1944 – 1947 : Un regard sur la période

 Ce récit (et analyse) de l’immédiate après-guerre a été écrit par Jean-René Chauvin en 1953. Chauvin militait alors dans des regroupements politiques comme le Cartel des Gauches Indépendantes, ou dans diverses formes de la « Gauche Indépendante Socialiste » (regroupements qui aboutirent un peu plus tard au PSU). Ce texte constitue le premier chapitre du manuscrit d’une brochure  consacrée à l’exclusion d’André Marty et Charles Tillon . Voir aussi l’article d’André Calvès sur l’analyse de la période.

Les autres parties de l’analyse de JR Chauvin sont ici :
Le PCF des années 1948-1952
L’affaire Marty-Tillon proprement dite

1944: gouvernement de Gaulle et comités locaux de libération

4 septembre 1944 Fernand Grenier- François Billoux l'HumaDurant les journées de la libération, la vie politique française a été dominée par la confusion des pouvoirs. D’une part le gouvernement du général de Gaulle — auquel participaient deux commissaires staliniens, Fernand Grenier et François Billoux — avait maintenu en place l’ancienne administration pétainiste ;

26 sept 194 - Milices patriotiques l'Humad’autre part s’étaient constitués spontanément des Comités locaux de libération. Aucun de ces comités n’était exclusivement composé de communistes. Le plus souvent les délégués staliniens y siégeaient en  minorité quelquefois, mais rarement il n’y en avait pas un seul. Partout cependant le parti communiste français jouait un rôle important. Il était le plus populaire. Ses meetings étaient suivis par une assistance de plus en plus nombreuse qu’aucune des autres formation politiques ne parvenait à réunir.

14 sept 194 - Milices patriotiques l'Huma
14 sept 1944 – Article de l’Humanité

Ces Comités locaux de libération s’appuyaient sur une force armée autonome constituée par les anciens combattants de l’intérieur, anciens Franc-Tireurs et Partisans dirigés par le P.C.F., anciens F.F.I., anciens maquisards de toutes tendances qui avaient formé les Milices Ouvrières Patriotiques. D’abord organisées sur la base de l’entreprise, elles le furent ensuite sur la base municipale, prenant alors le titre de Gardes Civiques. Il existait donc en France à ce moment là, une dualité de pouvoirs, l’un officiel, l’autre populaire, s’opposaient l’un à l’autre. Le P.C.F. contrôlant le second bien qu’il ait été parfois débordé par l’initiative des masses. Ce fut par exemple le cas en automne 1944 de la conférence d’Avignon où un certain nombre de comités départementaux de libération voulurent créer un gouvernement populaire. Les dirigeants staliniens ne purent les faire revenir sur leur décision qu’en leur promettant de convoquer un conseil national de la résistance pour le 15 décembre. l'Huma 31 octobre 1944 - Duclos exalte le rôle national des gardes patriotiquesLe 31 octobre le général de Gaulle avait tenté de liquider les Gardes Civiques Patriotiques et de leur reprendre les armes. Jacques Duclos, secrétaire du parti en l’absence de Maurice Thorez, toujours à Moscou, avait aussitôt répondu dans ”l’Humanité » du même jour: « Ce que l’on veut c’est désarmer le peuple, et pendant ce temps, les cagoulards, les traîtres de la cinquième colonne sont armés. Ils continuent à s’armer et préparent la guerre civile. On nous dit que la police suffit au maintient de l’ordre, mais on peut en douter car l’épuration n’a pas été faite. » Dans un rapport présenté à l’assemblée d’information de la région parisienne du P.C.F. en date du 27 octobre 1944 Jacques Duclos avait déjà déclaré: » La Milice Patriotique ou Garde Patriotique, comme on tend de plus en plus à l’appeler est née dans la bataille insurrectionnelle. Elle a conquis son droit de cité Huma - 3 novembre 1944 - Désarmement milices patriotiquesen luttant les armes à la main contre les nazis et aujourd’hui la Garde Patriotique doit demeurer la gardienne vigilante de l’ordre républicain en même temps qu’elle doit s’occuper activement de l’éducation militaire des masses populaires . » Enfin une résolution du Bureau Politique du P.C.F. publiée par l’Humanité du 3 novembre 1944 confirme ce qui suit : « Le Parti Communiste ne saurait s’associer en aucune manière à des décision tendant à désarmer le peuple en face d’une cinquième colonne hitlérienne que la mollesse de la répression laisse intacte et puissamment armée. »

Tous ces faits et ces déclarations prouvent que la situation politique française portait en elle les conditions objectives d’une seconde étape insurrectionnelle à laquelle les masses n’étaient pas hostiles. La libération nationale aurait pu se compléter d’une libération sociale si le parti communiste avait joué son rôle d’accoucheur de cette révolution sociale, la plupart des militants communistes de base et bien des travailleurs étaient alors persuadés que le P.C.F. allait prendre l’initiative de cette opération. Il leur semblait que le pouvoir était à portée de la main et que la direction du parti attendait seulement une occasion favorable, vraisemblablement proche.

L'Humanité 12 décembre 1944Mais le 10 décembre 1944 de Gaulle signa à Moscou un traité d’alliance avec l’U.R.S.S. et Maurice Thorez revint de son lointain exil. Et en quelques jours un miracle auquel les ouvriers ne s’attendaient pas se produisit.

C’est alors que Maurice Thorez effectua sa rentré politique par un long rapport à la session du Comité central des 21-22 et 23 janvier 1945 à la salle des Fêtes de la mairie d’Ivry dans lequel il se prononça pour la dissolution des Gardes Patriotiques. Il déclara notamment  ”... N’est-il pas nécessaire de dépister les saboteurs, les traîtres, les espions, les agents de l’ennemi et de les renvoyer devant les tribunaux ? Il va de soi que cette dernière tâche incombe uniquement aux représentants qualifiés de la puissance publique. Le peuple a le droit et le devoir de faire entendre sa voix, mais c’est à l’autorité légale de procéder aux perquisitions, aux arrestations, aux jugements et à l’exécution des jugements. Quelques mots à ce propos sur l’organisation des Milices Patriotiques devenues les Gardes Civiques et républicaines. Ces groupes armés ont eu leur raison d’être avant et pendant l’insurrection contre l’occupant hitlériens et ses complices vichyssois  Mais la situation est maintenant différente, la sécurité publique doit être assurée par les forces régulières de police constituées à cet effet. Les Gardes Civiques, et d’une façon générale tous les groupes armés irréguliers ne doivent pas être maintenus plus longtemps. »

Parlant de l’armée il ira encore plus loin: dans les concession en affirmant, devant les délégués stupéfaits:  » les cadres font défaut, dit-on, cependant nous ne manquons pas d’officiers de valeur y compris ceux qui ont pu se laisser abuser un certain temps par Pétain … » Rarement volte face avait été plus brutale et plus spectaculaire. La contradiction entre les déclarations antérieures au pacte Franco-Russe, et les déclarations qui lui succédèrent est si évidente que tout commentaire serait superflu. Les masses populaires désarmées, la bourgeoisie française a pu pousser un soupir de soulagement tandis que les espoirs révolutionnaires des militants communistes et de larges couches de travailleurs avaient été purement et simplement sacrifiés. Il y eu cependant des grincement de dents à l’intérieur du parti, mais l’opinion publique n’en avait jamais rien au jusqu’à l’éclatement de l’affaire Marty.

Il faut croire que le malaise intime provoqué a cette occasion ne fut jamais complètement apaisé puisque sept ans après Jacques Duclos éprouve encore le besoin de justifier la tactique du parti en janvier 1945. L’on peut en juger par cet extrait d’un de ses discours prononcé à l’occasion d’une élection partielle dans la région de Limoges le 28 septembre 1952; — dans cette même région de limoges qui est particulièrement touchée par la crise intérieure qui s’est traduite par l’exclusion du parti de Georges Guingouin, héro de la résistance, ex-préfet du maquis et ex-maire de Limoges.  » Si la voie suivie avait été différente, a déclaré Duclos, un prétexte aurait été donné aux américains de craindre de voir l’armée rouge s’avancer trop en direction de l’ouest, de procéder à un renversement d’alliance et de s’allier avec Hitler en Europe. Sur le plan intérieur le prétexte aurait été donné au fasciste de Gaulle, avec l’aide américaine, d’écraser la classe ouvrière. La politique sage et clairvoyante de notre parti n’a pas permis cela. Nous sommes des révolutionnaires et non des aventuriers. » Ces propos révèlent bien que beaucoup de militants se posent encore la question et ne sont guère convaincus de la sagesse et de la clairvoyance de leurs dirigeants.

Ministres communistes 1945-1946Si le P.C.F. n’eut pas à souffrir d’une crise au moment de la dissolution des Gardes Civiques, c’est sans doute parce que l’on se trouvait dans l’euphorie de la libération et que la seule organisation qui menait campagne pour le maintien des Gardes Civiques était le petit parti trotskyste, qui avait mené une politique tellement sectaire qu’il était complètement isolé des masses. L’opportunisme des staliniens et le sectarisme antérieur des trotskystes contribuèrent l’un et l’autre à priver le prolétariat français d’une véritable ligne politique communiste. D’ailleurs les militants staliniens et les ouvriers en général se consolèrent de cette désillusion grâce à la participation d’un plus grand nombre de leurs dirigeants au gouvernement. Ils pouvaient penser que puisqu’ils avaient des camarades ministres, les intérêts des travailleurs seraient bien défendus. Les dirigeants staliniens firent facilement adopter leur point de vue par l’ensemble de la classe ouvrière en prétextant que toutes les forces du pays devaient rester unies jusqu’à la victoire. Cet argument avait d’autant plus de poids que la guerre contre l’Allemagne hitlérienne n’était pas terminée. De leur coté les ouvriers communistes avaient d’autant moins de raisons de s’inquiéter que leur parti continuait à accroître son influence et gagnait des voix aux premières élections municipales de Mai 1945.

La réalisation d’objectifs électoraux immédiat masqua l’avenir. Thorez - Affiche bataille du charbonInaugurée par la dissolution des Gardes Civiques, la collaboration de classes des chefs ouvriers (staliniens comme socialistes) se poursuivit sans incident sous la présidence du général de Gaulle, la politique alliée était placée sous le signe de Yalta; la concorde régna encore entre eux. Aux élections législatives d’octobre 1945, le P.C.F. obtint plus de 5 millions de suffrages, soit 26,2 % des voix exprimées. Il était pratiquement à égalité avec le parti socialiste et le M.R.P., parti confessionnel récemment constitué, ne les dépassant que de quelques milliers de voix. Malgré la réticence du général de Gaulle, le P.C.F. obtint une plus large représentation au sein du ministère. Le parti communiste marchait et accédait pacifiquement au pouvoir. Interviewé par le « Times » Maurice Thorez déclarait : « Les progrès de la démocratie à travers le monde permettent d’envisager pour la marche au socialisme d’autres chemins que celui suivi par les communistes russes. » Tout paraissait donc pour le mieux dans la meilleure des démocratie.

Il n’y avait que deux petits inconvénients. L’indice du coût de le vie était passé de 100 à 850 par rapport à 1938 tandis que les salaires n’étaient qu’à l’indice 550.

Le second venait de l’insistance avec laquelle les peuples coloniaux prenaient au sérieux la Charte des Nations Unies et réclamaient leur indépendance. Or par soucis de conciliation les ministres communistes avaient accepté la politique de blocage des salaires et la politique de répression du gouvernement français contre les mouvements nationalistes d’Afrique du Nord, répression qui fit 45.000 victimes algériennes en Mai 1945.

Article dans La Vérité - Fraternisation Indochine 1947II est vrai que l’opinion française peu ou mal informée ne réagit pas. Lorsque le Japon capitule les troupes françaises débarquèrent en Indochine comme si rien ne devait changer. Les opérations de police dégénérèrent vite en une guerre de reconquête coloniale sans que les ministres communistes fassent quoi que ce soit pour l’empêcher. Députés et ministres socialistes et communistes continuèrent à voter les crédits militaires et à se rendre ainsi les complices de la guerre d’Indochine contre un peuple qui réclamait sa liberté,  et dont les dirigeants politiques n’étaient pas encore sous la tutelle de Moscou. Ce fut naturellement l’effondrement du pouvoir d’achat qui fut le plus sensible aux masses travailleuses . La guerre d’Indochine se passait à quinze mille kilomètres, c’était trop loin pour qu’on puisse s’en rendre compte. Comme les partis ouvriers les syndicats qui se sont réunifiés dans la C.G.T. pratiquaient la même politique, Ils acceptent le blocage des salaires et invitent les travailleurs à retrousser leurs manches et à travailler davantage. Les salariés d’abord disciplinés et patients commencèrent à manifester des signes d’inquiétude, puis de mécontentement.  Ce furent les syndicalistes plus proches des milieux ouvriers que des sphères gouvernementales qui se montrèrent les premiers rétifs à cette démission générale des dirigeants ouvriers qui ne cessaient de prêcher « Produire d’abord ! Revendiquer ! »

Au premier congrès national de la C.G.T. qui se tint à Paris du 8 au 12 avril 1946, une minorité conduite par Vallière du syndicat des instituteurs, réclama l’échelle mobile des salaires, le contrôle ouvrier sur les prix, des nationalisations sans indemnité ni rachat, un plan ouvrier de reconstruction, une lutte acharnée contre le patronat, le recours à tous les moyens d’action indispensables pour faire aboutir les revendications y compris la grève. Frachon - Marty - Thorez - DuclosCe programme et ces moyens d’action qui renouait avec la tradition ouvrière provoqua de la part de Benoît Fraction, leader stalinien de la C.G.T. une réplique inattendue : La grève est l’arme des trusts. Ainsi pour ne pas faire le jeu des trusts les salariés étaient invités à travailler davantage sans revendiquer, ni faire grève et à accepter un pouvoir d’achat de 50 % inférieur à celui de 1938 tandis que le patronat voyait augmenter ses bénéfices. Il va de soi que cette étrange conception de la défense des intérêts prolétariens reçu les félicitations unanimes de la presse bourgeoise. Mais le plus étrange et le plus décevant était de voir les dirigeants socialistes et les syndicalistes réformistes emboîter le pas à Benoît Frachon. Le congrès de la C.G.T. était si bureaucratisé et si bien cuisiné que la minorité révolutionnaire ne recueillit qu’un dixième des voix des congressistes. Cependant l’inquiétude ouvrière avait retrouvé un programme de combat et l’idée d’un recours à la grève fit vite son chemin dans l’esprit des salariés réduits à la portion congrue. Ce fut alors l’époque éphémère où le P.C.F. se sentit menacé d’un débordement sur sa gauche par les anarchistes et les trotskystes. Ces derniers malgré leurs maladresses et leur isolement passé regagnèrent de l’influence et groupèrent 45.000 voix aux élections législatives de Juin 1946 et 60.000 à celles de novembre de la même année. Ils ne purent obtenir de députés en raison de la loi électorale bien qu’ils aient dépassé largement le quotient électoral. Et si leurs 60.000 voix paraissent infimes à côté des 5 millions de voix staliniennes l’événement ne manquait pas d’être symptomatique. Ils avaient gagné des voix là où le P.C.F. en avaient perdues, dans les départements à forte densité ouvrière. Les dirigeants staliniens en furent réellement inquiets. Jacques Duclos lui même n’hésita pas à déclarer en privé qu’il eut préféré perdre dix sièges sur sa droite qu’un seul sur sa gauche.

L'Huma élections de juin 1946Afin de contrebattre cette pression, dont on ne pouvait prévoir la suite vu le mécontentement ouvrier grandissant, le Parti stalinien et les dirigeants de la C.G.T. avaient lancé à la veille des élection de Juin 1946 un appel en faveur d’une revalorisation générale des salaires de 15%. Il est indéniable que cette manœuvre de dernière heure eut pour résultat de stopper l’avance trotskystes aux élections. Mais comme cette promesse fut vite oubliée le lendemain de la consultation électorale et sacrifiée à la formation d’un gouvernement tripartite avec les socialistes et le M.R.P. la colère ouvrière éclata. Fin juillet 1946 les postiers déclenchèrent une grève générale illimitée, qui partie de Bordeaux se répandit à tout le pays en moins de vingt quatre heures, malgré les directives opposées de la direction syndicale. La grève des postiers se termina après une longue lutte par de maigres avantages et par une scission syndicale au sein de la fédération postale. Fin août, de nouvelles grèves sauvages – c’est ainsi que la presse qualifia ces mouvements déclenché en dehors des dirigeant syndicaux – éclatèrent à Nantes aux chantiers navals, et à une importante usine de construction de locomotives, à Dijon, chez les cheminots qui ne s’étalent pas mis en grève depuis leur douloureuse défaite de 1920, tandis que des manifestations populaires spontanées se déroulèrent à Cherbourg contre la cherté de la vie et les trafiquants. Il était curieux de voir les grévistes combattre non seulement contre le gouvernement et le patronat mais aussi contre leurs propres responsables syndicaux et de lire la presse bourgeoise qui s’indignait de ce que les ouvriers écoutât « des agitateurs irresponsables au lieu d’obéir à leurs dirigeants syndicaux« . Pris au Piège de la collaboration de classes, le P.C.F. était en train de perdre son autorité sur la classe ouvrière qu’il prétendait représenter. Dès lors l’exemple était donné et le même scénario se reproduisit.

La vérité grèves 1947En janvier 1947, ce furent les travailleurs de la presse qui débrayèrent pour une augmentation de salaire. La direction syndicale s’y opposa et le ministre stalinien du travail Ambroise Croizat refusa les revendications. Les grévistes élurent un comité de grève qui agit par dessus la tête du bureau syndical. Tous les journaux durent interrompre leur parution y compris l’Humanité. Seul le journal trotskyste « La Vérité » qui approuvait la grève fut autorisé par le comité de grève. Cette fois-ci les typos obtinrent satisfaction après deux mois de lutte. Mais la grève la plus spectaculaire fut incontestablement la grève de la grande usine d’automobiles Renault qui emploie plus de 30.000 travailleurs. Le débrayage déclenché dans les derniers jours d’avril par les ateliers 6 et 18 influencés par les trotskystes contamina toute l’entreprise dès les premiers jours de Mai.

Bi grèves 1947 PCI recto de GRINBLAT Jacques dit Privas
Bulletin intérieur – grèves 1947 – PCI – recto (signé Jacques GRINBLAT dit Privas). Fonds Jean-René Chauvin, CHS

Le mécontentement était à un tel degré que le secrétaire stalinien de la région parisienne de la C.G.T. Eugène Hénaff, accouru pour inviter les ouvriers à reprendre le travail, fut conspué et manqua d’être jeté à la Seine.

Or l’usine Renault est encore pour la classe ouvrière française une entreprise pilote celle qui donne le ton au mouvement dans tout le pays. La fièvre de l’usine Renault s’étendit dans tout le pays au cours du mois de Mai et atteignit toutes les corporations. Les trotskystes lancèrent le mot d’ordre de grève

grèves 1947 PCI verso de GRINBLAT Jacques dit PRIVAS

générale. Pressentant le danger d’un débordement et voulant sans  doute rassurer ses partenaires bourgeois Jacques Duclos s’empressa de dénoncer cette attitude comme aventuriste et déclara fort de son autorité de bureaucrate  » la grève générale n’est pas possible « .doute

La même semaine les faits lui apportèrent un vexant démenti. La grève générale éclata dans les chemins de fer et les services publics. Deux millions de travailleurs se croisaient les bras.

120.000 Trotskystes grève Renault juin 1947
France-soir : 120.000 Trotskystes grève Renault juin 1947 – Fonds Jean-René Chauvin (CHS)

Le chef d'orchestre est identifiéLa presse bourgeoise affolée découvrit une ’’menace révolutionnaire ». Le président du conseil, le socialiste Ramadier, dénonça au parlement « le chef d’orchestre clandestin ».  France-Soir, le plus grand quotidien de Paris mit le comble à cette confusion burlesque en annonçant en première page,qu’il « tenait de source bien informée qu’il y avait en France 120.000 trotskystes bien organisés qui dirigeaient la grève. » Le lecteur ne pourra s’empêcher de rire en apprenant que ces « dangereux révolutionnaires” n’étaient que 850 dans toute la France, et que paralysés par un sectarisme congénital et d’âpres luttes de fractions, ils étaient bien incapables de diriger le mouvement ou même de le contrôler. Cela signifiait seulement que le mécontentement ouvrier avait atteint ses limites et que la bourgeoisie et ses alliés préféraient expliquer la grève par la malfaisance d’agitateurs plutôt que par l’écrasement du pouvoir d’achat qui était la seule et véritable raison.

Tract PCI La Lutte des cheminots grève avril 1947 recto
Tract PCI La Lutte des cheminots grève avril 1947 recto – – Fonds Jean-René Chauvin

Mais cette fois-ci les dirigeants staliniens changèrent de tactique. Se rendant compte qu’il ne pouvaient retenir les ouvriers, ils s’associèrent aux revendications et prirent de mauvaise humeur la direction des grèves. Cependant ils se gardèrent de pousser l’action. Jusqu’à ses ultimes conséquences et ils s’efforcèrent de ne pas généraliser le mouvement. Au lieuTract PCI La Lutte des cheminots grève avril 1947 verso de faire débrayer toutes les corporations en même temps pour donner plus de force à la revendication, ils réussirent à faire déclencher les grèves corporation après corporation, faisant reprendre le travail dès que quelques avantages avaient été obtenus. Ils parvinrent de cette façon à regagner la confiance des travailleurs tout en calmant leur colère.

Tract PCI 18 novembre 1947 Débrayez
Tract PCI 18 novembre 1947 Débrayez ! – – Fonds Jean-René Chauvin

Le changement de stratégie stalinien avait une autre raison d’ordre international. En effet entre temps la situation internationale s’était profondément modifié. Depuis décembre 1946 un accord avait été conclu entre les gouvernements anglais et américains pour la fusion économique de leurs zones d’occupation en Allemagne. C’était le prélude à l’unification de l’Allemagne occidentale. De ce fait les rapports anglo-américano-russes devinrent moins amicaux. la France n’avait pas encore adopté la même attitude mais le problème se posait déjà. Les rapports franco-russes n’étaient pas encore compromis bien qu’ils se soient un peu refroidis. On  pouvait observer que parallèlement le P.C.F. conservait une attitude conciliante.

Conférence de Moscou 1947
Conférence de Moscou 1947
(lien vers extrait filmé)

Mais la conférence des ministres des affaires étrangères des quatre grands qui se tint à Moscou du 18 mars au 25 avril 1947 pour régler le sort de l’Allemagne et de l’Autriche se termina par un échec, et la question empoisonne toujours l’Europe. 

La France se rangea du coté américano-britannique. Comme par hasard la politique du P.C.F. se transforma. Dès le 24 mars – alors que la conférence de Moscou était déjà commencée et que les difficultés surgissaient entre les alliés – les dirigeants du P.C.F. eurent à résoudre le problème du vote des crédits militaires et en particuliers des crédits nécessaires à la poursuite de la guerre d’Indochine. Le Comité Central du P.C.F, décida de voter contre ces crédits. Après une longue séance du Bureau Politique qui provoqua un retard du conseil des ministres, le secrétariat du P.C.F. publia le communiqué suivant:

« Le Bureau Politique, sur proposition du secrétariat du parti confirme le mandat donné au groupe Parlementaire par le Comité Central et ne croit pas possible le vote des crédits militaires pour la poursuite de la guerre contre le Viet-Nam.

Toutefois considérant que le vote à émettre par le groupe parlementaire ne saurait en aucune façon mettre en cause les autres aspects de la politiques générale du gouvernement, le Bureau Politique décide qu’il n’y a pas lieu pour les ministres communistes de rompre la solidarité ministérielle.

1947 article FT les Trotskystes ont chassé Thorez du pouvoir
Coupure de presse mai 1947, journal Franc-Tireur, Fonds Jean-René Chauvin CHS

L’on vit donc ce spectacle déconcertant; les ministres staliniens voter pour le gouvernement, et le groupe parlementaire s’abstenir. La brèche ouverte entre le gouvernement et le P.C.F. s’élargit aussitôt après à propos de la levée de l’immunité parlementaire des députés malgaches accusés de rébellion. Quelques jours après éclatait la grève Renault au milieu de laquelle les dirigeants staliniens effectuèrent comme on l’a vu précédemment un virage à cent quatre vingt degrés. Le président du conseil Ramadier saisit l’occasion pour révoquer les ministres communistes. Personne ne s’y trompa. Le chroniqueur bien connu de politique intérieur Jacques Fauvet pouvait écrire dans « Une Semaine dans le Monde ”Autant que le blocage des salaires la conférence de Moscou a décidé du départ des ministres communistes”. Toutefois le P.C.F. n’avait pas encore totalement rompu avec sa politique antérieure.

Jacques Duclos déclara notamment ”Nous entendons continuer notre coopération avec le gouvernement”. Il précise que son Parti n’est que momentanément en dehors et qu’en attendant ,”nous nous considérons pas dégagés d’une politique de responsabilité, même si nos ministres ne siègent pas au cabinet.

Janvier 1948 - Résolution sur le travail en milieu stalinien rectoLa description de cette période de la politique intérieure française montre, et avec quelle clarté, que les dirigeants du P.C.F. n’accordent leur soutien à un gouvernement, quel qu’il soit, qu’autant que celui-ci favorise la diplomatie russe, et qu’au besoin il abandonne et combat ouvertement les revendications ouvrières quand celles-ci mettent en péril un gouvernement « bourgeois allié de Moscou. Mais ce qui passa beaucoup plus inaperçu fut à quel point cette savante gymnastique introduisit le doute dans l’esprit des fidèles et chez les militants ouvriers. Malheureusement à la même époque le parti socialiste, le second grand parti ouvrier par le nombre de ses électeurs, ne prit pas lui non plus la défense des revendications des salariés, se privant ainsi de la possibilité de concurrencer l’influence stalinienne. Quant aux minorités révolutionnaires d’avant garde elles ne parvinrent pas à 1948 - Résolution sur le travail en milieu stalinien versoélever de larges couches prolétariennes à la conscience d’une politique socialiste révolutionnaire en raison de leur langage sectaire et surtout parce que le tournant gauchiste du P.C.F. qui suivit, réussit à faire illusion et à ressouder autour du parti, qui disposait – il faut le dire du plus puissant appareil publicitaire – les militants qui venaient d’être ébranlés.

S’il fallait résumer brièvement- les enseignements de ces deux années,nous dirions qu’il existaient en France les conditions objectives, sinon pour la révolution socialiste, tout au moins pour le franchissement d’une importante étape sur la voie de la libération sociale, mais que les conditions subjectives, haut degré de conscience politique des travailleurs et existence d’un authentique parti marxiste léniniste sachant utiliser les occasions et conduire le combat, firent entièrement défaut.

Au terme de cette époque le Prolétariat français était déçu, il restait encore combatif, mais d’offensive en 1945 sa combativité était devenue défensive et sans perspectives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants