Retour de Buchenwald

  Documents 

Interview de Marcel Baufrère à son retour de Buchenwald (Publication du P.C.I.)

N.B. Le pseudonyme de Marcel Baufrère, dans la clandestinité, était « Liber ».

Retour de Buchenvald Baufrère
Interview Baufrère au retour de Buchenwald
Publication PCI – Fonds JR Chauvin CHS

 NOUS sommes sans nouvelles de la grande majorité de nos déportés.  Beaucoup ne reviendront pas. Mais nous avons retrouvé notre camarade Liber qui a survécu à de longs mois de torture, à la faim et aux coups dans le bagne de Buchenwald. Nous publions les déclarations de ce militant trotskyste qui a fait là-bas l’admiration de tous ceux qui l’on approché.

Comment a été organisé votre rapatriement ?

—   Rien n’était prévu pour nous ; on nous a maintenus au camp jusqu’au jour du départ, dans des conditions d’hygiène lamentables, auprès des tas de cadavres qui étaient laissés sur place.  Nous sommes restés 3 jours sans pain. Ensuite, la soupe a été enrichie sans précautions de matières grasses et de viande… et tout le monde a eu la dysenterie.

Les rapatriements rapides, par avion, ont été réservés aux huiles et aux petits copains : généraux, notables, hommes d’argent. Aucune discrimination sérieuse n’a été faite entre les politiques et les droits communs qui se sont fait à leur arrivée les colporteurs de tous les bobards.

Les services de Frénay ont été au-dessous de tout. Les seuls cas de dévouement constatés ont été dûs à l’initiative individuelle. A Eisenach, première étape, nous avons dû faire deux heures de queue pour toucher une assiette de soupe claire.

Le voyage s’est fait d’abord en camion découvert ; puis de Mayence à Longuyon en wagon à bestiaux dans lesquels nous avons roulé 30 heures sans aucun ravitaillement pour environ la moitié du convoi.

Quelle était ta vie à Buchenwald?

—   Il faut d’abord que je te parle de mon arrivée, car ce fut le moment le plus dur. De Compiègne à Buchenwald, nous avons été enfermés pendant 60 heures à 120 camarades dans un wagon à bestiaux dont les ouvertures étaient obturées par des planches.  Dans le noir complet, sans air et sans eau, nous nous sentions devenir fous. De vraies scènes de folies se sont passées dans le noir. Des camarades sont morts d’asphyxie ou de soif dans le noir. A l’arrivée, coups de crosses, puis la mise en quarantaine, ce qui signifiait la schlague pour tout et pour rien. La mortalité a été effroyable parmi les camarades dépouillés de leurs vêtements et laissés dans la neige avec le costume rayé et les claquettes aux pieds.

Il faut dire que les transports de juifs étaient encore plus épouvantables : quand on ouvrait les wagons, beaucoup étaient déjà morts et on entrevoyait les survivants tomber tous les deux mètres, agonisants.

Le régime du camp visait à l’extermination en utilisant au maximum et aux moindres frais de nourriture notre force de travail continuellement renouvelée par les nouveaux arrivants.

Pour combler les trous effroyables de mortalité dans les camps de Dora, >ra, S 3 et autres usines souterraines, les SS puisaient des fournées de <nombre illisible> camarades dans la masse du camp. C’est ce qu’on appelait les commandos d’extermination.

Est-ce vrai ce qu’on dit des tortures nazies? As-tu été torturé toi même ?

—  Après mon arrestation, j’ai été frappé et torturé 10 jours sans arrêt par la Gestapo. Ce n’est que la fati­gue qui arrêtait leur curiosité sur La Vérité et sur la IVe Internationale. Si j’avais lâché un seul mot, c’était la mort.

Au camp, les tortures étaient monnaie courante : appels prolongés sous la neige, pendaisons, matraquage. Pour des infractions minimes ou même sans raison, on pouvait être envoyé au block 46 où on inoculait le typhus pour faire des expériences.

Que faut-il penser de ces méthodes ?

—  C’est le retour à la barbarie, conséquence inévitable de la volonté morbide d’une classe condamnée à se survivre.  Tant que le capitalisme restera debout, il donnera naissance il des régimes d’oppression de plus en plus barbares.  Camp de Poulo Condor où périrent des milliers de révolutionnaires indochinois, camp de Gurs où on laissa mourir de faim les révolutionnaires espagnols et, le plus monstrueux de tous, Buchenwald, créé d’abord contre les communistes allemands : dans tous les cas, le même responsable, la bourgeoisie décadente. Là-bas, j’ai souvent pensé à ces mots de Trotsky : « Si le prolétariat ne prend pas le pouvoir, nous connaîtrons un tel degré de barbarie qu’il vaudrait mieux fabriquer une cage de millions de mètres cubes, y mettre l’humanité et la plonger au fond des mers. »

Mais comment pouvait fonctionner cette immense machine de répression ?

Par la hiérarchie de la terreur. Le simple détenu était terrorisé par le Vorarbeit, celui-ci terrorisé par le Kapo, le Kapo terrorisé par le Meister (con­tremaître), celui-ci par l’Obermeister, l’Obermeistcr par le directeur, le di­recteur par l’officier de la Wehrmacht qui, lui-même, tremblait devant le simple SS. Ainsi on pouvait nous faire fabriquer des V1, des fusils et des canons,  nous faire réparer les camions des SS malgré notre volonté de freiner le travail.

Mais c’est dans les commandos de terrasse et de carrières que les camarades souffraient le plus, étant directement menés à la schlague par ces chiens de SS.

Quel était le comportement de la population allemande à votre égard ?

—  La population allemande pour sa presque totalité ignorait entièrement les conditions dans lesquelles nous vivions.  Ceux qui en douteraient n’ont qu’à questionner les prisonniers de guerre français qui travaillaient à 4 ou 5 km. de notre camp : eux-mêmes n’ont jamais RIEN pu connaître de notre sort. Ils furent stupéfaits de notre état lorsque nous fûmes libres. Personne n’oserait démentir ces faits.

Mais de plus, les SS trompaient l’opinion allemande par un bourrage de crâne intensif qui nous présentait comme des bandits de droit commun.

Cependant, par des rapports clandes­tins de camarades avec la population civile, progressivement, nous arrivions à l’éclairer et de plus en plus des tentatives de solidarité à notre égard pouvaient être notées.

Aucun déporté de Buchenwald ne pourra nier les nombreux gestes de la population de Weimar envers nos camarades à la suite du bombardement du 24 août (1944) qui fit 500 victimes dans le camp.

Il faut comprendre que la fraternisation était un acte héroïque, exceptionnel en raison de la terreur qui pénétrait jusqu’au sein des familles. Ainsi  une femme de Weimar qui avait préparé un repas sur une nappe blanche pour quelques camarades, les mit précipitamment à la porte parce que des voisins arrivaient en visite.

La haine contre les SS était générale  Il arriva même que des officier de la Wehrmacht se confièrent à nous en nous disant des SS : ce sont des bandits. Le 20 juillet (1944), tous les SS nous avaient abandonnés pour cerner les casernes de la Wehrmacht.

J’ai pu discuter moi-même un soir avec un soldat de la Wehrmacht qui nous gardait : il nous expliqua qu’il en avait marre de la guerre, et tous ses camarades aussi. II essayait de nous faire comprendre que lui et nous, les forçats, nous étions tous dans une même prison. Quand je lui demandai : Pourquoi vous ne faites pas le révolution ? Il m’affirma que cela ne pouvait plus tarder : il était de Munich. Quelques jours après, cinq camarades s’évadaient avec une sentinelle. D’autres répondaient, quand on leur parlait de révolution : C’est impossible, il y a les SS !

Et après votre libération?

—   La population allemande est plongée dans le désarroi total, dans l’hébétude  Elle se rend compte que rien n’est changé ; les Alliés ONT MAINTENU LE MAIRE NAZI DE WEIMAR, LA POLICE NAZIE ET LA PLUPART DES FONCTIONNAIRES NAZIS.

Personne, y compris les camarades communistes allemands du camp, n’entrevoit d’issue pour le moment. En maintenant le régime de terreur, en reprenant la matraque échappée aux SS, l’état-major allié assure la continuité de l’ordre capitaliste et conjure momentanément la perspective d’une révolution.

Lorsque la population a eu connaissance de notre sort, très fréquemment de vieux allemands nous abordaient pour nous expliquer que jamais ils n’auraient pu imaginer cela. Nombreux sont les cas de petits commerçants qui nous ont donné du pain, du lait ou de la charcuterie. La propagande américaine ou d’un Simonin qui veut les présenter comme des lâches devant les vainqueurs est un odieux mensonge que tous les camarades de Buchenwald doivent démasquer. Il s’agissait d’une sympathie réelle qui trouvait enfin la possibilité de se manifester.

Pourrais-tu me parler des prisonniers politiques allemands ?

—   A Buchenwald, les politiques al­lemands étaient encore au nombre de 3 à 4.000, INTERNES DEPUIS 12 ANS ! Buchenwald, comme Dachau, a été construit pour eux et en a contenu des dizaines de milles.

{Fin page 3, 1ère colonne


Un demi siècle plus tard, hommage à Marcel Baufrère, au siège de « l’Ecole Émancipée » :


Marcel Baufrère
Marcel Baufrère, photo tirée du Fonds Jean-René Chauvin – CHS

Une centaine d’amis, heureux de se retrouver, militants trotskystes, collègues journalistes et anciens déportés (une quinzaine s’étant fait excuser) se sont rassemblés samedi 23 janvier 1999 au siège de l’Ecole Émancipée pour rendre hommage à Marcel Baufrère récemment disparu. Le lieu convenait d’autant mieux que si Marcel Baufrère ne fut jamais enseignant, il vint au trotskysme sous l’influence de deux militants emblématiques de l’EE à Nantes, Gabrielle et Louis Bouët.

Une douzaine de camarades prirent la parole pour rappeler quelle fut la personnalité de Marcel.

 J.-R. Chau­vin, résuma la biographie qui lui est consacrée dans le Maitron avant de lire le témoignage de son camarade déporté à Buchenwald. Michel julien, rappelant comment Marcel, au risque de sa vie, contribua à l’évasion de trois Russes de l’usine de la Custlof. Puis il évoqua sa participation à la réunion des anciens du Goulag à Moscou en 1992. Albert Demazière insista sur l’honnêteté et le souci d’exactitude tant du militant que du journaliste.  Michèle Houx, présenta Baufrère comme le créateur du service des infor­mations sociales à l’AFP et affirma que ce fut à ses côtés qu’elle apprit énormément sur son métier. Yvan Craipeau ancien diri­geant du PCI rappela le rôle de Marcel Baufrère pendant la clandestinité, notam­ment dans la région bretonne à propos du travail de propagande au sein des troupes allemandes, et évoqua avec un brin d’ironie ses talents d’orateur. Marc Paillet, développa une intervention plus générale sur la période historique de 1933 à 1948, qui fut « une période passionnante »  par les événements que nous avons vécu, estimant que notre travail militant n’a cessé d’ensemencer dans les différents secteurs de la pensée politique.

Marc Coutty, militant de la génération de mai 68 déplora que l’histoire des trots- kystes de la génération d’avant guerre n’ait pas été écrite et qu’il serait temps de s’y mettre. Bernard Jeremiasz rappela son émotion lorsqu’il lut le poème de Bau­frère écrit à Buchenwald « Elle fume » dont il lui avait donné l’original en rentrant de déportation. Laurent Schwartz évoqua la longue amitié qui le lia à Baufrère, affirmant que son propre engagement auprès des trotskystes dès l’avant-guerre, dépendit essentiellement de cette rencontre, mettant l’accent sur son tempérament passionné et le fait qu’il était toujours prêt à aider n’importe qui. Marie-Hellène Schwartz rappela le rôle joué par Baufrère au moment de l’enlèvement de leur fils par l’OAS et tint à signifier sa reconnaissance à Marcel et à Odette, pour avoir pu le retrouver grâce à eux. Michel Lequenne se félicita de ce que les divergences passées n’aient pas entamé l’amitié née d’une lutte commune. Une discussion s’instaura à propos de la disparition de Hic à Dora, à laquelle prirent part Jacques Moalic, ancien collaborateur de Baufrère à l’AFP et Georges Petit tous deux anciens de Buchenwald. La discussion se termina par un quatrain d’un humour glacé d’un déporté anonyme des camps staliniens de la Kolyma, à l’extrême nord-est de la Sibérie où la terre est gelée en permanence sur plus d’un mètre de profondeur.

« Kolyma, o Kolyma,Planète merveilleuse Douze mois c’est l’hiver,                                                                             Et tout le reste c’est l’été ».

Elle fume

Ce poème était joint à l’invitation pour « l’Hommage à Marcel Baufrère ». Vous le retrouverez en nous commandant : « Anthologie des poèmes de Buchenwald » Editions Tirésias, 80 F. 

Camp poème elle fume de Baufrère rectoIl y a bien des villes de par le monde  –  De grandes et de petites, d’agréables ou d’immondes.    –  Il y a des villes cafards, il y a des villes-lumières   –  Chacune sise à sa guise sur la montagne ou la rivière   –  Celle-ci accueillante, toute jeune, toute blanche  Et telle autre a mille ans. Les unes sur le plateau, balayées par le vent,   Les autres ouvertes sur l’océan. Mais celle-là n’est pas une ville comme les autres.   Chacun son goût, ce n’est pas le nôtre D’aimer les villes qu’aiment les touristes.  

Pas de monuments hystériques    Pas de stade hippiques   Pas de sports nautiques  Pas de grands boulevards.   Mais cependant un bobinard.   Pour une ville de cent mille âmes, un bobinard c’est suffisant  Pas de Mairie, c’est surprenant pour une ville de cent mille habitants  Pas d’églises, pas de bistrots, pas d’hôtels, pas de casinos.     Par temps clair un bel horizon, mais c’est rare.  Le brouillard y est de rigueur en toutes saisons.  Cette ville possède sa prison. Une ville sans hôtel, c’est possible. Mais une Cité digne de ce nom sans prison   Autant parler d’une rivière sans poissons,  D’un réveillon sans dindon D’oublier les truffes dans les pieds de cochon  Le poivre dans le saucisson    Ou l’omelette dans le jambon.

Camp poème elle fume baufrère

Une ville digne de ce nom a une prison Ainsi le veut la civilisation. Donc c’est une ville, et pas une ville en imagination, Pas une ville dans la stratosphère.   Une ville bâtie sur la terre nourricière.  Elle n’a pas de cimetière.  Donc pas d’enterrements ; c’est accueillant.

Cependant cette ville a un monument, Un seul   Un monument qui la domine Et lui donne fière mine. Pour y entrer ce n’est pas payant.   On y pénètre les pieds devant seulement.  Pas de feu sans fumée. Pour la fumée une cheminée.

Elle fume à longueur de journée. Pour une belle cheminée, c’est une belle cheminée. Il arrive même de se boucher le nez Quand il lui prend l’idée de trop fumer.

Cette ville sans nom a donc un monument.  La fumée monte au firmament    Et les habitants, avec des yeux caves à dormir debout,   La tête dans l’estomac, l’estomac dons les talons et les pieds dans la boue  Regardent le monument fumer Et rêvent d’une pipe de bon tabac. Tant qu’ils ne pourront le visiter, le monument, Tant qu’ils le regarderont fumer, Ils auront encore le droit de rêver.

Marcel Baufrère G                                                                                                          résident du block 39 de Buchenwald, sous le nom de Ferdinand-Leslin ; matricule 41741             Décembre 1944


Parcours de Marcel Beaufrère et Odette Allix/Baufrère


Marcel Baufrère (militant trotskiste depuis 1936) et Odette Allix (militante trotskiste depuis 1939), s’engagèrent dans la clandestinité dès le début de la guerre. Ils prirent l’identité de « Lestin » et se rendirent à Bordeaux où ils participèrent à l’activité des trotskistes de cette région pendant près d’un an. En septembre 1943, le bureau politique du P.O.I. chargea Marcel Baufrère de réorganiser la région bretonne et d’en prendre la direction. Il se rendit vers la fin de septembre à Brest (Finistère) pour suivre plus particulièrement le « travail allemand » entrepris dans cette ville. Des cellules d’opposants révolutionnaires au nazisme y avaient été constituées dans l’armée allemande par les militants trotskistes. La Gestapo était en éveil et le 7 octobre 1943, Odette et Ferdinand « Lestin » furent attirés dans une souricière (pour plus de détails sur le « travail allemand » et l’arrestation, lire la conférence d’Erwan Le Bris). Comme témoigne Martine Berthomé, fille de Eliane et Henri Berthomé, Odette Baufrère travaillait en 1943, à Quimper, aux Impôts, dans le même bureau que le père des Berthomé. La mère des Berthomé, modiste, demanda alors à une employée d’aller avertir le père des Berthomé “de le dire bien fort…”. Odette put échapper à la rafle.

Mais Marcel fut arrêté avec une quinzaine de camarades bretons, notamment Robert Cruau, tué le jour même.  Transitant avec ses camarades par le camp de Royalieu, Marcel Baufrère prit le chemin de Buchenwald le 21 janvier 1944, sous le nom de Ferdinand Lestin (matricule 41741) et en revint le 29 avril 1945. À Buchenwald, les communistes qui soupçonnaient Ferdinand Lestin d’être trotskyste, l’avaient abandonné à son sort. Il échappa au block des cobayes grâce à l’action de militants trotskystes allemands et autrichiens et à des membres allemands du SAP et du KDP qui parvinrent à le sauver de justesse et le prirent sous leur protection. Il créa une cellule trotskyste internationale, qui publia à la libération du camp la « Déclaration des communistes internationalistes de Buchenwald » (20 avril 1945). (cf Le Maitron).

Odette et Marcel Baufrère furent après guerre tout deux journalistes à l’AFP. Marcel Baufrère est mort le 26 janvier 1999, Odette Baufrère est décédée le 8 mai 2012.


22 ans plus tard… 

 Cette archive télévisuelle de l’INA , sur le thème du « printemps social » de 1967 (grèves aux usines Berliet, à Lyon, aux chantiers navals de Saint Nazaire, et aux usines Rhodia) , permet de voir et d’entendre Marcel Baufrère (qui, au fil des ans, n’était plus trotskiste) :

Le journaliste Marcel Baufrère, de l’AFP, commente (à la 9ème minute de cette émission de 1967) la grève de Saint -Nazaire et plus généralement ce printemps, qui précédait de moins d’une année mai 68 (mais cela, les journalistes ne le savaient pas…)

 

3 réflexions au sujet de « Retour de Buchenwald »

  1. C’est avec émotion que j’ai pu lire l’interview de mon père à la sortie du camps et je vous en remercie. Mais je dois rectifier le fait que ma mère n’avait pas été arrêté en même temps que mon père. Elle fut envoyée en prison et libérée lors d’une amnistie.

    1. Merci de votre message.. et de votre précision ! le fait que votre mère n’avait pas été arrêtée en même temps que votre père m’avait été confirmé par Martine Berthomé, fille des Berthomé (cela doit apparaître en haut de cette page…).
      Mais cela donne des indications supplémentaires

    2. Bonjour
      Mon beau père s’appelait Ferdinand Lestin et était médecin interne à Paris pendant la guerre. Il est aujourd’hui décédé. Savez vous si Monsieur Beaufrère avait pris ce surnom au hasard ou s’ils se connaissaient? Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants