Coup d’Etat et renversement de Goulart au Brésil en 1964

Commission Vérité au Brésil : Les fantômes d’un passé douloureux (1)

Produit par le CHS (Unité mixte de recherche CNRS / Univ. Paris 1), ce vidéo-documentaire présente, au travers de témoignages de victimes de la dictature et d’un tortionnaire (Paulo Malhaes) et au travers de l’analyse d’historiens, l’état des lieux, quelques mois après la présentation du rapport de la Commission de la Vérité Brésilienne (Comissão Nacional da Verdade, CNV). Une séquence permet de voir et d’entendre la présidente Dilma Rousseff (elle-même emprisonnée et torturée sous la dictature militaire), lors de la publication du rapport de la CNV en décembre 2014.
Le film est réalisé par Jeanne Menjoulet (CHS / CNRS)

(2) Brésil, du coup d’Etat de 1964 à la transition démocratique

Cette seconde  partie du vidéo-documentaire vise à apporter quelques éclairages sur le contexte brésilien des années de la dictature (1964-1985). Il fait suite au film (1) qui présentait la Commission Nationale de la Vérité (CNV).
Sont abordées des questions comme les influences internationales (Etats-Unis, France) qui ont favorisé l’arrivée ou le maintien de la dictature militaire, l’évolution du régime durant cette période, la répression et la façon dont l’opposition à la dictature s’est positionnée à l’issue de la dictature. Des extraits du témoignages de l’ex-président Lula permettent de saisir le Brésil de la fin des années 1970, à l’aube de sa transition vers la démocratie. .


Au sujet de ce qui est qualifié de « coup d’état déguisé » – la destitution de Dilma Roussef en mai 2016-, un éclairage supplémentaire peut apporter des éléments de compréhension et d’analyse. La lecture de l’article qui suit, est à ce titre très intéressante. Il s’agit des propos d’une doctorante brésilienne, Tauana Gomes Silva (qui vit en Bretagne et dont le sujet de thèse est « la participation politique des femmes noires dans les mouvements de gauche au Brésil pendant la dictature militaire de 1964 à 1984 », CERHIO, Université Rennes 2) :

http://www.breizhfemmes.fr/index.php/une-femme-qui-divise-le-bresil


Un document d’archive (fonds JR Chauvin) : Le coup d’Etat au Brésil, analysé par Wilebaldo Solano

Quelques jours après le coup d’Etat au Brésil, Wilebaldo Solano analyse la situation. Il s’agit du point de vue de la gauche marxiste non stalinienne. Article tiré des archives de Jean-René Chauvin (correspondance JR Chauvin, année 1964) , consultables au CHS, 9, rue Mahler 75004 Paris
Brésil coup d'Etat 1964Les « forces obscures »qui ont renversé Janos Quadros en août 1961 ont enfin réussi ce qu’elles se proposaient depuis de longs mois par un coup d’état préventif , masqué d’une grossière farce « démocratique », obliger Joao Goulart à capituler et asséner un rude coup au mouvement populaire révolutionnaire du Brésil.

La victoire inespérée de Lacerda, la figure politique la plus représentative et la plus trouble de la réaction brésilienne a suscité une énorme émotion en Amérique et dans le monde entier. Depuis quelques temps tout le monde suivait avec intérêt l’évolution des événements au Brésil. Les manifestations comme le grand meeting populaire de Rio, la mutinerie des marins, le discours de Goulart devant les sous-officiers, et les réformes annoncées (expropriation de certaines terres, octroi du droit de vote aux analphabètes, augmentation substantielle des salaires, contrôle des bénéfices étrangers, expropriation de certaines compagnies pétrolières) avaient réveillé de grandes espérances à l’intérieur comme à l’extérieur du Brésil.

Mais l’on ignorait généralement que les Fameuses « forces obscures » dont parlait Quadros, c’est à dire les monopole yanquis et les éléments réactionnaires de la ville et de la campagne, avaient décidé, sans plus attendre, de passer à la contre offensive. Et ce que personne ne pouvait imaginer, c’est que Goulart, Brizzola et Arraes, allaient capituler avec autant de facilité devant le coup d’Etat contre révolutionnaire, et que le mouvement ouvrier et les ligues paysannes offriraient si peu de résistance à l’agression réactionnaire.

L’attitude des promoteurs de « l’Alliance pour le progrès » ne peut nous surprendre. Deux jours avant la rébellion  le département d’Etat a publié une Information dénonçant « la tolérance du gouvernement Goulart à l’égard des communistes ». Vraiment on ne pouvait trouver de meilleure formule pour inciter Lacerda et les autres à passer à l’action. En outre Goulart était à peine déposé, que le président Johnson félicitait le chef de l’Etat désigné par les insurgés. Deux Jours après Dean Rusk et George Bail se félicitaient que les règles constitutionnelles aient été respectées, et parlaient en plus d’un « événement remarquable ».

Par contre, comment peut on s’expliquer la capitulation de Goulart, de ce même Goulart qui peu de temps avant invitait les sous officiers de Rio à défendre « les réformes de structure », et se prononçait en faveur d’un large front populaire ?

Joao Goulart

A notre avis, il n’y a qu’une explication. Goulart, comme Quadros hier, était un représentant de la bourgeoisie Nationale libérale, éternellement hésitante entre la pression des grandes forces féodales et capitalistes, et celle du mouvement populaire. Depuis qu’il a accédé au pouvoir en 1961, Goulart a prononcé une infinité de discours, quelques fois franchement démagogiques, sur les réformes qui s’imposaient au pays, mais n’en a réalisé aucune.

Sa politique avait eu la triste vertu de tromper les masses ouvrières et paysannes, et d’exaspérer les forces réactionnaires. Et à l’heure décisive, quand il s’est agit d’appeler les masses populaires à la résistance organisée, il n’a pensé à se défendre qu’avec l’appareil de l’Etat qui était en grande partie aux mains des éléments contre-révolutionnaires.

Si tout ceci est évident, il reste à éclaircir un autre problème, celui de la passivité du mouvement ouvrier, des paysans, des sous-officiers et des soldats qui avaient à plusieurs occasions manifesté leur solidarité avec les aspirations des masses populaires. Il est encore trop tôt pour expliquer ce fait qui peut avoir de graves conséquences pour l’avenir de la révolution brésilienne. Cependant nous sommes déjà en mesure d’apporter quelques éléments d’appréciation.

La passivité des forces populaires

Le Brésil est un pays essentiellement agricole, le prolétariat n’y représente pas une force décisive et se trouve profondément divisé. Le mouvement syndical n’a ni la force, ni la cohésion nécessaire pour déclencher une grève générale de caractère national. Le parti communiste de Carlos Prestes soutenait Goulart et n’a pas préconisé une politique offensive et révolutionnaire. On se souvient des critiques adressées à Prestes par Fidel Castro. Le parti communiste dissident, de tendance pro-castriste, ne représentait pas encore une force importante. D’autre part les Ligues paysannes de Juliao n’avaient pas réussi à réaliser l’unité d’action avec le mouvement ouvrier.

En octobre 1962, la revue « Política Operaria » (Politique Ouvrière) organe de l’Organisation Marxiste Révolutionnaire du Brésil qui était issue de le fusion de la Ligue Socialiste Indépendante, des jeunesses Socialistes et de l’aile gauche de la Jeunesse Travailliste, avait adressé un appel au Parti Communiste du Brésil (pro-castriste) et au Mouvement révolutionnaire Tiradentes (constitué de dirigeants des Ligues paysannes) en vue de la formation d’un Front de toutes les forces révolutionnaires. « Política Operaria » avait insisté sur le nécessité d’aboutir rapidement à l’unification pour offrir une alternative populaire et révolutionnaire. Malheureusement cet appel n’a pas donné les résultats attendus.

Il est difficile de formuler des pronostics sur ce qui va arriver au Brésil dans les mois prochains. Mais sans plus attendre on peut déjà tirer quelques leçons des récents événements  Les principales sont les suivantes:

1) La bourgeoisie nationale et libérale est incapable de mener à leur terme les réformes de structure quelle préconise et ne constitue qu’un intermède équivoque et dangereux entre la révolution et la contre révolution.

2) Dans un pays sous développé comme le Brésil, quand les tensions sociales atteignent le paroxysme et qu’il en résulte une situation révolutionnaire, la voie pacifique et parlementaire conduit à une déroute du mouvement ouvrier et paysan, et au triomphe des forces féodales et capitalistes liées à l’impérialisme.

3) La division du mouvement ouvrier et son manque de coordination avec le mouvement paysan et ses alliés éventuels dans l’armée aboutissent fatalement à ruiner toutes les possibilités révolutionnaires.

Wilebaldo SOLANO, le 5 avril 1964

Nous retrouvons cet article dans le numéro d’Avril 1964 du journal l’Action. Le Brésil en couverture…


Portrait de Solano dans "La Gauche", journal du RDR, 1949
Portrait de Solano dans « La Gauche », journal du RDR, 1949

Portrait de l’auteur de l’article, Wilebaldo Solano, en 1949, dans le journal du R.D.R « La Gauche » :  Wilebaldo Solano, secrétaire général du P.O.U.M., directeur de « La Batalla », fut secrétaire du Front révolutionnaire de la Jeunesse de Catalogne pendant la guerre civile espagnole. Responsable espagnol de « L’Insurgé » de Lyon, organisation socialiste révolutionnaire de la Résistance française, il fut condamné à 20 ans de travaux forcés par un tribunal militaire de Vichy en 1941. Il a été libéré par le maquis en juin 1944.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants