L’affaire Georges Guingouin


Georges GuingoinGeaorges Guingoin 1952Les coupures de presse (scannées par OCR) relatives à Georges Guingouin sont tirées du Fonds d’archives Jean-René Chauvin, consultable au CHS (Centre d’Histoire Sociale) 9, rue Mahler 75020 Paris

Franc-tireur – 26 septembre 1952 : GEORGES GUINGOUIN

FT 26 sept 1952

Ecarté un an avant Tillon de ses fonctions au parti communiste

L’ex-préfet du maquis appelle à l’union de la Résistance !

Les anciens F.T.P. du Limousin désavouent l’intervention communiste auprès des anciens combattants de la clandestinité 

L’ASSOCIATION départementale de la Haute-Vienne des Anciens Combattants de la Résistance (F.F.I.-F.T.P.) a publié hier un communiqué dont l’importance est toute particulière. En effet, le président de la Fédération est M. Georges Guingouin, ex-préfet du maquis, ex-maire de Limoges à la Libération, ex-secrétaire départemental du P C.
On sait comment, l’an passé, M. Georges Guingouin a été, sur un rapport de Léon Mauvais, écarté des fonctions qu’il occupait dans le parti communiste. On sait également qu’il a refusé de s’incliner et que la quasi-totalité des cellules communistes  de la Haute-Vienne ont approuvé son attitude. On sait, enfin, quel était le motif invoqué par Léon Mauvais pour «liquider» l’ancien chef des F.-T.P. du limousin : son refus de s’incliner devant des directives du parti jugées par lui incompatible avec son action passée dans la Résistance.

L’affaire Guingouin, à vrai dire, préfigurait l’affaire Tillon. On peut donc se demander si ce dernier, qui aurait pris contact avec l’ancien préfet du maquis, n’a pas inspiré le communiqué de l’Association des résistants de la Haute-Vienne.

Pour un vrai front national uni

Que dit ce communiqué ?

Après avoir fait allusion à un conflit local et s’être référé au texte du bureau national de l’Association paru dans « l’Humanité » de mardi et désavouant implicitement Tillon, il déclare :  « La note du bureau directeur national semblant s’associer à une prise de position quant aux divergences existant dans un parti politique, le bureau départemental de la Haute-Vienne tient à rappeler :

» Que demain comme hier, nous avons uniquement l’ambition de travailler efficacement à l’union de tous ceux qui ont servi la patrie, de ceux qui n’ont jamais désespéré d’elle dans les plus durs moments.

» Le bureau départemental tient également à rappeler que, bien avant la libération du territoire dans les rangs des anciens francs-tireurs et partisans du Limousin, l’union était réalisée entre combattants, au coude à coude fraternel, fussent-ils sans parti, catholiques, socialistes, communistes.

»Qu’à l’initiative de leurs chefs, dès la libération du territoire, les unités militaires des 9 départements de la R.5 furent de celles qui réalisèrent pratiquement l’union profonde des combattants des forces françaises de l’intérieur en faisant l’amalgame à l’échelle de la section des soldats des trois mouvements armés de la résistance de la zone sud : F.T.P., A.S., O.R.A.

»Que faisant suite à cette fusion des mouvements armés, il aurait pu être créé, comme l’avaient suggéré les chefs de ces mouvements, un large front national uni de tous les groupements ayant participé à la lutte sous ses formes les plus diverses. Front national ayant pour base l’application du programme du C.N.R.

Nous affirmons que, fidèles à notre drapeau, fidèles à notre passé gravé en lettres de sang dans l’histoire de notre pays,, fidèles à l’union réalisée dans la lutte commune, entre tous les français de bonne volonté, l’Association départementale, mouvement uniquement d’anciens combattants, entend laisser la pleine liberté à tous ces adhérents, qu’ils soient communistes, socialistes,, membres du rassemblement du peuple français, etc. , se faisant un devoir de ne pas intervenir d’une façon ou d’une autre  dans la vie propre de ces organisations.

Ainsi Guingouins et ses amis, comme Tillon précisent publiquement leur désir d’union de tous les résistants, leur attachement à la France (et non pas à l’U.R.S.S.) et leur désir de laisser leurs adhérents libres de leurs opinions. Autant de crimes dénoncés et condamnés par le parti communiste.

Franc-tireur : 30 septembre 1952, LES DESSOUS DE L’AFFAIRE GINGOUIN A LIMOGES DÉCOUVRENT LE VRAI SENS DE L’AFFAIRE MARTY TILLON

FT 30 septembre 1952 Georges Guingoin

 “Franc-Tireur” révèle le secret dramatique de la lutte qui oppose la direction du Parti à un héros communiste de la Résistance.

CE sont de véritables et sensationnelles révélations sur le drame intérieur du communisme français que « Franc- Tireur » publie à partir d’aujourd’hui.
« L’affaire Guingouin », si elle ne se déroule, pour l’instant, que dans le cadre régional, prend et prendra une importance capitale pour éclairer le comportement, et la politique des hautes instances du P. C. vis-à-vis des communistes qui ont authentiquement combattu sur le sol français durant la Résistance. Le cas Guingouin, comme on le verra, est typique.
En se rendant à Limoges, notre collaborateur Roger Dauphin a pu se livrer à la plus sérieuse et à la plus solide des enquêtes, en raison des contacts et des liens que son passé bien connu de résistant clandestin et d’officier de l’armée secrète lui a permis de garder, C’est ainsi que, par la filière de ces amitiés sacrées, nouées dans la lutte commune contre l’occupant et qui parviennent à dominer, en l’occurrence, tous les « vetos » et toutes les consignes, notre envoyé spécial a pu remonter jusqu’aux sources les plus secrètes, mais les plus sûres, recueillant, au nom de la Résistance et de la vérité, des renseignements même auprès de Ceux-qui, voulant fidèles à leur parti, n’entendent pas se résigner au faux et au mensonge.
POUR la première fois, grâce à l’attachement que d’authentiques résistants communiste gardent à leur combat comme à tous le« morts qui tombèrent pour la liberté et qui ne sont le monopole de personne, le rideau de fer que dresse la direction à l’intérieur même du Parti se lève pour découvrir de quelle manière Thorez, Duclos,
Mauvais, Fajon et autres bureaucrates veulent systématiquement briser tout ce qui, dans le communisme français, se réclame encore honnêtement et ardemment de la résistance au nazisme.
La personnalité de Guingouin, que ce premier article présente, est, d’ailleurs, assez puissante pour que Jacques Duclos se soit, dès hier, hâté de la critiquer violemment. L’affaire Guingouin est le symbole dramatique du grand trouble qui perce chez les anciens Francs-Tireurs et Partisans communistes de la Résistance. Inquiétude, révolte, sursaut d’indépendance et de dignité contre les faussaires qui veulent refaire l’histoire.
A travers la crise du communisme limousin, cette enquête de Franc-Tireur va montrer comment fonctionnent les rouages de la lourde machine qui tente – jusqu’à quand ? – de broyer les consciences et les volontées les mieux trempées, afin de transformer l’homme communiste en instrument et en robot.

«Franc-Tireur» : 30/09/1952 Les dessous de l’affaire Guingouin à Limoges

30 09 1952 dessous affaire Guingoin

1. – Comment Thorez, Duclos et Mauvais veulent dompter leurs plus valeureux militants

De notre envoyé spécial Roger DAUPHIN    Limoges, 28 septembre.

C’EST ici, dans cette région et dans cette ville de Limoges ou la Résistance fut si active et si efficace contre l’occupant, qu’on découvre, plus clairement peut-être qu’à Paris, quel est 1s sens profond du nouveau drame communiste sur lequel l’affaire Marty-Tillon vient de jeter une clarté brutale.

C’est ici, au bout de quelques heures, en causant aux uns et aux autres, en évoquant le souvenir toujours si vivant d’une époque où tout le monde était uni contre le même péril qu’on parvient, malgré les réserves et les réticences, à mieux comprendre de quoi il s’agit : 

 Quelle que soit l’attitude ultérieure des deux hérétiques du moment, André Marty et Charles Tillon, il est clair que leur condamnation met en lumière le mouvement, qui agite les milieux authentiquement résistants du communisme français. Les anciens francs-tireurs et partisans de la région limousine bougent, comme en témoigne leur résolution rappelant l’union de la Résistance  que nous avons publiée et dont le parti communiste n’a soufflé mot, les F.T.P. de la Corrèz-e et d’autres régions bougent aussi. Et l’affaire Guingouin, que nous révélons ici pour la première fois dans tous ses aspects, est la preuve la plus frappante de cette crise qui ne fait que commencer. Le parti communiste veut mater sa propre résistance.

Mais d’abord, qui est Guin­gouin ?

Une figure puissante

Georges Guingouin appartient, à côté des Fabien, Danielle Ca­sanova, Rol-Tanguy, à la catégorie de ceux que le parti communiste avait hissé au rang de héros nationaux pour les besoins de sa propagande.

Âgé maintenant de 42 ans, taillé en force, massif, le visage épais, le cheveu planté dru, les épaules lourdes, Guingouin dégage une impression de puissance tranquille, de solidité et aussi d’obstination. Une incroyable timidité l’amène jusqu’au bégaiement lorsqu’il parle. Tous ceux qui l’ont approché, amis ou adversaires, le tiennent en haute estime et le considèrent d’une parfaite honnêteté morale et intellectuelle. Jeune instituteur limousin, il adhère dès 1931 aux Jeunesses communistes, puis au parti. Objecteur de conscience en 1940, il se réfugie dans la campagne dès février 1941. Quelques jeunes hommes  le rejoignent et ce noyau constitue le premier maquis organisé qui entreprend immédiatement une action armée contre l’occupant. C’est alors l’Armée secrète qui finance et équipe (dans la mesure de ses moyens) le groupe de Guingouin. Mais 1942 amène le Service du Travail obligatoire ; les réfractaires, nombreux dans cette région, alimentent le maquis.

L’unité de Guingouin prend de plus en plus d’importance et le P.C. se souvient alors que l’instituteur est un des siens. Soulignons aussi que le pacte ger­mano-soviétique est rompu et que la Résistance devient licite aux yeux staliniens. En 1943, le ma­quis Guingouin passe au F.T.P.F. en formation et le parti communiste  à compter de ce jour, utilisera au maximum l’action de son chef et la popularité qu’il en retirera.

Georges Guingouin devient « préfet du maquis », réglemente les prix de vente des denrées agricoles, fait éditer des affiches signées de ce titre suivi de son nom et bénéficie en fait, sur la campagne limousine d’une autorité plus réelle que celle du très officiel préfet de Vichy.

Le libérateur de Limoges

Il n’est, pas jusqu’au journal collaborateur régional qui ne reproduise le texte de ses affiches et arrêtés, ce qui par parenthèse lui vaut un rappel à l’ordre de la censure et une suspension de parution.

En 1944, l’instituteur objecteur de conscience est, devenu le colo­nel Guinguoin, chef départemental des F.F.I. de la Haute-Vienne. contrôlant 8.750 F.T.P., 4.100  hommes de l’AS. et 1.050 de l’O.R.A. (Organisation de résistance de l’armée). Quoique exerçant le commandement en commun avec un officier de l’A.S.. il apparaît à tous comme le chef de la Résistance limousine.

 Fait rare dans l’histoire des maquis français, ce communiste déclaré jouit de la confiance des Anglais. C’est chez lui que seront parachutés les officiers des missions alliées, c’est encore lui qui réceptionnera les « containers » d’armes. Il fera figure de libérateur de Limoges parce que c’est entre ses mains que, le 21 août 1944, à 21 heures, un officier allemand, le capitaine Noll, remettra l’acte de capitulation sans condition de la garnison occupant la ville. Ni combats de rues ni bombardement n’endeuillèrent la Libération et c’est ce souvenir que garderont les Limousins, contribuant à donner à. Guin­gouin ce visage de héros populaire, personnage d’imagerie naïve.

Pourtant l’histoire de cette libération pacifique de Limoges cache un drame ;  dés juin 44, Guingouin est condamné par le P.C., il a refusé de prendre la ville d’assaut comme le voulait, le comité central, cette acte d’intolérable  indiscipline ne lui sera jamais pardonné.

Mais le moment n’est pas opportun pour l’éliminer, son prestige va servir les intérêts électoraux du parti. Compagnon de la Libération, chevalier de la Légion d’honneur, titulaire de la croix de guerre avec palme, de la rosette de la Résistance, de la médaille pour actes de courage du roi d’Angleterre, il reçoit les plus hautes distinctions qu’un communiste ait obtenues. Aux élections municipales de 1945, la liste d’Union Républicaine et Résistante qu’il couvre, de son prestige remporte un véritable triomphe. Lui-même est élu maire de Limoges, et Marcel Cachin salue sa victoire par un éditorial dans l’Humanité du 15 mai 1945. 

Le retour dans l’arène politique de l’ancien maire Bethoule empêche sa réélection en 1947, mais cette année-là encore Guingouin obtient 5.000 voix de plus que tous les autres candidats. Le vote préférentiel consacre sa popularité. 

30 09 1952 dessous affaire Guingoin (2)Le héros déchu 

Et c’est le même homme qui, maintenant, quête sa réintégration dans l’enseignement public.

Exclu de toutes ses fonctions (secrétaire fédéral adjoint du P. C. de la Haute-Vienne, secrétaire appointé de la section de Limoges, secrétaire des Combattants de la Paix), exécuté moralement par Waldeck-Rochet, délégué du comité central aux conférences fédérales de février et mars 1952 à Limoges, Georges Guingouin doit se réfugier dans l’Aube, où sa femme, institutrice également, obtient une suppléance, il vit misérablement pendant sept mois chez sa belle-sœur, à Saint-Parres-aux-Tertres, à 4 kilomètres de Troyes, logeant dans une seule pièce de l’école avec ses trois enfants, couchant sur un grabat.

Le ministère de l’Education nationale lui avait refusé sa réintégration à la suite de démarches politiques  et celles des parlementaires communistes ne furent pas les moins pressantes.

Voilà ce que les staliniens ont fait de cet homme, qui fut un pur héros de la lutte clandestine.

Rester libre…

Il fallait, que la vérité soit criée. Malgré les précautions, les menaces, le chantage, le parti communiste n’a pu la faire taire.

Communiste sincère et qui ne renie rien de son idéologie marxiste, Georges Guingouin n’est pas un «traître». Heureux d’avoir échappé à une exécution manquée ordonnée par le comité central, conscient de la chance qu’il avait de ne pas vivre en démocratie populaire, il veut encore lutter, et la motion qu’il vient de publier le prouve. Il espère, pour octobre, sa nomination à un poste d’instituteur, mais il l’a voulu, et ce malgré les conseils d’« amis » trop empressés, dans la Haute-Vienne, « son » département.

Le monument aux morts de la Résistance, à Limoges, porte, gravé dans le marbre, cette phrase : « Trois fois, en 75 ans, des hommes libres ont donné leur vie dans la lutte contre les envahisseurs. »

Le colonel Guingouin, chef de maquis, ne pouvait l’oublier. Communiste, il reste un homme libre. 


FT 30 septembre 1952

Les dessous de l’affaire Guingouin

ON NE PARDONNAIT PAS AU CHEF DU MAQUIS D’AVOIR DÉLIVRÉ LIMOGES SANS EFFUSION DE SANG !   Et le Parti avait décidé de l’éliminer par tous les moyens

GRACE aux relations qu’il a gardées dans la Résis­tance limousine, notre en­voyé spécial, Roger Dauphin, a commencé, depuis hier, à révéler de quelle manière la direction du parti communiste tente d’éliminer le valeureux militant Guin­gouin qui jouit d’un grand prestige en raison de son courage et de son honnêteté. Communiste dévoué à son parti, Guingouin n’a cependant jamais voulu oublier les souvenirs et les serments de la Résistance. D’où les diverses machinations montées contre lui et dont on va lire ci-dessous les sensationnelles péripéties.

Limoges, 30 septembre 1952

Georges guingouin vient de rentrer à Limoges après sept mois d’absence. On l’a vu circuler dans la ville, reprendre contact avec ses hommes, les anciens F.T.P. Première manifestation de sa présence : la motion votée par les dirigeants de l’Association de la Haute-Vienne a fait l’effet du pavé dans la mare.FT 30 septembre 1952 (2)

 La motion met en garde l’Humanité et l’Echo du Centre, quotidien communiste régional contre l’utilisation abusive qu’ils font du nom de la Résistance ; elle proclame encore, cette résolution, que les F.T.P. du Limou­sin placent la solidarité des anciens combattants clandestins au-dessus des passions partisanes.

Immédiatement réunis, les membres du bureau fédéral ont entrepris une tournée des cellules du département pour préparer l’exclusion de Guingouin, jusqu’alors toujours membre du parti et auquel il avait été demandé de faire son « autocritique sincère ». Venu à Nantiat pour patronner des élections cantonales. Jacques Duclos ne pouvait taire le «cas Guingouin ». L’auditoire attendait qu’il prenne position. II l’a fait avec beaucoup de prudence, visiblement inquiet de« réactions possibles de militants présents.

– Son comportement n’est pas celui d’un communiste ! a-t-il déclaré, parlant de l’ancien chef F. F. I.

Ajoutant encore :  – Le parti a perdu Guingouin, mais cela dépend de lui.

Ce que Duclos s’est bien gardé de préciser, c’est de quelle façon les staliniens voulaient contraindre l’homme à reconnaître les erreurs qu’il n’avait pas commises  Mais les amis de Guin­gouin, ceux qui ne lui ont jamais retiré leur confiance malgré les pires calomnies, ne cachent plus par quelles manœuvres fut liquidé le porte-drapeau du communisme dans la région limousine.

Affaire Georges Guingoin  FT 30 septembre 1952 (3)Le colonel F.T.P. refuse d’attaquer Limoges

Colonel F.T. P., Georges Guin­gouin commande, en 1944, les F. F. I. du département de la Haute-Vienne. Un ordre vient, émanant de Léon Mauvais au nom du comité central, zone Sud, lui enjoignant de prendre Limoges. D’autres opérations du même genre ont déjà été tentées ailleurs.

Profitant du moment opportun et des forces dont il dispose, le parti communiste veut s’assurer les préfectures, les mairies. Pourtant, Guingouin refuse d’obéir.

La division S.S. « Das Reich » est immobilisée depuis quatre jours dans la région limousine. Elle gagnait la Normandie, mais les maquisards ont bien travaillé et tous les ouvrages d’art sont coupés.

La présence de cette « unité d’élite » de l’armée allemande comporte quelques dangers. Le 9 juin, elle a repris Tulle, provisoirement  libéré par les F.-T. P. : 99 pendus, la moitié de la population déportée ; le 10 juin, les mêmes S.S. incendient Oradour-sur-Glane, massacrent les habitants.

 Le souvenir de ces tueries obsède Guingouin : il ne veut pas que Limoges connaisse les mêmes horreurs. Il sait que ses F.F.I. prendraient la ville, mais ne pourraient contenir une contre-attaque des blindés allemands. Après avoir consulté les officiers de son état-major, il n’exécute pas l’ordre donné. Georges Guin­gouin est condamné. Quelles qu’en soient les raisons, l’indiscipline n’est pas tolérée au sein du parti. Léon Mauvais se fera l’instrument du châtiment.

On voulait l’abattre

Un homme de confiance, extrait d’un maquis F.-T, P. de Corrèze, est envoyé auprès de Guingouin avec mission de l’abattre. Ses pièces d’identité le présentent comme Jean-Louis Marchat; son pseudonyme de maquis: «Tino». On ne connaîtra jamais son véritable nom.

Parvenu dans l’entourage du colonel F.-T. P., il est dépisté par les gardes du corps; interrogé, il avoue la mission dont l’a chargé le comité central ; on lui fait signer une déposition avant de l’exécuter. Cette preuve écrite reste entre les mains de Guin­gouin, témoignage incontestable de la condamnation à mort que le comité central a prononcée contre lui.Il n’en fera usage qu’à la conférence fédérale réunie en mars dernier, à la Maison du Peuple de Limoges. Waldeck-Rochet le prend à partie avec violence. Guingouin contre-attaque devant les délégués des cellules ; il produit la pièce accablante.

Marcel Paul et Waldeck-Rochet se récrient :

—    C’est un faux!

Alors, dans l’assistance, une femme se lève :

—  C’est vrai !  J’étais là ! Je l’ai entendu avouer !

Mme Lagrange, militante éprouvée  conseillère municipale, est parente du député communiste Alphonse Denis. Son fils, Henri, première victime limousine de la Gestapo, est mort en prison. Elle témoigne, elle était présente quand Jean-Louis Marchat avoua qu’il devait abattre Guingouin, elle l’a vu signer la déposition.

Mais il n’y a pas deux vérités au P. C. : le comité central la détient. Waldeck-Rochet, furieux, tourné vers Mme Lagrange, l’apostrophe grossièrement :

—    Vous êtes une menteuse !

Pour cette femme, qui a tout donné au parti, la secousse est trop forte : elle mettait trop de foi en son idéal, la déception est terrible. Le soir même, une commotion cérébrale la frappe. Quoique sauvée, elle n’est pas encore actuellement remise de ce coup.

Guingouin voulait trop tôt l’unité de la Résistance

Après l’exécution manquée, la libération arrive. Héros national, Georges Guingouin obtient un sursis dans l’esprit de ses juges.

Le siège des F.-T. P., rue de la Loi, à Limoges a plus de puissance que celui du P.C. Il faut le ménager.

Le chef des F.F.I. croit sincèrement à la valeur de l’unité de la Résistance. Fin août 1944, il réunit, au manège de la caserne Marceau, à Limoges, tous les offi­ciers de la Ve région, qu’ils appartiennent à l’A.S., aux F.-T. P., à l’O.R.A. Consultés par lui, ils se rallient à son point de vue : amalgame à l’échelon section des éléments issus des différentes formations. Favorablement impressionnés par cette fusion militaire  le Mouvement de Libération Nationale et le Front national décident un semblable mouvement unitaire par l’application du programme du C-N.R.

Où apparaît le beau-frère de Tillon…

C’est alors que survient Beyer, beau-frère. de Tillon, celui-là même chez lequel s’est tenue la réunion fractionnelle Marty-Tillon. Il est porteur d’un ordre du comité central, interdisant la fusion, Léon Mauvais y est hostile.

Le 30 novembre, Maurice Thorez revient de Russie et proclame au Vélodrome d’Hiver, à Paris, la volonté du parti communiste à travailler à l’unité de la Résistance. Des ordres sont donnés  en conséquence, aux fédérations provinciales. Georges Guin­gouin proteste, il est trop tard, maintenant, pour réaliser ce qu’il avait voulu et aurait pu faire deux mois auparavant. L’opération aurait, alors profiter au P.C.

Guingouin avait eu tort d’avoir raison trop tôt. Il eut tort, plus encore, de garder au fond du cœur l’amertume d’un échec qui n’était pas son fait. Trop d’indépendance en lui l’empêchait d’admettre que le comité central est infaillible, et il se refusa à cacher sa rancœur.

Lorsque, aux conférences fédérales de mars 1952, Waldeck- Rochet demande à Guingouin une autocritique, celui-ci s’étonne :

—   Léon Mauvais et Jacques Duclos avaient rendu impossible la fusion des organismes de Ré­sistance. Quand ont-ils fait l’autocritique de leur erreur fondamentale ?

Refus d’obéissance…

Le refus de prendre Limoges et son obstination à remettre sans cesse en question le problème de l’unité, voilà les deux motifs principaux de la condamnation de Georges Guingouin par la direction du parti. Il n’accepte de reconnaître son erreur que sur deux points, car ces deux là ne concernent que la discipline intérieure et sont nés de la vieille hostilité entre le libérateur de Limoges et Léon Mauvais.

Le délégué du comité central avait annoncé qu’il viendrait à Limoges le 23 mai 1951 prendre la, parole au meeting organisé à propos de la campagne électorale. Guingouin menaça : si Mauvais venait, il retirerait sa candidature et publierait une déclaration dans la presse bourgeoise. La rage au ventre, Mauvais dut s’incliner et ne parla pas à Limoges, mois la fédération infligea à Guingouin un blâme. Au procès de mars 1952, l’accusé admet ses torts sur ces faits : il a commis une faute contre la discipline, il accepte le blâme.

Par contre, il refuse de s’incliner sur les points qui touchent à la Résistance. En la matière, la vérité est, à ses yeux, trop précieuse. Il ne veut pas que les « planqués » du parti jugent les actes de ceux qui se sont battus.

Il   n’a, d’ailleurs, que trop supporté au sein de sa propre fédération le voisinage imposé de certains éléments du même type. Il se rebelle et l’on apprend alors quelle querelle de personnes, à l’échelle départementale, appuyait et renforçait l’hostilité du comité central.

R. D.

ANDRE MARTY DEMENT

André Marty nous a fait savoir hier qu’il démentait formellement les informations publiées par notre confrère France-soir et dont nous avions fait mention.

On sait que France-soir avait déclaré que ses informations venaient de la source la plus autorisée  et que leur publication ne pouvait surprendre les initiés et encore moins M. Marty lui-même.

Marty dément : Si ce n’est toi c’est donc ton frère.


«Franc-Tireur» :  1er octobre 1952  GUINGOUIN homme traqué…

FT Affaire Guingouin 1er octobre 1952Les dessous du conflit communiste de Limoges

Limoges, 1er octobre.

IL fallait s’y attendre… La contre-attaque commence contre Guingouin le rebelle. Le comité local de Saint- Junien (Haute-Vienne) de l’Association des anciens F.F.I.-F.-T.P.F. vient d’adresser à la presse un communiqué qui conteste la validité de la motion diffusée ces jours derniers par Georges Guin­gouin.

Le comité « regrette que le président du comité départemental (Guingouin) n’ait pas dû devoir convoquer tous les membres du bureau, désapprouve les termes de cette résolution et demande au bureau départemental de provoquer dans les délais les plus courts une réunion du comité directeur départemental en y invitant des délégations des comités locaux».

Pour isoler Guingouin

En même temps qu’était rendue publique cette décision, on annonçait pour les jours pro­chains « une tournée de conférences » dans les sections du département par Waldeck-Rochet, ainsi que la venue de Jean Chaintron et de Marcel Paul, respectivement ancien préfet et ancien député de la Haute- Vienne.

FT Affaire Guingouin 1er octobre 1952  suiteAinsi s’amorce la contre-offen­sive du parti communiste, qu’inquiète l’agitation provoquée par le retour de l’ancien chef F.F.I. 

Le communiqué du comité de Saint-Junien est signé par son président, Fernand Bricout, qui n’a jamais caché ses sympathies « guingouinistes » et qui fut lui- même limogé par la direction du parti. On ajoute que Bricout s’est « incliné » devant la majorité de ce comité «élargi », constitué surtout par de jeunes éléments de l’association. La manœuvre est connue.

Il y a quelques années était créée, aux côtés de l’Association des anciens F.-T- P., une amicale des « Amis des F.-T. P. » largement ouverte à ceux qui n’avaient pas participé à la lutte clandestine  parce que trop jeunes, mais que leurs sentiments auraient amenés aux F.-T.P. s’ils en avaient eu l’âge. Un communiqué rédigé en ces termes parut à l’époque dans les journaux du parti pour un appel aux adhésions  Par la suite, les « Amis des F.-T. P. » s’intégrèrent à l’Association des anciens F.-T. P.- F.F.I., noyant dans le nombre les véritables combattants du ma­quis.

Ce sont très certainement «ces jeunes éléments » que la direction du parti communiste utilise contre le colonel F.-T. P.  Ce n’est, d’ailleurs, pas la première fois que Guingouin est « contré » au sein de sa propre fédération par les staliniens orthodoxes.

Le « libérateur de Limoges » prisonnier du parti

Là popularité de Georges Guin­gouin devait cependant être utilisée au maximum par le parti communiste dans la région limou­sine, sans que, pour autant, le « suspect » se voit confier des responsabilités importantes.

De 1944 au début de cette année — et alors que Guingouin faisait figure de leader moral — on constate la présence à ses côtés de « fonctionnaires » staliniens qui l’encadrent et dont il est le prisonnier.

Aussitôt après la Libération, les organismes de Résistance, les comités de Libération, sont envahis par des communistes dont la qualité de combattant n’est pas absolument prouvée. Les difficultés surgissent alors nombreuses entre les représentants des mouvements de Résistance non communistes et les staliniens plus soucieux de respecter les directives du comité central que de défendre le patrimoine de la Résistance.

Des heurts se produisent assez violents, Guingouin se montre alors plus compréhensif que ses amis. Il ne cache d’ailleurs pas que ses sympathies vont davantage à ses anciens compagnons de clandestinité, même adversaires politiques, qu’aux camarades sectaires dont le parti lui inflige la compagnie.

Les staliniens, arguant de leur participation à la Libération, revendiquent la préfecture de la Haute-Vienne ; ils l’obtiennent, mais contrairement à l’attente générale, ne la remettent pas entre les mains du «libérateur», mais la donnent à Jean Chaintron, l’ex-commandant Jean-François des F.-T. P., donc «virtuel» sous-ordre de Guingouin.

FT Affaire Guingouin 1er octobre 1952  suite2La compagne de Chaintron est morte en déportation, lui-même est un incontestable résistant, personnage d’une vive intelligence, mais dont il n’est pas exagéré de dire que ses scrupules intellectuels sont moins rigides.

Guingouin ne détiendra jamais non plus le secrétariat fédéral. En 1944, ce poste est confié à Gabriel Citerne, qui y demeurera jusqu’en 1948 époque à laquelle il est expédié – pour des raisons mal définies — en Deux-Sèvres, où il est élu, contre toute attente, député.

Dupuy lui succède à la tête de la Fédération. Très discipliné, il remplit consciencieusement les fonctions qu’on attend de lui et devient, en 1948, le secrétaire particulier de Maurice Thorez.

C’est alors qu’est nommé Adrien Duquéroix, l’actuel secrétaire fédéral. Les dissentiments qui l’opposent très vite à Guin­gouin en feront l’instrument docile des manœuvres du comité central.

 Où le « parti des fusillés » fabrique des résistants

Adrien Duquéroix, interné par Daladier dès 1939, paya sa fidélité absolue au parti d’une déportation en Allemagne. Ce malheureux épisode de sa vie de militant ne lui donne pourtant pas la qualité de combattant. Il faut, pour les besoins du parti, que ses dirigeants s’auréolent du prestige de la Résistance. Les communistes sont alors au gouvernement ; les promotions sont faciles : Duquéroix obtient la croix de guerre pour ses actions militaires !

Guingouin ne peut accepter cet abus. Il proteste, refuse d’entériner cette décoration et crie son indignation. Mais Chaintron, au nom du comité central, l’incite à plus de discrétion; l’observation n’étant pas comprise, le chef des F.-T. P. reçoit l’ordre de se taire, accompagné de menaces à peine déguisées.

Guingouin doit s’incliner ; prisonnier du P.C., il devra, en d’autres circonstances encore, céder et établir complaisamment des attestations pour les militants dévoués qui n’avaient su se décider assez tôt à la lutte armée. Les membres des commissions d’homologation voient surgir des certificats, établis par «l’officine de la rue de la Loi » et qu’ils ne peuvent discuter, car elles sont signées de Guingouin.

Depuis sept mois, d’autres attestations sont produites, revêtues d’une griffe fabriquée d’après la signature du colonel F-T. P. et dont il est fait un large usage Elles sont refusées par les délégués des mouvements non communistes, désireux d’endiguer ce flot de néo-résistants que le prestige d’un héros n’abrite plus.

Contraint à fabriquer des « clandestins », Guingouin ne pouvait dissimuler ses sentiments à l’égard de ceux qui l’entouraient.

Remplacé, et par qui !

Secrétaire fédéral adjoint, il partage le poste avec Bonneau, rédacteur du quotidien local « L’Echo du Centre » et ancien S.T.O.

Dans cette région du centre de la France, où les maquis se constituèrent très tôt, les jeunes gens qui acceptèrent de partir travailler en Allemagne sont rares. Les maquisards les taxent volontiers de lâcheté et Guin­gouin ne l’envoie pas dire au camarade Bonneau, aggravant ainsi la tension qui règne au sein de la Fédération.

Lorsque Guingouin sera dépossédé de sa fonction de secrétaire adjoint, il est remplacé par Rigout, ancien employé de l’Arsenal, lui-même ancien S.T.O.

Ce jour-là, Duquéroix remerciera le comité central et l’on arrosera au champagne la nomination de Rigout.

Bien encadré…

Georges Guingouin avait été élu maire de Limoges en mai 1945 ; derrière lui ses amis prenaient place au conseil municipal.  Le parti n’avait pu empêché cette promotion, mais il plaça, par prudence, quelques éléments très orthodoxes sur la liste.

Aux élections législatives d’octobre, le libérateur de Limoges paraissait désigné pour revendiquer un siège. Léon Mauvais (encore lui !) vient trouver Guin­gouin, lui déclarant qu’il y a incompatibilité entre la mairie et la députation. Guingouin s’étonne. Il connaît d’autres exemples (ne serait-ce que celui de Tillon, dé­puté-maire d’Aubervilliers). Pourtant  il s’incline une nouvelle fois et fait le maximum pour assurer l’élection de Marcel Paul.

Mais l’esprit d’indépendance du résistant ne cessera de s’affirmer.

R. D.


«Franc-Tireur» : 2 octobre 1952  LES DESSOUS DU CONFLIT COMMUNISTE DE LIMOGES 

2 octobre 1952

Et c’est ainsi que le Parti liquide ses résistants

L’affaire Marty-Tillon, comme l’affaire Guingouin, demeure le signe d’une crise qui continue…

De notre envoyé spécial Roger DAUPHIN  Limoges, 2 octobre.

DONC, Georges Guingouin ne veut pas être un numéro matricule  infime rouage d’une machine è briser les volontés. Prisonnier du parti communiste, il se refusait à abdiquer sa dignité d’homme qui s’est battu pour la défense de la liberté. Il gardait cet esprit d’indépendance que la Résistance a légué en témoignage de gratitude à ceux qui l’ont bien servie.

 Il la manifesta, cette liberté d’esprit, en toutes circonstances, prenant des initiatives (a-t-on rien vu de pareil au P.C.!) faisant éditer tracts et affiches de propagande pour le parti sans soumettre au préalable le texte aux pontes du comité central. Bien plus, son caractère de Limousin un peu têtu (« une tête de cochon » comme on dit ici) lui interdisait de se plier sans discussion aux exigences staliniennes.  Déjà suspect, il devenait dangereux pour l’exemple de rébellion qu’il donnait. Il fallait le liquider et d’abord le perdre dans l’estime de ses amis et partisans. Dès 1946, le rideau de fer tombe entre la mairie de Limoges — fief de Guingouin — et la préfecture de la Haute-Vienne contrôlée par Chaintron. Isolé administrativement, Guingouin relève le défi et poursuit la gestion de la ville à la satisfaction de tous.

UNE CONFIRMATION

C’est le titre du filet où l’Humanité d’hierfort embarrassée, déclare que Franc-Tireur, en révélant les dessous de l’affaire Guingouin, confirme « la justesse des précautions prises en temps voulu par les communistes de la Haute-Vienne à l’égard de Guingouin. » Et l’Huma de rappeler que Guingouin, comme nous l’avons dit, a bien été relevé des fonctions responsables qu’il détenait.

En fait de « confirmation », qui confirme ?                                                                                 C’est tout bonnement l’Huma qui confirme entièrement l’enquête de Franc-Tireur, révélations si précises que l’organe communiste, dans son délire, les attribuent à Guingouin lui- même !      N’exagérons rien ! Franc-Tireur, par ses propres moyens, a su découvrir la vérité et il la dit. L’Huma confirme. Merci ! 

La situation reste tendue mais la décision de rupture n’inter­viendra pas avant le début de l’année 1952.

2 octobre 1952 suite

Le 6 janvier, Waldeck-Rochet arrive à Limoges où a été convoquée une conférence fédérale. En réalité c’est le procès de Guin­gouin qui va s’ouvrir. Waldeck- Rochet est délégué par le comité central auprès des fédérations du centre de la France, c’est à ce titre qu’il va diriger les débats. Duqueiroix, secrétaire fédéral, conduit l’accusation. Georges Guingouin n’est pas décidé à se laisser exécuter ,il riposte et met en cause une dizaine de membres du comité central notamment Dupuy, Chaintron, Marcel Paul. On lui accorde dix semaines pour faire son autocritique. La manœuvre échoue. Mais la fédération de la Haute-Vienne accuse le coup que lui portent les dissensions intérieures.

En quelques mois les effectifs des militants se sont considérablement réduits. Le bureau fédé­ral, Duqueiroix, en particulier, considéré comme responsable de cette perte de vitesse, se sent menacé. L’exécution de Guin­gouin le sauvera. Nouvelles conférences fédérales en mars.

Marcel Paul et Waldeck-Ro­chet sont présents tous les deux, résolus à en finir. Après de vives et interminables discussions, les staliniens orthodoxes triomphent, Georges Guin­gouin est « dégagé » de toutes ses fonctions. Duqueiroix et Bonneau voient leurs mandats renouvelés.

Écœuré, Guingouin disparaît de la région.

La dissidence en Limousin

Cette attitude du P.C. à l’égard de l’un de ses meilleurs militants provoque une sourde agitation dans les milieux du Limousin.

Le groupe communiste du conseil municipal de Limoges éclate et se scinde en deux groupes : cinq conseillers affirment la tendance très disciplinée du bureau fédéral, sept « guingouinistes » (parmi lesquels le chef de file lui-même) créent une dissidence. Georges Guingouin et Mme Lagrange n’assisteront plus à aucune réunion du conseil municipal. Mais aucun des amis du colonel F.T.P. ne démissionnera; ils seraient  légalement, remplacés à la mairie de Limoges par les suivants sur la liste, qui sont, eux, fidèlement attaches à la ligne du parti.

Guingouin présidait l’importante association des anciens F.T.P.. F.F.I. qui lui reste fidèle; elle entre en léthargie et le colonel Da­nos, ami du libérateur de Limo­ges occupe la présidence, signifiant ainsi sa volonté de continuer la politique de l’absent.

De nombreuses cellules limou­sines cessent pratiquement toute activité, le mouvement s’étend aux départements voisins, la Creuse, la Corrèze, la Dordogne, régions de maquis.

Ailleurs, les manifestations de sympathie en faveur de Guin­gouin se font plus précises. Les bureaux des cellules d’Eymoutiers, Peyrat-le-Château, Saint- Léonard-de-Noblat, Sainte-Anne- Saint-Priest, démissionnent. (Les communistes occupent la mairie d’Eymoutiers depuis vingt ans). Il s’agit du secteur du département où Guingouin avait établi son Q.G. pendant l’occupation.

A Saint-Junien, un fort noyau de « guingouinistes » se constitue au sein de la section.

Les staliniens peuvent le contester  il n’y changeront rien, un schisme est né en Haute-Vienne. Il est encore difficile d’en évaluer l’importance. Les élections cantonales prochaines du 5 octobre en donneront une idée, mais il faudra surtout attendre les élections municipales de 1953.

Le 20 août dernier, Limoges commémorait sa libération. Les groupements communistes organisaient  en cette circonstance, un meeting à la maison du peuple  Tous les élus du parti s’affi­chaient, s’apprêtant à prendre place à la tribune d’honneur.

Alors le colonel Danos se leva et déclara au micro :

— Cette journée doit rester sous le signe de la Résistance et seulement sous celui-ci. C’est pourquoi je vous demande de placer la réunion sous la présidence d’honneur de Georges Guingouin.

Et il demanda aux parlementaires présents (tous staliniens) de ne pas monter au présidium, réservant celui-ci à des résistants de toutes opinions.

Le premier moment de stupéfaction passé, les dirigeants du parti se réunissaient rapidement et donnaient l’ordre au rédacteur de l’Echo du Centre, chargé du compte rendu, d’ « omettre » le nom du libérateur de la ville.

Le lendemain, les anciens F.T.P. portaient une protestation au directeur du journal, qui n’en tint aucun compte.

Il est à noter que depuis six mois, toutes les archives, clichés zinc ou photographies relatant les actions de Guingouin ont disparu des bureaux de l’organe communiste local.

L’affaire Guingouin prélude à l’affaire Tillon

Indignés par le limogeage injustifié de leur ancien chef, les F.T.P. de la Haute-Vienne n’avaient vu dans cette affaire qu’un incident régional, mais une succession d’événements dont ils furent les témoins leur prouva que l’offensive concertée à l’intérieur du parti visait les éléments de la Résistance.

Le 21 août, l’Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance (créée par les anciens F.T.P.-F.F.I.) déléguait son secrétaire, Robert Chèvre, à Limoges  ; ses déclarations s’étalait le lendemain dans le compte rendu du journal stalinien qui titrait sur cette allocution.

Le même Robert Chèvre connaissait alors une vague de popularité. Il rédigeait les éditoriaux de France d’abord, organe des F.T.P., définissant les buts de l’association :

« Unir tous les anciens résistants  ceux qui se sont battus les armes à la main et ceux qui, sous toutes les formes, ont rendu possible notre combat et notre victoire.

» France d’abord ne doit pas être présenté qu’à tel ou tel ancien résistant de tel ou tel parti, il doit être vendu à tous les anciens résistants sans exception. »

Il y a quelques jours, les F T.P. de la Haute-Vienne recevaient de Paris une lettre leur demandant de considérer comme nuls et non avenus les paroles et les actes de Robert Chèvre !

On a vu également arriver à Limoges le camarade Rivier (ex-­colonel Godefroy), permanent de l’association F.T.P. nationale, et brutalement renvoyé de son poste.

Enfin il y a l’affaire Tillon.

Est-elle en corrélation directe avec le limogeage de Georges Guingouin ?

Les deux hommes se connaissaient ; ils avaient entretenu des relations très amicales ; le 10 janvier 1947, Guingouin, maire de Limoges, mariait discrètement Tillon à une jeune femme de la ville. Pourtant leurs rapports ne furent pas toujours sans nuages. Des différends opposèrent à plusieurs reprises les deux dirigeants aux réunions de l’Association d’anciens F.T.P. Tillon vota même, au Comité central, la condamnation de Guingouin.

Relevons pourtant que le nom de Beyer est mêlé aux deux affaires ; il était l’agent de liaison auprès de Guingouin dans la clandestinité  il abrita la réunion fractionnelle Marty-Tillon. Cette similitude de situation n’est pas le simple fait du hasard. Soulignons encore que l’ancien chef des F.F.I. de la Haute-Vienne espérait être jugé par Marty ; il le fut par Mauvais, son vieil adversaire.

Tillon et Guingouin se sont-ils ‘ rencontrés ? C’est possible, mais rien ne permet de l’affirmer ; Tillon se serait caché en Bretagne, mais des contacts auraient pu être noués par un tiers.

La Résistance reniée

Le mouvement de dissidence prendra-t-il de l’ampleur ? Ceci, sans doute, dépendra d’une attitude de Tillon qu’on ne peut présumer.

Mais l’on ne peut que constater que tout se passe comme si le parti communiste voulait éliminer de son sein les anciens clandestins  Après avoir abusé du nom de la Résistance, en avoir revendiqué le monopole et prétendu l’identifier à sa gloire, le stalinisme la rejette maintenant comme une défroque inutile, voir gênante.

On prétend qu’un rapprochement possible entre la Russie et l’Allemagne fait craindre les réactions des anciens F.T.P. Qui sait ?  Un seul fait est certain : le « parti des fusillés » renie la Résistance. Mais ce n’est pas encore de ce coup-là qu’elle mourra.

R.D.


Le Monde : 7 octobre 1952, L « AFFAIRE GUINGOUIN » et les élections

le monde 7 octobreb 1952

L « AFFAIRE GUINGOUIN » n’a pas joué un rôle déterminant dans la double élection de la Haute-Vienne

De notre envoyé spécial Raymond BARRILLON

Limoges, 6 octobre. — L’ardeur de la campagne qui s’est déroulée dans la Haute-Vienne pour le remplacement des deux conseillers généraux communistes, dont l’élection avait été invalidée, le très notable recul du pourcentage des abstentions, passé de 32 à 23,9 à Nantiat et de 25,6 à 17,6 à « Saint-Mathieu, suffisent à indiquer que l’atmosphère fut celle d’un second tour d’élections, considéré de part et d’autre comme un test fondamental.

Il s’agissait pour les socialistes de prouver que le parti communiste est en perte de vitesse et que la masse des électeurs n’est pas disposée à se laisser séduire par le nouveau mot d’ordre de front national uni. Il s’agissait pour les communistes de démontrer que les affaires Marty et Tillon, ou toute autre de moindre importance, ne suffisent à diminuer ni l’audience ni la force du parti, et que celui-ci ne saurait être atteint par « l’ignominieuse campagne contre le parti de Maurice Thorez » lancée par les « ennemis de la classe ouvrière et du peuple ». A l’issue du combat les socialistes peuvent se prévaloir d’avoir retrouvé l’un des deux sièges perdus en 1951 au profit des communistes, et ceux-ci peuvent se réjouir d’avoir réussi à en conserver un.

Un siège aux socialistes, un autre aux communistes (voir chiffres élection dans article)

Socialistes contre communistes dans un département qui depuis cinquante ans est l’un des plus avancés de France, voilà une lutte fratricide qui fût appa­rue bien surprenante il y a encore quelques années. Il s’agissait en fait dimanche d’une élection qui opposait aux communistes une coalition groupée derrière le candidat socialiste.

L’extrême gauche avait beau jeu de reprocher à l’adversaire de trahir l’idéal de la classe ouvrière et ses intérêts, de n’être que le représentant « des hommes qui sont au pouvoir des tenants de la politique de la pire des réactions, de la politique de Pinay-la-misière ». Et elle ne se privait pas, en vérité, d’associer le nom de M. Marsaud, candidat socialiste de Saint-Mathieu, à celui de tel colonel comte qui ne fut pas étranger à l’annulation de l’élection d’octobre 1951.

A quoi les socialistes répondent que leurs positions-sont restées intactes dans ries villes ouvrières, et que si les communistes ont accru leurs troupes depuis la libération c’est moins au détriment des effectifs de la S.F.I.O. qu’à celui de l’ancienne droite hostile au régime parlementaire… Le principal grief qu’ils adressent à l’adversaire communiste c’est d’être le candidat « étranger ». En fait M. Waldeck Rochet, député de Saône- et-Loire. venu samedi soir tenir à Saint- Mathieu une ultime réunion avant le scrutin garda le meilleur de son éloquence pour le passage concernant la politique étrangère et l’éloge de l’Union soviétique, « qui veut la paix et ne peut que vouloir la paix ».

Le reste de la réunion, à laquelle assistaient cent cinquante paysans que n’avait pas découragés une interminable pluie battante, fut consacré au développement des thèmes habituels du P.C. et à la critique de l’expérience Pinay, condamnée en formules d’un raccourci saisissant  elles-mêmes condensées dans un opuscule destiné à l’électeur éclairé : « Les lacets, les bigoudis, la camomille, les diamants et les ronds de serviette ont baissé de 2 à 6 %, les œufs ont tranquillement suivi leur baisse saisonnière  mais le beurre continue à augmenter, tandis que le bifteck et l’escalope restent inaccessibles aux petites bourses ».

Le leader communiste, membre du comité central, fut infiniment plus dis­cret sur les purges récentes, répétant à peu près textuellement les déclara­tions que M. Jacques Duclos avait faites la semaine précédente à Nantiat (« De­puis que le parti existe il y a eu bien d’autres affaires, et cela ne l’a pas empêché de progresser »), de même que l’Echo du Centre, organe régional du parti, reproduit rigoureusement toutes les informations de l’Humanité, mais sans y rien ajouter, faisant preuve notamment d’une grande discrétion sur l’affaire Guingouin,

le monde 7 octobreb 1952 fin

Une affaire « gonflée »

La plupart des échos que l’on peut recueillir ici, aussi diverses que puissent en être les origines, conduisent à penser que r« affaire » a été considérablement « gonflée ». Les résultats des deux élections partielles indiquent en tout cas que la dissidence de l’ancien maire de Limoges n’a pas privé le parti communiste d’une partie appréciable de ses effectifs. Loin de penser que le Limousin puisse avoir ou ait jamais risqué d’avoir son Tito, voire son Doriot, l’immense majorité de la population, qu’elle s’intéresse ou non aux « choses » de la poli­tique, ne retient vraiment comme essentiel qu’un épisode de la carrière de l’ancien chef de la Résistance : le refus qu’il opposa au mois d’août 1944 à l’ordre d’attaquer Limoges, refus qui épargna à la ville de connaître le même sort que Tulle, où la répression allemande fut sanglante. Quant à savoir si Georges Guingouin prit de lui-même cette importante décision ou s’il céda alors à l’influence de l’armée secrète ou de l’O.R.A., le seul fait qu’on en discute ici suffit à indiquer que l’on n’a pas fini de peser le pour et le contre avant de brosser un portrait absolument exact. La même incertitude règne sur les intentions de l’instituteur, qui reste inaccessible à Limoges, mais vient de reprendre du service dans le département. Attendra t-il d’être exclu pour faire certaines révélations, et le cas échéant ces révélations consisteront-elles à préciser des faits connus ou à donner la réponse aux questions posées concernant des rencontres avec M. Charles Tillon ou le maintien dans la région d’un certain nombre de dépôts d’armes ?

Chef  indiscutable pour les uns, anarchiste plus que communiste et plus exalté que décidé pour les autres, animateur authentique pour ceux-ci, conseiller municipal de moyenne envergure pour ceux-là, M. Georges Guingouin est l’un de ces « cas » nombreux qui donnent à penser que le moment n’est pas venu, il s’en faut, d’écrire l’histoire de la Résistance. S’il fut vraiment le porte- drapeau d’une dissidence et que son attitude contribua à séparer les anciens P.T.P. des communistes, il ne semble pas en tout cas que la rupture ait été assez grave pour déterminer un important changement dans la situation électorale de la Haute-Vienne.

Les deux scrutins de Nantiat et de Saint – Mathieu ne constituent pas un succès pour le parti communiste, mais confirment du moins la règle en vertu de laquelle les purges ou les dissidences ne l’affectent ni gravement ni immédiatement.

L’affaire Guingouin, l’affaire Marty-Tillon, ne pouvaient suffire à porter une grave atteinte au communisme dans une région où d’autres facteurs autrement plus importants assurent son implantation : une déchristianisation qui remonte à plus d’un siècle et un manque de compréhension sociale de la part des milieux dirigeants de l’industrie. La région de Limoges, où le chômage progresse «dans la chaussure », et où la situation pourrait être meilleure « dans la porcelaine », vient de donner une nouvelle fois raison à tous ceux qui pensent que la vraie lutte contre le communisme doit commencer par la lutte contre la misère ou ce qui y ressemble, et se livrer moins à coup de slogans et de campagnes qu’à coups de réformes.


Franc-Tireur : 11 novembre 1952 GUINGOUIN est exclu du Parti communiste…  

Georges Guingoin FT 11 11 1952

 …qui. selon l’usage tente de le déshonorer

MAIS L’ANCIEN CHEF DE LA RÉSISTANCE RIPOSTE

Limoges, 10 novembre.

COMME on s’y attendait, la Fédération communiste de la Haute-Vienne vient d’exclure (Georges Guingouin du parti communiste, en le couvrant d’outrages et en tentant de le déshonorer.

Parce que l’ancien chef du maquis limousin jouit d’un re­nom mérité d’héroïsme et d’intégrité, parce qu’il n’a pas voulu se soumettre à la politique de liquidation de la Résistance, les dirigeants communistes l’accusent à présent de « détournements de fonds ».

Georges Guingoin FT 11 11 1952 (2)

 Apprenant la mesure prise contre lui, l’ancien préfet du maquis  qui se considère toujours comme communiste, a fait la déclaration suivante :

« Prenant connaissance du communiqué de la Fédération de la Haute-Vienne prononçant mon exclusion du parti communiste français, exclusion obtenue à la faveur d’une manœuvre malhonnête tenant pour nulle l’opinion de la cellule à laquelle j’appartiens et cotise régulièrement, la cellule « Maïa Chaintron » de Limoges, qui m’a accordé sa confiance, et étant accusé maintenant publiquement d’user de calomnies, je me vois contraint de faire juge l’opinion publique.

» Mis en cause une première fois, le 3 octobre 1952, par L’Echo du Centre, sans employer ni lettre recommandée ni ministère d’huissier, j’ai demandé simplement à ce journal de publier objectivement mon point de vue. Non seulement L’Echo du Centre me refusa d’insérer ma mise au point, mais par un article en date du 3 novembre, il récidiva, portant atteinte cette fois à mon honneur personnel.

» Je me vois donc obligé de demander par voie d’huissier que me soit accordé le droit de réponse  droit reconnu à tout accusé, dans tous les pays qui respectent la plus élémentaire liberté.

» Mais, bafouant les principes mêmes dont il se réclame, L’Echo du Centre, cette fois encore, me refusa la parole.

» N’ayant pas d’autre moyen à ma disposition pour défendre mon honneur, me voici contraint de le poursuivre en justice et de rendre publiques les réponses apportées par ministère d’huis­sier à ces articles. »

Une sommation de Guingouin au journal communiste

D’autre part, en réponse aux accusations dont il est fait mention au début de cet article, Georges Guingouin a envoyé à L’Echo du Centre, journal communiste, une sommation où il précise :

Dans un article Intitulé : « Guingouin démasqué : mentant à son parti, Il cachait depuis plusieurs années des sommes extrêmement importantes », je suis de nouveau mis en cause.

Cet article fait suite effectivement à la publication de résolutions de cellule et de session du parti communiste de la Haute-Vienne, résolutions obtenues par une campagne de contre-vérités bien orchestrée, mais vous omettez de signaler que les travailleurs honnêtes simplement au courant de la vérité ont refusé de voter ces résolutions, comme à Saint- Léonard-Ebouleuf, et à ma propre cellule, la cellule Maïa Chaintron, etc.

Vous ne précisez pas non plus le nombre des adhérents qui ont pris position au nom de chaque cellule, nombre souvent infime par rapport à l’effectif de la cellule.

Votre journal, qui devrait s’honorer de ne jamais dire que la vérité, non content de se refuser depuis un mois à la publication de la mise au point que je lui ai adressée et qu’en toute objectivité il aurait dû se faire un devoir d’insérer, a recours aujourd’hui aux procédés dégradants d’un autre journal qui a essayé, naguère, de me salir, «L’Epoque», justement condamné par les tribunaux.

Continuant à abuser la confiance que les lecteurs de « L’Echo du Centre » ont placée dans ce journal issu de la Résistance  vous m’accusez main, tenant d’avoir menti à mon parti en cachant, depuis plusieurs années, des sommes extrêmement importantes. Vous feignez de découvrir des sous qui ne me sont nullement personnels et sont destinés à un but que vous n’ignorez pas.

Les membres les plus responsables du Parti communiste français, membres du comité central, ne sont pas sans savoir que fut fondée en Limousin, en 1944, (‘«Association fraternelle des anciens du maquis limou­sin », association qui s’était donné, entre autres, le but de retracer la lutte des combattants de la Résistance en portant à la connaissance du public des récits authentiques que nous avions pu conserver.

C’est ainsi que furent éditées, grâce aux fonds de cette association — dont les statuts ont été légalement déposés — des relations historiques sur la Résistance et en particulier I’« Album du maquis limousin», tirage effectué à 10.000 exemplaires sortis des presses de l’imprimerie E. Desfossés, néo­gravure, à Paris, le 3 août 1946.

Guingouin rappelle ensuite sa lutte dans la Résistance, la haine que lui portaient les nazis, les sacrifices qu’il fit pour son parti et conclut en disant qu’il n’a rien à se reprocher.

La feuille communiste se refuse toujours à publier, et continue d’insulter… Les choses en sont là.

Aussi Franc-Tireur se propose de fournir, dans les jours à venir  les précisions détaillées sur les réponses faites par Guingouin à ceux qui le calomnient maintenant, après s’être servis de son prestige.


Article du 15 janvier 1953: démission Guingouin

15 janvier 1953 démission Georges Guingoin conseil municipal LimogesABANDONNANT LA VIE POLITIQUE

M. Guingouin donne sa démission, de conseiller municipal de Limoges

Dans une lettre adressée à M. Betoulle, maire de Limoges, M. Georges Guingouin, ancien « préfet du maquis », exclu du parti communiste le 10 novem­bre 1952, vient de lui demander d’accepter sa démission de conseiller municipal de la ville.

Il s’agit non seulement d’une lettre de démission mais d’un long document dans lequel M. Guingouin fait un historique de ses relations avec le parti communiste et expose les conditions dans lesquelles furent menés les combats pour la libération de Limoges. Il fait d’abord état de la façon dont fut étouffé un rapport écrit qu’il avait adressé le 28 octobre 1949 à M. Maurice Thorez et qui portait à la connaissance du secrétaire général du P.C.F. « certains faits mettant en cause la ligne politique même du parti quant à son application dans la vie ».

« Subitement en 1952, poursuit M. Guingouin, je suis catalogué renégat. Étrange façon de respecter les principes du parti : la cellule Jean Chaintron, de Limoges, à laquelle j’appartenais, ayant repoussé la demande d’exclusion formulée contre moi, on reposa la question à une cellule à laquelle je n’avais jamais cotisé. Entre temps, pourtant, on avait découvert un argument massue puisqu’on m’accusait tout simplement d’avoir détourné des fonds du parti. Mais on appréciait sans doute à sa juste valeur cet argument puisque jamais on ne vint s’en expliquer avec moi devant les membres de ma cellule. On a préféré me calomnier publiquement alors que j’étais encore membre du parti, puis m’exclure par une astucieuse manœuvre.

» On a ainsi habilement créé une situation de fait dont on tirera de toute manière avantage. Si je traîne un journal démocratique devant les tribunaux, on m’accusera d’être un ennemi du peuple; si je n’entame pas de procès on dira que je reconnais avoir tort. C’est avec un art remarquable qu’est maniée l’arme de la provocation ».

M. Guingouin affirme alors qu’il n’aurait donné qu’un bref contenu à sa lettre de démission s’il n’avait été attaqué au cours de meetings devant la population de Limoges. « Il m’est aujourd’hui, déclare-t-il, un devoir de me défendre politiquement.

» Pour répondre à Jacques Duclos, je ferai simplement remarquer qu’il est étrange qu’en 1952 on découvre des fonds dont on connaissait l’existence puisque c’est au grand jour qu’en 1946 fut édité, grâce à une partie de ces fonds, l’«Album du maquis limousin ». Pourquoi n’a-t-on pas posé de question à cette date ?

» Quant à Raymond Guyot, en sa qualité de membre responsable de la direction du P.C. en zone sud, je pense qu’honnêtement il ne peut pas prétendre ignorer la vérité historique. Les gens de bonne foi discerneront quel fonds de duplicité se cache sous les paroles de certains dirigeants communistes. En 1945 on demanda à celui qui avait dirigé les opérations de libération de la ville de Limoges de se faire démobiliser au plus vite pour se porter candidat aux élections municipales. En 1952 voilà qu’on l’accuse presque d’avoir trahi la cause de la Résistance ».

M. Georges Guingouin évoque alors les combats de la libération. Il rappelle tout d’abord que dans son état-major, « à côté de Guingouin il y avait Jean Chaintron, membre du comité central du P.C.F. qui était alors son chef d’état-major.
 
» On pourrait, écrit ensuite l’auteur de la lettre, demander à Charles Gaumondie, qui était le chef direct de la mission interalliée, quels avantages les F.T.P. du Limousin ont retirés de la présence de cette mission.
 
» C’est ainsi qu’on écrit l’histoire… sans doute dans l’espoir de cacher l’ordre qui fut apporté par l’«interpoli-tique » Eugène Molinier, au nom de la délégation de la zone sud du comité central du P.C.F., d’attaquer Limoges, Guéret et Tulle au début de juin 1944, aussitôt après le débarquement allié. Il n’y a que ceux chez qui une prétention sans borne fait perdre tout sens des réalités pour soutenir que l’armement en possession des F.F.I. pouvait empêcher la division blindée « Das Reich » de réoccuper Limoges au cas même où les F.F.I. auraient réussi à prendre la ville à cette époque.
 
» Quant aux conséquences, elles sont faciles à imaginer. Dans les circonstances du moment, quel coup mortel eût été porté dans le Centre-Ouest au mouvement patriotique prêt de triompher ?
 
» Quelles sont les racines de ces erreurs fondamentales ? demande alors M. Guingouin. II ne m’appartient plus de les rechercher, non plus que de savoir pourquoi on veut taire, coûte que coûte, le fait qui a freiné volontairement l’élan unitaire des masses au sortir des combats de la libération ».

Paris-Presse, 1962, les communistes attaquent la légende Guingouin

Paris-Presse 1962 Affaire GuingouinLa véritable histoire de Guingouin  Les communistes attaquent la légende du « libérateur de Limoges »

En refusant, pour épargner les populations civiles, d’exécuter les ordres de Léon Mauvais, Guingouin disent-ils, a trahi la résistance.

EN 1944, Guingouin, héros-type du parti communiste, était acclamé comme le « libérateur. Aujourd’hui les communistes de Limoges — ceux qui exécutent les consignent du parti, les Duqueyroix, Rigout et Bonneau ricanent :

— Où Guingouin a-t-il trouvé le capitaine de la Wehrmacht avec lequel il a signé l’acte de reddition ?

Et le jeune Duqueyroix ironise : Sûrement au fond d’une une cave ou il se cachait en tremblant de peur.
Ces jeunes militants, évi­demment, ne peuvent pas savoir ce qui s’est passé à Limoges en août 1944. Ce sont, pour la plupart, des anciens du S.T.O. inscrits au parti en 1945, après leur rapatriement. Les Guingouinistes, ou plus exactement les « Guingouins » (car c’est  ainsi qu’on appelait les partisans de l’instituteur en 44) ont beau jeu de répliquer : Pourquoi, au lieu de partir pour l’Allemagne, ces « durs de durs n’ont-ils pas pris le ma­quis ?

Revenons à Limoges.   En août 1944, la ville était te­nue par cinq cents miliciens, commandés par de Vaugelas, chef régional de la Milice, et par trois cents Allemands, qui avaient à leur tête le général Gleiniger. On peut ajouter à cette force une centaine de doriotistes. Guingouin disposait de 12.000 F.T.P.F. 

  • Il faut attaquer, décida la Direction Zone Sud du parti. Cette Direction, c’était Léon Mauvais, aujourd’hui l’adversaire numéro un de Guingouin. Guingouin ignora ces ordres. 
  •  Je ne voulais pas, dit-il au­jourd’hui, faire un nouvel Oradour avec 100.000 victimes.
  • En refusant d’obéir, Guingouin a trahi, réplique Léon Mauvais.
  •  On s’en aperçoit bien tard.

Le complot

Les amis de Guingouin, très exaltés, ont contre-attaqué. Ils ont réuni les preuves formelles (disent-ils) d’un complot.

—   Le jour fixé pour l’attaque, affirment – ils, était connu de l’état-major milicien. De Vaugelas, alerté mystérieusement, avait mis en place un dispositif défen­sif serré. Les assaillants seraient tombés sur un piège.

Qui a averti de Vaugelas ? Pour les Guingouins, pas de doute : c’est Léon Mauvais. (Ils l’accusent aussi d’avoir donné à deux tueurs la mission d’abattre leur chef. Démasqués — hum ! — les tueurs furent exécutés.)

Sans prendre parti — car de part et d’autre les thèses soutenues paraissent assez rocambolesques — on doit rappeler que la défense de Limoges semblait relativement solide.

On ne pouvait s’emparer de la ville sans de sanglants combats de rue. En toute logique il eût été absurde de sacrifier, fût-ce un seul maquisard, pour avancer la libération de Limoges de 24 ou de 48 heures.

C’était d’autant plus sage que dans la place même, on se démenait dur pour obtenir la reddition par négociations. Le préfet Freund Valade et son adjoint, le préfet musulman Mecheri, tout acquis à la Résistance, faisaient pression sur von Gleiniger pour qu’il capitulât. 

L’ultimatum à Vaugelas

Mais où le bât blesse davantage Guingouin, c’est lorsqu’on lui demande pourquoi il a laissé les miliciens filer entre les mailles de son filet. De Vaugelas, en effet, quitta Limoges le 16 août par la route de Paris, emmenant avec ses troupes toute une smala de femmes et d’enfants terrifiés.

Ls F.T.P. attaquent, encerclent toute la colonne à la Jonchère. Guingouin demande à Jean de Vaugelas de venir le voir. Hautain, le chef milicien refuse. Alors Guingouin lui adresse un ultimatum : 

–    Les femmes et les enfants seront relâchés immédiatement. Les hommes seront ramenés à Limoges pour jugement. Les chefs de trentaine et leurs supérieurs seront fusillés sur place. Je vous laisse jusqu’à dix heures du matin pour vous rendre. 

Paris-Presse 1962 Affaire Guingouin suite et finDe Vaugelas, nullement ému, « décroche » adroitement à neuf heures, avant l’expiration du délai, et, en « baroudant » réussit à se replier sur Bourganeuf.                                                                                                  Guingouin, avec son ultimatum, n’avait pas très bonne mine.                                                                                   Les S.S. et le gros de la garni­son allemande lui jouèrent le même tour, le 19 août à 20 heure, quittant Limoges par la route de Lyon, pour s’installer à Noblat, un village à 25 km à l’est de Limoges.

Il ne restait plus dans la ville que le général von Gleiniger avec un détachement de la « Feld Gen­darmerie » cantonné place Mar­ceau, dans les anciens bâtiments du 20e dragons.

Guingouin n’attaquait toujours pas. A Limoges, on continuait à négocier. Mais le commandant du détachement de S. S., le colonel Mayer, informé des tractations de Gleiniger renvoya une voiture blindée de Noblat à Limoges. A bord se trouvait un boxeur fran­çais, Michel Chevron, devenu sous-officier de S. S. Chevron captura von Gleiniger et le ramena à Noblat. Cet ultime raid allemand eut lieu le 21 août à 20 heures. Le lendemain, à six heures, le général était mis en bière. « Suicide », fut la version officielle  Son ravisseur, le boxeur, fut fusillé à Toulouse, en 1950. Tout cela, évidemment, nuit au prestige militaire du « Libérateur de Limoges ». Mais Guingouin n’a pas digéré les attaques dirigées contre lui. Incontestablement, il fut l’âme de la résistance limousine, même s’il ne fut pas le seul à l’animer. C’est grâce à lui que le parti a pu s’installer dans la région, enlevant aux socialistes un fief qu’ils croyaient solidement tenir.

On le « dégonfle ». Il rêve de se venger, car on l’attaque dans ce qu’il croit posséder de plus précieux. L’argent ne l’a probablement jamais intéressé. Mais la gloire…                                                                                  On peut s’attendre à ce qu’il la défende chèrement. Déjà il a laissé entendre qu’il « en connaissait de belles » sur Marcel Paul et sur la mort du colonel Fabien. Il a respecté la légende du parti aussi longtemps que le parti a respecté la sienne.

La question se pose maintenant : Guingouin se vengera-t-il ?

Jean PATRICE


Le monde 15 avril 1953 – MUNICIPALES , M. Guingouin assailli par les communistes

En Haute-Vienne (De notre correspondant particulier)

Le Monde 15 avril 1953 Guingouin

Limoges, 14 avril. — La campagne électorale en Haute-Vienne va-t-elle brusquement s’animer ? Depuis plusieurs semaines déjà le bruit avait couru qu’elle mettait aux prises à Limoges le parti communiste avec l’ancien maire communiste de la ville, M. Georges Guingouin, devenu depuis quelques mois la bête noire du parti.

Jusqu’à présent M. Guingouin n’a pas fait acte de candidature, mais il a rédigé des tracts dans lesquels il explique son attitude et met en cause certains dirigeants communistes.

Surpris à Saint-Junien en train de distribuer ses tracts, alors que se tenait au village voisin de Glane une réunion communiste  il a été brusquement assailli. emmené de force à cette réunion et abreuvé d’injures.

M. Guingouin ne s’est pas laissé intimider pour autant. On le dit au contraire plus décidé que jamais à persévérer dans son attitude.

2 réflexions sur « L’affaire Georges Guingouin »

  1. Tout être humain fait des erreurs. Mais il est ignoble de salir un grand Homme comme monsieur Georges GUINGOUIN. Honte aux politiques du parti communiste français de la période de la dernière guerre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants