonne partie du marché noir, échangeant ces cigarettes contre de la nourriture qu’elle distribuait aux plus faibles. Il était également convenu que les déportés devaient chaque jour collecter dans les baraquements au moins une portion de nourriture et de la margarine pour les camarades les plus affaiblis
Au printemps ou en été 1944, du côté nord, les Polonais créèrent une organisation similaire à celle des Français. Avec ces derniers, ils fondèrent un comité international du camp qu’ils appelèrent « Mokro ». Les membres du comité se rencontrèrent très souvent dans les latrines, la salle d’eau ou derrière les baraquements.
Les Polonais travaillèrent de la même manière que les Français mais dans des conditions plus difficiles, parce qu’il y avait beaucoup de déportés polonais impliqués dans le marché noir et beaucoup de Kapos parmi eux. Le groupe Polonais était contre toute forme de sabotage, telle que la destruction de machines, d’outils ou des tuyaux et câbles électriques, car les Kapos et les chefs de baraquements se seraient vengés sur eux de manière encore plus cruelle.

Le 5 mai 1945
Le commandant Winkler vint sans pistolet pour la première fois et se plaça devant le baraquement numéro 2. Winkler déclara que la guerre était finie et qu’à partir de cet instant les déportés étaient des hommes libres, mais qu’ils devaient rester encore quelques jours dans le camp jusqu’à ce qu’une organisation des Alliés les prennent en charge. Il leur conseilla de rester calmes et de veiller eux-mêmes à l’ordre et à la discipline… Une administration du camp fut créée au sein du Front National du camp, dont les membres étaient Emile Pasquier, Georges Loirat, Pierre Gaudin, Gaston Charlet, Robert Theeten, le docteur František Janouch, Louis Balsan et d’autres. Lorsque le commandant eut terminé, ils s’avancèrent et se rassemblèrent autour de lui. Pasquier lui dit par l’intermédiaire de l’interprète que le comité envisageait de prendre en main l’administration du camp et que cela avait été déterminé auparavant par les déportés. Il parlait en français et les interprètes traduisaient. Il évoqua les raisons qui justifiaient la création d’un tel comité, son but et il demanda aussitôt l’accord du commandant. Ce dernier changea de couleur mais accepta les propositions. On lui apprit également que l’organisation existait dans le camp depuis un an et demi. Winkler fut surpris et dit qu’il n’en avait jamais été informé. Les déportés pouvaient à peine croire qu’un commandant SS puisse changer à ce point, lui qui avait été une telle brute assoiffée de sang et qui avait disposé de leur vie. Pasquier demanda alors aux déportés de s’auto-discipliner, de veiller à la propreté du camp et de se conduire dignement.  Il proposa quelques minutes de silence à la mémoire des camarades disparus au cours de leur détention. Les déportés se chargèrent de la cuisine et du magasin de vivres en les surveillants notamment. Ils étaient donc à moitié libres, mais pas encore sauvés, car ils étaient toujours dans le camp et ne savaient pas quelles étaient les intentions des SS et surtout ne leur faisaient pas confiance. Ces derniers retournèrent sur les miradors le soir venu…

Le 7 mai 1945
Pendant les deux ou trois derniers jours, les groupes formés dans les blocks avaient des instructions précises : tenter de faire respecter par l’ensemble des hommes, les ordres qui seraient donnés, suivant les circonstances qui se présenteraient… Les directions des organisations nationales françaises et polonaises élaborèrent dans la hâte des drapeaux nationaux. Devant la porte du camp, quarante quatre SS s’alignèrent. Les gardes sur les miradors restèrent à leur poste.
A 16 heures, le portail s’ouvrit et la colonne des déportés, en rang par quatre, commença à avancer. Les gardes encadraient les déportés sur les côtés. En outre, ils se mirent d’accord pour désigner des camarades parmi les plus robustes afin qu’ils se placent sur les côtés de la colonne et puissent ainsi intervenir si les SS devenaient menaçants.
Il y avait environ 950 déportés dans la colonne, dont environ 540 Français. Lorsque la colonne se déploya sur la route, les Français et les Polonais déroulèrent leurs drapeaux et chantèrent la Marseillaise, qui résonna dans toute la vallée. Les SS furent surpris mais n’intervinrent pas. Les camarades auxquels le mouvement de résistance avait donné l’ordre de surveiller les gardes se répartirent des deux côtés de la colonne. Ils craignaient encore d’être traînés dans le tunnel afin d’y être exécutés… La direction de la résistance fut soulagée de voir que les gardes pénétraient également avec eux dans le tunnel. A la sortie, côté autrichien, la Marseillaise retentit à nouveau.
Le 8 mai 1945
Au matin, les SS furent surpris par l’attaque des partisans et certains voulurent fuir par les bois. Les partisans les rattrapèrent et les firent prisonniers. Les déportés étaient libres. Il était environ neuf heures… Les drapeaux français et polonais flottèrent à nouveau au vent et la Marseillaise retentit.
Comme la guerre se poursuivait, l’organisation du mouvement de résistance informa l’État-major de l’unité des partisans qu’elle avait décidé de former une brigade de volontaires parmi les déportés. Les partisans acceptèrent la proposition.
Sur 539 Français, 122 pour la plupart de jeunes gars furent volontaires, seuls les malades et les plus faibles ainsi que ceux qui ne s’étaient pas comportés correctement dans le camp ne furent pas enrôlés. Cette formation pris le nom  « Brigade Française Liberté ».

Vient de paraître (octobre 2015)

Du Loibl-Pass à la Brigade Liberté

Christian Tessier et Daphné Dedet
Du Loibl pass à la Brigade Liberté

Christian Tessier et Daphné Dedet, viennent de publier un livre consacré au Kommando du Loibl-Pass (Mauthausen) et à la Brigade Liberté qui s’est constituée à la libération du camp.

Dans une première partie, cet ouvrage retrace l’histoire du Kommando : sa création, la vie au camp, le travail au tunnel et sur les chantiers, la peur, le froid, la faim, les évasions épiques, la mort mais aussi la solidarité exceptionnelle des Slovènes envers les déportés.

Dans une seconde partie, vous suivrez l’évacuation du camp et sa libération. Vous assisterez à la création de la Brigade Liberté, constituée de déportés volontaires pour combattre auprès de l’armée des Partisans yougoslaves.

Vous découvrirez aussi les péripéties des autres déportés, qui ont réussi à rejoindre l’Armée anglaise avant leur rapatriement en France ainsi que celles des malades restés au camp.

Ce livre se base sur des témoignages nouveaux et nombreux, des documents inédits et possède une riche iconographie.

Un blog : leloiblpass.wordpress.com  lui est dédié. Vous y trouverez toutes les informations utiles consacrés à l’actualité du Loibl-Pass.

Si cet ouvrage vous intéresse, vous pouvez le commander auprès de ses auteurs au prix de 18 euros + 3,70 euros de frais d’envoi par livre commandé (paiement par chèque uniquement à l’ordre de Christian Tessier) et à l’adresse suivante :  23 avenue de Russie – 63140 Chatel Guyon

DU LOIBL-PASS À LA BRIGADE LIBERTÉ
DU LOIBL-PASS À LA BRIGADE LIBERTÉ

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants