Brigades yougoslaves et luttes indépendantistes


Brigades yougoslaves, Luttes indépendantistes….. par Histoire-sociale

Ce 9ème épisode retrace la période durant laquelle de nombreux trotskistes, parmi eux, Jean-René Chauvin, se sont impliqués pour la Yougoslavie titiste, en participant notamment à des brigades de jeunes qui contribuait à des chantiers de construction en Yougoslavie. Jean-René Chauvin, qui avait été déporté en Slovénie (camp du Loibl Pass) était par ailleurs attaché aux Yougoslaves. Le soutien de la population aux déportés, durant la guerre, avait en effet compté dans sa survie.

Jenny Plocki relate également, dans cette vidéo, la proximité de Jean-René Chauvin avec le POUM espagnol. Il fut longtemps gérant de leur journal La Batalla et son amitié avec le dirigeant du POUM Wilebaldo Solano durera jusqu’à la fin (Jean-René co-rédigea la préface du livre de ce dernier).

Il est aussi question, dans cette vidéo, de la façon dont le soutien aux mouvements indépendantistes (Indochinois, puis algériens) a été mené par des militants de la gauche radicale, comme  Jean-René Chauvin et Jenny Plocki.

Nous remercions Catherine de Grissac pour l’autorisation d’utilisation d’extraits de son film « Jean-René Chauvin, Trotskiste indépendant » (2001, Plan Large Production) dans cette vidéo diffusée en ligne.
Cette video s’inscrit dans une série de 10 videos retraçant le parcours de Jean-René Chauvin, et par là-même, le contexte politique et social dans lequel il a évolué. Vidéo produite par le Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle (Unité mixte de recherche, CNRS / Université Paris1).


 « Jeunes de France-Yougoslavie », numéro disponible dans les archives de Jean-René Chauvin, au CHS (Centre d’Histoire Sociale), 9, rue Mahler 75020 Paris

Jeunes de France Yougoslavie - permanence local Jeunes de France Yougoslavie - notre camarade Chauvin Jeunes de France Yougoslavie - N°2 Jeunes de France Yougoslavie - SUR LA ROUTE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur les routes de Yougoslavie

NOTRE PROGRAMME 1952

T’EN souvient-il, mon camarade, de ces départs de 1950 ?

Te rappelles-tu du train spécial qui emportait vers la Yougoslavie, plusieurs centaines de jeunes français ? et tu étais parmi ceux-là, parmi tous ceux qui un soir de juillet emplissaient le hall de la gare de Lyon, des chants de jeunesse ouvrière : la Jeune-Garde, Zimmerwald, les Partisans, ils étaient tous là, ceux des mouvements de jeunesse, les copains du Centre laïque des Auberges de la Jeunesse, les Routiers E.D.F., les Scouts de France, les Gars des Jeunesses Socialistes, du Mouvement Révolutionnaire de la Jeunesse, de la Fédération Anarchiste, tous s’étaient donnés rendez-vous pour aller là-bas.

De toute l’Europe et du monde entier, des jeunes sont ainsi partis malgré les mises en garde, malgré les pressions, malgré les violences des agents du Kominform qui brûlant ce qu’ils avaient adoré la veille, dénonçaient à qui voulait les entendre, le soi-disant fascisme des « traîtres » yougoslaves.

Mais les jeunes n’ont pas marché ; plutôt que de croire sur paroles, ils ont préféré se rendre en Yougoslavie afin d’y découvrir eux-mêmes la vérité. Ils n’ont pas hésité à mettre en pratique l’appel que Jaurès déjà avant la guerre de 1914 lançait à la Jeunesse : « Le courage, c’est de chercher la vérité et la dire  c’est ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe ». Ce courage, jeunes camarades, vous l’avez eu lors de cette fameuse réunion à la salle des Sociétés Savantes, où les provocateurs staliniens ont été tenus en échec malgré les actes de violences qu’ils avaient déchaînés ; vous l’avez eu dans les usines, en formant vos brigades d’entreprises, chez Renault, Chausson, il ne fut pas un seul coin de la banlieue industrielle et des grandes villes de province, qui ne vit partir des Brigadistes.

Deux ans déjà se sont écoulés ! Et la Yougoslavie tient bon. Tour avoir osé dire non à la dictature stalinienne, le peuple yougoslave ne s’est pas pour autant mis au service du capitalisme international.

CETTE année encore, mon jeune camarade,  tu auras la possibilité de venir juger par toi-même de l’évolution de la Yougoslavie nouvelle. Tu auras encore la possibilité de participer à l’œuvre constructive entreprise par les jeunes du monde entier sur les chantiers internationaux de la Slovénie ou de la Dalmatie. Tu seras encore reçu par la Jeunesse Populaire Yougoslave et l’Union des Etudiants de Yougoslavie, parmi eux, tu pourras renouer tes anciennes amitiés, et ton effort constructif viendra s’inscrire auprès de ceux qui, pionniers d’un monde nouveau mettent leurs loisirs au service de la cause d’émancipa­tion humaine.

Et puis, chose agréable et nouvelle cette année, tu pourras pendant ton séjour en Yougoslavie profiter de tout ce que la Jeunesse Populaire Yougoslave met à la disposition des jeunes étrangers, afin de développer la coopération et de renforcer l’amitié des jeunes.

Les jeunes étrangers auront la possibilité de faire connaissance avec le pays, son ordre social, ses nombreux monuments historiques et culturels et avec ses beautés touristiques. Ils pourront faire connaissance avec la vie et le travail des étudiants et jeunes yougoslaves en ayant un contact direct avec eux.

En effet, des formules nouvelles sont proposées. Chacune d’entre elles ayant pour but de répondre à une aspiration spécifique de la Jeunesse, et l’ensemble formant un tout susceptible de montrer le véritable visage de la Yougoslavie.

Pour 1952, sont donc prévus :

  1. — Maisons de repos internationales sur l’Adriatique.
  2. — Camps internationaux sur l’Adria­tique ou dans les montagnes de Slové­nie.
  3. — Semaines d’études sur l’ordre social et politique de la Yougoslavie.
  4. — Voyages touristiques le long de la Côte Adriatique.
  5. — Tournées Economiques et Politiques.
  6. — Tournées Industrielles.
  7. — Descentes en Kayaks sur la rivière Drina.
  8. — Tournées Culturelles et Historiques.

L’un de ces camps internationaux se trouvera sur l’île de Zlarin, près de Chibénik, ville riche en monuments historiques du Moyen Age. Possibilités de faire de nombreuses excursions aux Iles environnantes.

Un autre camp fonctionnera sur l’Adriatique du Nord, dans la Baie de Kvarner, au pied d’une montagne et à proximité du grand port yougoslave Rijeka, ainsi que des centres touristiques Opatija et Lovran.

En plein centre des Alpes Juliennes sur les bords d’un lac long de 4 km, et entouré de montagnes escarpées, tu pourras fréquenter un troisième camp international. A proximité se trouvent des centres montagnards, qui sont un peint de départ pour l’ascension de la montagne Triglav haute de 2.863 mètres et de son lac. A la demande des camarades,  des activités sportives, des descentes Kayaks, ascensions de montagnes et excursions aux alentours du lac de Bohinj, pourront être organisées sous la conduite de moniteurs.

Dubrovnik, sur l’Adriatique du sud, ouvrira sa maison international de repos.  Cette ville, pendant plus de mille ans capitale d’une République Indépendante rivale de Venise, déroule son passé historique et culturel dans la ville entière.  Rab, la plus belle île de l’Adriatique du Nord avec ses feuilles archéologiques du temps des Romains, est un centre touristique connu comme un des plus agréables de Yougoslavie. C’est ce qui en a fait le lieu d’établissement d’une autre maison de repos.

De nombreux étudiants du monde entier s’intéressent aux problèmes sociaux de la Yougoslavie. Dans le monde, ces temps derniers, on a montré un intérêt spécial pour la Yougoslavie, intérêt bien compréhensible pour un pays qui se développe dans une voie indépendante hors de tous blocs. C’est pour cette raison que le Comité central de la J.P.Y. et l’Union des Etudiants Yougoslaves ont entrepris d’organiser des semaines d’études où seront examinés différents problèmes internationaux et politiques qui permettront aux participants de faire connaissance avec l’état réel des choses en Yougoslavie.

Voilà donc, jeune camarade, ce qu’en liaison avec la J.P.Y. et l’Union des Etudiants Yougoslaves, lé Comité des Jeunes de France-Yougoslavie peut mettre à ta disposition pour tes prochaines vacances.

Dans un pays ami, en pleine transformation sociale, tu verras autrement que par des rapports plus ou moins partiaux ce que l’enthousiasme collectif d’un peuple est capable de créer.


LA LUTTE DE LA JEUNESSE YOUGOSLAVE                                                                           du S.K.O.J. à la 3.P.Y. (1919-1952)

par Michel CHAGNY

FORMATION ET LUTTE ILLEGALE DU S.K.O.J.

La révolution russe d’Octobre 1917, la révolution hongroise et les crises révolutionnaires dans divers pays eurent de nombreuses conséquences en Yougoslavie. Ce fait se concrétisa par la constitution, en avril 1919, du Parti Socialiste Ou­vrier (communiste) et, dans la jeunesse,  par la formation de nombreux Cercles d’étudiants communistes.

Ce mouvement alla en s’amplifiant et aboutit, le 10 octobre 1919, à la tenue, à Zagreb, d’une Conférence d’unité de Tous ces Cercles, où fut formée l’Union de la Jeunesse Communiste de Yougoslavie (S.K.O.J.). La Conférence précisa que l’Union orienterait son action dans le sens de l’internationalisme proléta­rien. Elle décida de collaborer avec le Parti Socialiste Ouvrier de Yougoslavie et d’éditer un journal : « Le Drapeau Rouge », dont le premier numéro parut en décembre 1919 en 6.000 exemplaires. La Conférence chargea enfin le Comité Central de préparer et convoquer le pre­mier Congrès de l’Union..

La Lutte de la jeunesse Yougoslave                                                                                    Du S. K. O. J. à la J. P. Y.

(Suite de la première page.)

 Le premier Congrès du S.K.O.J. se tint à Belgrade en juin 1920, avec la participation de délégués de Serbie, Croatie, Slovénie, Bosnie, Herzégovine, Slavonie et Vojvodine. A cette époque, le S.K.O.J. comptait 3.000 militants et 37 organisations locales. Le Congrès élit la nouvelle direction, adopta le programme et les statuts de l’Union, et décida d’adhérer à l’Internationale des Jeunesses Communistes.

A la suite de sa création, le S.K.O.J. pris une part active aux manifestations populaires, telles celles de février 1920, mobilisant 10.000 Jeunes à Zagreb, et aux campagnes s électorales. Il participa également à la commémoration des luttes ouvrières : 1er Mai, 5 Septembre (Journée Internationale de la Jeunesse), etc… pris part à la grève générale contre l’intervention de la bourgeoisie yougoslave dans la République Soviétique de Hongrie (1919), et à la lutte contre l’aide apportée aux bandes de gardes blancs de Wrangel.

Mais devant la montée révolutionnaire,  le gouvernement de la bourgeoisie yougoslave décida de frapper un coup d’arrêt, et promulgua l’« Obznana » (fin 1920) et la « Loi sur la protection de l’Etat » (1921), par lesquels le parti communiste, les syndicats indépendants et le S.K.O.J. étaient jetés dans l’illégalité.  L’Union n’était pas préparée à ces événements, et ce fut un coup très rude pour elle, car il entraîna dans ses rangs un processus de désagrégation. En effet, l’attitude opportuniste des dirigeants du parti, de l’époque, après l’« Obznana », soulève un grand mécontentement au sein du S.K.O.J.  Par réaction, une tendance d’extrême-gauche se forme, groupant de nombreux militants et dirigeants de l’Union, désireux de s’opposer à l’offensive bourgeoise. Ces jeunes allèrent jusqu’au terrorisme individuel, organisant des attentats contre l’auteur de l’« Obznana », Milorad Drachkovitch, puis contre le roi Alexandre.

Ces actes désespérés ne pouvaient que faire tort au S.K.O.J. et le couper de la masse de la jeunesse, aussi le Comité Central du S.K.O.J., et en particulier son secrétaire Dragoljub Milovanovitch, appuyé par le Parti Communiste, engagent une lutte énergique contre ces conceptions qui finirent par être éliminées dans le courant de 1922, date à laquelle r« Union » tint son deuxième Congrès et entra dans la Fédération balkanique des Jeunesses Communistes.

L’UNION DES JEUNES TRAVAILLEURS

Le S.K.O.J. réussit à se réorganiser, et malgré les conditions difficiles où il se trouvait du fait de son illégalité, parvint à utiliser toutes les formes légales d’action. C’est ainsi que sur son initiative et celle du parti communiste, des organisations culturelles légales de jeunes furent constituées.

Cette tactique permit aux S.K.O.J. de ne pas perdre contact avec la jeunesse et de poursuivre son travail sous une forme légale. Mais afin d’avoir plus d’efficacité  il généralisa ces expériences locales  et en août 1922 se constitua l’« Union des Jeunes Travailleurs de Yougoslavie ». Cette nouvelle organisation  légale, tint son congrès en janvier 1924 et adopta un programme et des statuts semblables à ceux du S.K.O.J. avec les adaptations nécessitées par le travail légal. La nouvelle « Union » publia quatre journaux, « Le Jeune Ouvrier » (1922 , « La Lutte de la Jeunesse », « La Jeune Garde » et « Iskra » (1923-24).

Mais au mois de juillet 1924, le gouvernement réactionnaire Pachitch-Pribitchevitch interdit l’« Union des Jeunes Travailleurs de Yougoslavie », emprisonna 200 de ses dirigeants et confisqua ses biens. Aussitôt, le S.K.O.J., sous couvert du Comité Exécutif de l’U.J.T.Y., lança une proclamation à la jeunesse, l’appelant à poursuivre la lutte pour une organisation indépendante des jeunes ouvriers ; des manifestations de masse contre le gouvernement eurent lieu en octobre 1924, à Belgrade, pour protester contre l’interdiction. La bourgeoisie essaya alors de détacher les jeunes du mouvement révolutionnaire, en créant des organisations nationalistes de jeunes telles que le S.O.K.O., La Jeunesse Républicaine  et autres…

(A suivre.)                        Michel CHAGNY


LOS OLVIDADOS    UN FILM DE LUIS BUÑUEL (Jeunes de France-Yougoslavie)

Le surréalisme au service du réalisme, dans un film inondé de la lumière mexi­caine :                                       « LOS OLVIDADOS ».

Réalisme et du plus pur, ce drame de l’enfance pauvre, abandonnée, miséreuse des faubourgs de Mexico, auquel deux lignes du générique vont donner peu à peu une terrible résonance : « Cette his­toire est inspirée de la vie réelle, aucun des personnages n’est fictif… ».

Mais surréalisme, de ce surréalisme dont Bunuel a donné toute la mesure dans « Le Chien Andalou » ou « L’Age d’Or », dans les procédés techniques em­ployés pour rendre des situations là où de simples images ne suffiraient pas ; ce sont le rêve de Pédro ou la mort du Jaïbo.

Le Jaïbo ? Un adolescent évadé d’une maison de correction, qui a, auprès d’une bande de gosses de la rue, dont le petit Pédro, l’immense prestige de vaurien chevronné. Il tue férocement, par der­rière, à coups de pierre d’abord, à coups de bâton ensuite. Aucune grandeur ar­tificielle dans le comportement de la bande dont il est le chef, et qui s’attaque aux faibles, un aveugle, un cul-de-jatte, sans vergogne et sans pitié.

Mauvais, vicieux ? dans l’ensemble même pas. Le cas est différent pour le Jaïbo, et encore le garçon au mince vi­sage d’espagnol arbore dans les pires circonstances une insolence un peu dou­loureuse qui laisserait à penser qu’il essaie seulement de se venger de la vie. Ils n’ont ni pain, ni logis, ni affection, seulement la rue pleine de ceux qui les exploitent : ce vieil aveugle qui hait fa­rouchement tout ce qui est jeune et qui profite de la solitude d’un gosse pour en faire son esclave. C’est un petit métis que son père a abandonné sur une borne: « Trop de bouches à nourrir ». Ces fo­rains qui louent des enfants pour faire tourner leurs manèges et les paient à coups de pieds. Cet homme « chic * qui essaie de séduire Pédro, rêvant de faim devant une devanture, en lui proposant de l’argent… Quoi d’étonnant s’ils font preuve d’une sauvagerie qui est en fait le simple instinct de conservation au prix d’encore plus faibles qu’eux

La chose est traitée sans emphase, sans tragique de mélodrame, avec une étonnante habileté et des images belles à éblouir. Les personnages sont nuancés, et il n’y a pas à jouer que le bien ou le mal, mais encore la chance. Et si ce film porte indiscutablement la griffe de Luis Bunuel, le réalisme est dans le sujet, mais il est traité avec une sobriété toute évocatrice. Ceux qui connaissent les films mexicains, de « Maria Candelaria » à « La Perle », retrouveront quand mê­me dans « Los Olvidados» cette lourde ambiance de fatalisme qui pèse sur eux. La fatalité dans la personne du « Jaïbo » poursuit Pédro et l’entraînera jusqu’à la mort. La dernière image du film est un cadavre d’enfant qui dévale un tas d’or­dures et devant lequel on se demande : « Que faire ? ». Le générique donne la réponse : « Seules les forces progressistes du monde… ».

Voilà pourquoi ceux-là ont tort de reprocher à Luis Bunuel d’avoir tourné «Los Olvidados» sous prétexte que le cinéma est fait pour distraire et non pour choquer. II fallait que le monde le sache. Mais un metteur en scène n’est pas un sociologue, il dépiste le mal, il n’est pas là pour le soigner, et ce « docu­mentaire » sans pitié pour le spectateur porte plus droit qu’une leçon de morale.

Edwige de PIREY.


 QUESTIONS ACTUELLES DU SOCIALISME (Jeunes de France-Yougoslavie)

Avez-vous effectué votre abonnement pour l’année 1952 à la revue qui publie dans son numéro de Janvier-Février les études théoriques suivantes :

J.B. TITO : L’Armée populaire dans la guerre et la révolution.

Boris KIDRITCH : La gestion ouvrière des entreprises. — Des socialistes utopistes aux conseils d’ouvriers.

Milentié POPOVITCH : Le financement de l’économie socialiste.

DOCUMENTS — BIBLIOGRAPHIE 176 pages. — Prix d’un numéro: 150 frs. Abonnement France : 6 mois, 400 frs — 1 an, 800 frs. — Etranger : 6 mois, 500 frs — 1 an, 1.000 frs.

Nous tenons à la disposition de nos camarades et de nos lecteurs les numéros précédents de la revue. Passez vos commandes et abonnements au : Comité des Jeunes de France-Yougoslavie, 63, rue du Faubourg-Poissonnière, Paris (IX*).

PERMANENCE            1952                                                                                                                                                                Nous invitons nos camarades, anciens et futurs brigadistes de París et de la Région Parisienne, à passer nous voir au local :63, rue du Faubourg-Poissonnière PARIS                                                                                                                    Permanence ; Tous les jours, de 14 heures à 19 heures. Le samedi, de 14 h. à 20 h.


 

2 réflexions au sujet de « Brigades yougoslaves et luttes indépendantistes »

  1. Bonjour,
    Mon frère Stanislas TRATAR a participé aux brigades internationales en Yougoslavie dans les années 1950- 51.
    Je suis à la recherche de documents ou photos de cette période.
    Si par extraordinaire vous auriez des traces de son séjour ce serait formidable.
    Bien cordialement.
    Viktor.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants