1935 : Pacte Laval-Staline vs Internationalisme

Pivert 1935 Pacte Staline Laval
Fonds Marceau Pivert (CHS), « Album-photo » 1935
L’accent est mis sur la phrase de Staline à propos de la défense nationale française

 

 

La signature le 2 mai 1935 du pacte Laval-Staline fut suivie, le 15 mai 1935, de la déclaration de Staline  « Monsieur Staline comprend et approuve pleinement la politique de défense nationale faite par la France pour maintenir sa force armée au niveau de sa sécurité » .

 Daniel Guérin (qui fut l’un des dirigeants, avec Marceau Pivert,  de la Gauche Révolutionnaire) commentera ainsi le ralliement de la direction du PCF à la défense nationale : « Les socialistes étaient au anges. Ce rustre de Staline avait bien sûr manqué de tact en décernant à un Premier ministre de droite un certificat de bonne conduite ; mais Blum clama que la déclaration de Moscou lui donnait raison, que le fossé avec les communistes sur la défense nationale était comblé, qu’un pont venait d’être jeté vers l’unité ouvrière. Les syndicalistes réformistes, Jouhaux en tête, n’exultèrent pas moins et cessèrent comme par enchantement, d’opposer leur ancien veto à l’unité syndicale. Quant aux radicaux-socialistes, qui la veille encore s’étaient faits les complices de l’opération issue du 6 février et avaient accepté servilement le rôle d’otages dans un gouvernement d’union nationale, ils se découvrirent soudain pour les communistes, devenus nationaux, des trésors d’indulgence, en attendant l’accolade de Daladier et de Thorez, place de la nation, le 14 juillet 1935. »  Daniel Guérin, Front populaire, une révolution manquée, Acte Sud, 1997

Pivert 1935 Mur des férérés 1er rassemblement commun SFIO-PCF

Mai 1935 Rassemblement mur des fédérés
1er rassemblement commun SFIO – PCF

 


Le tract qui suit est annoté par Pivert (fonds Marceau Pivert, consultable au centre d’Histoire Sociale du XXe siècle), il donne un aperçu de l’Etat d’esprit de la Gauche Révolutionnaire de la SFIO en 1935 (année de l’adhésion de Chauvin à la SFIO)

Tract mai-juin 1935

1935 pacte Laval Staline tract recto1395 pacte Laval Staline tract verso

CONTRE la GUERRE QUI VIENT !

« M. Staline comprend et approuve pleinement la politique de défense nationale faite par la France pour maintenir sa force armée au niveau de sa sécurité. »

(Communiqué Laval-Staline.)

L’importance de cette déclaration faite au ministre des Affaires étrangères de France oblige tous les militants ouvriers, soucieux de leurs responsabilités, à exprimer publiquement leur émotion et leur inquiétude.

La déclaration de Staline, accepté comme chef par une fraction importante de la classe ouvrière, compromet la lutte traditionnelle menée, depuis la Première Internationale  par les organisations ouvrières contre le militarisme et la guerre. Elle remet en cause la leçon si chèrement payée que le mouvement révolutionnaire a tirée de la guerre de 1914.

Le souci de ne pas nuire à l’unité d’action heureusement réalisée entre les deux grands partis prolétariens, et de ne pas retarder l’unité syndicale que l’on espère très proche, ne peut condamner au silence des militants qui ont toujours fourni d’ailleurs des efforts patients et tenaces pour mettre fin aux luttes fratricides entre les différentes organisations et fractions du prolétariat, car l’unité n’est ni l’abdication, ni l’étouffement. Elle laisse à chaque prolétaire le droit de penser librement, elle lui impose le devoir de parler franchement à ses camarades d’atelier et de combat.


Nous ne pouvons donc accepter toute politique qui aboutirait, directement ou indirectement, à river les exploités aux exploiteurs, à faire partager aux ouvriers et paysans français les responsabilités des maîtres de l’industrie et de la finance auxquels, pour le passé comme pour l’avenir, aucune solidarité ne peut les lier. NOUS NOUS REFUSONS A CHOISIR ENTRE LES IMPÉRIALISMES QUI SE DISPUTENT LE MONDE. Il n’y a pas, pour nous, de bons ou de mauvais impérialismes, des impérialismes pacifiques et des impérialismes belliqueux, des peuples loups et des peuples agneaux. Tout impérialisme, quelles que soient sa couleur, son évolution, les variations de sa politique, les hypocrisies de sa propagande, demeure, pour tous les travailleurs, un ennemi qu’il faut combattre et abattre.

Prolétaires français, nous n’oublions pas notre tâche particulière, notre devoir impérieux, de lutter chez nous, contre notre ennemi national, et pour cela définir les responsabilités propres de notre impérialisme, de notre bourgeoisie, dans la situation actuelle. Par sa politique de maintien des traités de 1919 qui ont balkanisé l’Europe, par son refus d’accepter tout projet sincère de désarmement, par sa politique coloniale inique et sanglante, par son militarisme claironnant et provocant, le capitalisme français — ses banquiers, ses industriels, ses militaires — prépare la prochaine guerre; IL A FAVORISE LE DÉVELOPPEMENT DE TOUS LES NATIONALISMES, IL A CONTRIBUE A LA VICTOIRE DE HITLER.

Il est évident que tout ralliement de notre part à la guerre qui vient impliquerait l’union — sous les drapeaux — avec nos propres éléments fascistes et par conséquent l’anéantissement du mouvement ouvrier, la faillite de l’idéal socialiste, l’étouffement pour une durée indéterminée de toute possibilité révolutionnaire.

Participer de notre gré à la guerre contre un fascisme extérieur pour défendre ce qui subsiste en France de démocratie serait conclure, un marché de dupes. Sous l’état de siège comme sous le fascisme, il n’y a plus trace de pensée libre. La démocratie politique fait place à la dictature militaire; tout est soumis à la plus monstrueuse des raisons d’Etat.

Comme le fascisme, la guerre n’est possible que par l’affaiblissement, la défaite provisoire du prolétariat.

Enfin, pour combattre un fascisme étranger, nous n’acceptons pas de confondre notre lutte avec celle que mènerait contre lui, à des fins que nous répudions, notre propre impérialisme.

Contre l’hitlérisme — que nous haïssons d’une haine implacable — nous refusons de confondre notre lutte avec la politique d’encerclement de l’Allemagne qui a été l’une des causes immédiates de la guerre de 1914 et qui, en 1935, identifie les travailleurs allemands à leurs bourreaux et les livre à la démagogie nationaliste des nazis.

CE N’EST PAS D’UNE GUERRE IMPÉRIALISTE MAIS DE LA LUTTE SOCIALE QUE NOUS ATTENDONS LA CHUTE DU RÉGIME HITLÉRIEN.

Les révolutionnaires clairvoyants, groupés en 1792 autour de Robespierre et de Marat, avaient lumineusement prévu les conséquences de la déclaration de guerre à l’Autriche. Après eux, nous répétons que l’on ne porte pas la liberté aux peuples à la pointe des baïonnettes…, ni sur l’aile des avions de bombardement.


Nous demandons au prolétariat français d’affirmer à tous les prolétariats, et particulièrement aux prolétariats d’Allemagne et d’U.R.S.S., qu’il n’accepte pas plus la responsabilité des derniers accords diplomatiques et militaires, qu’il n’accepte celle du traité de Versailles.

Nous voulons opposer l’unité ouvrière à l’Union sacrée que l’on nous prépare.

Nous voulons opposer à toute alliance entre gouvernements, l’action solidaire du prolétariat international, seul capable de défendre efficacement les conquêtes de la révolution d’Octobre et de garantir ou de rétablir les libertés ouvrières dans le monde.

Nous adjurons fraternellement tous les prolétaires, tous les militants révolutionnaires — qu’ils soient socialistes, communistes, anarchistes, syndicalistes — de signer avec nous cette déclaration, de préparer avec nous une Conférence nationale au cours de laquelle on décidera des moyens pratiques de lutte contre la guerre qui vient.

 Le Comité provisoire d’organisation :

Guy JERRAMI, PIERRE MONATTE, Robert LOUZON, Lucie COLLIARD, FREMONT, H. BARBE, Jacques DORIOT, Roger HAGNAUER, Jean BERNIER, GRANDJOUAN, Marceau PIVERT, F. CHARBIT, R. LEFEUVRE, Henry POULAILLE,  C. DELSOL, René DEVEAUX, LASTERADE, Maurice CHAMBELLAND, J.-P. FINIDORI.

Nous invitons les militants des organisations ouvrières à collecter en masse des signatures à cette déclaration. Elle doit permettre le rassemblement de tous les ennemis de l’Union sacrée et de la guerre.

 Prière d’adresser les adhésions à la déclaration et à la Conférence — dont la date sera fixée ultérieurement à R. LOUZON, secrétaire du Comité d’organisation, 54, rue du Château-d’Eau, Paris-X; les fonds pour subvenir aux besoins de la propagande et de l’organisation à LUCIE COLLIARD, 4, avenue Anatole-France, Clichy (Seine), chèques postaux 1580-48 Paris.


1935 tract contre l'Union Sacrée1935 tract contre l'Union Sacrée verso

 

 

 

 

 

 

 

CENTRE de LIAISON et D’ACTION CONTRE la GUERRE, CONTRE L’UNION SACRÉE                             PROJET DE MANIFESTE, soumis à la 2° Conférence Nationale (28 Septembre 1935)

Agissons contre la guerre !                                                                                                                                Contre tous les impérialismes !

AUX TRAVAILLEURS DE TOUTES CONDITIONS                                                                                                            AUX PACIFISTES DE TOUTES TENDANCES

A une crise économique sans précédent, jetant dans la misère les prolétaires des pays capitalistes les plus développés, s’est ajouté le boulet d’armements formidables et le heurt des contradictions impérialistes jamais apaisées, malgré la guerre dite du Droit et l’organisation de la Société des Nations.

En raison des traités impérialistes qui concluaient celle qui devait être la dernière guerre, l’Europe et le monde se retrouvent aujourd’hui devant la terrible et imminente menace de nouveaux carnages, risquant d’engloutir l’héritage de siècles d’efforts humains et la jeunesse du globe.

Rien n’a pu jusqu’ici s’opposer à la montée croissante des armements, à la fascisation des Etats, à la conquête de pays dits inférieurs, à la colonisation et au recul de la civilisation humaine.

La Société des Nations a permis l’achèvement de la conquête du Maroc, le bombardement de Damas et celui de Corfou, l’envahissement de la Mandchourie et la tragédie sanglante du Gran Chaco.

Faire reposer la paix et l’action contre la guerre sur un organisme composé de brigands impérialistes, c’est duper les travailleurs et les désarmer devant les massacres en préparation.

L’agression sauvage de l’impérialisme italien contre un petit peuple de paysans et de bergers, demeuré relativement indépendant au milieu d’un continent entièrement colonisé, révolte la conscience universelle et inscrit à l’actif du fascisme un forfait nouveau, que le peuple italien punira en brisant et en jetant bas la dictature mussolinienne seule coupable.

Dans le conflit Italo-abyssin, l’Angleterre, qui prétend défendre la paix et la S.D.N. continue sa politique séculaire de domination de tous les territoires qui assurent, en les exploitant, la voie impériale des Indes. Son attitude n’est pas dictée par des motifs nobles à l’égard du peuple éthiopien, mais par les desseins d’un impérialisme rapace qui ne renonce pas à son hégémonie. La paix et l’indépendance des peuples ne sont pas les buts poursuivis par l’empire britannique, pas plus que par l’impérialisme français, courbant sous son joug (60 millions d’esclaves coloniaux).

Ce serait une lourde et criminelle erreur d’accorder aux pays impérialistes qui dominent l’organisme de Genève le soin et la tâche d’agir contre la guerre et l’organiser la paix. Seule l’action internationale des travailleurs de toutes conditions et des pacifistes de toutes tendances peut empêcher la guerre, imposer le désarmement, libérer les peuples serfs, garantir l’indépendance et l’existence des petits pays.

Les sanctions anglaises, françaises ou autres, représentées comme un obstacle à la guerre ne sont et ne peuvent être en définitive que l’action armée d’un impérialisme contre l’autre aux dépens de la paix et des intérêts des travailleurs de tous les pays.

Le peuple éthiopien a droit à tout notre soutien moral et matériel, et il ne peut sauver son indépendance que par l’action et la solidarité internationales des travailleurs et des pacifistes résolument hostiles à la guerre impérialiste sous toutes ses formes et se coalisant pour g faire échec par tous les moyens.

La paix ne peut être assurée par la puissance des armes, mais au contraire par la désagrégation et la des­truction des formes armées impérialistes.

TRAVAILLEURS, PACIFISTES,                                                                                                                                            Soutien sans réserves du peuple éthiopien.                                                                                                                     Solidarité des peuples opprimés par l’impérialisme avec le peuple éthiopien.                                               Appui aux travailleurs antifascistes italiens, émigrés et au peuple italien.                                                   Fraternisation des marins anglais et italiens contre leurs impérialismes.                                          Fraternisation des soldats italiens avec les paysans d’Ethiopie.                                                                       Cheminots, dockers, marins français, arrêtez tous transports de matériels de guerre à destination de l’Italie fasciste et de l’Angleterre impérialiste.                                                                                                                  Pas un centime français et pas un homme pour la guerre.                                                                                      Mobilisation de toutes les organisations ouvrières et pacifistes, syndicats en tête, pour réaliser ces mots d’ordre.

T. S. V. P.

2e CONFÉRENCE CONTRE LA GUERRE CONTRE L’UNION SACRÉE                           SAMEDI 28 SEPTEMBRE 1935                                                                                                       A 14 HEURES, SALON E, A LA MUTUALITÉ

24, Rue Saint-Victor, Paris-5e (Métro Maubert-Mutualité)

Ouverte aux délégués des organisations adhérentes et aux délégués et assistants des Congrès Confédéraux de la C. G. T. et de la C. G. T. U., sur présentation de leur carte de délégué ou d’assistant à l’un des deux Congrès.

Invitation est faite aux délégués des Syndicats autonomes non représentés aux deux Congrès Confédéraux.

Une somme de deux francs sera perçue à l’entrée pour couvrir les frais de location de la salle.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants