Le militantisme du droit au logement à la « Belle-Epoque »

A l’occasion de la production du vidéo-documentaire ci-dessus (où il est question, parmi beaucoup d’autres thématiques, des actions du syndicat des locataires et de Georges Cochon durant l’entre-deux guerres), nous vous proposons sur cet page quelques articles de presse décrivant les actions de ce syndicat et les coups d’éclat de Georges Cochon :

Les incidents du petit terme

Le petit Parisien, 9 avril 1913

Le petit terme — dont l’échéance est la terreur des déshérités de la fortune — a été marqué, hier, par une série d’incidents auxquels prit part la fédération des locataires. 

Pour ceux qui quittaient leur logis sans rien devoir à leur propriétaire, tout marcha relativement bien. Il y eut, naturellement, les multiples tracas afférents à un changement de domicile. On assista à ce spectacle parisien, toujours nouveau et si touchant :  la charrette à bras, portant le modeste mobilier du ménage, traînée par le père de famille, escortée de la mère tenant ses enfants par la main, et suivie, parfois, de quelque vieux parent traînant la jambe.

Mais il n’en fut pas de même pour les locataires en difficulté avec leur propriétaire.

Ainsi qu’il fallait s’y attendre, le conflit prit souvent une tournure mouvementée.

La fédération des locataires ne devait pas rester indifférente aux tribulations de ses protégés.

A la cloche de bois…

Dès la première heure, M. Cochon et ses lieutenants avaient quitté les bureaux du syndicat, 16, rue des Martyrs, en laissant la garde du local à une jeune secrétaire, dont la tâche dévouée ne fut pas une sinécure. Ce fut elle qui reçut, toute la journée, les malheureux en quête d’un avis, d’un bon conseil, d’une aide efficace. Ouvrant la porte à chaque instant, recevant de pauvres gens menacés d’expulsion et s’adressant, en dernier ressort, à M. Cochon , décachetant de multiples télégrammes expédiés des quatre coins de Paris ou de la banlieue ; descendant, quatre à quatre les escaliers pour répondre à un appel téléphonique au café voisin — car la fédération des locataires ne s’est pas offert le luxe d’un abonnement téléphonique — cette personne ne savait plus où donner de la tête…

Tandis qu’elle exerçait son activité, M. Cochon et ses compagnons « travaillaient au dehors »…

12 juillet 1913 Emménagement d’une famille sans domicile fixe encadrée par des agents de police place de la Bourse (source : Gallica) – Action du syndicat des locataires / Georges Cochon

 

De nombreux déménagements à la « cloche de bois » furent opérés rue Ernest, rue du Château-d’Eau, rue des Pyrénées, rue Houdon. rue Saint-Martin, rue Jeanne-d’Arc, rue Bichat, rue de Belleville et ailleurs. Presque partout les choses se passèrent rapidement. sans esclandre. Les agents n’eurent pas à intervenir.

Bagarre à la Villette

Au début de l’après-midi, à la Villette, il en fut autrement.

Au numéro 54, rue de l’Ourcq. demeuraient, au quatrième étage, les époux Madé et leurs deux enfants, de huit et cinq ans. Madé, employé de commerce, avait reçu congé de son propriétaire.

Hier, au moment de déménager, M. Madé se vit réclamer le coût du congé. Il refusa de payer et, devant l’opposition du concierge, il fit appel à M. Cochon.

Vers une heure et demie, M. Cochon arriva rue de l’Ourcq avec avec trente de ses amis.

Le mobilier de M. Madé fut enlevé en un clin d’œil du quatrième, et amené au rez- de-chaussée ; mais au bas de l’escalier, les déménageurs volontaires trouvèrent la porte extérieure fermée. Malgré leurs efforts, ils ne purent l’ouvrir.

Ils remontèrent alors les meubles au quatrième étage et les descendirent par les fenêtres, avec des cordes.

L’opération était presque terminée lorsqu’une forte escouade d’agents du 19e arrondissement. requis par le concierge, apparut.

Ils tentèrent d’empêcher le départ des meubles, mais la foule s’était rassemblée rue de l’Ourcq. Elle poussa de telles clameurs que les agents durent battre en retraite. Le mobilier de M. Madé partit avec les honneurs de la guerre.

Il était temps. Quelques minutes plus tard accouraient cinquante agents commandés par un officier de paix et une compagnie cycliste de gardes républicains.

L’intervention de la force armée se manifesta par une courte bagarre dans laquelle les nombreux manifestants furent houspillés et dispersés.

Le bilan de M. Cochon

A la fin de la journée, le bilan des opérations de la fédération des locataires s’établissait ainsi, d’après les renseignements qui nous furent fournis à son siège social :

Rue Planchat, M. Huissin, ne pouvant payer son terme, reçut quittance de son propriétaire.

Rue Michel-le-Comte et 4, cité Fénelon, même solution bienveillante.

Rue Burq, une femme infirme, mère de deux enfants de dix et huit ans — ce dernier atteint de la rougeole —fut mise à la rue. Le pauvre petit malade fut envoyé à l’hôpital Bretonneau, par les soins de la secrétaire de la fédération.

Rue Eugène-Junin, Mme Spieger, mère de trois enfants, dont le mari est atteint de bronchite aiguë, a été expulsée de son logis. Hospitalisée 3, rue Clapeyron, chez un locataire jusqu’au 26 courant, dans une chambre meublée qu’il n’occupe pas, Mme Spieger a été sommée, par la propriétaire, de s’en aller. Qu’en adviendra-t-il ?

Rue Richelieu, dans un immeuble appartenant à l’Assistance publique, où l’on installe actuellement une école, M. Cochon a fait loger plusieurs familles.

Enfin, dans la soirée, M. Cochon a trouvé un asile pour un pauvre soldat, M. Klein, de la 22e section d’ouvriers d’administration en garnison à Billancourt, marié et père de deux enfants en bas âge, l’un encore au sein. M. Alexis, propriétaire d’un café, 14, rue des Martyrs, agissant en brave homme, a recueilli le militaire dont la femme et les enfants avaient été expulsés à Boulogne-sur- Seine.

Une autre famille a été hospitalisée par M. Alexis.

Dans toute cette série d incidents il faut donner une place à part à celui qui s’est passé à Aubervilliers.

Rue de l’Ulmon, M. Joly, père de trois enfants, bien que nanti d’un engagement signé du propriétaire, se vit refuser, par celui-ci, l’entrée du logement loué.

La chose s’ébruita rapidement. Un rassemblement de plusieurs centaines de personnes se forma et le propriétaire fut malmené par un groupe de femmes.

Autre article du petit parisien, écrit exactement à la même échéance, l’année précédente :

Article du Petit Parisien du 9 avril 1912*

« De nombreux incidents marquèrent la journée du petit terme »

C’était hier, 8 avril, le petit terme et, comme il fallait s’y attendre — M. Cochon l’avait d’ailleurs annoncé à diverses reprises — le syndicat des locataires ne manqua pas l’occasion de faire parler de lui…

Dès le matin, en prévision des manifestations projetées, la préfecture de police avait pris des mesures. D’importantes forces se massaient dans la caserne du Château- d’Eau, dont les portes se refermaient aussitôt.

En face, à la permanence du syndicat des locataires, 1 bis, boulevard Magenta, M. Cochon se tenait, assisté de son conseil d’administration et de tous les secrétaires de section.

Dès huit heures, les déménagements commencèrent partout à la fois. Pendant ce temps, M. Cochon recevait des offres multiples de logements pour familles nombreuses.

Des informateurs bénévoles lui signalaient en même temp les bâtiments publics inhabités de Paris. Puis deux employés de la préfecture de police vinrent lui indiquer des locaux inoccupés dans la caserne de la Cité.

A ce moment, on apprend que les secrétaires des commissariats de police de Paris et de la banlieue sont en train d’arrêter, à n’importe quel prix, des locaux vacants.

Aux journalistes, M. Cochon communique le document suivant, qu’il a reçu la veille au soir :

Nous, Camille Buchotte, commissaire de police de la Ville de Paris, plus spécialement chargé du quartier Saint-Lambert, notifions à M. Cochon, secrétaire général de l’Union syndicale des locataires, demeurant chez M. Tissier, 173, rue Lecourbe, la réponse, de M. le préfet de la Seine à une demande de la mise à la disposition de ce groupement de la caserne du Château-d’Eau, qu’il n’a pas été possible de donner suite à cette requête, les services d’architecture devant commencer incessamment les travaux d’aménagement prévus, en vue d’y installer la garde républicaine, actuellement logée à la caserne Napoléon, laquelle doit devenir elle-même une annexe de la préfecture de la Seine. Le conseil municipal de Paris attache le plus vif intérêt à la réalisation rapide de ce programme, et, pour qu’il n’en ignore et ait à s’y conformer, laissons en parlant copie 10,11,12,13 de notre procès-verbal de ratification, qui sera transmis aux fins de droit à M. le préfet de police

M. Cochon ajoute :  « Nous avons reçu environ deux cent cinquante avis, émanant de familles sur le point d’être jetées à la rue et qui nous appellent à l’aide. J’espère bien satisfaire à toutes les demandes.

La réponse du préfet de la Seine en ce qui concerne la caserne du Château-d’Eau était prévue.  Nous nous servirons des locaux d’écoles mis à notre disposition et surtout de l’hôpital désaffecté de la Pitié, que l’administration ouvre aux sans-logis.

Nos sections ont l’ordre d’opérer le plus de déménagements possibles à la « cloche de bois « .

Premiers incidents

A midi et demi, la famille Pion, qui compte cinq enfants et qui avait tenté, dimanche dernier, d’emménager à la Chambre des députés, se présente à la caserne du Château-d’Eau afin d’y trouver un asile.

Mme Pion se heurte à un inspecteur principal de gardiens de la paix, qui lui dit : « Allez trouver Cochon ; il vous logera, lui ! »

Mme Pion vient alors voir le secrétaire du syndicat des locataires qui, aussitôt, fait monter la famille Pion en automobile et la conduit à l’ancien hôpital de la Pitié, où elle est immédiatement hospitalisée.

Il en est de même pour les familles Durat et Belgrade.

A partir de une heure, des forces de police considérables protègent la caserne contre un assaut annoncé par le syndicat des locataires. Les familles qui arrivent avec leur mobilier sur des charrettes à bras sont doucement repoussées vers le boulevard. Quelques bousculades se produisent, quelques altercations aussi.

A signaler un incident amusant : on sait qu’un syndicat de locataires s’est formé récemment à Bruxelles ; trois conseillers communaux de cette ville sont venus à Paris pour assister à la manifestation de leurs confrères parisiens. L’un d’eux, M. Van den Pouth, harangue la foule place de la.République. Arrêté aussitôt, if est conduit à la caserne où il médite, pendant quelques instants, sur l’inconvénient d’exprimer ses opinions coram populo.

A deux heures, M. Lépine, préfet de police, apparaît ; il est accompagné de MM. Touny, directeur de la police municipale ; Bouvier, Orsatti, commissaires divisionnaires et Forgeront, officier de paix.

M.Touny donne l’ordre aux agents de ne plus laisser aucune voiture de déménagement traverser la place. Cependant de toutes les rues continuent à déboucher des voitures à bras chargées de meubles.

Les agents se multiplient ; des horions sont échangés. Un prétendu avocat — c’est en réalité un employé de banque — est quelque peu malmené, ainsi que sa femme ; tous deux sont emmenés au poste du Château-d’Eau.

Le cas de la famille Bisson

De la rue du Temple arrivent, soudain, trois petites voitures contenant des meubles — des enfants ; ceux de la famille Bisson, qui demeurait 42, rue de la Montagne- Sainte-Geneviève.

Cette famille a toujours payé son terme. Elle vient d’être néanmoins expulsée, parce que trop nombreuse ; le grand-père, âgé de quatre-vingt-deux ans, suit clopin-clopant…

Les gardiens de la paix se précipitant, font faire une rapide volte-face aux charrettes. Courte bagarre, la foule clame, les enfants crient.

Le cortège échoue au poste de police de la mairie du troisième arrondissement. Là, un passant tend sa casquette et ramasse, en cinq minutes, 20 fr. 35, qu’il remet à la pauvre famille. Finalement celle-ci est hospitalisée, elle aussi, à la Pitié.

Pendant ce temps une voiture s’est acheminée, par la rue de la Douane, derrière la caserne ; elle va s’engouffrer sous le porche ; mais les gardes républicains, massée dans la cour, repoussent ceux qui la traînent.

Bagarres et arrestations

La foule devient de plus en plus dense. Devant le café où se tient l’état-major du syndicat des locataires, les charges se suc cèdent.

Les communications téléphoniques avec les- vingt permanences principales sont coupées.

Un poste d’ambulanciers vient de s’installer à l’angle de la rue du Château-d’Eau, près de la Bourse du travail. On y soigne un locataire porteur de la clochette, venu pour voir M. Cochon. Il est tombé, et a été piétiné. On le transporte à l’hôpital Saint- Louis, d’où il est sorti une heure auparavant.

Arrestation de M. Lecomte (syndicat des locataires) – avril 1912

M. Cochon, Columeau, avocat-conseil du syndicat, et Lecomte, trésorier de l’Union, se préparent à monter en taxi-auto. Les agents accourent, veulent les séparer-, MM. Cochon, Columeau et Lecomte protestent. On arrête M. Lecomte. On veut aussi appréhender M. Cochon, mais il glisse littéralement entre les mains de M. Forgeront, officier de paix, lequel pénètre dans le calé accompagné d’agents. Il en ressort d’ailleurs bientôt, seul.

2-7-12 – Expulsion – Columeau, avocat de Georges Cochon conduit au commissariat par deux policiers

Trente arrestations, dont une seule maintenue d’ailleurs, sont opérées.

Vers six heures, enfin, le calme renaît peu à peu. Une dernière bagarre provoquée par l’arrivée d’une voiture à bras contenant un lit-cage, un vase intime et deux enfants, termine cette journée.

Déménagements mouvementés

Des déménagements mouvementés ont eu lieu.

4, avenue Félix-Faure, ce fut celui de la famille Lebigre : boulevard Chauvelot, ce fut celui de la famille Gonzola, dont le chef n’a pas moins de soixante-quinze ans.

Du numéro 41, rue Fulton, partit la famille Cruny, composée du père, de la mère et de cinq enfants, avec leur grand’mère, âgée de soixante-dix ans et leur tante aveugle.

118, rue Mouffelard, ce fut !a famille Chibaut, la mère restée veuve avec trois enfants de dix, six et quatre ans, dont la dernière, une charmante fillette, est atteinte de la rougeole.

A signaler qu’un nommé P…, que l’on devait expulser de son logement, 111, boulevard de Ménilmontant, avait arboré un drapeau rouge, au-dessus d’une pancarte représentant un vautour crucifié.

Les expulsions qui n’ont pu avoir lieu hier s’effectueront aujourd’hui.

Les hospitalisés

En résumé, la préfecture de police avait emménagé hier soir vingt-six familles à la Pitié et le syndicat des locataires, une vingtaine dans des logements vides.

A l’lmprimerie nationale, rue de la Convention, une dizaine de familles comprenant vingt-huit enfants ont été installées sans incidents par les soins de la préfecture de police.

A Thiais, quatre familles nombreuses allaient se trouver sans logis. Le syndicat des locataires, prévenu, allait procéder à leur installation dans un édifice municipal, lorsque les quatre familles reçurent de la mairie des secours qui vont leur permettre de louer des logements convenables.

A Levallois, des familles nombreuses furent installées dans des abris pour cantonniers ; à Montreuil, à Vincennes, Issy-les- Moulineaux. Saint Denis, Saint-Ouen, Aubervilliers, partout enfin, le syndicat des locataires a opéré avec succès.

Profitant de l’emménagement d’une famille expulsée, opéré à la mairie de Bezons, des membres du syndicat des locataires ont arboré le drapeau rouge aux fenêtres de l’édifice communal. L’emblème y est resté pendant deux heures, jusqu’à l’arrivée du garde champêtre, qui l’a enlevé.

A L’HOPITAL LA PITIÉ

C’est sur l’ordre du ministre de l’intérieur, on le sait, qu’avaient été réservés, pour les familles nombreuses, les locaux disponibles dans l’ancien hôpital de la Pitié.

Quarante-deux logements étaient disponibles. Dès midi, les dispositions étaient prises pour recevoir les arrivants

De nombreux curieux stationnaient devant l’entrée de l’antique édifice. Leur nombre grossissant sans cesse, il devint nécessaire d’organiser un service d’ordre.

A peine les abords de l’hôpital étaient-ils rendus libres qu’une famille de huit personnes se présenta. Son modeste mobilier, entassé sur une voiture à bras traînée par des hommes de bonne volonté, franchit le seuil. Des pourparlers très brefs s’engagent. Quelques minutes après, un abri est assuré aux sans asile.

M. Leblanc fait conduire les expulsés vers les bâtiment autrefois affectés à l’administration; Par un scrupule des plus louables, il a été décidé que les salles ayant renfermé des malades, contagieux ou non, ne servaient pas de refuge.

Les 42 logements affectés aux expulsés sont situés dans les constructions jadis réservée à la visite et aux services administratifs. alors que l’hôpital n’était pas désaffecté.

A partir de une heure de l’après-midi, c’est un défile incessant de voilures à bras chargées de meubes et d’ustensiles de ménage.

Tout se passe avec, une grande bonhomie.

Il règne une atmosphère de sympathie réelle pour les victimes du sort qui viennent s’échouer là.

Les agents, en dépit de l’attitude un peu sévère qui leur est imposée par leur rôle et, leur uniforme, sont les premiers à compatir à la détresse ambiante. Ce sont de braves gens dont le cœur est ému. Avec une douceur et une patience inlassables, ils facilitent à tous ceux qui se présentent leur emménagement. Pas de heurts, pas d’arrogance, pas de dureté administrative. Au contraire, une bonne parole, un sourire accueillent ces déshérités de la fortune.

Parfois même, la petite voiture, trop chargée, a peine à passer sur le pavé raboteux de l’antique monument ; alors, un agent pousse à la roue. Et le public applaudit.

Maintenant, la nuit est venue. Les curieux se sont éloignés. Mais des agents restent là en permanence.

Le défilé lamentable, qui avait cessé, reprend avec activité.

De pauvres gens, chassés de chez eux, recommencent à arriver avec de maigres ballots sur les bras, leurs enfants derrière eux.

Ceux qui n’ont pas leurs meubles ne peuvent être reçus, puisque la Pitié ne possède plus ni lits ni couvertures. On les envoie au commissariat où ils recevront des bons de logement.

A onze heures du soir, la Pitié abrite vingt-six familles, soit près de deux cents per­sonnes au total.

AU SYNDICAT DES LOCATAIRES

Une assemblée générale a été tenue dans la soirée au café Julien, en face de la Bourse du travail. M. Cochon présidait, assisté de Me Columeau. Les délégués des diverses sections ont rendu compte des divers incidents de la journée et de la situation des familles expulsées.

Des félicitations ont été votées à M. Bousquet, conseiller prud’homme, sur l’intervention duquel la famille Cardonnelle — six enfants — expulsée du numéro 3, impasse du Saumon, a été hospitalisée dans la soirée au poste du quai de Jemmapes, par les soins de M. le commissaire Pruvost.

L’assemblée s’est également préoccupée du cas de la famille Pion, dont nous parlions plus haut et qui, depuis huit jours, errait sans pouvoir trouver d’abri, de poste de police en poste de police.

Le conseil d’administration du syndicat des locataires a décidé de se tenir encore aujour­d’hui en permanence, à la disposition des familles qui seront expulsées ou recevront congé. Ces familles seront conduites, d’abord — en manière de protestation, — à la caserne du Château-d’Eau, de là, à l’hôpital de la Pitié.

 

 

 

 

 

Archives, vidéos, parcours de militants