Autogestion en Yougoslavie

Cette page, tirée des archives de JR Chauvin (consultable au CHS) propose un article de janvier 1965 dressant un court bilan  de l’expérience autogestionnaire et de conseils ouvriers, dans la Yougoslavie de Tito, en période de « mi-mandat »en quelque sorte, puisqu’il est mort en 1980….

Il s’agit d’un article tiré de l’Action, journal de sensibilité trostkiste  :

L'expérience Yougoslave 1964

Portée et limites de l’expérience yougoslave

 Tout observateur qui a une connaissance directe d’une ou de plusieurs républiques populaires ne manque pas d’être agréablement surpris par ses premiers contacts avec la réalité yougoslave. Il ne retrouve pas cette atmosphère de contrôle, de suspicion et de méfiance à l’égard des masses qui caractérise la vie publique dans les pays d’Europe de l’Est. Les bibliothèques publiques regorgent d’ouvrages non orthodoxes et certains kiosques des grandes villes offrent à l’acheteur les grands journaux occidentaux du New York Times au Figaro à côté de la Pravda.
Surtout il est facile de se convaincre que la gestion ouvrière n’est pas une simple supercherie et que la démocratie communale a une certaine consistance. En un mot le travailleur yougoslave apparaît comme un participant actif et responsable et non comme un simple rouage de l’appareil économique. Tous ces aspects de l’expérience yougoslave expliquent la persistance de l’influence « titiste » dans une grande partie du monde communiste et même au-delà.
Grâce à l’expérience de la gestion ouvrière appuyée sur les communes, le stalinisme en tant que système répressif n’apparaît plus comme une nécessité pour les pays sous-développés qui rompent avec le capitalisme. De même, les excroissances bureaucratiques de la grande industrie moderne ne sont plus aux yeux de nombreux communistes de pays développés un mal inévitable et irrésistible, lorsqu’ils ont eu l’occasion de voir fonctionner les grandes entreprises yougoslaves. Cette influence positive, jointe à la ténacité avec laquelle l’union des communistes yougoslaves a défendu l’originalité de ses solutions et de ses positions suffisent à assurer à la Yougoslavie, aux côtés de Cuba, une place privilégiée de pionnier de la marche vers le socialisme.

Faut-il considérer pour autant que l’Etat yougoslave n’a pas lui-même de défectuosités et que les solutions adoptées répondent toujours aux problèmes posés par l’édification du socialisme ? Loin de là, et les critiques que les Yougoslaves adressent eux-mêmes à leur vie sociale et économique nous invitent à ne pas tomber dans le travers de l’apologétique. Il saute d’abord aux yeux que le juste équilibre entre centralisation et décentralisation n’est pas réalisé et que l’économie yougoslave autant que la vie politique sont soumises à d’incessants réajustements pour combattre, comme disent les dirigeants yougoslaves, « les phénomènes négatifs » (anarchie dans la politique des investissements, tendances au localisme ou au contraire tendances bureaucratiques centralisatrices). A y regarder de plus près, il ne semble pas toutefois que le problème soit purement technique, c’est-à-dire celui d’une bonne répartition du pouvoir de décision entre les différents niveaux de la structure étatique. Il apparaît au contraire comme la rançon de l’organisation du pouvoir en Yougoslavie : le pouvoir central échappe pratiquement à tout contrôle démocratique et la participation démocratique des masses, limitée pour l’essentiel à l’entreprise et à la commune, se trouve orientée bon gré malgré vers toute une série de particularismes.

On se trouve ainsi devant une sorte de cercle vicieux dans lequel le centralisme incontrôlé et le particularisme populaire s’alimentent réciproquement. L’Union communiste constitue, bien entendu, un facteur d’unification qui permet plus ou moins de corriger ces tensions, mais elle les corrige dans les limites fixées par le système et par sa propre volonté de maintenir une tutelle bienveillante sur la société. Il n’est donc pas étonnant qu’un grave problème de génération et de renouvellement des cadres politiques se pose aujourd’hui : les jeunes générations écartées longtemps d’une véritable participation aux décisions nationales les plus importantes et n’ayant pas eu l’occasion de prendre part à l’expérience politique exaltante de la lutte de libération sont menacées soit par le conformisme, soit par l’apolitisme pendant que la génération des partisans se trouve peu à peu atteinte par le vieillissement et par la lassitude.

La nouvelle Constitution a tenu compte de ce danger en prévoyant l’obligation d’une rotation rapide aux postes de responsabilité, mais il est douteux que le remède soit suffisant pour changer la situation. Il reste à accomplir bien des pas en avant (démocratisation de l’Union, élargissement du rôle des conseils ouvriers dans la planification, etc.) pour que la démocratie socialiste yougoslave prenne véritablement consistance.

Il faut noter par ailleurs que les Yougoslaves apportent dans la politique internationale une certaine étroitesse nationale qui limite considérablement la portée positive de leur action de désagrégation du stalinisme. Leur politique de coexistence active repose beaucoup trop, en effet, sur l’idée très optimiste que le maintien de la paix et de rapports de bon voisinage entre les Etats suffira à donner une forte impulsion à la marche au socialisme. En ce sens, le non alignement prend pour eux une valeur quasi mystique échappant à une analyse des rapports de classe à l’échelle internationale.

Certes, les Yougoslaves n’ont jamais prétendu faire adopter cette conception par les partis ouvriers des pays capitalistes ; il n’empêche cependant que leur influence va très souvent dans le sens d’un certain désarmement idéologique du mouvement ouvrier. C’est là que se trouve leur plus forte limite et ce qui interdit de voir à l’heure actuelle dans la Yougoslavie un centre de regroupement du mouvement ouvrier international, même si la contribution yougoslave à la théorie et à la pratique de la société de transition vers le so­cialisme est irremplaçable.

Pierre GAUTIER

L’article est tiré du journal l’Action, numéro d’octobre 1964, dont le comité de direction était composé de Roland Andrieu, Favre-Bleibtreu, Roger Blin, Claude Bourdet, Jean Cassou, Julien Desachy, Guy Desson,  Claude Hazard, Maurice Henry, Henri Lefebvre, Michel Lequenne, Maurice Nadeau, Roger Noulé, Marcel Penin, Jean Poperen, Georges Rino, Oreste Rosenfeld, Tanguy-Prigent, Pierre Vidal-Naquet.  (Hum, pas de femmes, pourtant elles existaient dans les années 60…)


La YOUGOSLAVIE cherche la voie de la démocratie socialiste

Yougoslavie 1965 Favre-BleibtreuS’il n’a pas fait de gros titres dans la presse française, le VIIIe Congrès de la Ligue des Communistes de Yougoslavie n’en est pas moins un événement de première grandeur. Il bat en brèche la thèse conservatrice et réformiste d’une identité entre le socialisme et sa caricature bureaucratique. Son thème central était l’approfondissement de la démocratie socialiste. La « voie yougoslave » évite l’enlisement qui la menaçait, cherche son second souffle et confirme sa valeur d’exemple positif pour le mouvement ouvrier international.

Les conseils ouvriers instaurés en 1950 pour souder l’alliance des masses ouvrières et du parti contre l’offensive de Staline furent d’abord un choix politique ; en vue de combattre le bureaucrate on stimulait l’initiative créatrice des travailleurs devenus maîtres de l’entreprise. Quatorze ans plus tard les conseils ouvriers sont les grands vainqueurs du congrès. L’autogestion est entrée dans les mœurs ; ses succès sont incontestables et incontestés.

Cependant l’économie souffre de certaines distorsions et incohérences. Dans le vide politique le bureaucrate cherche tout naturellement à répondre aux difficultés par le centralisme étatique et par le grignotage des prérogatives des conseils ouvriers. Le congrès a tranché, avec audace et netteté : il faut aller de l’avant, les fonctions des conseils ouvriers seront élargies, leur pouvoir devient prépondérant en matière d’investissement et de plan au dépens des contrôles étatiques locaux et nationaux. De « l’usine aux ouvriers » il mène vers l’économie nationale aux ouvriers.

Mais la recrudescence de bureaucratie qui a marqué les dernières années a été favorisée par un recul sensible de l’activité politique des masses populaires de Yougoslavie. Le congrès a mis le doigt sur deux manifestations graves de cette dépolitisation. La première est la réapparition des antagonismes entre particularismes nationaux.

La seconde, plus lourde de conséquences, est l’indifférence des jeunes travailleurs à l’égard de la L.C.Y., la faiblesse du recrutement dans les générations montantes. Dépolitisation, chauvinisme, désaffection des jeunes peuvent-ils être surmontés par la démocratie économique ? N’existe-t-il pas d’autres besoins démocratiques à satisfaire ? Le congrès a posé la question, mais sa réponse est restée ambiguë.

A son actif s’inscrivent le renouvellement d’un quart du Comité central, la publicité des débats du congrès et du Comité central (retransmis en direct par la télévision), le nombre très élevé d’interventions des délé­gués qui obligea à prolonger la session du congrès, la franchise et la liberté des criti­ques venues d’en bas. Nous sommes loin des congrès préfabriqués et des roueries politiciennes. Ce congrès démocratique a surpris les représentants des « partis frè­res ».

Pour affirmer que la démocratie n’est pas confinée à l’intérieur du parti, le congrès a insisté sur les limitations du rôle dirigeant des communistes : la fonction dirigeante de la ligue n’est pas donnée automatiquement ; elle doit être conquise chaque jour, constamment. La ligue ne commande pas, elle ne peut que convaincre les organismes d’autogestion. Cette orientation, qui rompt avec la pratique des partis monolithes, hiérarchisés et omniscients (dont les membres ont une carrière assurée), atténue grandement les inconvénients du parti unique. Mais elle en souligne d’autres dans la mesure où elle ne s’accompagne pas de la mise en place d’organismes politiques de démocratie directe.

C’est alors que surgit la question des questions : ce parti qui ne commande pas mais veut convaincre et entraîner, peut-il exprimer et laisser s’exprimer les courants de pensée sans lesquels l’adhésion des masses n’est qu’acceptation et la démocratie politique un vœu inactuel ? Sur ce point la discussion du congrès a été très poussée.

La légalisation des tendances organisées, défendant publiquement leur programme, a été demandée. Elle a été combattue et rejetée au nom, précisément, du rôle « non dirigeant » du parti qui, pour convaincre, doit « maintenir son unité idéologique ». Bien des questions restent donc en suspens mais le simple fait de les avoir abordées franchement est un acquis remarquable de ce congrès.

« Contre le bureaucrate qui conçoit l’unité comme un nivellement de la pensée au niveau de la médiocrité, déclare le secrétaire de la Ligue de Macédoine, la publicité des débats de la ligue doit stimuler la pensée, l’initiative, l’action des individus et des organisations sur la ligne du socialisme et de la lutte pour la démocratie socialiste directe. » Mais dans l’intervalle des congrès il faudra maintenir l’intérêt populaire pour la chose publique, éviter l’assoupissement et la dépolitisation, stimuler la discussion des intérêts socialistes de la confédération et de la démocratie socialiste directe pour tenir en échec les tendances chauvines, amener les jeunes à l’engagement politique. La démocratie économique y suffira-t-elle ?

FAVRE-BLEIBTREU. Article tiré de l’Action de janvier 1965


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants