Après le coup d’Etat de Boumedienne

 En 1965, après le coup d’Etat de Boumedienne [Houari Boumédiène] en Algérie, lettre de Jean-René Chauvin à Jean-Paul Sartre pour la publication dans les Temps Modernes d’un communiqué écrit par Albert Roux,  visant à sauver de la torture à la fois les français et les algériens arrêtés par la police de Boumedienne.

Et réponse positive de Sartre…

Lettre de Chauvin à Sartre à propos Albert Roux communiqué
Paris 10 octobre I965

Mon cher Sartre,

Vous trouverez ci-joint un communiqué de presse en date du 29 septembre dernier qui n’est que la reproduction de la lettre de notre ami Roux à l’ambassadeur d’Algérie à Paris. Cette lettre a été en son heure envoyée à tous les quotidiens, mais pas un seul n’en a fait état. Roux et ses amis m’ont demandé d’intercéder auprès de vous afin qu’elle soit publiée dans un prochain numéro des Temps Modernes. C’est ce que je fais avec plaisir, persuadé que vous serez de notre avis pour tenter de sauver de la torture à la fois les français et les algériens récemment arrêtés par la police de Boumedienne.

Je n’ai pas besoin de vous présenter Albert Roux puis que c’est le même qui était trésorier du comité d’aide aux emprisonnés algériens, ce qui lui valut d’être plastiqué.

J’ajouterai même qu’une prise de position de votre part donnerait l’ampleur qu’il convient aux démarches déjà entreprises de divers côtés. Je suis à votre disposition pour tous les renseignements qui vous seraient nécessaires.

Toujours amicalement

Jean René Chauvin

 

Réponse Jean-Paul Sartre
Réponse Jean-Paul Sartre (fonds Jean-René Chauvin)

Paris, le 19 Octobre 1965

Cher Jean-René Chauvin,
Je transmets la lettre que vous m’avez communiquée aux « Temps Modernes » afin qu’elle soit publiée le plus rapidement possible.
Amicalement à vous,
Jean-Paul SARTRE

 

 


LA FAILLITE DU BENBELLISME

Editorial Claude Bourdet - Faillite du Benbellisme
Editorial Claude Bourdet – Faillite du Benbellisme – L’Action juillet-Août 1965 (fonds Jean-René Chauvin)

LES événements d’Algérie seraient décourageants si nous ne savions pas combien la réalité politique est différentes des images que nous nous forgeons quand nous essayons d’agir. Les visions fondées sur la probabilité de l’intelligence et de la tolérance doivent être sans cesse corrigées au fur et à mesure qu’interviennent l’ambition égoïste, la sottise et le sectarisme. En période de grandes transformations où l’espérance est encore plus vive, la dégradation peut être aussi plus profonde.

Faut-il en tirer des conclusions désespérées ? Nullement, mais une admission plus froide de la difficulté des tâches et de la durée des évolutions, une acceptation réaliste des reculs momentanés. Entre la vision pessimiste de l’histoire, qui conduit à la passivité, donc au conservatisme, et l’illusionniste qui annonce les paradis proches, prépare les déceptions et conduit finalement au même conservatisme — il y a place pour une vision qui croit à la transformation du monde, mais qui reste consciente de ce qu’est cette tapisserie de Pénélope, constamment défaite, qui pourtant se tisse peu à peu et qui ne se tisserait pas ou assumerait quelque horrible dessin si nous renoncions à la tisser.

TOUT ceci va plus loin que l’Algérie, mais l’Algérie est actuelle, et nous touche. Si nous voulions bien nous placer en esprit à d’autres époques et en d’autres lieux, comme la Révolution française ou la Révolution russe  par exemple, non pas en en faisant le bilan actuel qui intègre fautes, cruautés, et initiatives heureuses, les premières pâlissant généralement avec le recul devant le « solde créditeur » de l’opération, si nous nous reportions, par contre  aux réactions de contemporains honnêtes devant ces fautes, alors que le « solde créditeur » n’était pas en vue — nous contemplerions les événements d’Algérie avec un œil moins scandalisé, et avec moins de bonne conscience.

Ce n’est, au demeurant, pas une raison pour s’abstenir de juger ; bien au contraire ! Sans les égorgements successifs de la Révolution Française, sans la folie épuratrice du stalinisme, les deux grandes révolutions des temps modernes auraient subi moins de déboires, Thermidor aurait peut-être été évité, et l’image du socialisme n’inquiéterait pas des millions d’hommes pour lesquels il est fait.

CERTAINES choses sont claires en Algérie, d’autres moins. Le premier responsable de la chute de Ben Bella, c’est Ben Bella lui-même. Le coup d’Etat de Boumedienne était inscrit d’avance dans l’opération de Tlemcen. D’autre part, sans diminuer les responsabilités des leaders algériens, il ne faut pas oublier les nôtres, qui amenèrent ce pourrissement de la situation politique algérienne en 1962 : la durée de la guerre, la folle obstination, pendant tant d’années, de tous nos dirigeants  de Gaulle compris, la démence criminelle des militaires et des Français d’Algérie qui firent l’OAS et rendirent la tâche impossible au GPRA ; enfin, le lourd héritage policier et militaire laissé par la guerre, dans lequel s’inscrit le mimétisme de Ben Bella vis-à-vis de de Gaulle, et l’aspect curieusement « Challien » du pustch de l’armée algérienne.

Ceci dit, il faut reconnaître que la faute la plus grave de Ben Bella, c’était d’avoir fait le vide autour de lui. Faute qu’il vient de payer. Le FLN n’est plus qu’un squelette administratif parce qu’il l’a stérilisé. On disait qu’il s’appuyait sur les paysans ; peut-être lui sont-ils restés fidèles, mais l’absence d’une organisation réelle et vivante rend en tout cas toute réaction rurale impossible. En revanche, il faut rappeler qu’il cherchait une voie socialiste spécifiquement algérienne, qu’il tempérait son pouvoir personnel par une humanité certaine, et une faculté d’accepter les critiques et d’infléchir ses décisions ; il a peu ordonné d’exécutions, il a su gracier, il a moins emprisonné que beaucoup d’autres.

Personne n’est d’ailleurs moins qualifié que ses détracteurs actuels pour juger un homme qu’ils ont porté au pouvoir et dont ils ont cautionné les actes quand ils ne les ont pas inspirés. Les plus grands concussionnaires du Benbellisme sont d’ailleurs toujours en place. S’il est difficile de juger « moralement » un coup d’Etat qui modifie un autre coup d’Etat, il reste qu’on juge de tels actes à leurs fruits. Les premiers de ceux-ci : troubles, répression, morts, confusion, élimination de certains éléments de gauche, ne laissent pas d’être inquiétants.

POURTANT, il me semble que sans affaiblir les critiques et les mises en garde, il faut éviter de porter un jugement définitif sur le nouveau régime — et la gauche française, en particulier, prendrait une décision lourde et dangereuse, en se coupant totalement de lui. Ce serait parier à la fois sur sa disqualification politique et sa disparition proche. Celle-ci, que cela plaise ou non, n’est pas certaine, car l’armée est la seule force organisée, le peuple n’a pas tellement bénéficié du benbellisme, et sept ans de guerre et de souffrance ont probablement usé sa force de révolte.

D’autre part, des informations sérieuses montrent qu’au départ, les nouveaux dirigeants n’avaient pas d’orientation très différente de celle de Ben Bella ; c’est probablement ce qui explique la première approbation donnée par Pé­kin, pourtant informé par le plus nombreux personnel diplomatique d’Alger ! Le plus caractéristique, c’est incertitude, le manque de vues très précises de ces dirigeants ; suivant les appuis et les oppositions, ils peuvent s’orienter de façon différente ; le plus inquiétant n’est pas l’appui des milieux commerciaux ou traditionalistes qui ne peuvent faire moins que d’essayer de gagner les bonnes grâces du régime, mais l’hostilité nouvelle que semblent rencontrer les progressistes ou communistes. Encore faut-il savoir jusqu’où va cette hostilité, et qui elle vise. Les prochaines semaines le montreront.

LE seul espoir ce serait que l’incertitude et l’isolement des auteurs du coup d’Etat les obligent à rechercher des appuis parmi tous les courants de la Révolution éliminés par Ben Bella. Cela suppose d’abord la paix en Kabylie et des conversations avec Ait Ahmed, des conversations tant avec Boudiaf et ses amis qu’avec la gauche de l’ancienne UDMA, le rétablissement d’une vie démocratique tant dans le FLN que dans les institutions, et de véritables élections : immédiatement, la libération des prisonniers politiques — et des précisions avec preuves à l’appui sur le sort de Ben Bella. En un mot, la démocratie.

A ce prix — on oubliera l’origine du nouveau régime, et il se fortifiera contre d’autres coups d’Etat. A ce prix seulement. La petite lueur qui apparaît dans cet horizon assez sombre vient justement de la constatation faite par un nombre croissant d’Algériens des maux de l’autoritarisme et des avantages de la démocratie, si peu efficace, si lente soit- elle. L’autoritarisme, c’est commode en apparence, contre les « autres » — mais la roue tourne et on est vite « l’autre » de quelqu’un. L’autoritarisme c’est rapide et efficace, croit-on — mais il s’enfonce ainsi aveuglément dans les pires impasses. Peut-être reviendra-t-on bientôt du sophisme selon lequel l’autoritarisme est « normal » en pays sous-développé.


Après le coup d'Etat de Boumedienne 1965
L’Algérie Après le coup d’Etat de Boumedienne 1965 (fonds JR Chauvin)

L’Algérie vit à nouveau des jours dramatiques. Passé le moment de stupeur c’est le peuple algérien qui, cette fois encore, a répondu, le peuple algérien qui a bougé. Les manifestations d’hostilité au colonel Boumedienne vont-elles s’arrêter, s’amplifier, déborder le cadre des villes et des éléments les plus politisés de la population ? La résistance va-t-elle s’organiser sourdement et à la longue ou bien le peuple malgré sa lassitude trouvera-t-il la force et le courage de faire face aux chars de l’A.N.P. ? Nul ne le sait !

Pourtant même s’il apparaît peu probable qu’un renversement immédiat de la situation puisse se produire, on peut constater, quel que soit la suite des événements, que si la machine remarquablement bien huilée du putsch militaire a quelque chance de s’enrayer, si elle a commencé à grincer, c’est à cette première réaction populaire qu’on le doit.

Si l’équipe Boumedienne se maintient au pouvoir, elle se maintiendra par la force après avoir pris le pouvoir par la violence. Le processus de répression qui doit s’ensuivre et déjà s’amorce ne facilitera certes pas la tâche aux nouveaux dirigeants. Si la conférence afro- asiatique a été remise à plus tard, si l’opinion mondiale a quand même quelques réticences à avaliser purement et simplement le coup d’Etat, c’est évidemment parce que chacun attend de voir si le colonel Boumedienne consolidera son pouvoir. Les manifestations populaires semblent pour le moment le seul élément à s’être mis en travers de sa route.

Car le ralliement de la presque totalité des membres du gouvernement, ralliement prévisible pour certains, assez décevant pour d’autres n’a pas demandé 48 heures. Seule l’Amicale des Algériens en France a pris immédiatement position contre les putschistes aux côtés de l’VGTA (syndicat) et de l’UNEA (Union des étudiants). Mais dans le contexte qui semble se dessiner, combien de temps pourront-ils s’y tenir ? Une fois de plus se vérifie la coupure entre les milieux politiques et la masse algérienne, et apparaît le contraste entre le socialisme dans les mots et le socialisme à la base.

Ceux qui connaissent mal la réalité algérienne se sont posé deux questions : celle de la «couleur» du clan Boume­dienne, celle du processus qui a permis sa mise en place à la tête de l’Algérie La réponse à la première question ne laisse plus beaucoup de place au doute dès lors qu’un groupe de militaires prend le pouvoir par la violence et en violant la Constitution, dès lors que les premières mesures prises consistent dans l’élimination des communistes et progressistes, que les premières alliances pressenties semblent se dessiner avec l’opposition bourgeoise de droite, que le premier soutien vient des Oulé­mas <Groupement religieux>, enfin dès l’instant où les balles des mitrailleuses sont dirigées contre la foule.

Après le coup d'Etat de Boumedienne 1965  suite
L’Algérie Après le coup d’Etat de Boumedienne 1965 – suite – Fonds JR Chauvin

Pourtant tâchons d’analyser ce que représente l’ANP. L’Armée nationale populaire, sans être monolithique, est en Algérie, le seul corps constitué puissant et stable. L’ANP, issue de « l’Armée des Frontières » qui, dans la confusion de l’été 1962 porta Ahmed Ben Bella au pouvoir, l’ANP depuis l’indépendance avec le colonel Boumedienne à sa tête, n’a cessé de se structurer, de s’équiper, de s’entraîner, de se moderniser et d’asseoir son pouvoir politique. L’armée a ses hommes en place à des postes clefs : (ex. : M. Bouteflika aux Affaires étran­gères). L’armée possède même en propre des terres, des entreprises rurales exploitées par des paysans-soldats. « Un Etat dans l’Etat » disait-on. Elle était la seule force sur laquelle Ben Bella s’est appuyé contre ses diverses oppositions. Mais force redoutable, exigeante qui s’opposait au pouvoir civil, obligeant Ben Bella à pratiquer cette politique de dosage, de manœuvres où il semblait passé maître. Le contraignant à ménager plus qu’il n’aurait voulu une certaine forme d’arabisme rétrograde, l’acculant parfois à sacrifier sur son aile gauche des hommes de la valeur de Mo­hamed Harbi.

Brosser le portrait moral d’une armée est évidemment une entreprise impossible, tout au moins peut-on dégager quelques lignes de force. Dans un pays comme l’Algérie où le chômage est pour tant de gens encore la loi commune, les militaires forment une caste pri­vilégiée, ne serait-ce que parce qu’ils ont des conditions de vie décentes. Ces hommes se sont montrés courageux pendant sept années de guerre, ils ne manquent pas pour la plupart de valeur humaine, mais, phénomène qui se retrouve dans toutes les couches de la sociétés algérienne, ils manquent de formation politique surtout, et cela même au niveau des cadres. Ils se croient volontiers seuls détenteurs de la vérité, assez imbus de leur puissance et de leur mission, le tout non exempt d’un certain fanatisme. Ils sont attachés à une certaine idée de socialisme, bien à eux, parfois primaire, sentimentale, socialisme qui pourrait dégénérer sans embarras en un socialisme assez— national.

Prenons exemple de l’autogestion, une des plus belles réalisations de ces trois années, au moins quant au principe. L’armée n’est pas contre l’autogestion. Mais elle oppose à la conception démocratique, cherchant à faire participer de plus en plus les travailleurs avec tendance à décentralisation au niveau de la commune, une conception autoritaire. Il s’agit toujours d’autogestion, mais il y a un monde entre les deux.

Il semble que le colonel Boumedienne soit partisan d’un arabisme poussé, d’une tradition religieuse renforcée d’un rigorisme accru et il ne semble pas que la politique de libération de la femme soit à son programme : c’est lui qui a demandé et obtenu qu’il n’y ait plus de femmes-députés à l’assemblée algérienne. Les femmes algériennes ne s’y sont pas trompées qui furent les premières à descendre dans la rue.

Si la popularité des djounouds (combattants) en Algérie était extrême, on se méfie beaucoup plus des militai­res. La répression menée en Kabylie avec rudesse, certains traitements allant parfois jusqu’à la torture infligés à des prisonniers politiques n’ont pas ajouté au crédit de l’armée parmi la population.

Examinons maintenant comment le colonel Boumedienne est arrivé à la première place. Il n’est pas douteux que la lutte d’influence que se livrent depuis trois ans civils et militaires, soit à l’origine des derniers événements, et il n’est personne qui n’ait envisagé la possibilité d’un coup d’Etat militaire comme conclusion aux atermoiements, aux faiblesses, aux erreurs que pouvait comporter la politique de Ben Bella. Pourtant le moment ne semblait pas venu. On pouvait espérer une amélioration de la situation, espérer un assainissement de certains secteurs au moment où une nouvelle génération allait bientôt surgir (ce n’est pas un hasard si les étudiants ont partout pris la tête des manifestations), espérer aussi que Ben Bella parviendrait enfin à équilibrer les forces en présence.

Depuis longtemps Ben Bella cherchait à démilitariser son régime, à limiter le pouvoir de l’armée en créant un parti fortement structuré : il n’y est pas parvenu ; en créant des milices populaires : elles furent un échec. On aurait mauvaise grâce à lui en imputer la totale responsabilité.

Comment assurer par exemple des structures populaires au parti, dans un pays où les rares élites, les quelques cadres sont tous d’origine bourgeoise du fait du colonialisme ? Les dernières négociations avec le FFS et l’opposition de gauche n’avaient pas pour but principal un éventuel ralliement des partisans de M. Ait Ahmed.

En faisant disparaître les derniers maquis, d’ailleurs déjà presqu’inexistants, on rendait inutiles les opérations militaires en Kaby­lie, l’armée donc reprenait sa place, redevenait plus passive, perdait de son importance. L’équilibre se rétablissait tout naturellement en faveur du pouvoir civil et du parti, on pouvait repartir sur un échiquier politique assaini. Il paraît évident qu’à l’annonce de l’accord entre le FLN et le FFS, du rappel des troupes de Kabylie, suivi des rumeurs de limogeage de M. Bouteflika et de son propre déplacement, le colonel Boume­dienne a préféré asseoir son autorité avant qu’il ne soit trop tard.

M. H.   L’Action, juillet-Août 1965


LA REMISE DE LA CONFERENCE AFRO – ASIATIQUE D’ALGER

Le coup d’Etat du colonel Boumedien­ne a eu pour effet la remise au mois de novembre de la conférence afro-asiatique qui devait se tenir à Alger le 29 juin dernier. La réunion préalable des ministres des Affaires étrangères n’a pas eu lieu et la remise a été acceptée par tous sans que son exposé de motifs puisse préjuger de l’attitude prise à l’égard de la nouvelle équipe au pouvoir à Alger. L’habileté du ministre pakistanais a permis d’éviter l’éclatement du bloc afro-asiatique et l’échec de la conférence.

Son maintien aurait eu pour effet l’abstention de nombreux pays et, par conséquent, la scission. Les pays membres du Commonwealth et plusieurs pays africains étaient décidés à ne pas cautionner, par leur présence, un régime dont ils ignoraient l’évolution, et une conférence vouée à un déchirement quasi-inévitable. Car l’empressement avec lequel la Chine communiste avait cautionné le nouveau régime algérien dévoilait ses intentions de faire de la tribune de la conférence un terrain de lutte contre l’URSS et ses alliés.

Soutenus tout d’abord par Nasser, les Chinois ont été finalement abandonnés de tous, y compris leurs meilleurs al­liés et ont dû s’incliner devant la dé­cision de l’écrasante majorité des par­ticipants. Quant aux dirigeants algériens actuels, ils semblent avoir été soulagés par cette décision qui leur permet de s’occuper en premier lieu de la situa­tion intérieure et de l’élargissement éventuel de leur équipe. Le deuxième Bandoung a mal commencé. La

rencon­tre avortée d’Alger a permis de dévoi­ler les antagonismes ouverts ou latents qui divisent les pays du Tiers-Monde et que le conflit sino-soviétique a encore aggravés.

V. F. L’Action, juillet-Août 1965


LIVRES     L’Algérie   Nation et Société

Livre Mostefa LacherafMOSTEFA LACHERAF est bien connu déjà à travers ses multiples activités tant en Algérie qu’en France : poète, essayiste, spécialiste de la littérature arabe, de la culture populaire et savante algérienne, militant des mouvements nationalistes dès son jeune âge et prisonnier politique à Fresnes durant près de cinq ans. Autant de titres qui rendent particulièrement opportune la publication d’un recueil (1) de onze articles parus entre 1954 et 1964, augmenté d’une importante et inédite introduction écrite au début de cette année. L’ouvrage constitue ainsi une analyse socio-historico-politique de l’Algérie débouchant sur des problèmes de langue et de culture qui seront l’objet d’un autre livre en préparation.

A travers la diversité des essais de Lacheraf, marqués par les circonstances historiques, quelques constantes d’orientation se dégagent. Le projet de redresser de l’intérieur les erreurs, oublis et falsifications colonialistes de l’historiographie française, vise à restituer le vrai visage de la société algérienne avant 1830 et celui de la longue et tenace résistance d’un peuple soumis à une tentative forcenée de destruction. Un tel projet se prolonge, dans les études, plus récentes, par la volonté d’apporter une contribution objective à l’histoire- du Front de Libération Nationale et à celle des événements confus qui succédèrent au cessez-le-feu. Toute cette démarche conduit Lacheraf à revenir sans cesse sur les concepts fondamentaux de nation, patrie et société, pour les préciser, les enrichir d’analyses concrètes et accumuler ainsi les éléments d’une histoire du patriotisme et du nationalisme algériens.

En schématisant, on pourrait dire que face à la conquête militaire française, puis à la colonisation européenne, se sont dressés dans une première période un patriotisme rural et un patriotisme urbain ; le premier, à la fois militaire et économique — ce fut le mouvement obscur et patient de récupération des terres sur les colons sur lequel l’auteur insiste à juste titre dans l’introduction — est parti de la terre et ne se dissocia guère d’une lutte contre la féodalité autochtone et d’une volonté obscure de réaménagement de la société ; le second fut relayé par le premier nationalisme algérien, de coloration prolétarienne, né dans l’émigration en France (L’Etoile nord-africaine) ; mais il fut à son tour recouvert par un nationalisme issu de la petite bourgeoisie urbaine en plein essor, qui a servi ensuite d’idée-force pour cimenter les énergies de la presque totalité du peuple algérien dans la lutte pour la libération nationale. Aujourd’hui où cet objectif est atteint, il s’agit de revenir à l’unité révolutionnaire pour transformer radicalement la société traditionnelle ; d’où le danger, à la phase actuelle, que la petite bourgeoisie se serve de surenchères nationalistes et populistes pour masquer ses propres intérêts de classe en contradiction avec ceux des grandes masses paysannes misérables et éprouvées, exclues en majeure partie de l’autogestion, ceux de la minorité ouvrière éduquée et de la petite bourgeoisie révolutionnaire.

Un autre thème dominant, bien que moins apparent à la lecture, concerne le rôle de la religion : si les masses populaires et certains dirigeants savent faire le départ entre d’une part la foi vécue, la religion musulmane comme forme de résistance historique à l’assimilation, et d’autre part les options politiques et sociales, une confusion mystifiante s’est pourtant largement répandue ; de même qu’autrefois certains ont voulu réduire le patriotisme algérien au fanatisme islamique (« la guerre sain­te »), de nombreux esprits — et paradoxalement même parmi ceux qui se disent marxistes — veulent continuer à tendre les énergies nationales avec une idéologie arabo-musulmane trouble au nom d’un réalisme prétendument sociologique ou d’un mythe de l’« Islam accélérateur du socialisme », faute d’appliquer une théorie scientifique rigoureuse à la spécificité algérienne.

C’est contre un tel « nationalisme de parade » et une telle « religiosité tactique » que Lacheraf indique avec force la voie d’une transformation collective, disciplinée et austère, de la société algérienne, qui s’appuierait sur des études scientifiques de la réalité et des classes sociales ; et par là refuserait de perpétuer des anachronismes multiples dus au sous-développement pour rejoindre le long combat du peuple algérien en même temps que les courants rationalistes et révolutionnaires nés en Europe.

Pierre JOUBERT     Été 1965, L’Action

(1) Editions Maspéro, Paris 1965.


Repression en Algérie novembre 1965« LIBÉRALISME » ET RÉPRESSION EN ALGÉRIE

Novembre 1965

Nous avions écrit cet été qu’il fallait éviter de porter un jugement trop hâtif sur le régime Boumedienne, malgré les circonstances déplorables de son instauration. Nous n’en sommes que plus libres pour souligner combien son évolution actuelle est inquiétante.

—  Qu’un certain frein soit apporté aux socialisations n’est pas, en soi, condamnable : toutes les révolutions ont passé par de telles phases, comme la « NEP » en URSS, et un grand nombre de collectivisations ont été effectuées à la hâte et sans personnel compétent.

L’autogestion agricole décentralisée pose, par exemple, un problème de comptables absolument dramatique.

—  Mais la politique actuelle semble viser, non seulement une remise en ordre, mais prévoir un grand nombre de dénationalisations et la restitution de certaines entreprises à des éléments « colons ». Dans la mesure où la faible base populaire du régime amène celui-ci à s’appuyer davantage sur la France — (le colonel Boumedienne demande instamment à être reçu par de Gaulle) — les pressions économiques de celle-ci s’accentuent : d’autre part, la collaboration militaire franco-algérienne s’accroît.

—   Le colonel Boumedienne cherche à persuader M. Farès et M. Boumendjel de participer au gouvernement, le premier aux Finances, le second à la Justice. Si le second peut avoir une influence favorable sur les libertés individuelles, le premier représente une orientation « libérale » dans un tout autre sens — et sans doute une rupture avec toute orientation socialiste même modérée.

—  Mais le plus grave — et ce qui demanderait plus que la participation de M. Boumendjel pour être modifié, c’est l’aggravation de la répression : plusieurs jeunes Français sont arrivés en France, expulsés d’Algérie, dans un état de délabrement physique et mental accentué à la suite de tortures policières prolongées. Ils assurent que plus de deux mille membres de l’opposition seraient victimes de ces sévices.

BEN BELLA : OTAGE ?

—   On ne sait toujours rien de précis sur Ben Bella. Selon certains bruits, il servirait d’otage à une fraction de l’armée dont fait partie son geôlier, le colonel Saïd Abid.

Il « aurait été vu » par un avocat envoyé par le Roi du Maroc. On annonce son procès : ce qui est indispensable pour rétablir les relations de régime tant avec le reste du Maghreb qu’avec l’Egypte.

Mais quel est exactement, dans l’affaire Ben Bella comme dans les autres, le pouvoir réel du colonel Boumedienne ? On ne le sait pas. Le 30 septembre, il semble qu’une tentative de putsch militaire aurait eu lieu, non pas contre Bou­medienne lui-même, mais contre Boute­­flika et Boumaza, auxquels les colonels reprochent leur incompétence et leur appartenance à « l’ancien régime ». Le putsch n’a pas réussi — mais ses auteurs n’ont pas été sanctionnés. Si l’information est exacte, elle mesure les limites du pouvoir de Boumedienne, qui n’est peut-être que le « Neguib » d’un futur « Nasser ».

“L’Action ”

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants