La loi Berry-Millerand, 1912, envoi des jeunes antimilitaristes dans des bataillons d’Afrique

 

 Quelques coupures de presse suivies d’une vidéo…

  • L’Aube sociale : organe de la Fédération socialiste du Loiret (S.F.I.O.)  7 juillet 1912 :

page1 L'Aube sociale  organe de la Fédération socialiste du Loiret (S.F.I.O.Pendant que les travailleurs sont engourdis par un profond sommeil léthargique, nos gouvernants sont en train de leur forger des chaînés qu’ils ne pourront pas briser à leur réveil.

De toutes les lois scélérates qui ont été votées jusqu’à ce jour, il n’y en a pas une qui atteint le même degré d’infamie que la fameuse loi Berry – Millerand sur l’envoi aux Bataillons d’Afrique, sections spéciales, des jeunes ouvriers ayant encouru une condamnation à trois mois de prison pour fait de grève, rébellion à l’autorité et propagande antimilitariste.

Cette loi a été votée à l’insu de nos députés. Quand elle fut sou­mise à l’approbation de la Chambre, il y avait une quinzaine de nos députés en séance ; le trop fameux Berry, le député des bistros, demanda la parole pour appuyer  le projet de loi criminel ; le président de la Chambre, feu Brisson, lui déclara qu’elle devait être votée sans discussion. Mise aux voix, elle fut adoptée sans même que les députés en connaissent la teneur.

Un grand nombre de députés ont été estomaqués en lisant sur le Journal officiel la loi qui avait été adoptée par la Chambre.

Les socialistes ont déposé un contre-projet qui en atténuera la portée s’il est adopté. Le trop fameux Millerand, l’homme de tous les reniements, a bien déclaré que l’on ferait une distinction entre les antimilitaristes et les apaches, qu’il envisagerait la création de sections spéciales d’exclus pour les antimilitaristes pour leur éviter toute espèce de promiscuité avec les apaches.

Il est impossible que nous puissions avoir confiance dans l’homme qui a trahi le Parti socialiste et qui est prêt à trahir la République bourgeoise, il en montre au moins tous les symptômes.

En admettant même que les jeunes gens condamnés pour faits de grève ou antimilitarisme soient envoyés dans des sections spéciales, sans promiscuité avec les apaches, il n y aura pas de différence de traitement, ils seront sous la domination des chaouchs, ces brutes alcooliques qui se repaissent des souffrances de leurs semblables.

page2 L'Aube sociale  organe de la Fédération socialiste du Loiret (S.F.I.O.Les martyrs d’Aernoult et de Rousset sont des faits qui devraient donner à réfléchir à tous les travailleurs.

Sans être antimilitariste, des jeunes ouvriers peuvent se trouver dans une grève, pour un fait anodin, récolter plusieurs mois de pri­son et être incorporés aux bataillons d’Afrique à leur entrée au ré­giment.

Tous les enfants des travailleurs peuvent se trouver dans ce cas là.

Et puis n’a-t-on pas le droit de penser librement? Est-ce que tous les travailleurs ne devraient pas être antimilitaristes et antipatriotes s’ils connaissaient le rôle que l’on fait jouer à l’armée dans les grèves, les atrocités qu’elle commet dans les colonies et tout particulièrement au Maroc actuellement.

Il est temps de réagir contre cette loi infâme, une campagne énergique doit s’ouvrir pour en empêcher l’application.

J.-B. Constant.

  • Les temps nouveaux, 7 septembre 1912  

Comité féminin contre la loi Millerand et les bagnes militaires

Les Temps nouveaux - 7 septembre 1912Sur l’initiative de quelques camarades, des militantes de divers groupements se sont réunies au Syndicat des Couturières, le 31 août 1912, trouvant que trop longtemps l’élé­ment féminin est resté à l’écart des questions so­ciales et pensant que la campagne contre les bagnes militaires et la loi d’infamie Millerand-Berry est pour elles l’occasion de prouver qu’elles ne sont pas insensibles devant les injustices, décident de former un comité prenant le nom de « Comité fé­minin contre la loi Millerand et les bagnes mili­taires ».

Elles ont constitué leur bureau comme suit :  secrétaire : Thérèse Taugourdeau, du Comité de Défense sociale: trésorière : Clémence Jusselin, conseiller prud’homme, couturière.


Vidéo-en-ligne

Portrait d’une militante, Thérèse Taugourdeau, du « Comité féminin contre la loi Berry-Millerand » qui fut, pour cette époque, l’un des premiers regroupements politiques de femmes (syndicalistes, anarchistes, etc.). Le comité féminin forma des oratrices, à une époque où les femmes prenaient extrêmement rarement la parole dans les meetings… (Vidéo réalisée dans le cadre de la sortie du volume du Maitron  -dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, mouvement social – consacré aux anarchistes)


  • L’Humanité, 4 septembre 1912  

l'Humanité 4 septembre 1912COMITE FEMININ CONTRE LA LOI MILLERAND ET LES BAGNES MILITAIRES

A l’heure où la réaction bourgeoise s’ap­prête à envoyer nos compagnons, nos fils, nos frères, dans les bagnes africains où peut-être le sort du malheureux Aernoult les attend, nous avons pensé que toutes les fem­mes de cœur doivent se lever pour protester comme il convient contre ces iniquités so­ciales.                                           ,

Le Comité fait un pressant appel aux ca­marades désireuses de faire l’action que né­cessite la situation présente et les invité à assister nombreuses à la réunion du jeudi 5 septembre, à 8 heures et demie du soir, salle des commissions Bondy, 1er étage, Bourse du Travail.

 

  • Le temps, 13 septembre 1912  

« Femme ! Veux-tu ? »

Le temps 13 septembre 1912C’est le titre d’une affiche double colombier qu’un « comité féminin contre la loi Millerand-Berry et les bagnes militaires » — comité constitué par la « conseiller prud’homme » Mme Jusselin et des secrétaires de syndicats d’ouvrières — vient de faire apposer sur les murs de Paris pour convoquer les femmes à tenir un meeting demain soir « pour protester contre l’infâme loi qui est un défi à leur ten­dresse ».

Après lui. avoir affirmé que c’est d’elle seulement « que dépend l’abrogation de cette loi cent fois scélérate », le comité dit à la femme:

Viens montrer que si les gouvernants veulent tou­cher aux tiens, tu sais avoir l’énergie de te révolter, et que tu ne reculeras devant aucun moyen pour avoir satisfaction. 

Femme ! à ton tour… La parole est à toi !…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Archives, vidéos, parcours de militants